JORDAN BONNARDEL  /  RÉDACTEUR – GRAPHISTE QI BASKET

La saison régulière :

Toronto Raptors :

Les Raptors sont doucement entrain de nous habituer à côtoyer les sommets de la Ligue. Les derniers finalistes de la conférence Est ont encore une fois assuré en Saison Régulière cette année avec plus de 50 victoires et se qualifient pour la 4ème fois d’affilées en Playoffs.

L’équipe a prouvé avec un bon bilan et une 3ème place à l’Est, mais aussi par de belles performances face aux cadors de l’Est et de l’Ouest (victoires contre Cleveland et Golden State cette saison) qu’on pouvait (encore une fois) compter sur elle. Celle-ci étant particulièrement magnifiée par la meilleure performance en carrière sur une saison pour leur arrière/ailier scoreur DeMar DeRozan qui a enchainé les cartons cette année.
La présence de bons babars avec de bonnes mains à l’intérieurs (Ibaka le pari réussi et Valanciunas) couplés au retour en forme de Kyle Lowry les placera au rang de favoris cette année encore.

Milwaukee Bucks :

Quelle belle bande de jeunes. C’est le premier constat que je peux faire en regardant cette équipe des Bucks. Créant la surprise en 2014-2015, mais ne confirmant pas l’an dernier (en ratant les joutes d’Avril), les regards et les attentes étaient plus que jamais rivés sur eux cette année. Pour ce qui est des attentes, on peut dire que la Franchise coachée par J.Kidd a su les relever : non seulement avec sa qualification en Playoffs (une belle et surprenante 6ème place), mais aussi grâce à son désormais top joueur all-around et All-Star Giannis Antetokounmpo.

Cette SR s’est donc globalement bien passée. L’équipe aura tout de même connu deux mauvaises séries à cheval entre mi-janvier et début février (deux fois 5 défaites d’affilées). Mais les Bucks ont tout de même réussi à remonter la barre par la suite (ils étaient tombés jusqu’à 9ème place de la Conférence Est) afin de s’assurer tranquillement une qualification en PO, et ce sans leur deuxième jeune vedette, Jabari Parker, qui s’est blessé à la fin de cette période noire.

Résultats en saison régulière :

Samedi 26 novembre 2016 : Milwaukee Bucks 99 – Toronto Raptors 105

Mardi 13 Décembre 2016 : Toronto Raptors 122 – Milwaukee Bucks 100

Samedi 28 Janvier 2017 : Toronto Raptors 102 – Milwaukee Bucks 86

Dimanche 5 Mars 2017 : Milwaukee Bucks 101 – Toronto Raptors 94

Place aux PLAYOFFS

Matchups

Le secteur extérieur :

demar-derozan

Sur le papier, on pourrait presque dire que le match est déjà joué. En effet Toronto possède une paire de guard de haut niveau qui en plus de ça pète la forme (les deux réalisent leur meilleure saison en carrière). Entre DeRozan qui finit dans le top 10 meilleurs marqueurs avec des pointes et enchainements à 30, 40 points, et un Kyle Lowry (22 points, 7 passes) qui revient de blessure mais qui semble déjà au top de sa condition physique. Le tout complété au poste 3 par un DeMarre Carroll solide en défense, on voit mal comment l’adversaire peut lutter…

Du côté de l’équipe du meilleur grec de la NBA (qui va alterner entre l’extérieur et l’intérieur), le constat n’est pas catastrophique mais moins reluisant. Orphelin de son 2ème scoreur, l’ailier Jabari Parker blessé (encore une fois… la poisse), et même s’il est soulagé au poste 3 par un très bon Middleton de retour de blessure et qui fait du bien en attaque (14,7 points et 3,4 passes), la mène, elle,  reste assez inexpérimentée. Brogdon fait de très bon début en NBA (dans la course au ROY), le rookie a même été titularisé récemment mais on ne peut s‘empêcher de relever son manque d’expérience face à un Kyle Lowry dans une très bonne dynamique. Tony Snell lui est moyen, gêné par les blessures cette année, son temps de jeu et son apport a diminué, cela risque donc d’être assez juste pour cette future série.

Avantage : Toronto Raptors

Le secteur intérieur :

NBA: Milwaukee Bucks at Toronto Raptors

Les Raptors sont également très solides dans la raquette. Le duo Ibaka (arrivé en cours de saison, et qui comme je l’ai dis plus haut se révèle être un bon coup) et Valanciunas se complètent à merveille, l’un pour la besogne défensive et l’autre pour l’attaque.
Ils ont les moyens de faire très mal à leur adversaire.

Car du côté des Bucks même si on retrouve la pièce maitresse des Daims : Giannis (il peut alterner en jouant à la mène ou à l’aile aussi certes), qui jusqu’à maintenant a été intenable pour les Raptors. Ces derniers ont même perdus lors de leur dernière confrontation face au géant européen qui est aujourd’hui plus affuté que jamais. Il va être partout et le contrôler sera difficile tant il est grand, rapide et puissant. Ibaka devra sûrement s’y coller, mais son déficit de taille et d‘athlétisme jouera sûrement en faveur d’Antetokounmpo.

