Deux matchs cette nuit avec notamment le retour des Golden State Warriors dans ces Playoffs après leur sweep sur Portland. Ils affrontaient Utah à l’Oracle Arena dans le cadre de leur série de demi-finale de conférence. L’autre rencontre, c’est le Game 2 entre Boston et Washington, un match particulier pour Isaiah Thomas… Retour sur cette nuit du 02 mai !



Game 2 – Boston CelticsWashington Wizards : 129 – 119 (2 – 0)

 

Ce 02 mai 2017 était très particulier pour le meneur des Celtics, Isaiah Thomas. En deuil depuis le début des Playoffs après le décès prématuré de sa sœur quelques heures avant le Game 1 contre Chicago, il y a presque un mois, I.T affrontait Washington hier soir, jour de l’anniversaire de sa sœur. Forcément, les pensées d’Isaiah étaient pour elle, mais le meneur celte, qui avait dit vouloir tout abandonner suite à cet événement tragique, avait à cœur de lui rendre hommage de la meilleure des façons sur ce match. Ce Game 2 du lutin démontre tout le respect qu’on doit avoir pour le joueur car, avec un contexte aussi douloureux et malheureux que celui qu’il vit, réussir à claquer 53 points sur la tête des Wizards après une prolongation, en étant aussi décisif dans la victoire des siens dans un jour aussi important, c’est incroyable. Dans un match intense, à l’image de Markieff Morris qui envoie Al Horford dans les photographes sur une prise de rebond dés les premières minutes du match, c’est Washington qui prend le meilleur départ avec un 16-8 initial, sous l’impulsion d’un John Wall déjà à 8 points. Boston est encore à la peine défensivement avec 42 points encaissés en douze minutes, même si I.T marque 13 des 23 premiers points des C’s. Mais Washington fait bien tourner le ballon et John Wall éclabousse les joueurs de Brad Stevens de son jeu dans le premier quart: 19 points et 6 passes en douze minutes (29-42) ! Profitant du repos de Wall sur le banc, les Celtics entament une remontée avec un 11-4 terminé sur un alley-oop entre Thomas et Al Horford (40-46). Boston, comme dans le Game 1, revient sur Washington dans le deuxième quart-temps, notamment grâce à son banc avec Terry Rozier et Marcus Smart. Al Horford donnera même l’avantage aux C’s en fin de mi-temps, mais les Wizards finiront mieux le second quart-temps et prendront l’avantage à la pause (64-67). Après ses 23 points en première mi-temps, John Wall continue son travail de sape et va redonner un écart avec Boston, bien aidé par Otto Porter et Marcin Gortat. Quatorze points d’écart les séparent, notamment à cause de la maladresse au shoot des hommes en vert, mais aussi par l’activité de John Wall qui en est déjà à 31 points. Cependant, le banc des Celtics est décisif et va faire revenir la franchise du Massachussets dans le match, à cinq unités derrière les joueurs de Scott Brooks à la fin du troisième quart-temps, notamment grâce à Kelly Olynyk et Terry Rozier (84-89). Dés le début du dernier quart-temps, les C’s vont mettre la pression sur Washington et reprendre l’avantage grâce à Avery Bradley, au terme d’un run de 14-4 à sept minutes de la fin du match (102-99). Les Wizards ne craquent pas, et inflige à leur tour un 8-0 qui leur permet de repasser devant. Néanmoins, c’était la soirée d’Isaiah Thomas, et on le sait, dans le quatrième quart-temps, le bonhomme est souvent chaud comme la braise. C’était encore le cas hier: 44 points au terme du temps réglementaire dont… 20 points dans l’unique dernier quart-temps, hallucinant. En très grande partie grâce à lui, les Celtics égaliseront et arracheront la prolongation, Washington n’arrivant pas à marquer le dernier shoot au buzzer. Overtime ! Dans cette prolongation, les Wizards seront en souffrance face à la combativité des joueurs de Brad Stevens. Sur un rebond de Marcus Smart, Marcin Gortat prend sa sixième faute et est expulsé du match. Il en va de même pour Markieff Morris qui, sur un incroyable panier d’Isaiah Thomas, prendra lui aussi sa sixième faute. Ce dernier sera, une nouvelle fois, énorme dans ces cinq minutes supplémentaires: sept points permettant ainsi au lutin de rentrer dans la cour des joueurs ayant marqué plus de 50 points dans un match de Playoffs. Légendaire, il aura été le grand artisan de la victoire des Celtics dans ce Game 2. Résultat: 129-119 pour Boston qui fait un sans-faute à domicile avant de se déplacer au Verizon Center de Washington. Cela fait 2 à 0 pour Boston qui met la pression sur un Washington qui sera déjà dans la quasi obligation de l’emporter, chez eux, dans le Game 3 s’ils veulent une chance de jouer les finales de conférence. Il faudra compter sur un grand John Wall, à l’instar de ce match où il finit à 40 points et 13 passes, mais aussi à un grand Bradley Beal qui n’y était pas du tout (14 points à 4/15 dont 1/9 à trois points, et 9 ballons perdus). Dans tous les cas, cette série tient déjà toutes ses promesses.



