Le tour précédent :

Cleveland Cavaliers (bat Toronto Raptors 4-0)

Ca fait déjà 10 jours que LeBron and co n’ont pas joués. On a presque l’impression qu’ils étaient partis à Cancun se dorer la pilule au soleil.

Il faut dire que le vélociraptor canadien ne s’est pas montré bien coriace. Même avec un Lowry blessé lors du game 2, Toronto s’est révélé être assez faible dans les oppositions, pas aidé par un coaching daté et ne tirant pas suffisamment profit de la faiblesse intérieure des Cavs avec un Valanciunas trop peu utilisé et à qui on ne peut que conseiller de chercher une nouvelle terre d’accueil cet été. Vous ajoutez à cela une solide défense sur DeMar DeRozan et il ne restait presque plus qu’Ibaka pour empiler les paniers.

Cleveland, de son côté, a joué son basket comme au tour précédent sans forcer avec un LeBron une fois de plus souverain. Si bien qu’au sortir de la série, on ne voit pas trop comment l’analyser ou savoir où les Cavaliers en sont vraiment.

Ce qui aura par contre marqué la série à mon sens ce sont les déclarations pendant la série des 2 stars des Raptors qui proposaient tour à tour d’offrir 100$ à qui pourrait stopper LeBron ou simplement se déclarer impuissant face à lui. En terme de leadership, on peut franchement se poser des questions sur l’utilité de ce genre de commentaire et dans quel état d’esprit vous espérez retrouver vos coéquipiers juste après ça.

Boston Celtics (bat Washington Wizards 4-3)

Finalement l’avantage du terrain aura été déterminant puisque tout le monde est resté maître sur ses terres. Assez curieusement la série aura compté peu de matchs serrés et on a souvent assisté à des blowout alors qu’on pensait que la rivalité et le fighting spirit des 2 équipes seraient plus grands que cela.

Si Isaiah Thomas a eu son gros game à 53 pions c’est surement ce qui aura manqué aux Wizards pour passer : Un Wall game. Même s’il a été l’auteur d’un gros shoot au game 6 pour offrir la victoire aux siens, il lui a manqué un énorme match qu’il prend lui seul à son compte pour prendre un avantage certain dans la série.

Le banc des Wizards qu’on avait tant vanté s’est montré bien décevant surtout dans le game 7 décisif avec seulement 5 points. Quand on voit ce qu’il y a dessus, on peut se poser des questions sur la valeur réelle de ces joueurs (qui se mesure toujours en PO).

Côté Celtics, les cadres ont retrouvé un peu de leur superbe des 2 côtés du terrain (Avery Bradley en tête) et Kelly Olynyk s’est même découvert une passion pour le scoring.

Le calendrier:

Game 1 : Jeudi 17/05 2h30 au TD Garden de Boston

Game 2 : Samedi 20/05 2h30 au TD Garden de Boston

Game 3 : Lundi 22/05 2h30 Quicken Loans Arena de Cleveland

Game 4 : Mercredi 24/05 2h30 Quicken Loans Arena de Cleveland

Game 5 : A Boston (date et heure à determiner)

Game 6 : A Cleveland (date et heure à déterminer)

Game 7 : A Boston (date et heure à déterminer)

Les match up clés :

L’avantage du terrain

Oui ça peut paraître con dit comme ça mais Cleveland a, selon moi, cherché la seconde place de l’Est pour éviter Washington en demi s’exposant de ce fait à devoir jouer un game 7 au TD Garden. Bon je sais que LeBron adore jouer là-bas et on a vu en fin de saison régulière une domination totale des hommes de l’Ohio en déplacement dans la même salle mais le statut d’underdog de Boston ne sera pas à sous-estimer non plus. Ils n’auront rien à perdre dans cette série au contraire des Cavs et dans ces cas-là une salle bien chauffée par un public qui soutient son équipe comme peu dans la ligue sera un bon atout.

Le secteur intérieur

Peu importe l’équipe ou le côté du terrain, les rebonds seront très important dans la série et pour une fois les Cavs auront l’avantage pas spécialement en terme de taille mais plutôt sur la science du placement de Tristan Thompson et Kevin Love. Boston n’étant pas un grand spécialiste dans ce registre, il y a fort à parier que le repli défensif des 2 se fera assez tard et qu’ils joueront le rebond à fond, peut-être même aussi dans le quatrième quart. Les Cavs ont des pourcentages au shoot très bons, alors si en plus Boston leur offre des secondes chances, ça va vite devenir un très gros problème pour eux. Il faudra être physique et robuste au boxing out, même Al Horford.

