FAÏSSAL BERKANI /  RÉDACTEUR QI BASKET

Comme les spots l’indiquent, cette série semble la moins déséquilibrée de toutes à l’Ouest. Après un premier tour désastreux l’an passé avec la défaite 4 à 2 face aux Blazers de Portland alors qu’ils avaient déjà terminé 4ème, les Clippers savent très bien que cette saison ressemble à celle de la dernière chance. La fin du cycle Chris Paul – Blake Griffin pointe le bout de son nez avec un possible départ de Chris Paul cet été. Ils vont alors tout donner face à un petit nouveau en playoffs, le Utah Jazz, ce qui ne sera pas chose simple, loin de là.

Postes extérieurs

Plus besoin de longuement présenter le meneur des Clippers : Chris Paul. Le meneur de jeu réalise une saison en dessous de ses standards des années précédentes. Ses stats sont en baisse : 18 points et 9 passes en moyenne contre 19 points et 10,5 passes sur les années précédentes. Cela reste très correct pour lui. N’oublions pas qu’il a souvent été blessé et a raté près de 20 matchs. Il reste dans son rôle de passeur, et de scoreur en fin de match avec son shoot mi-distance qui fonctionne toujours. Il a connu un hiver assez compliqué entre stats moyennes au scoring (16 points) mais depuis le retour des beaux jours, il a retrouvé son niveau all star avec plus de 20 points sur les mois de mars et avril. A 31 ans, Chris Paul est dans la gestion de la saison régulière, en essayant d’éviter les blessures à tout prix pour être un au top de sa forme pour ce premier tour. Il sera opposé à un bon meneur du côté du Jazz, George Hill. L’ancien meneur des Pacers a connu un début de saison compliqué avec d’importantes blessures. Il n’aura joué que 48 matchs sur 82. Néanmoins, son impact sur le terrain a été payant très rapidement. Le Jazz qui est une équipe très défensive se réjouit de ce meneur scoreur qui tourne à 17 points de moyenne par match (meilleurs stats en carrière). Sur le face à face pur, Chris Paul est supérieur à George Hill, meilleur dribbleur, bien meilleur passeur, gestionnaire.

1814645

Sur le poste 2, on retrouve un duel de shooteur : J.J Redick pour les Clippers et Rodney Hood pour le Jazz. D’un côté, Redick est l’un des meilleurs shooteurs à trois points de la ligue. Il tourne à 43% sur le shoot longue distance. Il tient un rôle très important dans l’équipe. C’est la caution sureté du groupe. Il est toujours là pour revenir au score, planter les trois points qu’il faut pour passer à +10 ou pour revenir à égalité. Il tourne à 15 points et 89% au lancer-franc, un pourcentage qu’adorerait avoir un de ses coéquipiers dont nous parlerons tout à l’heure. De l’autre, on retrouve le jeune Rodney Hood. Après une très belle saison l’an passé, il démarre sur les mêmes bases cette saison mais a connu vers Février une blessure légère au genou qui l’a éloigné des parquets tout de même une vingtaine de match. Dès lors, il a du mal à revenir à 100% et ses stats baissent petit à petit. Il compile tout de même à 12,7 points.

Enfin, sur le poste 3, Utah domine clairement. Leur franchise player Gordon Hayward monte en puissance cette saison. Il tourne à 22 points de moyenne, et 5,5 rebonds. Il est devenu pour la première fois All-Star. Il est le leader offensif de cette équipe grâce à sa large palette d’attaque et un bon pourcentage à 3 points (40%). Il retrouvera face à lui Luc Mbah a Moute. On le sait, le poste d’ailier est le gros point faible des Clippers et ce depuis trop longtemps déjà. Le camerounais ne tourne qu’à 6 points de moyenne mais son rôle dans cette équipe est purement défensif. Il aura la lourde tâche d’essayer de contenir Hayward et cela ne sera pas chose simple. Dès lors, le combat entre extérieurs sera plutôt équilibré. Les Clippers ont Chris Paul, le Jazz a Gordon Hayward.

