Trois matchs au programme cette nuit, trois matchs d’une importance capitale pour chaque série ! Toronto jouait sa vie et sa fierté dans le quatrième match de sa série contre Cleveland, bien déterminé à passer le balai, Washington cherchait à égaliser sur Boston dans la série pour provoquer un Game 5 de tous les dangers tout comme Houston, face à San Antonio. Résumé de la nuit NBA du 07 mai !



Game 4 – Toronto RaptorsCleveland Cavaliers: 102 – 109 (0 – 4)

Enfin un match serré dans cette série, dommage que ce soit le dernier entre les deux finalistes de conférence de l’année dernière. Toronto perd, à nouveau, contre un Cleveland bien plus fort qui remporte cette série avec un sweep net et sans bavure, le deuxième en deux séries dans ces Playoffs pour les hommes de Tyronn Lue. Sur le score de 109 à 102, Cleveland devient ainsi la première équipe à commencer deux campagnes de Playoffs, consécutivement, par un 8-0, vu que l’année dernière ce fut déjà le cas en disposant facilement de Détroit et d’Atlanta. Pour Toronto, l’été de toutes les questions commence avec les cas de Kyle Lowry, Serge Ibaka et de Dwane Casey à gérer, après cette nouvelle désillusion. Après une saison régulière record et une finale de conférence l’année précédente, enchaîner sur une saison à plus de 50 victoires, mais avec des Playoffs décevants, avec un sweep à la fin, c’est pas très joli, et forcément il faudra que le management réagisse en conséquence. Pour ce qui est de ce Game 4, Dwane Casey cherche encore le bon cinq majeur pour défier la bande à LeBron. Cette fois-ci, c’est P.J Tucker qui est titularisé, tout comme Cory Joseph puisque Kyle Lowry est, encore une fois, absent. Profitant d’un mauvais Cleveland en début de match, Toronto prendra le meilleur départ, même si l’adresse n’est pas au rendez-vous. DeRozan s’improvise passeur suite aux prises à deux qu’il subit dans ce début de match, que ce soit pour P.J Tucker dans le corner ou Valanciunas dans la raquette (14-6). Serge Ibaka et Norman Powell se montrent eux aussi dans ce premier quart-temps, montant ainsi l’avantage jusqu’à +11 pour Toronto, mais la défense des canadiens est trop laxiste et Cleveland reviendra très facilement sur les Raptors suite à un run de 13-2 sur les deux dernières minutes du premier quart (28-28). Dans le second quart, Toronto est à l’agonie. Certes, ils auront de bons shoots, mais ça ne rentre pas. Qui plus est, DeMar DeRozan doit sortir après un coup involontaire d’Iman Shumpert dans les bijoux de famille. Rien ne va pour Toronto qui perd six ballons dans le quart, qui se transforment en contre-attaque meurtrières pour les Cavaliers, surtout avec Kyle Korver, en feu en sortie de banc avec 16 points inscrits en douze minutes, et quand il n’est pas à la punition par un tir primé, il est à la distribution pour servir LeBron James au dunk. Toronto est à la ramasse défensivement et sera très nettement à la traîne à la pause, 49-61 pour Cleveland ! Dés le retour des vestiaires, LeBron James continue d’enfoncer le couteau dans la plaie avec un tir primé qui relègue Toronto à seize points derrière les champions en titre (51-67). Il reste 22 minutes dans la rencontre et on se dit que c’est terminé, que les Raptors vont se faire sweeper, et avec violence en plus. Cependant, c’est sous-estimé leur motivation. Toronto s’engage dans une remontée presque impossible grâce à Cory Joseph, que ce soit derrière l’arc ou en défense sur Irving, puis Ibaka, Norman Powell, DeRozan et P.J Tucker, sur un tir à trois points en fin de troisième quart-temps (80-85), puis en début d’ultime quart pour ramener Toronto à deux points (83-85). Au cours du dernier quart-temps, les Raptors prendront même les devants avec un 2+1 d’Ibaka sur Kevin Love, à mi-distance (93-92). Enfin un match serré entre les deux franchises ! Il reste six minutes à jouer, le Air Canada Center est bouillant, Drake est debout, le money time s’annonce chaud… enfin quelques minutes seulement. Cleveland n’a pas trop envie de se prendre la tête avec un Game 5, les hommes de Tyronn Lue voulant uniquement passer le balai. C’est Kyrie Irving, peu en vue jusque là, décide d’assassiner du dinosaure: le meneur marque onze points de suite, profitant des tirs forcés de DeMar DeRozan. Toronto essaye de revenir, mais c’est LeBron James, auteur une fois n’est pas coutume d’une excellente performance (35 points, 9 rebonds, 6 passes), qui va en terminer des espoirs des canadiens avec un tir primé depuis l’espace (95-105). Victoire et sweep de Cleveland sur Toronto. Les joueurs de l’Ohio se qualifient pour les finales de conférence pour la troisième année consécutive, la septième consécutive de LeBron James. Toronto, lui, devra réfléchir à comment améliorer son effectif durant l’été 2017. Kyle Lowry doit-il partir? Des échanges? Le départ de Dwane Casey? L’été s’annonce long pour les canadiens…

