Tanguy Rom Clav /  CONTRIBUTEUR QIBASKET

Plus que 3 mois avant la draft NBA. A une dizaine de matchs de la fin de la saison régulière, l’ordre probable pour la draft est des plus incertain. Bien sûr les Nets, les Lakers et les Suns sont hors course. Par contre derrière ces trois-là la lutte est âpre. On retrouve les Kings, les Knicks, le Magic et les Sixers dans un mouchoir de poche. Qui perdra le plus ? Qui tankera le mieux ? La réponse dans quelques semaines.

Quoiqu’il en soit, une de ces équipes aura peut-être l’opportunité de sélectionner De’Aaron Fox lors de la prochaine draft. Jeune meneur des Wildcats auteur d’une March Madness plutôt honnête dont une performance historique à 39 points face à l’UCLA de Lonzo Ball. Kentucky a malheureusement été stoppé dans sa quête du titre par les Tar Heels de North Carolina.

Avant de rejoindre les Wildcats, De’Aaron Fox avait reçu des offres de plusieurs facs de choix, notamment Arizona, Kansas et Louisville. Sa décision fut de rejoindre deux autres prospects très observés par les scouts, Malik Monk et Bam Adebayo à Kentucky.

9540846-malik-monk-ncaa-basketball-kentucky-media-day-850x560.jpg

ATTAQUE

Tout d’abord, il faut savoir que Fox est avant tout un meneur-passeur. En effet, il possède les qualités nécessaires pour devenir un excellent distributeur de ballon dans la grande ligue. Fox a fait preuve d’un bon timing, d’une bonne lecture de jeu et de précision dans ses passes tout au long de la saison universitaire. De plus, il est vraiment capable d’exploiter la moindre ouverture que lui laisse la défense pour servir ses coéquipiers. En plus d’être un joueur patient, Fox a acquis une certaine maturité pour contrôler le jeu et varier le rythme de l’attaque. Effectivement, il sait parfaitement quand accélérer le jeu ou quand ralentir le tempo.

En outre, le jeune meneur des Wildcats a montré de belles qualités de vision de jeu en sortie de Pick and Roll. Il peut aussi bien ressortir le ballon sur un joueur démarqué que glisser la balle à l’intérieur pour que son coéquipier finisse facilement sous le cercle. Bien qu’il ait un QI basket au-dessus de la moyenne, sa taille ne lui permet pas de réaliser de bonnes passes par-dessus les défenseurs adverses. Cette limite sera d’autant plus flagrante en NBA du fait que les défenseurs seront beaucoup plus grands et robustes.

Ce qui saute le plus aux yeux quand on assiste à un match de Kentcky, c’est à quel point Fox est rapide. La NBA est sur le point d’accueillir un des prospects les plus rapides de ces dernières années. Cette vitesse balle en main lui vaut d’être souvent comparé à un ancien de la maison en la personne de John Wall. Jay Bilas, analyste pour ESPN, dit de lui qu’il possède la vitesse de Usain Bolt. Effectivement, cette dernière représente sa principale qualité en tant que meneur et elle sera parfaitement retranscrite au niveau supérieur.

Cette combinaison de vitesse et de contrôle fait de lui un joueur redoutable en contre-attaque. Il possède vraiment toutes les qualités pour devenir excellent sur le jeu en transition.

Concernant sa faculté à attaquer le cercle, De’Aaron Fox a développé un répertoire de mouvements balle en main suffisamment fournis pour se créer un chemin jusqu’au panier. Ses dribbles, son explosivité, son bon floater ainsi que son premier pas très rapide font de lui un attaquant solide. S’il fallait relever un défaut, ce serait son touché de balle qui n’est pas parfait. De plus, son dribble ne lui permet pas de faire la différence assez régulièrement mais il arrive de manière fréquente et bien maîtrisée à changer de direction très rapidement pour casser les défenses adverses.

dribble.jpg

Le wildcat est incisif. Il ne recule pas lorsqu’il aperçoit une possibilité d’attaquer le cercle, il ne refuse pas le contact et possède un bon contrôle du corps. Néanmoins, Fox manque encore de puissance physique pour finir correctement au cercle. Certes, il ne fuit pas le contact, mais il a du mal à les absorber et à éviter les adversaires qui se mettent en travers de son chemin, et ce, même en NCAA. En effet, son physique est encore frêle, ce qui l’empêche d’être considéré comme un bon finisseur.