Postes Extérieurs : Egalité

Postes Intérieurs

Alors là, on va s’amuser. Les deux équipes possèdent deux des meilleurs pivots défensifs de la ligue. Les nerfs seront tendus. Commençons par les ailiers forts : Le Jazz doit faire avec un Derrick Favors qui ne rassure pas. Il n’a joué que 49 matchs sur 82 à cause de son genou gauche qui le fait souffrir depuis longtemps. Il fait une mauvaise saison au point où il était dans les rumeurs de transferts en Février. Il tourne à 9,5 points et 6 rebonds, bien loin de ses 16 points et 8 rebonds des deux saisons précédentes. Le Jazz fait donc beaucoup jouer notre président Boris Diaw titulaire sur le poste 4. Alors comme chaque année, ses stats sont faibles (4,6 pts, 2,2 reb) mais on le sait c’est sa vision du jeu et son QI basket qui font de lui un joueur apprécié de son coach. De plus, quand Boris Diaw est titulaire, on retrouve la French Connection avec celui qui cartonne cette saison : Rudy Gobert. Ce dernier réalise une saison aboutie : 14 points, 12,8 rebonds, 2,7 contres. Ses chiffres font de lui le meilleur contreur de la ligue et le quatrième rebondeur NBA. Il est dans la course pour le meilleur défenseur de l’année. C’est en grande partie grâce à lui que Utah est la première défense de la ligue avec 96.8 points des adversaires par match.

Rudy-Gobert-33.jpg

Mais, face au duo de français se trouve un autre duo très très performant : Blake Griffin et DeAndre Jordan. Tout comme Chris Paul, Griffin a loupé 20 matchs à cause de ses blessures au genou. Cette saison, il semble s’être assagi. Il n’est plus dans la recherche du poster de l’année, mais semble être plus juste dans son jeu. Il tourne à 21,7 pts, 8 rebonds, 5 passes. Il est complet, plutôt adroit à 50%, lui qui prend de plus en plus de shoots à 4, 5 mètres voire des tirs longue distance où il peine encore un peu (34,5%). Lui qui galérait au lancer-franc au début de sa carrière vers 55/60%, il a maintenant un joli pourcentage de 76%. Ce n’est pas le cas encore de son compère sur le poste de pivot : DeAndre Jordan. Il tourne à un vilain 48% mais par chance, le reste de son jeu est très bon. Il fait comme Rudy Gobert partie des meilleurs défenseurs de la ligue : 12,6 points, 13,7 rebonds, 1,6 contres, ce qui fait le lui le 3ème rebondeur de l’année et le 9ème contreur ex-aequo avec notamment Ibaka ou encore KD. Son physique fait de lui un pivot imposant. Il commence tout doucement à avoir un petit hook qui fonctionne. Il tourne à 71% au shoot grâce à sa précision à l’intérieur, ses dunks surpuissants et à sa qualité de claquette sur rebonds offensifs. Malgré la saison folle de Rudy Gobert, l’expérience des deux angelinos et leurs qualités font d’eux les favoris sur cette opposition.

blake-griffin-fight-deandre-jordan-interview.jpg

Postes intérieurs : Avantage Clippers

Les bancs

Les bancs des deux équipes ne sont pas les plus fournis de NBA. Du côté de Salt Lake City, on retrouve des vétérans comme Boris Diaw, donc, qui sort souvent du banc, Joe Johnson qui tourne à 9,2 points de moyenne en 24 minutes de jeu. Il pourra apporter son expérience a cette jeune équipe du Jazz. Son côté clutch pourra aussi être utile. Vient ensuite Shelvin Mack qui fait de son mieux en back-up de George Hill avec quasiment 8 points de moyenne, Joe Inglès sur le poste 3 qui apporte pas mal dans le corner à trois points. Jeff Withey joue le remplaçant de Rudy Gobert sans grand talent. On retrouve aussi des jeunes comme Dante Exum, Trey Lyles et Alec Burks qui pourront dynamiser le banc du Jazz. Mais dans l’ensemble, le banc semble un peu faible. Il est certes plutôt équilibré mais il manque d’un gros 6ème homme même si Derrick Favors pourrait jouer ce rôle.

