FAÏSSAL BERKANI /  RÉDACTEUR QI BASKET

Comme l’an passé, les Spurs de San Antonio et les Grizzlies de Memphis vont se retrouver au premier tour des playoffs, sur les mêmes spots. Déjà en 2016, la confrontation semblait déséquilibrée, alors cette année, l’impression est encore plus flagrante. Memphis, qui toujours été une sorte de poil à gratter, une équipe rigoureuse qu’on souhaite à tout prix éviter au premier tour, paraît plus fragile, moins féroce. Le Grizzli n’a plus les dents si aiguisées qu’auparavant. 7 défaites sur les 10 derniers matchs et un bilan tout juste à 53%, soit quasiment comme l’an passé. A l’inverse, les Spurs sont dans la continuité de leurs saisons précédentes. Malgré le départ de Tim Duncan, ils réalisent une superbe saison avec un Kahwi Léonard en mode MVP. Alors si les texans ont marché sur le NBA jusqu’en Mars, les derniers matchs de saison régulière ont montré des signes peu rassurants. D’ordinaire, Gregg Popovich laisse au repos ses cadres pour préparer au mieux les playoffs. Cette année, il déclare être déçu du niveau de ses joueurs et décide de les laisser sur le terrain jusqu’au dernier match, et malgré leur présence, les défaites ont pointé leur bout du nez, notamment face aux jeunes angelinos Clippers et Lakers, et face aux Blazers de Lillard. Alors certes les derniers matchs des Spurs ne sont pas très bons, mais ils sont ultra-favoris sur cette série.

Postes Extérieurs

Tout d’abord, nous aurons le droit à une belle oppositions de meneurs. Côté Memphis, Mike Conley, après avoir signé cet été le plus gros contrat de l’histoire (153 millions de dollars sur 5 ans), devait prouver qu’il méritait son contrat. Cela a été plus ou moins le cas. Son début de saison a été un peu décevant : des petites blessures à répétition, des stats en dessous de ce qu’on attendait de lui (19,3 points de moyenne sur la période pré All-Star à 44% au shoot). Heureusement pour les Grizz, depuis le mois de Février, Conley s’est réveillé. Il tourne à plus de 23 points depuis le AS, avec un très joli 49,5% au shoot. Ajoutez à cela 6,5 passes décisives et 1,5 interceptions. Conley est sur une belle dynamique. Il est devenu la première option offensive et tient le rôle de leader de l’attaque. Il ose beaucoup plus que les saisons précédentes. Il réalise la meilleure saison de sa carrière. A 29 ans, il est au sommet de son art et sera surement surmotivé à l’idée d’affronter Tony Parker. Ce dernier guidera comme il le fait depuis 15 ans son équipe. Après des J.O compliqués, et à bientôt 35 ans, on se demandait si notre TP national aurait encore le niveau d’être titulaire chez les Spurs. Malgré les expectations, le Français a réalisé une saison plutôt correcte. Le début de saison est à son avantage (12.8 pts à 52.6%, 5.2 passes en 26 min sur le mois de Janvier). Par contre, la fin de saison est plus compliquée pour lui : seulement 8.8 points à 44% sur la période post AS en 23 minutes. Honnêtement, TP est honorable. Défensivement c’est souvent limite, mais offensivement, il a toujours ses petits moves en pénétration qui font souvent mal aux défenses. Il sait scorer quand il le faut, notamment avec son shoot à mi-distance qu’il affectionne. Alors forcément, avec Kawhi Leonard et LaMarcus Aldridge, les Spurs n’ont plus besoin d’un apport au scoring aussi conséquent que par le passé. Toutefois, dans un rôle de patron et dans l’animation du jeu, Tony Parker fait le taff. Il possède l’expérience nécessaire pour réaliser une bonne série face aux Grizz.

tony-parker-mike-conley-nba-san-antonio-spurs-memphis-grizzlies1-590x900

Sur les postes d’arrières, Danny Green est très décevant chez les texans. Il tourne à 7,4 points de moyenne. Il n’a plus le rendement qu’il avait y’a deux ans où il tournait à 12 points de moyenne et apportait de la constance au shoot à trois points avec des moyennes à 42% contre 38% cette saison. Il aurait dû être en face à face avec Tony Allen. Malheureusement pour les Grizzlies, l’arrière de 35 ans s’est blessé lors du dernier match de la saison face à Dallas. Il est indisponible jusqu’à nouvel ordre. C’est un coup dur pour Memphis qui perd un fort défenseur, un homme qui aurait pu s’opposer à Kawhi Leonard. Son entraineur, Dave Fizdale, devra donc faire sans lui. Vince Carter sera peut être replacé en deux et James Ennis en 3, ou encore Troy Daniels.

