Après une journée de repos, la NBA revenait ce dimanche, en prime-time, pour deux matchs de haute-volée. Une soirée qui marquait non seulement la fin du 1er tour des Playoffs ainsi que le début des demi-finales, avec deux rencontres au programme: le Game 7 entre les Los Angeles Clippers et l’Utah Jazz au Staples Center et le Game 1 entre les Boston Celtics et les Washington Wizards. Voici le résumé de la soirée du 30 avril 2017!



Game 1 – Boston CelticsWashington Wizards : 123 – 111 (1 – 0)

 

Probablement une des séries les plus attendues de ces Playoffs. Après avoir disposé de Chicago et d’Atlanta, Boston et Washington se retrouvaient face à face pour le premier match les opposant dans la série. En sachant les échauffourées entre les deux équipes durant la saison régulière, cette série a de quoi nous promettre beaucoup de choses: de l’intensité, du beau jeu, du talent, des performances dingues et, a priori, des oppositions serrées. Cela a commencé hier, au TD Garden de Boston, où les Celtics ont su renverser la situation après une entame de match très difficile pour s’imposer solidement face à des Wizards inconstants. Entame de match très difficile? C’est un euphémisme. Boston n’a marqué aucun point durant les quatre premières minutes du match, voyant les hommes de Scott Brooks prendre un premier gros avantage (0-16). Le premier panier des C’s est pour Avery Bradley et interviendra après six minutes de jeu (!), c’est dire la très mauvaise entame des hommes de Brad Stevens. Néanmoins, Isaiah Thomas permet de  faire revenir son équipe avec deux tirs primés de suite et une dent en moins, perdue sur un contact avec Otto Porter Jr. Cela ne le déstabilise pas pour autant puisque Isaiah  va remettre un tir primé quelques minutes plus tard, il en est déjà à 12 points et son équipe revient à douze points des Wizards (20-32). En provenance du banc, Kelly Olynyk apporte de précieux points pour revenir sur Washington avec 10 points et une présence près du cercle qui fait du bien. Néanmoins, c’est les Wizards qui mènent, notamment grâce à un grand Marcin Gortat qui cumule déjà à trois rebonds offensifs (24-38). Cependant, quand les remplaçants jouent, Washington est moins menaçant. La second unit de la capitale n’est pas dans un bon soir et Boston reviendra petit à petit grâce à une défense plus oppressante et une plus grande présence au rebond. Terry Rozier et Marcus Smart ramènent ainsi les Celtics suite à un put-back du meneur back-up d’Isaiah, puis Avery Bradley, aux lancers et derrière l’arc, ramène les Celtics à égalité (56-56). Le tournant du match (de la série?) intervient dans ce second quart-temps avec la blessure de Markieff Morris. Une vilaine entorse du pied en retombant sur la patte de Al Horford l’oblige à quitter ses partenaires. Grosse inquiétude pour Washington tant l’ailier-fort est important dans la rotation de Scott Brooks, Washington reste néanmoins devant à la pause grâce à Bradley Beal, John Wall, Otto Porter et Kelly Oubre, tous ayant au moins neuf points à la pause, mais l’étau se resserre pour les hommes de la capitale (59-64). C’est à partir du troisième quart-temps que la domination Celtics prend le dessus. Menés par un Isaiah Thomas de folie, les Celtics prendront l’avantage très rapidement grâce à Jae Crowder sur une passe d’I.T (73-71). Les Wizards résistent tant bien que mal, grâce à Bradley Beal et surtout Otto Porter, mais en face d’eux, il y a un Al Horford de folie qui fait le café à l’effectif de Scott Brooks, que ce soit au scoring, dans la prise de rebond, en défense et aux caviar, Al Horford est partout et ça se voit dans sa ligne de stat’. Avec onze points dans ce quart-temps, Isaiah Thomas fait souffrir la défense des Wizards, bien aidé par la totalité de ses coéquipiers, pour avoir quinze points d’avance à l’entame de l’ultime quart-temps. La défense de Washington est fébrile et les possessions offensives ne sont pas fluide. Certes, John Wall continue de distribuer le jeu, mais la frustration de voir que personne ne joue sur le joueur défendu par Isaiah Thomas (souvent Otto Porter en plus) montre à quel point les actions offensives des Wizards sont mal exécutées (95-80). Rien n’est fait néanmoins, et Washington le montre dans le dernier quart-temps avec deux paniers avec la faute de Bradley Beal puis de Bojan Bogdanovic sur un tir primé (99-95). Cependant, et sans trembler, le collectif de Boston assure la victoire avec un Al Horford complet (21 points, 10 passes, 9 rebonds) et un Jae Crowder décisif (24 points) permettant de faire un dernier écart en fin de match. Victoire de Boston, donc, et 1 – 0 dans la série pour les Celtics avec un Isaiah Thomas incroyable (33 points, 9 passes à 11/23 au tir). Boston fut meilleur collectivement leur permettant de prendre ce premier match au détriment de l’effectif de John Wall (20 points, 16 passes) qui n’a pas su s’affirmer sur la durée après une entame de match parfaite. Il faudra attendre les résultats de l’analyse médicale sur Markieff Morris, blessé et questionable pour le Game 2, mais dans tous les cas, Washington a pris un mauvais départ…



Game 7 – Los Angeles ClippersUtah Jazz : 91 – 104 (3 – 4)

 

