Sorti le 9 mai 2017 uniquement en dématérialisé
Disponible sur PS4, Xbox One, PC et Nintendo Switch pour 19.99€
Développé par Saber Interactive
Edité par Mad Dog Games
Arcade, 1v1 ou 2v2 en local ou en multi

Comme évoqué dans mon article sur le basket et les jeux vidéos (que vous pouvez consulter ICI) ça fait depuis 1993 et NBA Jam, qu’on attend de regoûter aux joies d’un jeu de basket fun et arcade.

Il y a bien eu d’autres NBA Jam par la suite ou d’autres jeux qui ont tentés de reproduire ce feeling mais personne n’a vraiment réussi dans cette quête d’une importance capitale!

La grande ligue a donc mandaté Saber Interactive (petit studio qui s’est occupé de la remasterisation de la série Halo) de recréer un jeu nerveux, arcade et surtout fun.

« For threeeeee, it’s good! »

Après les écrans habituels dédiés aux développeurs, éditeurs et celui où ils expliquent qu’ils ne sont responsables de rien, on arrive sur l’écran du pack opening de bienvenu. Les habitués de FIFA connaissent bien le terme. Pour les autres, le principe est simple, vous recevez des packs de cartes (3 pour démarrer) qui comportent 5 cartes chacun classées en 3 catégories : Normal, Epic et Legend en fonction du joueur se trouvant sur la carte. Vous aurez donc un choix à faire parmi 15 joueurs pour vous lancer sur les playgrounds qui vous attendent dans le jeu. Les cartes arrivent de dos et on a directement une petite dose de plaisir à retourner une par une chaque cartes pour découvrir les champions qui seront à notre disposition par la suite. Ce sentiment d’excitation reviendra à chaque ouverture de pack par la suite. De même que le côté carte Panini à collectionner. A noter que si vous obtenez une carte en double votre joueur NBA prendra 100 points d’XP pour améliorer ses moves.

Après la découverte du 15ème joueur, on arrive sur le menu principal qui s’avère être simple et efficace au niveau du choix puisque vous pourrez choisir entre : Exhibition (Pour jouer de manière libre avec ou sans potes, avec ou sans IA pour vous accompagner, paramétrable à souhait) Tournoi (équivalent du mode solo, vous y débloquerez pas mal d’éléments) Mode en ligne (1 ou 2 joueurs possible) Collection de cartes (pour voir vos joueurs ainsi que leurs stats et niveaux) Profil (résumé de votre carrière) Open packs (pour ouvrir les packs gagnées dans le jeu) et Options (pour voir les touches des manettes et régler les volumes) Plus simple que ça, c’est difficilement faisable.

Ground zero

Le jeu ne laisse pas le choix et vous demande de passer par un match exhibition avant de passer en mode en ligne ou tournoi. Ce match sera l’occasion pour vous de prendre connaissance de l’interface visible pendant le match ainsi que du gameplay.

Et niveau gameplay on peut dire qu’il est au niveau du menu : Simple et efficace. Vous pourrez passer, shooter, contrer, intercepter, pousser, passer en alley-oop, faire des cross, courir, changer de joueur et c’est tout. Et au final est ce qu’il faut vraiment plus? Dans un 2K axé simulation oui mais dans un jeu qui se veut fun et arcade non.

Au niveau de l’écran vous remarquerez une barre bleue qui se rempli petit à petit au fur et à mesure du match dans les coins supérieurs de l’écran, c’est la jauge de showtime qui vous donnera un bonus temporaire une fois remplie avant de se remplir à nouveau. Concrètement plus vous allez enchaîner les highlights offensifs et défensifs, plus vous aurez rapidement un bonus. Ainsi shooter à 3pts ne fera pas avancer votre jauge de beaucoup par rapport à un gros dunk. Même si niveau scoring vous êtes devant, un bon bonus bien utilisé peu rapporté gros voir très gros (mais jamais trop gros) A vous donc d’adapter votre tactique et choix de joueur en fonction de ce vous visez. Je vous mets toutefois en garde contre l’abus de coup de coude et autre poussées car elles feront baissées votre jauge de bonus. Au niveau des bonus, c’est géré via un système de loterie (un brin scripté pour maintenir l’intérêt des matchs) dans ces bonus vous retrouverez le sprint qui ne consomme pas d’endurance et donc vous assure un usage plein pot de votre stat (on y reviendra) ou bien un tir assuré sur une possession à condition de pouvoir le tirer, un bonus qui double les points si vous faites un dunk pendant un certain temps,… D’autres bonus interviennent hors lotterie : Le 1er panier rentré apportera un point de plus au total normalement accordé (un genre de and one automatique) même chose si vous rentrez un tir ou dunk avec un timing parfait. Les bonus étant cumulable, un 1er tir à 3 points avec un timing parfait vaut 5 points.