Sur le poste 3, il n’y a pas photo. Kawhi Leonard réalise sa meilleure saison. Il est dans la discussion pour le titre de MVP de la saison régulière. 25,7 points, 6 rebonds. Il mène les Spurs de la meilleure des manières : bon partout, en pénétration, à mi-distance, à trois points, intraitable en défense. Il ne déçoit quasiment jamais. Ancien MVP des finales, il sait comment gérer des playoffs et ce premier tour face au Grizzlies doit être une formalité pour lui pour ensuite se frotter aux Rockets ou au Thunder.

Kawhi-Leonard-

Face à Leonard, il y aurait dû avoir un certain Chandler Parsons… Celui qui a été signé pour 94 millions de dollars sur 4 ans, est surement l’une des plus grosses déceptions et l’une des plus grosses arnaques de l’année. 34 matchs joués, 6,2 points de moyenne : ses statistiques sont inqualifiables. Memphis a fait une erreur en recrutement Parsons pour si cher. Il est blessé au genou depuis Mars et rejouera probablement la saison prochaine. Dès lors, Memphis s’appuie sur le poste 3 sur le vétéran des vétérans Vince Carter qui, à 40 ans, est dans une forme impressionnante. En 2017, Vince Carter ne claque plus de gros dunks certes, mais il montre toujours de belles choses avec Memphis, faisant même partie des Top 10 de la NBA avec des lays-up et des moves sublimes. A 40 ans, c’est tout simplement exceptionnel de tourner à 25 minutes par match, avec 8 points et 3 rebonds. Mais face à l’ogre Kawhi Leonard, cela ne suffira pas. Autant sur le poste de meneur, Memphis est supérieur. Autant sur l’ensemble des postes extérieurs, la présence de Kawhi Leonard fait pencher la balance du côté des Spurs. Avec la blessure de Tony Allen, Carter aura encore plus de travail.

Postes Extérieurs : Avantage Spurs

Postes Intérieurs

Il va y avoir du sport à l’intérieur ! Les Spurs peuvent s’appuyer sur LaMarcus Aldridge sur le poste 4. Une saison convenable pour l’ancien Trail-Blazers. 17,3 points de moyenne, 7,3 rebonds en 32 minutes. On est forcément un peu déçu quand on repense à ces stats de Portland où il tournait à plus de 23 points et 11 rebonds. Mais, en arrivant aux Spurs, on savait que le collectif prendrait le pas sur l’individuel. Sur le terrain, il est toujours aussi efficace avec son tir à mi-distance ligne de fond qui fonctionne à tous les coups. N’oublions pas son malheureux problème de santé et son arythmie cardiaque qui nous a fait peur. Par chance, il est revenu très rapidement sur le terrain et semble en forme. Il sera l’un des éléments majeurs de cette série et des Spurs durant les playoffs.

