Après un début de saison prometteur avec 16 victoires pour 13 défaites, les Knicks de Carmelo Anthony ont peu à peu dégringolé jusqu’à devenir l’une des pires équipes de la ligue. Les états d’âme de certains joueurs, les multiples blessures, l’absence de défense et les sorties médiatiques de Phil Jackson tout au long de la saison auront eu raison des Knicks. C’est donc encore une saison médiocre du côté de Big Apple. Et pourtant, à l’aube de la saison, tous les voyants étaient au vert, Phil Jackson avait réussi à attirer Joakim Noah et Courtney Lee après avoir obtenu Derrick Rose et Justin Holiday en échange de Robin Lopez et Jerian Grant.

Les fans des Knicks avaient donc de quoi être optimistes, le cinq présentait une bonne complémentarité avec de bons shooters à 3 pts, de bons slashers, des joueurs comme Melo et Porzingis possédant des moves efficaces au poste bas. Et pour finir le duo Rose/Porzingis représentant une multiple menace sur Pick and Roll ou Pick and Pop.

Cependant, l’empilement de « noms » n’est pas forcément synonyme de réussite. Les Knicks en ont donc fait l’amère expérience terminant leur saison à un piètre bilan de 31 victoires. Les raisons de cet échec sont assez multiples. Les Knicks, à commencer par les « stars » D-Rose et Melo, ont fait preuve d’une horrible nonchalance et d’un manque d’envie impardonnable. Comment prétendre à une place en play-offs quand tes deux joueurs « phares » ne se donnent pas à 100% sur le terrain ?

Malgré tout, quelques satisfactions sont à relever. En effet, des seconds couteaux, que l’on n’attendait pas forcément, ont prouvé qu’ils avaient leur place dans le roster à l’avenir. On pense notamment aux rookies Willy Hernangomez et Mindaugas Kuzminskas mais aussi Justin Holiday ou Kyle O’quinn.

1. Le roster & les finances

PG : Frank Ntilikina, Ramon Sessions, Chasson Randle

SG : Tim Hardaway Jr, Courtney Lee, Ron Baker, Damyean Dotson

SF : Carmelo Anthony, Michael Beasley, Lance Thomas

PF : Kristaps Porzingis, Mindaugas Kuzminskas

C : Willy Hernangomez, Joakim Noah, Kyle O’quinn

Premier rendez-vous de l’été pour les Knicks, la draft. Avec le choix numéro 8, New York a longuement pensé à Dennis Smith Jr, le jeune meneur de NC State. Mais finalement, dans la continuité des drafts 2015 et 2016, Phil Jackson a décidé de sélectionner un joueur européen en la personne de Frank Ntilikina. Notre petit frenchie représente donc l’avenir de la franchise, aux côtés de Porzingis et Hernangomez.

N’importe qui vous le dira, à New York, rien ne se déroule comme prévu. Seulement une semaine après la draft et à la surprise générale, Phil Jackson se fait éjecter du front office, James Dolan ne supportant plus la méthode Jackson, notamment concernant le cas Melo. Ironie du sort, lors de la draft, il se murmure que la direction aurait préféré choisir Smith Jr plutôt que Ntilikina. On est sûr que ce dernier a dû apprécier.

Phil Jackson out. L’objectif de Dolan était donc, en priorité, de trouver un GM après la promotion de Steve Mills au poste de président. Longtemps en discussion avec David Griffin, les Knicks ont finalement opté pour Scott Perry, homme d’expérience mais n’ayant jamais été en première ligne. Il a notamment participé à l’intersaison, pleine d’intelligence, des Kings mais il a également, été le bras droit de Rob Hennigan à Orlando pour le résultat que l’on connaît.

Premier mouvement des Knicks ? La signature de Tim Hardaway Jr, tradé deux ans auparavant, pour 71 millions sur 4 ans. Évidemment, les Hawks ne matcheront pas l’offre très généreuse de NY. On peut alors se demander pourquoi. Pourquoi avoir miser autant sur un poste où le besoin n’était pas si grand ? Peut-être dans l’optique d’un trade de Carmelo Anthony ? Pourtant ce dernier est bel et bien toujours là et les possibilités de trade semblent de plus en plus minces … Néanmoins, THJ est un joueur encore jeune ayant réalisé une saison 2016-2017 très intéressante, mais vaut-il 17 millions ?

Il est important de noter que la signature de THJ a été conclue une semaine avant l’arrivée de Scott Perry. Donc il n’est pas à blâmer, on ne connait pas son avis sur le sujet, peut-être aurait-il pu empêcher un tel contrat ?

En outre, n’ayant pas voulu conserver Derrick Rose, les Knicks se sont donc lancés à la recherche d’un mentor pour le jeune Ntilikina. Autant vous dire que la mission fut compliquée. Les pistes échouant les unes après les autres, les Knicks n’ont pu trouver mieux que Ramon Sessions pour épauler le rookie strasbourgeois. Notons quand même la flopée de meneurs disponibles cet été : George Hill, Jrue Holiday, Rajon Rondo, Jeff Teague, Shaun Livingston, Patty Mills, Milos Teodosic, etc…

Il est également important de parler de l’arrivée sur le banc de Michael Beasley qui apportera toute son expérience et ses qualités d’attaquant en sortie de banc.

