La draft passée, c’est donc l’heure du bilan. Comme chaque année, les rumeurs furent nombreuses jeudi soir. Mais comme chaque année, les échanges furent assez rares. Les Celtics, les Lakers, les Pacers ou encore les Knicks, longtemps présents dans les rumeurs de trades, n’ont pas bougé. A noter, néanmoins, l’échange tonitruant entre les Bulls et les Wolves.

Comme attendu, Fultz et Ball furent les deux premiers noms appelés à serrer la main d’Adam Silver. Il y eu quelques surprises, des joueurs annoncés haut ont fini par glisser dans la draft (Monk, Giles, Anunoby, Rabb), à contrario d’autres joueurs ont eu un coup de pouce du destin le soir de la cérémonie (Markkanen, Wilson, Adebayo, Leaf).

QiBasket vous propose de mettre en avant trois franchises ayant réussi leur coup et de ressortir trois franchises qui ont loupé leur rendez-vous de fin de saison.

  1. Chicago Bulls

Comment ne pas mettre en avant les Bulls dans ce bilan ? Le front office de Windy City a donc laissé filer son franchise player, Jimmy Butler, à Minneapolis contre des joueurs, certes jeunes et pleins de talents, mais dont aucun ne possède le potentiel pour devenir un leader à Chicago. En plus de cela, et si ça ne suffisait pas, Gar Forman et John Paxson se sont même délestés de leur 16ème choix de draft.

Les deux compères ont encore une fois fais preuve d’une stratégie assez étrange. Rajouter Kris Dunn à la panoplie de meneurs déjà présents (Cameron Payne, Jerian Grant, Michael-Carter Williams et Rajon Rondo), ce n’est pas forcément la bonne idée. Et puis si ce n’était pas assez drôle, les Bulls ont ramené un poste 2 avide de ballon en la personne de Zach LaVine.  Du coup, on a du mal à comprendre où les Bulls veulent aller. Pourquoi ne pas avoir discuté avec les Celtics ou d’autres équipes pour essayer de combler le poste d’ailier appauvri par le départ de Butler ? Le seul Paul Zipser ne suffira malheureusement pas. Pourquoi ne pas être aller chercher un pick de draft plus haut placé ? Pourquoi avoir sélectionné Lauri Markkanen aussi haut ? Attention, je ne remets pas en question le talent du finlandais. Mais certains joueurs disponibles au 7ème choix présentaient un potentiel supérieur à celui de Markkanen. Malik Monk, Dennis Smith Jr pour ne citer qu’eux.

Dernier petit fou rire, les Bulls ont vendu leur second tour de draft aux Warriors pour 3,5 millions…. Really ?

  1. Indiana Pacers

Quelques jours avant la draft, Paul George faisait part à ses dirigeants qu’il allait partir au terme de son contrat pour, probablement, rejoindre les Lakers lors de l’été 2018. On s’attendait donc à voir l’effectif des Pacers chamboulé à l’approche de la draft. Ce ne fut pas le cas, Paul George est toujours un Pacer à l’heure actuelle. Pourtant ce n’est pas forcément la meilleure stratégie. En effet, plus Indiana attend, plus la valeur de PG13 deviendra faible.

Le front office de l’Indiana est passé à côté ce jeudi. Ils auraient pu, et dû, tenter de récupérer un haut choix de draft pour repartir sur de bonnes bases. D’autant plus que des équipes bien placées étaient très intéressées, on pense aux Celtics ou aux Lakers notamment. Kevin Pritchard, nouveau président des opérations basket à Indiana « ne voulait pas faire un mauvais deal ». Cependant, il a loupé une grosse occasion, et pas sûr qu’une telle opportunité se présente à nouveau.

  1. Portland Blazers

La décision de Neil Olshey d’échanger leurs 15ème et 20ème choix contre le 10ème choix des Kings semble vraiment étrange. Le General Manager des Blazers aurait pu se servir de ses premiers tours pour envoyer un de ses gros contrats ailleurs, on pense notamment à ceux de Meyers Leonard ou d’Allen Crabbe. Au lieu de ça, pour sélectionner son chouchou, Zach Collins, il a décidé d’accepter ce deal. Avec le 15ème choix, cela semblait un peu juste pour l’avoir, donc il a préféré tenter le pari.

Pourtant, ce choix n’est pas forcément le meilleur. Certes, les Blazers récupèrent un intérieur très talentueux, mobile et plein de promesses en attaque mais Collins semble très soft de l’autre côté du terrain. Cela s’explique, notamment, par son physique plutôt frêle et son manque de dureté et d’agressivité. Les Blazers n’avaient donc pas vraiment besoin de ce profil de joueur. Un intérieur tourné vers la défense aurait notamment été un meilleur choix. Au 15ème ou 20ème choix, un joueur tel que Harry Giles (bon défenseur et très intelligent) aurait pu être une piste potentielle pour les Blazers.

A prime abord, cette draft ne semble pas optimale pour Portland. A voir si Zach Collins fera taire les critiques.

Autres perdants :

Outre ces trois franchises, d’autres ont également passé une soirée mitigée.

Les Knicks ont bien sélectionné Franck Ntilikina, qui devrait devenir l’un des meilleurs meneurs NBA. Pourtant tout le marasme provoqué par Phil Jackson sur le marché des transferts n’a pas dû être des plus appréciés par Kristaps Porzingis, annoncé aux quatre coins du pays. La tension était déjà présentes entre les deux partis. A voir désormais si Porzee passera au-dessus de ça et s’il réussira à prouver qu’il est essentiel dans le succès des Knicks.

Enfin, vu la contrepartie offerte par Minnesota pour obtenir les services de Jimmy Butler, les Celtics avaient clairement les armes pour se mêler à la course. Mais Danny Ainge n’a pas bronché. Dommage, Boston aurait pu sérieusement concurrencer les Cavaliers de LeBron avec un big three Thomas-Butler-Horford. Le destin offrait, cependant, une seconde chance aux Celtics. Une autre superstar était sur le marché, et non des moindres, le numéro 13 des Pacers, Paul George. Pourtant encore une fois, Danny Ainge ne prendra pas le risque de chambouler son effectif. On se demande donc quel est le projet de Ainge pour mener les celtes au titre.