Et c’est maintenant qu’on pleure. Premièrement de rire car Los Angeles a encore réussi à se faire éliminer en premier tour de Playoffs en perdant ce Game 7, à la maison, face à une très belle performance collective du Utah Jazz, sur le score de 104 à 91. Deuxièmement de tristesse, car c’était surtout la dernière sortie en NBA de Paul Pierce. Légende de Boston, champion NBA en 2008, « The Truth » avait annoncé sa retraite en septembre dernier, jouant ainsi sa dernière saison à Los Angeles. Son dernier match, c’était hier et l’émotion était présente. Sur le visage de Paulo tout d’abord, les larmes aux yeux à quelques secondes de la fin du match. Ensuite au coup de sifflet final lorsque chaque joueur l’a pris dans ses bras pour le saluer, en guise de respect pour sa carrière. Enfin, sur les réseaux sociaux, chaque joueur NBA ayant lâché son petit tweet pour célébrer La Vérité. Une soirée forte en émotion, mais on aurait espérer mieux comme dernière sortie, car The Truth ne méritait certainement pas de partir après une performance d’équipe aussi mauvaise que ce qu’à proposé les Clippers hier. Pourtant, le Jazz commençait déjà avec un handicap de taille avec les deux fautes rapides de Rudy Gobert, contrait de rejoindre le banc plus vite que prévu, mais ça n’empêche pas le bon début de match de Salt Lake City avec un Boris Diaw passeur et un Gordon Hayward à l’affût au scoring (12-18). Les Clippers, en l’absence de Blake Griffin, doivent compter sur d’énormes performances de Chris Paul, et le meneur angelino le sait. C’est lui qui ramène L.A dans le match dans le premier quart-temps avec neuf points d’entrée de jeu, permettant aux Clipp’s de revenir à égalité (24-24). Rodney Hood et Derrick Favors sont adroits ce soir et sont les grands instigateurs du premier grand run du match avec un 17-6 en début de second quart-temps, permettant à l’équipe de Quin Snyder de prendre les devants (30-41). Rudy Gobert fait une petite apparition pour se prendre une troisième faute, mais Utah gère son business. L’absence de Chris Paul, sur le banc à ce moment-là, fait très mal aux joueurs de Doc Rivers, son retour sur le parquet permet aux Clippers de relancer la machine, mais à part lui et DeAndre Jordan, aucun autre joueur de Los Angeles n’est adroit, tandis que le collectif de Quin Snyder déroule avec cinq joueurs à minimum sept points à la mi-temps (39-46). Rudy Gobert entame la seconde mi-temps avec, à nouveau, une faute, sa quatrième, mais là encore le Jazz ne désespère pas. Défensivement, Salt Lake City limite les Clippers à cinq points en cinq minutes et les hommes de Quin Snyder prennent un avantage encore plus conséquent, transformant le Staples Center en église. C’est Boris Diaw qui mène la danse avec huit points dans ce quart-temps, dont un dunk (!), permettant aux Jazzmens de prendre un avantage de dix-sept points (44-61). Pire encore pour Doc Rivers, Derrick Favors, sur son quatrième rebond offensif du match, donne à son équipe un avantage de vingt-et-un points (50-71). Pas très sérieux pour un Game 7, ma foi, mais les Clippers repasseront à moins de vingt points d’écart, mais cela n’empêche pas le Jazz de commencer les douze dernières minutes de la série avec seize points d’avance (63-79)… C’est le moment où Jamal Crawford décide de se réveiller. Enchaînant bombe sur bombe depuis le parking, Crawford ramène les Clippers à douze points du Jazz, puis J.J Redick, affreux que ce soit offensivement ou défensivement, met son premier panier du match à trois minutes de la fin du match (90-98). Steve Ballmer, propriétaire des Clippers, y croit. Cependant en face, Utah gère cette fin de match, sans trembler. Sans Derrick Favors, auteur d’un gros match mais expulsé pour six fautes, et Rudy Gobert, lui aussi expulsé pour six fautes en ayant joué que treize minutes, le Jazz assure chaque possession que ce soit défensivement avec des rebonds pris avec sérénités, ou offensivement avec George Hill, Joe Johnson et Joe Ingles qui mettent leurs paniers et un Gordon Hayward décisif. Chaque panier de l’ailier du Jazz est ressenti comme un coup de couteau dans les espoirs de demi-finales de conférences des Clippers. Utah gère le money time et l’emporte sur le score de 104 à 91. Avec sept joueurs à plus de dix points, Salt Lake City a été plus sérieux collectivement que les Clippers d’un DeAndre Jordan impressionnant (24 points et 17 rebonds) mais aussi d’un Chris Paul inexistant en deuxième période (13 points, 9 passes). Paul Pierce finira son dernier match en NBA face à Utah avec 6 points en vingt-deux minutes et dit adieu aux parquets de la NBA, en tant que joueur en tout cas. Quant à la franchise de Doc Rivers, il faudra faire des choix cette été: Chris Paul et Blake Griffin peuvent activer leur player option, J.J Redick est free agent tout comme Mareese Speight, il faudra trouver des solutions pour revenir plus fort l’année prochaine. Utah, quant à eux, vont affronter Golden State au seconde tour, un duel intéressant qui sera à suivre dés mardi.

Qualifié: Utah Jazz (4-3)



Une dent perdue, une légende à la retraite, un énième choke des Clippers, c’était une soirée particulière hier ! Le 1er tour des Playoffs est enfin terminé, c’était bien. Maintenant, place aux choses sérieux avec les demi-finales de conférences. Ce soir, deux matchs à ne pas manquer: à 01h du matin (heure française) Toronto se déplace à Cleveland dans le remake des dernières finales de conférence. Ensuite, direction l’AT&T Center pour une série 100% Texas ! À 03h30 du matin, c’est Houston qui affronte San Antonio dans un duel au sommet. À ne pas manquer !

ROOKIE WALL / CONTRIBUTEUR QI BASKET