JOCELYN CHAÏLAN /  CONTRIBUTEUR QI BASKET

C’est un match très attendu et alléchant qui était annoncé au Toyota Center, forts d’une leçon donnée à Cleveland et d’une belle victoire face à Oklahoma les Warriors se déplaçaient dans le Texas avec forcément l’envie de prouver que la défaite du premier match était oubliée et que la plus grosse équipe de pyromane de la NBA était bien Californienne. Ce duel entre le back court titulaire à l’Ouest avait donc tout pour être prometteur entre une équipe voulant asseoir sa domination sur la ligue et une autre voulant confirmer sa très bonne première partie de saison et faire passer le message qu’il faudra compter sur elle cette année.

Et autant dire que le match parti sur des bases connues, un Harden distributeur qui rapidement se retrouva à 4 passes décisives puis en pénétration en allant chercher des lancers pendant que Durant, Curry et Thompson alternèrent entre shoot primés, pénétration et catch and shoot avec une précision toujours aussi exceptionnelle. D. Green prit l’avantage défensivement et les Warriors firent la course en tête pendant le premier QT mais les Rockets restèrent au contact grâce à Capela très productif en sorti de banc.

Un big four et une barbe très vite en jambes

L’intensité commença à augmenter au début du second quart temps et c’est encore le trio Durant-Thompson-Curry qui en profita en enchaînant les paniers pendant que Green multipliait actions défensives et caviars. L’écart grandit jusqu’à quasiment 10 pts à 5 min de la mi-temps, moment que choisit The Beard pour continuer de noircir la feuille dans son registre habituel – en profitant bien de l’absence à l’intérieur de Pachulia freiné par 4 fautes. Le collectif de la franchise de San Francisco commença à moins bien tourner en forçant certains tirs tout en voyant leur adresse diminuer ce qui permit à une équipe de Houston plus sérieuse défensivement de revenir à seulement 2 pts grâce encore à un Harden omniprésent et un Sam Dekker dans le la forme de sa vie avec 12pts à la mi-temps et l’indiscipline adverse. Curry d’une trois points .. à la Curry conclut cette première mi-temps que James Harden termine gentiment en 15-6-7.

La semaine parfaite des Warriors

Si l’on pouvait espérer un match serré les Golden State Warriors nous ont très vite fait comprendre que cette semaine, ils évoluaient à un superbe niveau, une défense agressive sur Harden avec des prises à deux ce qui lui fit perdre complètement le cours de son match en enchaînant les turnovers, l’attaque de Houston restait sans solutions face à cette défense jaune et bleue. Très peu de mouvement, ajouté à cela un manque d’adresse à 3 pts pas souvent en vue, un Gordon à 14% et les Warriors prirent facilement 20 pts d’avance grâce un Green toujours aussi All around, un Durant chirurgical au tir et un Curry chaud vous obtenez une équipe offensive (quasi) inarrêtable et les Rockets se retrouvèrent impuissant face à ces assauts répétitifs, mais ce qui est à mettre en avant c’est peut-être la défense proposé par les californiens, Harden limité à 2 pts en seconde mi-temps et une des plus belle machine offensive de la ligue enrayée chez elle. L’écart se stabilisa autour des 20 pts, on en profita pour ouvrir les bancs sur la fin de match pour finalement voir Golden State s’imposer 120-105 !

Cette semaine les Warriors évolue à un niveau exceptionnel, après les Cavs et le Thunder c’est donc les Rockets qui viennent de subir la loi de l’équipe au meilleur bilan de la ligue emmené dans le sillage d’un Durant injouable. Côté Texan si la première mi-temps fut de qualité le manque d’adresse à trois points -qui leur est si important-, un Harden bien maîtrisé et un manque cruel de mouvement explique cette défaite, cependant Houston peut au moins se réjouir du très bon match en sortie de banc de Capela qui finit le match en double-double et semble être bien remis de sa blessure.