A côté de lui sur le poste de pivot, il est aligné avec Dewayne Dedmon. Joueur encore très peu connu du grand public. Originaire de Californie, il n’est pas drafté mais entre dans la ligue en 2013 avec les Warriors où il ne joue qu’en D-League. Il est ensuite transféré à Philadelphie puis à Orlando où il va rester pendant trois saisons avec de petits temps de jeu et des stats mineures mais quelques sorties intéréssantes. Il arrive cette année à San Antonio et profite de la blessure de Pau Gasol en mi-saison pour gagner la place de pivot titulaire. Alors ces stats ne sont que très faibles (5,1 points, 6,5 rebonds) mais sa taille (2m13) est importante en défense pour dissuader. Son implication défensive ne se chiffre pas mais est bien réelle. Il comble bien les lacunes défensives de Pau Gasol. C’est un joli coup de la part des Spurs d’avoir recruté Dedmon.  Mais face à lui, il va retrouver l’un des meilleurs pivots de la ligue : Marc Gasol. L’espagnol de 32 ans réalise sa meilleure saison offensivement. Avec 19,6 points de moyenne, l’ancien défenseur de l’année en 2013 est devenu un réel attaquant avec maintenant une capacité à s’écarter de la raquette et à aller shooter à 3 points avec près de 3,5 shoot pris longue distance pour 38% de réussite. Sa volonté de shooter et d’aller au large se ressent dans ses stats au rebonds (6,2 rebonds, soit sa plus faible moyenne de sa carrière en NBA). Il n’en reste pas moins un excellent pivot, toujours aussi fort physiquement. Face à la raquette des Spurs, sa capacité à jouer physique dans la raquette et à jouer au large va clairement l’avantager.

NBA: San Antonio Spurs at Memphis Grizzlies

Il sera épaulé sur le poste 4 par JaMychal Green qui réalise une saison correcte à 9 points de moyenne et 7 rebonds en 27 minutes. C’est le Grizzli qui a le plus joué de la saison, et qui fait parti des joueurs importants pour David Fizdale. Il aura fort à faire face à LaMarcus Aldridge. Dès lors, les deux raquettes semblent être assez similaires. L’opposition Aldridge/Dedmon vs J.Green/Gasol promet de beaux moments pour les fans des big men.

Postes Intérieurs : Egalité

Les bancs

Le banc des Spurs est clairement un banc de qualité : les Spurs ont choisi de placer Pau Gasol comme 6ème homme et donc de laisser Dedmon titulaire. On ne sait pas si durant les playoffs Popovich va vouloir remettre Pau titulaire mais s’il reste sur le banc, il va apporter du scoring et de l’expérience au banc des Spurs. A 36 ans, l’ainé des frères Gasol a connu une saison un peu compliquée avec quelques petites blessures. Mais il n’en reste pas moins un très bon apport avec 12 points et 8 rebonds. Niveau expérience, les Spurs pourront encore compter sur Manu Ginobili. Cette saison, la 14ème en NBA, l’argentin apporte son expérience aux nouveaux Spurs. Il tourne à 7,5 points par match pour 19 minutes de jeu. Gregg Popovich sait très bien que Ginobili n’a plus les jambes d’autrefois et fait de son mieux pour le préserver un maximum afin qu’il soit utile en playoffs durant les matchs fermés. Il a le rôle de joker qui pourra aider sur des séquences, notamment à 3 points.

ginobili

Toujours dans le côté expérience, on retrouve David Lee qui pourra aider à l’intérieur lui qui a fait une saison régulière très convenable avec ses 7,5 points et 5,5 rebonds. Vint ensuite l’un des joueurs clé de ce banc, Patty Mills qui derrière Tony Parker joue un rôle très important à la mène. Meneur scoreur, il tourne à presque 10 points par match. Il apporte énormément aux Spurs quand il faut dynamiser un peu le jeu, ou dans des situations où il faut revenir au score grâce à son adresse à trois points. On retrouve aussi Jonathon Simmons qui sur le poste 2 apporte quelques points et un peu de fougue, Kyle Anderson en back-up de Kawhi Leonard ou encore David Bertans à l’intérieur. Le banc des Spurs est très varié, profond et de qualité.