Game 1 – Golden State WarriorsUtah Jazz : 106 – 94 (1 – 0)

 

La coïncidence est belle. Ce Game 1 entre les Warriors et le Jazz était le cadre d’une cérémonie rendant hommage à l’équipe de Golden State de 2007 qui avait crée l’un des upsets les plus incroyable de l’histoire sur les Mavericks, leader de la conférence Ouest à l’époque. Si la coïncidence est belle, c’est que cette équipe avait été éliminée, en demi-finale de conférence, par le Jazz à l’époque. Si Andreï Kirilenko n’était pas présent pour cause de traumatisme après l’incroyable poster de Baron Davis sur lui, les cadres des Warriors « We Believe » étaient là, et quoi de mieux qu’une victoire du Golden State actuel face à Utah dans ce Game 1 pour célébrer cette équipe? Dés le début du match, les Warriors donnent le tempo avec un 9-0 initial qui oblige Quin Snyder à prendre le premier temps mort du match. Défensivement, Golden State fait mal mais Utah, grâce à sa propre défense et à des tirs contestés, reviennent à -1 (20-19). Stephen Curry et ses 12 points redonnent un net avantage pour Oakland, qui finit le quart-temps avec six points d’avance (27-21). Steve Kerr étant toujours absent, c’est Mike Brown qui est toujours au coaching et ces hommes continuent de martyriser la défense de Utah avec un run de 12-4 d’entrée de second quart-temps (39-25). Le comble pour le Jazz, c’est de perdre la bataille du rythme, et malgré un tir primé de George Hill et le troisième dunk de la rencontre de Rudy Gobert, les Warriors dominent. Les Splash Brothers inscrivent 36 des 58 points de GS en 1ère mi-temps et Draymond Green montre sa polyvalence dans ce match avec 6 points, 5 rebonds, 5 passes et 2 contres en première période. Utah vascille, à l’image de Rudy Gobert sur un cross-over de Stephen Curry, mais reste à l’affût des Dubs sur un trois points de Gordon Hayward, néanmoins le Jazz n’arrive pas à inquiéter la franchise de Stephen Curry, qui est déjà à 16 points (58-46). Utah fait le forcing dés le début de la deuxième période pour revenir sur Golden State, avec un Rudy Gobert passeur pour George Hill et Joe Ingles, permettant aux hommes de Quin Snyder de revenir à sept points. Cependant, Golden State n’est pas une des meilleures défenses de la ligue pour rien. Elle n’encaissera aucun point à la suite du temps-mort pris par Mike Brown, tout en restant dangereux offensivement, prenant ainsi seize points d’avance sur le Jazz (70-54). Pendant que Steph Curry envoie JaVale McGee postériser Boris Diaw sur un alley-oop, Utah ne cède pas et garde Golden State dans son viseur grâce à Rodney Hood, auteur de dix points dans le troisième quart-temps (84-73). Cependant, Utah encaisse un ultime run qui anéantit leurs espoirs de victoire. 10-0 à l’entrée du dernier quart-temps pour les hommes de Mike Brown, leur permettant de prendre une avance de vingt-et-un points, ceci à huit minutes de la fin du match (94-73). C’est beaucoup trop pour le Jazz qui n’arrivera pas à revenir, qui déposera même les armes au sol, transformant ainsi la fin du match en Garbage Time. Victoire des Warriors sur le score de 106 à 94, sans pour autant être adroits au shoot (7/29 derrière l’arc) face à un Utah trop limité offensivement, à cause de la défense de Golden State. Gordon Hayward est, ainsi, limité à 12 points avec un 4/15 au tir, ce qui explique notamment la défaite du Jazz. Du côté des Warriors, si l’adresse n’était pas là, la performance collective était là, avec les cinq titulaires à dix points, minimum, et cinq joueurs à cinq passes décisives minimum. Le jeu des Warriors a dominé, la victoire est sans appel et Quin Snyder va devoir trouver des solutions pour espérer dans cette série.



C’était, encore une fois, une formidable nuit de basket-ball. Nous sommes gâtés pour ces demi-finales de conférence et cela continue ce soir! Si il y a deux jours, nous avions eu deux gifles durant ces deux rencontres, nous espérons tout de même deux matchs serrés pour ce soir. Ainsi, Toronto et Cleveland s’affrontent pour le Game 2 de leur demi-finale de conférence et San Antonio reçoit à nouveau Houston, là aussi dans le Game 2 de leur série. Encore une soirée à ne pas manquer, ne serait-ce que pour voir le prochain tomar de LeBron James sur la tête des Raptors médusés ou encore de la possible réaction des Spurs après la gifle historique de lundi.

ROOKIE WALL / CONTRIBUTEUR QI BASKET