Le poste de pivot lui est un peu fébrile, avec un Thon Maker qui s’est vu certes intégrer le 5 majeur récemment, mais qui ne sera pas encore assez mûr pour peser sur des rencontres en PO. Son temps de jeu en SR révèle d’ailleurs qu’à l’intérieur de la raquette les Bucks vont devoir plutôt s’appuyer sur leur banc (voir ci-dessous).

Alors malgré un énorme Giannis dans le 5 majeur…

Avantage : Toronto Raptors

Le banc

raptors-toronto-bucks-milwaukee

Le banc des Raptors est à l’opposé de son 5 majeur qui est équilibré et globalement fort… En effet il est assez faible. Aucun des joueurs sur le banc ne dépasse la marque des 10 points par match et je n’en vois aucun (que ce soit Cory Joseph même s’il est expérimenté, D.Wright, Tucker ou P.Patersson) capable de faire basculer un match voir une série en jouant le facteur X.

De l’autre côté, le banc des Bucks vient compenser une certaine inexpérience notamment à la mène (le rookie Brogdon), avec Dellavedova. L’ancien chien de garde des Cavs lors des finales 2014/2015, vient apporter son expérience et sa hargne défensive en sortie de banc. L’ancien coéquipier de Kidd, Jason Terry (40 printemps) est lui aussi là pour veiller au grain sur le vestiaire et apporter son histoire et son expérience de Champion aux jeunes Bucks qui n’ont rien à perdre sur cette série. Ajoutons également à l’intérieur un Greg Monroe avec des statistiques solides (11,8 points et 6,6 rebonds) qui pourra apporter beaucoup en energizer et notamment compenser les faiblesses de T.Maker. Nous pouvons donc penser que sur certaines séquences l’équipe remplaçante des Bucks aura la capacité de gêner celle les Raptors.

Avantage : Milwaukee Bucks

Le coaching :

Jason Kidd Dwane Casey Face Off

Dwyane Casey n’a plus grand chose à prouver en saison régulière, en menant ses hommes à la 3ème place (avec un Lowry blessé une grande partie de la saison…). Mais aussi en après-saison puisqu’il aura porté la franchise canadienne jusqu’en finale de conférence à l’Est l’an dernier. Il a aussi poussé son combo Lowry / DeRozan au top de leur carrière, et ses choix tactiques (ainsi que sa confiance en eux) y sont très certainement pour beaucoup.
Paradoxalement il a du mal à impliquer ses intérieurs en PO (Valanciunas par exemple), et ses tactiques dans la raquette se sont souvent révélées douteuses (ce qui le met sur la sellette depuis 2 ans malgré de bons résultats). En espérant qu’il profite cette fois-ci de sa bonne paire Ibaka/Valanciunas cette fois-ci.

En face il devra affronter le diable de Jason Kidd. Après être passé par une expérience assez mitigée pour son année rookie en tant que coach chez les Brooklyn Nets, il semble que le joueur légendaire et retraité a réussi à trouver sa place et à imposer sa patte du côté du Wisconsin. Il faut le dire, Giannis Antetokounmpo lui doit beaucoup, car c’est grâce à lui qu’il a pu devenir si polyvalent à tous les postes, notamment lorsqu’il l’a placé à la mène sans hésiter une seule seconde.
Cette année a également été marquée par les blessures du côté des Bucks, mais le bon management de Kidd a permis à l’équipe de résister et de s’accrocher à une très bonne 6ème place. Là ou personne ne les attendait.

Avantage : Avantage Bucks

Conclusion et attentes:

Le bilan est assez net, les Raptors semblent assez au dessus des Bucks sur cette série. On attend beaucoup du duo Lowry/DeRozan pour confirmer leur niveau de saison régulière.
Ils partent avec plusieurs avantages au niveau des matchs-up que cela soit à l’extérieur ou à l’intérieur. Mais aussi et surtout avec beaucoup plus d’expérience que Milwaukee en Playoffs.
Car en effet, même si l’équipe des Bucks menée par son joueur All-Star va venir affamer sur le terrain et n’aura rien à perdre, sa jeunesse et son infériorité globale dans l’exercice de l’après-saison risque d’être fatale. Toutefois attention à ce que Kidd ne réussisse pas à trouver l’alchimie parfaite entre ses « jeunes » et ses « vieux » en PO. Sachant qu’ils ont réussis à surprendre les Raptors pour leur dernière confrontation en SR…

Ceci étant dit, je ne vois pas les Bucks prendre plus d’un match sur cette série et je tablerai sur un:

Toronto Raptors 4 – 1 Milwaukee Bucks

Et vous ?

Calendrier des rencontres :

– Game 1 : 15 avril (à Toronto), 23h30

– Game 2 : 18 avril (à Toronto), 1h

– Game 3 : 20 avril (à Milwaukee), 2h

– Game 4 : 22 avril (à Milwaukee), 21h

– Game 5 : 24 avril (à Toronto), 1h

– Game 6 : heure et date à déterminer (à Milwaukee)

– Game 7 : heure et date à déterminer (à Toronto)