Mais attention au banc de Memphis qui est aussi plutôt correct : En sixième homme, on retrouve le bon vieux Zach Randolph qui s’épanouit en sortant du banc. L’an passé, l’ailier fort de 2m06 des Grizzlies de Memphis semblait sur la pente descendante. On pensait qu’il n’allait plus rien apporter cette saison et qu’il ne serait plus le joueur qu’on a connu. Et pourtant, Randolph et le coach des Grizzlies ont été très intelligents. Randolph est désormais placé sur le banc comme 6ème homme et ce nouveau rôle lui va parfaitement. Avec 24 minutes par match, il compile 14 points de moyenne et 8,3 rebonds, ce qui fait de lui le 3ème force offensive de Memphis, derrière Marc Gasol et Mike Conley. Physiquement, Randolph en impose toujours autant et martyrise encore de nombreuses défenses. Avec lui à l’intérieur Brandon Wright et Deyonta Davis qui semblent encore trop justes pour inquiéter les Spurs. Sur les potes extérieurs, on retrouve Troy Daniels qui compile de belles sorties grâce à son adresse à trois points, James Ennis III qui est devenu le back up sur le poste 3 de Vince Carter. Enfin, Wayne Selden et Wade Baldwin IV tournent sur les postes 1 et 2 pour remplacer Conley quand il est sur le banc.

9860079-nba-memphis-grizzlies-at-minnesota-timberwolves.jpg

Vous l’aurez compris, même si le banc des Grizzlies est convenable, il manque de profondeur et de régularité, contrairement à celui des Spurs qui est à la fois long, régulier et de qualité.

Le Banc : Avantage Spurs

Les coachs

Bon, bah quand dans le duel on a Gregg Popovich, y’a pas photo. Le futur coach de Team USA est la référence en NBA. Avec lui, San Antonio représente l’une des équipes les plus efficaces tactiquement de la ligue. Face à lui, il tombe sur David Fizdale qui effectue sa première année en tant qu’head coach après près de huit ans aux côtés d’Eric Spoelstra au Heat de Miami. Fizdale réalise une saison plutôt correcte même s’il y a eu des petites frayeurs durant la saison où sa place n’était pas assurée. Il a su se remettre en question et faire aussi bien que Dave Joeger l’an passé avec une 7ème place. Néanmoins, face à Popovich, il ne fait pas le poids.

Coach : Avantage Spurs

Le facteur X : Zach Randolph

Cela peut paraître surprenant mais c’est clairement le facteur X de la série pour les Grizzlies. Lors des affrontements en saison régulière, à chaque fois que Zach Randolph a été bon, les Spurs ont perdus, ou ont dû cravacher pour l’emporter. Contre les Spurs, il arrive à trouver les bonnes positions, les bons espaces. Aldridge et Pau Gasol ont du mal à défendre contre lui. Si Randolph est en forme et qu’il sort des matchs à 15/20 points et 10 rebonds, et que les titulaires assurent, les Spurs devront sortir le grand jeu pour l’emporter.

 Résultats en saison : Memphis Grizzlies 2 – San Antonio Spurs 2

Mercredi 6 Février 2017 : San Antonio Spurs 74 – Memphis Grizzlies 89

Samedi 18 Mars 2017 : San Antonio Spurs 96 – Memphis Grizzlies 104

Jeudi 23 Mars 2017 : Memphis Grizzlies 90 – San Antonio Spurs 97

Mardi 4 Avril 2017: Memphis Grizzlies 89 – San Antonio Spurs 95 (OT)

Calendrier

Match 1 (@ San Antonio) : Samedi 15 Avril à 02h00

Match 2 (@ San Antonio) : Lundi 17 Avril à 03h30

Match 3 (@ Memphis) : Jeudi 20 Avril à 03h30

Match 4 (@ Memphis) : Samedi 22 Avril à 02h00

Match 5 (@ San Antonio) : Mardi 25 Avril (horaire à déterminer)

Match 6 (@ Memphis) : Jeudi 27 Avril (horaire à déterminer)

Match 7 (@ San Antonio) : Samedi 29 Avril (horaire à déterminer)

Conclusion

Comme on le voit dans les affrontements en saison régulière, les Spurs ont eu beaucoup de difficulté face aux Grizzlies. Mais, en playoffs, les Spurs seront sérieux et concentrés. Ils ont de la chance de tomber sur une équipe qui joue sur demi-terrain, sur un tempo plutôt lent, un jeu que les Spurs adorent. Ils devront faire attention à la raquette de Memphis. Aldridge et Pau Gasol devront être au top pour ne pas se faire peur. Les Grizzlies devront tout faire pour tenter de stopper Kahwi Leonard, ce qui parait compliqué.

Pronostique : San Antonio 4 – Memphis 1