En parlant de lui, il va surement créer du spacing en s’écartant obligeant Kevin Love à sortir de la raquette pour permettre quelques drives de IT4. Il faudra cependant qu’il pense à varier car le bon Kevin sort d’Ibaka et aura surement à cœur de mieux défendre sur un 4 stretch.

Côté Cleveland, Tyronn Lue le sait, il essayera d’impliquer plus Love en zone offensive pour ne pas le sacrifier sur des basses besognes non stop.

Il faut stopper le soldat LeBron

Voilà un défi de taille pour Brad Stevens. Lui dont on vante les mérites a là une belle possibilité de se montrer. Fort défenseur sur lui ? Prise à 2 ? Payer quelqu’un 100$ ? On ne sait pas ce qui sortira du chapeau même s’il semble plus que probable que Jae Crowder, Kelly Olynyk et Marcus Smart (pourquoi pas) se relayent au chevet du King pour l’empêcher au maximum de faire ce qu’il veut quand il veut. La trappe semble peut envisageable tant LeBron a des solutions autour de lui mais surtout un passing et une vision du jeu hors pair.

Kyrie Irving vs Isaiah Thomas

Kyrie souffle le chaud et le froid depuis le début des PO. Bencher deux fois dans des Q4, pour un joueur qui veut prouver qu’il est le numéro un des postes 1 de l’Est ça fait désordre et on attend encore qu’il sorte une grande série pour soulager un peu le 23 de l’Ohio. Alors même s’ils se croiseront plus qu’autre chose sur le terrain, on sera attentif à Uncle Drew pour voir s’il peut mettre tout le monde d’accord sur la question du meilleur meneur de l’Est. Cette série doit tout simplement être la sienne.

De son côté Thomas a été utilisé par Stevens comme un leurre sur pas mal de système contre Washington ce qui a donné des backdoor cut et des shoots ouverts aux copains. Si Lue tente une trappe sur lui il faudra l’exécuter à la perfection niveau rotation et surtout le plus haut possible pour l’obliger à lâcher la balle quand ça l’arrange le moins. Il n’est pas un grand passeur et vu sa petite taille le coincer dans un coin demi terrain devrait avoir son petit effet. A voir ce que Stevens a prévu pour contrer cela mais même s’il est pris en individuel, se défaire de Smith ou Shumpert ne sera pas de tout repos.

 Le coaching

Sur papier, c’est bien sur Boston qui remporte la victoire mais pour le moment Tyronn Lue n’a pas eu de réel challenge à ce niveau-là et il n’a pas commis d’erreurs. Mieux il a su prendre des grosses décisions (bencher Love et Irving) et placer ses temps mort de manière intelligente. On pourra donc mesurer sur cette série si lui aussi à progresser face à un stratège plus fin et créatif que ceux rencontrés jusqu’ici.

Le banc

Des 2 côtés on a des cartouches très intéressantes à utiliser. Olynyk, Smart et Brown d’un côté. Korver, Frye, Williams et Shumpert de l’autre. Des avantages spécifiques qu’il faudra placer avec discernement au bon moment pour frapper juste. Les bancs peuvent apporter quelques points précieux au plus fort de la bataille.

Conclusion

J’aurais pu aussi vous parler de repos mais dans ces cas-là on peut dire tout et son contraire « Mieux vaut se reposer » « Mieux vaut être en rythme » bref mieux vaut surtout être en finale de conférence où l’adrénaline va de toute façon faire son effet sur les jambes lourdes ou en panne d’exercice.

Malgré les différents points énoncés je ne pense pas que les Celtics puissent tenir longtemps face aux Cavs bien déterminés à retourner affronter le vainqueur de l’Ouest en finale. LeBron est à son meilleur basket et même en cas de « moins bien » il y a plus d’armes offensives côté Cavaliers. Je pars donc sur 4-1 max 4-2. Il faudra surement attendre l’an prochain et pourquoi pas un trade de 1er tour de draft pour équilibrer un peu plus la balance.