Comme relevé plus haut, Carmelo Anthony semble se diriger vers une nouvelle saison à Big Apple, les négociations avec les différentes équipes n’ayant rien donné. Passé un moment, Melo avait un, voire, les deux pieds à Houston mais le transfert a finalement capoté. Raison principale, le salaire de Ryan Anderson, qu’aucune équipe de la ligue ne veut accueillir.

2. Le coaching

Avant toute chose, il y a énormément d’interrogations quant au futur cinq que Jeff Hornacek alignera le 18 octobre face au Thunder. En effet, la première interrogation porte sur le poste de meneur. Faut-il lancer Ntilikina dès le début dans la gueule du loup ? Ou lui laisser le temps même si Sessions est loin d’être une assurance tous risques ? Toutefois s’il n’est pas titulaire dès le premier match, Ntilikina devrait très probablement prendre le spot au cours de la saison. En tout cas le jeune meneur sait ce qu’il veut.

« Bien sûr que je veux être titulaire. Mais comme je l’ai dit, je suis un joueur d’équipe. Je veux juste ce qu’il y a de mieux pour l’équipe. »  Frank Ntilikina

Malgré l’arrivée de THJ, le poste 2 devrait être la propriété de Courtney Lee, précieux l’an passé par sa défense et son adresse extérieure (40% à 3 pts). Hornacek optera sûrement pour un Hardaway en sixième homme avec, tout de même, un gros temps de jeu. Il a parfaitement tenu ce rôle du côté d’Atlanta l’an dernier avec en moyenne 12,6 pts marqués lorsqu’il sortait du banc. De plus, il y a de fortes chances pour que Carmelo Anthony soit toujours l’ailier titulaire à New York la saison prochaine. Tous les fans des Knicks espèrent donc le voir en forme et motivé, bien qu’ils en doutent fortement…

Cette année doit être celle de Kristaps Porzingis. Enfin libéré de Phil Jackson, D-Rose et peut-être de Melo, il aura pour mission de porter les Knicks le plus haut possible. Pour remplir cet objectif, il a énormément bossé cet été et son eurobasket devrait être déterminant. A lui de développer ses qualités de leader et de montrer la voie que ce soit en attaque mais également en défense. A ses côtés, on devrait voir un autre joueur concerné par l’Eurobasket et dont on attend beaucoup, Willy Hernangomez. Après une saison au-delà des attentes, l’espagnol semble avoir la confiance du staff pour débuter les matchs dans le cinq de départ mais il aura la lourde tâche de confirmer.

Au final, Jeff Hornacek devrait tester bien des combinaisons cette saison. Les options dont il dispose sont assez multiples. Outre ce cinq Ntilikina-Lee-Melo-Porzingis-Hernangomez, on pourrait avoir le droit à des lineups plus orientés vers le small ball. En effet, il ne serait pas surprenant de voir THJ débuter des matchs au poste 3 en décalant Melo et Porzingis respectivement en 4 et en 5.  Ce cinq-là pourrait se révéler destructeur en terme de spacing.

Hornacek, libéré du poids et de l’influence de Phil Jackson, aura l’occasion de mettre en place sa philosophie de jeu à 100%. Autrement dit, les Knicks pratiqueront, très certainement, un jeu rapide basé sur beaucoup de Pick & Roll, Pick & Pop et shoots à 3 pts. La saison dernière, les Knicks étaient seulement 21ème au nombre de shoots du parking. Or l’arrivée de THJ ajoutée à l’éjection de Phil Jackson (détracteur du 3 pts) et de D-Rose devraient entraîner une augmentation du nombre de tirs à 3 pts.

Un autre secteur dans lequel les Knicks doivent s’améliorer, c’est la défense. Là aussi, la perte de Derrick Rose est bénéfique, surtout grâce à la draft de Frank Ntilikina. En effet, il dispose d’une très grande envergure pour son poste (2,13m). Ce physique est un atout de poids dans ce secteur de jeu, ajoutez à cela une très grosse agressivité, l’ex-meneur de la SIG a toutes les clés pour devenir un défenseur de haut niveau. Il a déjà prouvé en Pro A qu’il pouvait défendre sur les trois postes extérieurs.

En somme, le coaching staff aura pour mission de remotiver Carmelo Anthony, booster l’équipe et développer tous les jeunes joueurs présents dans l’effectif. La tâche sera forcément ardue et on connaît la pression héritée de la franchise de New York lorsqu’elle n’est pas comblée.