Derniers points de règlement, pas de fautes dans le jeu donc n’hésitez pas à pousser ou tenter l’interception (Plus la stat de votre joueur en interception est haute, plus il sera réactif) et il y a également une règle de 12 sec par possession pour tenter un shoot dont il faudra tenir compte.

Cocktail

Mais comment choisir une paire de joueurs efficace? Et bien il faudra aller dans la section de collection de cartes pour consulter les stats de vos joueurs car c’est LE facteur prépondérant pour vos actions. En effet le jeu prévoit, pour calculer la réussite de votre action, de favoriser sa stat naturelle en fonction de ce que vous faites donc privilégiez plus quelqu’un qui a 9 ou 10 dans une stat plutôt que des joueurs un peu bon partout. En clair même avec un timing parfait, un gars qui a 3 au shoot  à 3 pts n’aura jamais que 3 chance sur 10 de la mettre. Il mélange cette stat avec l’endurance du moment. Donc si vous avez 9 en dunk mais que votre joueur est à moitié vide niveau endurance au moment de mettre un gros poster, sa stat réelle sera à 7 voir 6 et si en plus il y a un gros contreur en face… Vous avez compris. On se retrouve donc avec une gestion et un choix plus subtil qu’il n’y parait et globalement bien équilibré mais qui nécessite une attention particulière de votre part avant et pendant le match.

Pour le timing de shoot,on retrouve la logique 2k et celle du basket accessoirement qui consiste à attendre d’être au sommet de son saut pour lâcher le cuir. Il y a également un timing pour les dunks qui est équivalent à celui d’un shoot mais sans aide visuelle et il vous faudra donc prendre le coup de main (Dites 1-2 dans votre tête et relâcher le bouton de tir, ça devrait le faire).

Attrapez les tous!

Dans tous les modes, vous allez récupérer de l’XP qui vous accordera un pack « normal » de cartes à chaque remplissage de barre. Mais dans le mode tournoi vous pourrez affronter les meilleurs joueurs de la planète actuels et anciens de la ligue pour gagner des packs « or » à chaque victoire finale (ainsi qu’un nouveau bonus de loterie). Sur chaque match vous aurez la possibilité de remplir un petit défi à faire pendant la rencontre (rentrer autant de tirs à 3pts, autant de dunks, contre,…) pour avoir un bonus d’XP. Les tournois sont organisés sur 8 playgrounds : New-York, Tokyo, Paris, Shangai, Londres, Seattle, Venice Beach et Las Vegas. Ca peut paraître peu mais pour un jeu à 19.99€ ça passe sans soucis.

Vos joueurs vont eux aussi gagner de l’XP sur 3 niveaux, non pas pour augmenter leurs stats mais simplement acquérir de nouveaux moves.

Le roster complet comporte 250 joueurs et si on sait déjà que d’autres viendront s’ajouter, on ne sait pas encore si ce sera sous forme gratuite ou payante. Pour le moment les packs ne peuvent se gagner que sur le terrain et pas autrement, à voir s’il en sera de même dans le futur.

Simple, efficace et propre

Malgré le choix d’un petit développeur, on ne peut qu’être ravi du rendu global du jeu. Les playgrounds comportent tous les clichés possible des villes où ils se trouvent avec des détails plutôt drôles. Le style donné aux joueurs rappellera aux vieux de la vieille le cheatcode de NBA Jam où on pouvait avoir les joueurs avec les grosses têtes ainsi que les figurines bobble wobble avec les grosses têtes montées sur ressort ce qui donne un effet très sympathique et qui colle parfaitement à l’univers ainsi qu’à l’esprit du jeu.

Autre point important dans les jeux vifs, la fluidité. Encore une fois le contrat est rempli sans chute de framerate et aucun ralentissement constatés.

Dernière remarque, la caméra manque un peu de hauteur pour pouvoir mieux se diriger et voir exactement où on est avec son joueur dans la profondeur de champ. Ceci dit, il m’a semblé voir là un gros clin d’oeil à NBA Jam car je pense que c’est exactement le même angle de caméra. Encore une fois, passé la gêne éventuelle du début, on s’y fait rapidement.

Buzzer beater

En résumé ce NBA Playgrounds est un excellent petit délire qui n’est pas réservé aux fans de basket. Même s’ils sont la cible numéro une de ce genre de jeu, son gameplay simple permettra aux amoureux de la balle orange de convoquer une réunion extraordinaire des potes en vu d’une soirée bière-pizza pour taper des barres sur le jeu et en cela réside sa force première : Ramener le jeu à ce qu’il est, un jeu.

Alors malgré quelques petits défauts et un avenir encore flou, on peut lâcher son petit billet de 20€ sans craindre quoi que ce soit. NBA Playgrounds, un jeu qui vous veut du fun.

 

PS : Pour les gens jouant sur Switch, un patch est prévu très prochainement pour que vous puissiez y jouer en ligne. Patience donc.

PS 2 : Si vous voulez voir la version vidéo de mon test, c’est par ici chaine Youtube de steuf76