Qualifié: Cleveland Cavaliers (4-0)



Game 4 – Washington WizardsBoston Celtics : 121 – 102 (2 – 2)

Dans la série probablement la plus intense de ces demi-finales de conférences, Boston et Washington sont au coude-à-coude après la victoire des Wizards dans le Game 4 de la série, sur le score de 121 à 102, avec un troisième quart-temps dramatique de la part des Celtics. Menés 8-0 dés les quatre premières minutes de la rencontre, Boston se ressaisit en infligeant un run de 6-0 pour recoller, puis ils repasseront devant grâce à un excellent Isaiah Thomas dans ce premier quart. Ainsi, le meneur celte exécute un très bon 3/3 à trois points pour commencer la rencontre, même si Washington pousse pour revenir en fin de quart-temps (20-24). Place aux second units dans le second quart-temps et avantage Boston à ce petit jeu. Jonas Jerebko sert Thomas à nouveau pour un tir primé, puis c’est Kelly Olynyk qui se distingue avec huit points (28-40) Boston prend rapidement un avantage conséquent car, en face, l’adresse n’est pas présente, notamment pour John Wall qui entame sa rencontre avec un 0/9 au tir… Cependant, avec les lancers-francs, il permet à Washington de revenir à -5 points, puis à -3 grâce à une sublime passe du meneur de la capitale pour Marcin Gortat. Ce dernier égalisera pour renvoyer les deux équipes à égalité à la pause (48-48). Si Amir Johnson donne le ton pour les Celtics dans le troisième quart-temps avec un tir à trois points permettant à Boston de prendre cinq points d’avance (48-53), les C’s prendront l’eau à partir de là. Sous l’impulsion de John Wall, Washington force les hommes de Brad Stevens à perdre neuf ballons en l’espace de quelques minutes et la raquette de Boston est un boulevard pour les joueurs de la capitale. Ainsi, D.C inflige un cinglant run de 26-0 qui va changer la tournure de la rencontre (74-53). Et si Boston réussit à réagir à trois points par l’intermédiaire de Smart, Smart et Thomas, c’est Markieff Morris et Bradley Beal qui maintiennent la distance avec la franchise du Massachussets (90-68). Le quatrième quart-temps est une formalité, tant Washington maintient son avance facilement. Boston n’arrivera pas à créer un run pour revenir dans le match. Victoire de Washington sur le score de 121 à 102 et revient à 2-2 dans la série grâce à un John Wall maladroit mais incroyable dans le run du troisième quart-temps (27 points, 12 passes à 8/25) ainsi qu’un Bradley Beal primordial en défense sur Isaiah Thomas (29 points à 11/16). Boston n’aura pas existé en deuxième mi-temps et devra affronter Washington avec la pression de la défaite dans un cinquième match qui s’annonce explosif entre les deux équipes, ce sera dans la nuit de mercredi à jeudi, et ce sera immanquable.