3. Les perspectives

Si tout va bien

Les Knicks peuvent clairement accrocher les play-offs dans une conférence Est très faible. La meilleure saison possible pourrait se dérouler de la façon suivante : La saison commence difficilement pour les Knicks mais Melo ne semble pas perturbé par son été catastrophique. Le licenciement de Phil Jackson libère complètement Jeff Hornacek. Ses joueurs adhèrent entièrement à son discours et l’alchimie se crée. Tim Hardaway Jr connaît la maison et devient vite le chouchou du public. Malheureusement il y a encore beaucoup de problèmes en défense mais les résidents du Madison Square Garden arrivent souvent à mettre plus de points que leurs adversaires. Au final, Porzingis se révèle être le joueur phare des Knicks cette saison et arrive à placer son équipe à la 7ème place avec un bilan équilibré. Première participation aux play-offs pour KP6 mais l’aventure prendra malheureusement fin dès le premier tour.

Si tout va mal

A l’inverse, dans le pire des cas, Carmelo Anthony ne fait aucun effort et il n’est pas difficile de voir que Melo attend l’été 2018 avec impatience. Hornacek ne s’en sort pas avec les états d’âme de sa star, mais aussi de THJ qui réclame sans cesse une place de titulaire. Porzingis n’arrive pas à passer un cap et pousse ses coéquipiers à se surpasser. Si ce n’était pas suffisant, James Dolan commence à s’impatienter et l’équipe squatte la presse médiatique. L’ambiance est désastreuse, les Knicks vivent donc une énième saison cauchemardesque en terminant à la 13ème place de la conférence avec seulement 27 victoires.

Pronostic : 10ème place (33-37 victoires) : En course pour les play-offs mais encore trop courts pour espérer un spot dans les huit premiers de la conférence Est.

 

L’avis de @Onceaknick2018 et @Knicksfr

 

Quelles étaient vos attentes cet été ?

@Onceaknick2018 : Gérer en priorité le dossier Melo, faire en sorte que nos jeunes (Porzingis, Hernangomez) fassent une bonne préparation et pour eux, ça passe par un bon euro. Pour Frank, on espère une bonne adaptation, son duo avec Hardaway Jr a l’air intéressant.

@KnicksFr : Commençons par la draft, on était des grands fans de Ntilikina. Pas seulement parce qu’il était français mais parce que son potentiel est très intéressant et que récupérer un tel joueur en 8 était génial, surtout qu’il comblait un vide dans l’effectif. Certains fans préféraient certainement Dennis Smith Jr mais je reste persuadé qu’un joueur qui apporte des deux côtés était plus nécessaire. Smith avait un côté « Derrick Rose 2017 » qui m’inquiétait. Après pour la FA, on espérait surtout ne pas prolonger Rose, et garder notre cap space pour 2019. C’est raté pour le second avec le contrat de Hardaway Jr. Je n’ai rien contre le joueur mais j’aurais préféré garder cet argent pour les étés à venir. L’inter-saison n’est pas finie, je continue de penser qu’un départ de Carmelo Anthony est nécessaire, afin de passer à un autre cycle et de donner les clés de l’équipe à Porzingis. Même Melo n’a aucun intérêt de rester dans une équipe en totale reconstruction. J’espère juste qu’on ne récupérera pas un contrat handicapant en échange, on en a déjà assez dans l’effectif actuel.

Qu’attendez-vous pour la saison prochaine ?

@Onceaknick2018 : Pouvoir développer une équipe jeune et en devenir (comme l’a souligné Mills). On espère voir Hernangomez exploser, il a clairement une place à prendre à son poste, en entrant dans le 5. Échanger Anthony aussi, et essayer d’en tirer une contrepartie un minimum intéressante. C’est ce que les supporters attendaient déjà depuis un moment, mais bon il risque de rester…

@KnicksFr : Collectivement c’est difficile de se fixer des objectifs, surtout aujourd’hui même à un mois de la SR il y’a toujours le doute sur le dossier Carmelo Anthony. S’il part, et ce serait préférable pour les deux partis, j’aimerais voir cette saison une progression de certains joueurs : Porzingis qui assume son rôle de première option, Hernangomez qui montre des progrès en défense, Ntilikina qui s’adapte à la NBA et apporte déjà par petites touches, notamment en défense. Et bien sûr, hâte de voir la relation Ntilikina – Porzingis en action. On ne se fixe pas un nombre de victoires, on veut juste être sûr que l’équipe va dans le bon sens avec le trio Ntilikina – Porzingis – Hernangomez.

Où pensez-vous vous situer dans votre conférence ?

@Onceaknick2018 : On se situe je pense dans le haut du milieu de la conférence est si Melo reste.

@KnicksFr : Difficile à dire. Je pense qu’on peut facilement distinguer 7 équipes bien meilleurs que nous (Cavs, Celtics, Raptors, Wizards, Bucks, Hornets, Pistons). On fait partie de ce groupe très homogène d’équipes médiocres de la conférence Est. On ira certainement pas en Playoffs mais on sera aussi meilleurs que certaines de ces équipes (Chicago, Atlanta, Indiana..). Une 11ème place serait logique. Pas assez bons pour aller en Playoffs, pas assez mauvais pour avoir un top pick. Pas une situation idéale mais si KP s’affirme en tant que all-star et que Ntilikina confirme les attentes, ça me convient !