JÉRÉMY PEGLION  /  FONDATEUR QI BASKET

Les Wizards voulaient revenir au premier plan cette saison, un plan d’abord moqué après un début de saison marqué par 2 victoires pour 8 défaites. Pourtant, la franchise de la capitale a du caractère, et l’équipe du néo-coach, Scott Brooks a su le prouver en revenant tambour battant en seconde partie de saison. Menée par un backcourt Wall-Beal de gala, et en bonne santé durant l’essentiel de l’exercice, le groupe a su remonter des abysses de leur conférence pour arracher le top 4 à l’est. Avec cette solide dynamique, ils s’apprêtent à affronter les Atlanta Hawks. Des Hawks qui se sont mis en quête d’un pivot défensif pour remplacer Al Horford en partance l’été dernier pour Boston. Un choix dont le résultat semblait extrêmement probant en début d’exercice, avant que la machine ne s’enraye pour finir à un bilan honnête de 43V-39D.

Les Wizards auront à coeur de prendre leur revanche de l’année 2014-2015, où ils avaient fait sévèrement douter des Hawks alors 1er à l’Est, avant que John Wall ne se fracture la main.

Postes Extérieurs

Ceux qui s’autoproclamaient meilleur backcourt de la ligue, ont cette saison prouvé qu’ils étaient bel et bien de sérieux prétendant à ce titre officieux. Alors qu’à la mène, John Wall compile 23,1 pts et 10,7 ast, son coéquipier ajoute 23,1 pts également à 40% derrière l’arc. Véritablement intenables, le duo a par ailleurs montré par le passé qu’il pouvait répondre présent en post-saison. Parfait combo entre le jeu très agressif et tourné vers la raquette du meneur et la capacité à écarter le jeu de Beal, on devrait les voir en verve face au duo des Hawks. En effet, après le départ de Jeff Teague vers les Pacers, Dennis Schroëder a pris le pouvoir à Atlanta, et pond 15,4 pts et 6,3 ast. A ses côtés, il comptera Tim Hardaway Jr. L’ex-Knick s’est imposé comme titulaire en seconde partie de saison et a été précieux pour son équipe.

Bradley-Beal-John-Wall

Néanmoins, il va être difficile pour Atlanta de contenir la paire des Wizards bien plus talentueuse offensivement, mais qui peut aussi gagner le match de l’autre côté du terrain. Hardaway Jr. a encore tendance a laissé des trous d’airs en défense en dépit de la folie qu’il peut apporter, et en face, le duo peut répondre individuellement et collectivement au challenge que propose leur adversaire. On pourrait développer plus l’affrontement, mais il semble tellement en faveur de Washington, qu’on se voit mal ne pas donner le point à Washington.

Ce constat semble d’autant plus évident, que le poste 3 risque aussi d’être une tâche difficile à maîtriser pour les Hawks. Si Taurean Prince s’est avéré une option viable durant la saison, il pourrait bien être un des rares rookies responsabilisé d’un poste crucial durant ces Playoffs, et malheureusement pour lui, il sera opposé à un Otto Porter qui a été létal tout au long de l’exercice. Parfois chahuté durant ses premières campagnes en raison de son statut de top 3 de draft, l’Ailier des Wizards a impressionné par ses capacités au tir (43,4% à 3 pts !), mais est aussi précieux défensivement grâce à ses longs segments. Là encore, compliqué de ne pas voir un avantage pour Washington.

Poste Extérieurs : Avantage Wizards

Postes Intérieurs

Si Atlanta est dominée à l’extérieur, elle a en revanche des armes à faire valoir dans sa raquette. Avec leur duo Millsap (18,1 pts – 7,7 rbds, 4,7 asts) – Howard (13,7 pts – 12,7 rbds), les Hawks possèdent tout d’abord des armes offensives puisque Paul Millsap est une véritable plaque tournante du jeu de son équipe (son absence a d’ailleurs été critique pour le bilan du groupe), mais ils peuvent également compter sur la domination d’Howard sous les panneaux s’ils arrivent à ralentir le jeu. En effet, même s’il n’est pas une arme suffisamment utilisée par le système de l’équipe pour jouer au poste, D12 est capable de sécuriser le rebond et de récupérer des possessions supplémentaires.

dwight-howard-2016102901

Défensivement, le duo peut être redoutable sur jeu placé, et la présence d’Howard apporte une vraie force de dissuasion que les Hawks ne possédaient pas par le passé. En revanche, en poussant la transition comme risque de le faire Washington, notamment grâce à la vitesse de Wall, Atlanta pourrait pâtir du manque de vitesse de leur pivot sur ces phases de jeu. Il jouera néanmoins un rôle précieux pour contrôler la raquette.

En face, Washington s’appuiera sur le duo Morris-Gortat. Complémentaire, ils peuvent profiter de la mobilité de leurs intérieurs pour poser des problèmes à leurs adversaires. L’enjeu pour la paire sera toutefois surtout de limiter l’impact de leurs adversaires et de proposer des aides de leurs opposants sur leurs extérieurs pour saisir les occasions qui leur seront laissées.