Game 4 – Houston RocketsSan Antonio Spurs : 125 – 104 (2 – 2)

Dans le même cas de figure que Boston, San Antonio avait la possibilité de prendre une option non négligeable sur Houston en demi-finale de conférence. Après une très belle victoire, pleine d’envie, pour Kawhi Leonard, LaMarcus Aldridge et compagnie, le plus dur était de réitérer la performance face à des Rockets capables de prendre feu à n’importe quel moment. Et c’était le cas hier, Houston s’évite un Game 5 dangereux en remportant le Game 4 pour revenir à égalité dans la série, sur le score de 125 à 104. Patrick Beverley est présent malgré l’annonce dramatique qu’il a appris juste avant le match avec le décés de son grand-père. Comme un symbole, c’est lui qui met les premiers poins de la rencontre avec un tir primé où il rendra hommage à son grand-père. James Harden sur pick-and-roll et Trevor Ariza permettent aux Rockets de prendre un avantage de huit points très tôt dans la rencontre (12-4). Les Spurs subissent dans le premier quart-temps et  l’écart grimpe, Houston est logiquement devant en fin de premier quart, 34-22. San Antonio est maladroit et perd énormément de ballons (six dans les douze premières minutes), mais s’accroche grâce à sa défense et au réveil de Kawhi Leonard, qui permet à son équipe de revenir à quatre points de Houston (41-37). Houston bute sur la défense mise en place par Gregg Popovich et doit subir un nouveau coup dur avec la blessure de Nenê Hilario, qui ne reviendra pas dans le match suite à cela, qui plus est, Clint Capela en est à trois fautes, ce qui oblige Mike D’Antoni à mettre Ryan Anderson au poste 5. Et mine de rien, ça aide Houston à retrouver du rythme et à casser la défense de San Antonio, ouvrant ainsi le cercle à Lou Williams. Les deux tirs primés de Patty Mills maintiennent San Antonio dans le match, l’écart n’est que de quatre points à la pause, 57-53. Les Spurs résistent mais se briseront dés l’entame du troisième quart avec un déluge de trois point de la part des Rockets: James Harden par deux fois, puis Trevor Ariza et Eric Gordon permettent à Houston de prendre un avantage de dix-huit points suite à un run de 17-4 (79-61). San Antonio réagit à la suite du temps-mort pris par LaMarcus Aldridge qui marque dix points dans ce quart-temps, mais les Rockets sont impitoyables derrière l’arc. Harden et Anderson terminent le quart par deux tirs à trois points qui maintient l’avance de Houston à quinze points (91-76). Le dernier quart-temps est dans la lignée du troisième, le festival depuis le parking continue et, même si Jonathon Simmons inscrit huit points de suite à lui tout seul, il ne fait que retarder l’échéance. L’écart atteint les vingt-cinq points et Gregg Popovich met un terme au massacre, faisant jouer son banc pour provoquer le garbage time. Face à des Rockets plus conquérants, guidés par un excellent James Harden (24 points, 12 passes, 5 rebonds à 10/18 au tir) avec une adresse de plus de 40% à trois points (19/43), les Spurs ne pouvaient rien faire ce soir et devront aborder le Game 5 avec plus de hargne, de combativité et une plus grande défense pour ne pas se mettre en danger dans cette demi-finale. 



 

Une série terminée, deux séries totalement relancées… Cette soirée NBA fut palpitante, forte en émotion et en spectacle, à nouveau! Ce soir, il faudra se contenter d’un seul match et il faudra veiller jusque 03h du matin pour pouvoir en profiter. Cette nuit, Golden State à l’occasion d’imiter Cleveland et rejoindre les finales de conférence en sweepant le Utah Jazz de Rudy Gobert. À moins que ces derniers ne forcent un Game 5 pour l’honneur…