La draft passée, c’est donc l’heure du bilan. Comme chaque année, les rumeurs furent nombreuses jeudi soir. Mais comme chaque année, les échanges furent assez rares. Les Celtics, les Lakers, les Pacers ou encore les Knicks, longtemps présents dans les rumeurs de trades, n’ont pas bougé. A noter, néanmoins, l’échange tonitruant entre les Bulls et les Wolves.

Comme attendu, Fultz et Ball furent les deux premiers noms appelés à serrer la main d’Adam Silver. Il y eu quelques surprises , des joueurs annoncés haut ont fini par glisser dans la draft (Monk, Giles, Anunoby, Rabb), à contrario d’autres joueurs ont eu un coup de pouce du destin le soir de la cérémonie (Markkanen, Wilson, Adebayo, Leaf).

QiBasket vous propose de mettre en avant trois franchises ayant réussi leur coup et de ressortir trois franchises qui ont loupé leur rendez-vous de fin de saison.

  1. Sacramento Kings

Possédant à la base les 5ème et 10ème choix, les Kings se sont finalement retrouvés avec les 5ème, 15ème et 20ème choix. En effet, Portland prêt à tout pour avoir Zach Collins, les Kings en ont donc profité pour obtenir deux choix en contrepartie. Pas de surprise concernant le 5ème choix, Sacramento sélectionne le jeune meneur de Kentucky De’Aaron Fox. Rapide, vif, bon défenseur, passeur hors pair, Fox formera un duo très prometteur avec Buddy Hield du côté de la Californie. De plus, Rudy Gay a récemment confirmé à la franchise qu’il ne prolongerait pas l’aventure plus longtemps. Dans cette optique-là les Kings ont décidé de drafter un ailier scoreur en la personne de Justin Jackson. Le player of the year de l’ACC est un scoreur complet ayant terminé la saison à 18 points de moyenne tout en affichant un honnête 37% derrière l’arc.

Les Kings se sont donc présentés au 20ème choix sans réel besoin. Dans ces conditions, le front office californien a donc décidé de tenter un coup en sélectionnant le très talentueux Harry Giles. Attendu comme l’un des meilleurs joueurs de sa génération, Giles a bien cru qu’il ne pourrait jamais rejoindre la grande ligue. En effet, il totalise déjà trois opérations des genoux à seulement 19 ans. Mais le talent coule dans ses veines. L’intérieur des Blue Devils est un excellent rebondeur connu pour son incroyable intensité en défense que ce soit face à des postes 4 ou 5. Il présente également une très belle palette offensive au poste bas.

Les Kings réalisent donc la soirée parfaite en comblant leurs besoins au poste de meneur et d’ailier tout en se permettant un pari qui pourrait s’avérer extrêmement payant.

  1. Minnesota Timberwolves

WOJ BOMB ! Les Bulls envoient Jimmy Buckets et leur 16ème choix dans le Minnesota en échange de Kris Dunn, Zach LaVine et le 7ème choix. La perte de Zach LaVine n’est pas négligeable mais il fallait bien lâcher quelque chose pour récupérer une star comme Jimmy Butler. L’arrivée du triple All Star est un apport de choix et devrait permettre à Minnesota de passer un cap la saison prochaine. Le néo-wolves connaît les systèmes offensifs et défensifs de coach Thibodeau. Il arrive donc en terrain connu, son adaptation en sera grandement facilitée. Le front office devra, dès à présent, trouver des pistes pour compléter l’effectif autour du noyau Butler-Towns-Wiggins-Rubio.

L’arrivée de Jimmy Butler est une très bonne opération pour de multiples raisons. Tout d’abord, évidemment, l’arrière rendra les Wolves beaucoup plus compétitifs en formant avec Karl Anthony Towns et Andrew Wiggins, un big three plein de promesses et de talent. Son arrivée permettra, peut-être également, à Wiggins de passer un cap en défense. Absent des playoffs depuis la saison 2003-2004, Minny devrait faire figure de candidat sérieux au top 8 la saison prochaine.

En plus de cela, et si ça ne suffisait pas, les Wolves ont hérité du 16ème choix des Bulls, grâce auquel ils ont pu sélectionner Justin Patton, l’un des meilleurs intérieurs de cette cuvée. Minny parie donc sur un projet à long terme dans le but de le développer petit à petit. Ne comptez pas sur lui pour imposer son physique dans les raquettes de la grande ligue dès la saison prochaine. Néanmoins, l’intérieur de Creighton présente un très gros potentiel, autant offensivement que défensivement.

  1. Philadelphia Sixers

« With the first pick in the 2017 NBA Draft, the Philadelphia Sixers select Markelle Fultz from the University of Washington ». Les Sixers ont donc réussi leur coup. Ils voulaient Fultz, ils ont fini par l’avoir. Brett Brown aura donc à disposition l’un des meilleurs prospects de ces dernières années. Avec Joel Embiid, Ben Simmons et Markelle Fultz, les Sixers tiennent leur potentiel big three du futur. Embiid les ayant déjà surnommés les FEDS (Fultz-Embiid-Dario-Simmons) en référence aux agents fédéraux nord-américains. A voir désormais, si ils imposeront leur loi sur les terrains ricains.

En accueillant Fultz, Phily se dote d’un joueur ultra complet. Tir en sortie de dribble, pourcentages au tir impressionnants, vision de jeu, activité en défense, toucher de balle, slasher, playmaker, stepbacks digne de James Harden, bon handle, QI basket, lucidité défensive… Fultz possède plusieurs cordes à son arc et sera le grand favori pour le titre de Rookie of the year.

Les autres bons coups

Outre les Kings, les Wolves et les Sixers, d’autres franchises ont réussi une excellente draft.

Les Lakers accueillent, sans surprise, Lonzo Ball, un excellent meneur de jeu qui apportera toute sa vision de jeu, sa lucidité et ses qualités de passeur sur les bords de Venice Beach. La pression sur ses épaules n’est pas grande, elle est ÉNORME. Entre son père et les dernières déclarations de Magic, le garçon doit déjà s’imaginer tout en haut de la ligue. Espérons pour lui qu’il ait un sacré mental pour tenir et devenir le prochain leader des Lakers comme aime le dire son paternel, Lavar Ball.

Les Suns, eux, ont enfin obtenu ce qu’ils leur manquaient, un poste 3 défensif capable de shooter à 3 pts. L’an passé Jaylen Brown leur avait échappé à une place près. Cette année encore, les Celtics ont failli leur jouer un mauvais tour mais le front office avait retenu la leçon. Ryan McDonough l’a lui-même révélé à demi-mot, les Suns ont fait tout leur possible pour arracher Josh Jackson, jusqu’à pousser l’ailier à poser un lapin aux Celtics ?

Autre grand gagnant de cette draft 2017, les Nuggets, qui possédaient le 13ème choix, ont échangé ce dernier contre Trey Lyles et le 24ème choix du Jazz. L’arrivée de Trey Lyles représente un apport significatif sur le banc pour Mike Malone en plus du jeune rookie Tyler Lydon.

Enfin, à leur grande surprise, les Hornets ont pu sélectionner Malik Monk avec leur 11ème choix, ce qui n’était pas joué d’avance. Monk est une très bonne pioche et apportera toute sa fougue à Charlotte. Gros shooter pouvant prendre feu à n’importe quel moment, l’arrière de Kentucky est un énorme scoreur. Steve Clifford saura, à n’en pas douter, le faire briller.