Ce jeune meneur originaire de la Nouvelle Orléans devra développer sa finition au cercle main droite. Effectivement, il a fait preuve d’une certaine dépendance vis-à-vis de sa main gauche dominante. Fox est plus enclin à jouer sur sa main dominante que les meneurs de jeu de haut niveau le font en général.

Désormais, intéressons-nous à un autre aspect du jeu de De’Aaron Fox, son shoot. Avant toutes choses, Fox possède une mécanique de shoot plutôt bonne et n’a aucun problème pour dégainer en sortie de dribble. Il a fait preuve d’une impressionnante confiance en lui cette saison. Si une fenêtre de tir se libère, il n’hésitera pas à dégainer pour punir les largesses de la défense. Au cours de la saison, il fut fréquent de remarquer que Fox maîtrisait à merveille les écrans effectués par ses coéquipiers afin de se libérer de la pression adverse pour punir les défenseurs qui contournent les écrans.

Toutefois, bien que sa mécanique soit bonne, il relâche son tir beaucoup trop bas ce qui rend ses tirs facilement contestables. Effectivement, ses bras ne sont pas très grands et son bas du corps, pas assez costaud, l’empêche de maximiser ses chances pour rentrer ses tirs. Il est certes capable de scorer par-dessus les défenseurs mais pas de façon régulière. Certains scouts doutent de sa capacité à réussir ses shoots contestés en NBA où les défenses se font encore plus pressantes.

Le plus gros handicap de Fox pour devenir un jour une star en NBA réside en sa faculté à rentrer ses tirs primés. Il n’est vraiment pas à l’aise pour tirer de loin, sa trajectoire de balle est beaucoup trop plate et de ce fait ses tirs sont souvent trop courts pour atteindre le panier. Son piètre pourcentage cette saison en est le parfait témoin (25%)? C’est un énorme défaut qu’il devra travailler durement pour ajouter un autre atout dans sa palette offensive.

DEFENSE

De ce côté du terrain, Fox a montré des qualités intéressantes. Sa vitesse latérale est des plus impressionnantes. Il bouge très rapidement latéralement. Sa vitesse lui est d’une très grande utilité pour défendre sur des meneurs aussi rapides que lui, mais il est facilement débordable quand il doit défendre sur un meneur explosif. Cette vitesse lui permet de suivre son vis-à-vis sur toute la surface du terrain. De plus, il arrive parfaitement à réagir aux différents mouvements de son adversaire. La pression qu’il impose à ses opposants fait de lui un très bon arracheur de ballons. Sa vitesse et son anticipation lui permettent également de couper les lignes de passes adverses à de maintes reprises. Ainsi, Fox a su mettre en avant ses talents d’intercepteur (1,5 stls/m) lors de son cursus universitaire.

defense

En plus de cela, le Wildcat s’est avéré être un défenseur intelligent capable d’effectuer de bons closeouts. Il réagit bien aux faits et gestes de son vis-à-vis, et se retrouve souvent en bonne position pour contester le tir. Cependant, sa petite envergure l’empêche d’affecter le tir adverse de façon certaine. Il est rare de le voir contrer des tirs (seulement 0,2 blocks par match).

En outre, Fox est encore trop faiblard physiquement. Cette faiblesse physique lui fait défaut lorsqu’il s’agit de passer outre les écrans et de faire face à des meneurs plus puissants. Sa vitesse de déplacement lui permet de masquer un peu ce défaut mais augmenter son coffre physique lui permettrait de maximiser son potentiel défensif. Effectivement, ses jambes très fines et en manque de muscle lui posent problème quand il s’agit de défendre sur des meneurs plus grands et plus forts physiquement. Fox et Wall se rapprochent peut-être sur le point de la vitesse, cependant ce qui les différencie le plus, c’est que Wall était bien plus musclé autant dans le haut que dans le bas du corps au même âge. Fox a un réel besoin de gagner en musculature s’il veut, un jour, percer dans la grande ligue.

Son explosivité, sa qualité de dribble, son profil de meneur-passeur et son gros potentiel offensif en font un prospect très intéressant pour les équipes susceptibles de le drafter. Malgré certains défauts (problèmes de shoot, défense, impact physique), Fox possède toutes les armes pour devenir un meneur de renom en NBA. Néanmoins pour atteindre cet objectif De’Aaron Fox devra travailler dur notamment sur son shoot à 3 pts qui représente, à l’heure actuelle, son plus gros défaut.

Equipes susceptibles de le sélectionner : New York Knicks, Orlando Magic, Sacramento Kings, Minnesota Wolves.

Fiche de stats :
Capture d’écran 2017-04-04 à 12.28.32.png