De leur côté les angelinos peuvent compter sur un 6ème de qualité : Jamal Crawford tourne à plus de 12 points de moyenne et reste un élément majeur chez les Clippers avec 27 minutes de jeu. Il a la capacité de remonter la balle, de mener la second unit et peut donner un dynamisme intéressant. Il a encore son jump de folie à trois points qui martyrise quelques défenses. On retrouve ensuite le fils du coach Austin Rivers qui commence à avoir un vrai bon niveau à la mène avec 12 points de moyenne et 28 minutes de jeu. Raymond Felton joue aussi de temps en temps à la mène. Vient ensuite Marreese Speights en back-up de Jordan. Il apportera son expérience des playoffs qu’il a eu avec les Warriors. Sur le poste 3, Wesley Johnson épaulera Mbah a Moute en défense sur Hayward. N’oublions pas Paul Pierce. Même si à 39 ans, il n’est plus du tout le même qu’à l’époque de Boston et que le physique ne suit plus, Pierce possède toujours ses qualités de shoot, que ce soit à mi-distance ou à trois points et son côté « clutch » qui pourra être très intéressant pour LA. Il a l’expérience des finales NBA, du titre en 2008. Dès lors, dans cette équipe, Pierce pourrait jouer uniquement les fins de match sur le poste 3 pour sortir le gros shoot qu’il faut, et prouver que « The Truth » n’est pas mort.

la-sp-clippers-paul-pierce-20151024.jpg

Le banc : Avantage Clippers

Les coachs

Quin Snyder va connaître sa première série de playoffs en tant qu’head coach. Il a connu la post-saison comme assistant chez les Hawks en 2014 et avec les Lakers en 2012. Snyder réalise une superbe saison. Il réussit à créer un très bon collectif autour de Hayward et Gobert. Face à lui, Doc Rivers est très expérimenté. Champion NBA avec les Celtics en 2008, il connaissait parfaitement les playoffs depuis de nombreuses années avec les Clippers. Il semble plus armé que Quin Snyder. Cependant, depuis qu’il est arrivé aux Clippers, Rivers n’a pas réussi à emmener les Clippers en finale de conférence. Il voudra donc tout faire pour enfin les atteindre.

9970272-nba-utah-jazz-at-los-angeles-clippers-850x560

Les coachs : Avantage Clippers

Facteur X : L’attaque du Jazz

On le sait, Utah est la meilleure équipe défensive de la saison régulière. C’est la pierre angulaire de leur collectif. Sans une défense de fer, les Clippers ne feront qu’une bouchée du Jazz. Mais si le Jazz veut réaliser le hold-up et se qualifier en demi-finale de conférence, il faudra aussi que l’attaque du Jazz soit à son paroxysme. Lors des affrontements en saison régulière, le Jazz s’est fait avoir au jeu de l’attaque en scorant à deux reprises 75 ou moins. Il faudra donc que le Jazz score beaucoup pour inquiéter les Clippers. Cela passera par un grand Hayward, un bon George Hill et un apport de points important du banc (Burks, Johnson, Inglès…)

Résultats en saison : Los Angeles Clippers 3 – Utah Jazz 1

Samedi 25 Mars 2017 : Utah Jazz 95 – Los Angeles Clippers 108

Lundi 13 Mars 2017 : Los Angeles Clippers 108 – Utah Jazz 114

Lundi 26 Février 2017 : Los Angeles Clippers 88 – Utah Jazz 72

Dimanche 30 Octobre 2016 : Utah Jazz 75 – Los Angeles Clippers 88

Calendrier

Match 1 (@ Los Angeles) : Samedi 15 Avril à 04h30

Match 2 (@ Los Angeles) : Mardi 18 Avril à 04h30

Match 3 (@ Utah) : Vendredi 21 Avril à 04h00

Match 4 (@ Utah) : Dimanche 23 Avril à 03h00

Match 5 (@ Los Angeles) : Mardi 25 Avril (horaire à déterminer)

Match 6 (@ Utah) : Vendredi 28 Avril (horaire à déterminer)

Match 7 (@ Los Angeles) : Dimanche 30 Avril (horaire à déterminer)

Conclusion

Cette série sera équilibrée et cela serait surprenant de voir un sweep ou un 4-1, quel que soit le gagnant. Mais, au vu de tous les facteurs, les Clippers sont favoris sur cette série, avec une expérience plus grande, des joueurs qui connaissent bien les playoffs et surtout qui sont au pied du mur. Les années passent et le temps n’est pas illimité. Chris Paul, à 31 ans, et va vouloir tout faire pour enfin connaître les finales de conférence et ça passera par éliminer le Jazz assez rapidement pour faire face à l’ogre de Golden State. Attention tout de même à l’équipe du Jazz qui va connaître pour la première fois les playoffs et qui voudront montrer que leur heure est venue. La salle de Utah est très pensante et peut faire troubler les Clippers. N’oublions pas l’avantage du terrain du côté des angelinos et cela peut être l’élément qui change tout.

Pronostic : Los Angeles Clippers 4 – Utah Jazz 2