Défensivement, ils devront limiter l’impact de Paul Millsap, et suivre un tempo probablement élevé qui sera imposé par leur coaching staff pour pousser Howard hors de la rotation.

Pourtant, Howard en post-saison a souvent prouvé qu’il est capable de monter en régime, et il pourrait passer la vitesse supérieure pour jouer des coudes avec Gortat.

Postes Intérieurs :  Avantage Hawks

 Le Banc

Si statistiquement le banc des Wizards n’est pas merveilleux sur l’ensemble de la saison, les renforts au fur et à mesure de l’exercice, et la prise de conscience collective du groupe a fait du banc de Washington une véritable plaie. Avec les arrivées de Bojan Bogdanovic et Brandon Jennings, il y a de quoi prendre le relais et dégainer dans tous les sens pour faire sauter le verrou de la défense adverse, qui fait parti de l’élite de la ligue – le tout en ayant déjà des joueurs capables d’apporter de la viande en relais : Jason Smith, Ian Mahinmi.

Kent+Bazemore+Otto+Porter+Jr+Atlanta+Hawks+hqIOpBBbDfyl

En face, le banc des Hawks n’a rien à envier à celui de leurs adversaires, est à l’avantage d’être interchangeable avec le 5 de départ. Avec des joueurs comme Kent Bazemore, Mike Dunleavy ou Thabo Sefolosha, Altlanta possède des options aux profils différents, et à même de prendre un rôle supplémentaire selon les besoins de l’équipe. De plus, l’ajout d’Ersan Ilyasova offre une option pour écarter la défense adverse au poste 4, ce qui ouvre d’autres combinaisons possibles avec le 5 de départ. Notamment s’il s’agit de jouer small-ball.

Le duel des bancs sera crucial dans cette série, et si celui des Hawks semble légèrement plus « complet », la dynamique fait que la confiance sera du côté de Washington. Égalité.

Le Banc : Égalité

Le coach

D’un côté, Mike Buldenhozer, coach des Hawks. De l’autre, Scott Brooks. Le premier a montré son adaptabilité et sa capacité à tirer le meilleur de ses équipes. Le second, a surtout prouvé par son habilité à galvaniser des jeunes groupes, mais a montré de vraies lacunes tactiques.

Formé à l’école Spurs, Buldenhozer sait mettre en place des schémas de jeu, une identité, et aura pour tâche de limiter l’impact de John Wall qui pourrait faire exploser la défense de son équipe. S’il a montré sa faculté à s’adapter en saison régulière, les Hawks sous son ère n’ont jamais pleinement convaincus en post-saison et il en va de même pour son travail de tacticien.

En face, Scott Brooks a connu plus de succès en Playoffs, mais difficile de ne pas souligner la puissance de l’armada qu’il possédait à OKC, et dont il n’a jamais su tirer pleinement profit. Souvent critiqué pour la pauvreté du jeu de ses équipes, il n’a jamais su faire des ajustements qui ont marqués des séries, préférant concentrer son attention sur la faculté qu’il possède à responsabiliser ses joueurs. Un reproche moins entendu pour le moment du côté de Washington, mais qu’il va falloir éprouver durant cette première série de Playoffs.

En somme, si Buldenhozer est probablement un meilleur coach, Brooks possède des armes que n’a pas son opposant, et qui pourrait masquer ses lacunes. Avantage à Atlanta, mais rien de flagrant.

Coach : Avantage Hawks

Facteur X : Contrer John Wall

Le meneur des Wizards joue le meilleur basket de sa carrière, enfin en bonne santé. Véritable dragster capable de pourfendre les défenses, il est en plus entouré de shooters à 3 points capables de profiter des nombreux espaces qu’il créé. Si les Hawks veulent voir le jour, trouver un moyen de limiter l’impact de Wall sera crucial. Ainsi : limiter les transitions, favoriser le jeu placé pour profiter de la force de dissuasion d’Howard et être capable de défendre sur les écrans sans user de switchs intempestifs seront probablement des éléments indispensables. Une affaire qui ne sera pas mince mais pourrait être le seul moyen pour exister.

Résultats en saison : Washington Wizards 3 – Atlanta Hawks 1

28 Octobre 2016: Washington Wizards 99 – Atlanta Hawks 114

5 Novembre  2016 : Atlanta Hawks 92 – Washington Wizards 95

28 Janvier 2017 : Washington Wizards 112 – Atlanta Hawks 86

23 Mars 2017 : Atlanta Hawks 100Washington Wizards 104

Conclusion 

Si les Hawks limitent l’impact de Wall et profitent d’un ou deux coups de chauds de leur backcourt, alors ils pourront prendre des matchs, proposer des rencontres difficiles aux Wizards. A l’inverse, si l’équipe est incapable de stopper leur adversaire, et cherche à pratiquer un basket offensif et une course au scoring, ils risquent de prendre sérieusement l’eau et de subir un sweep douloureux.

Dwight Howard va devoir prendre la dimension qu’on lui attendait du côté d’Atlanta.

En somme, on risque d’avoir du basket accroché, mais la victoire pourrait souvent revenir à une équipe de Washington, simplement plus talentueuse, si pas de nouvelles blessures impromptues.

Pronostic : Wizards 4 – Hawks 1