Après un long été à patienter, patienter, et imaginer ce que nous donnerait la saison NBA après tous les transfuges, transferts, et autres migrations de joueurs à travers les États-Unis, nous y sommes. Ou presque, il reste quelques heures avant que la saison 2017-2018 débarque sur nos télévisions, League Pass, et streams des plus qualitatifs aux plus fumeux – et que la NBA reprenne ses droits.

Pour démarrer, on est gâté cette saison encore, puisque nous démarrerons la saison avec une affiche de rêve : Boston Vs Cleveland, sur lesquels les regards seront braqués puisqu’en plus d’un duel entre 2 équipes qui se sont affrontées lors des dernières finales de conférence, elles ont été impliqués dans le transfert d’Irving vers les Celtics, en échange de Crowder et Thomas (même si ce dernier ne sera pas en tenu). Alors qu’on a encore peur que la fête soit gâchée par une absence de LeBron James, on ne peut refreiner notre curiosité pour un fight entre Uncle Drew et ses anciens coéquipiers.

Finalement le rideau tombe. Le King sera de la partie, et le public se chauffe pour recevoir l’ancien prodige qu’il a adulé. L’ambiance est fébrile alors que la présentation des Celtics a lieu. Irving entre en jeu et s’ensuit directement le clip de l’équipe à domicile. Des images de l’ensemble du roster et les joueurs entrent !

Nouveau look des 2 côtés, 1 seul titulaire de l’an passé pour Boston (Horford), 2 pour les Cavs (LeBron, Love). Le match démarre et si Boston ouvre le score, on remarque que Cleveland cherche à mettre en confiance ses nouvelles têtes, ce sont donc Crowder, Wade & Rose qui marquent les premiers paniers des Cavs. En face, le ballon se répartir également, et Irving marque par 2 fois, Hayward y va d’un shoot à mi-distance, tandis que Tatum reçoit son baptême par un gros contre de LeBron James… Bienvenue en NBA !

Coup de thêatre

Mais la fête est rapidement gâchée… Sur une passe pour un alley-oop, Gordon Hayward s’élance et chute violemment sur un contact. Au sol, le pied ne suit pas le reste du corps, la fracture est brutale et rappelle celle de Paul George… Le silence se fait dans le stade, les joueurs de Cleveland accuse le coup dans leur coin, alors que les Celtes se réunissent pour trouver refuge, dans un silence sinistre. Alors que l’ensemble de la salle semble accuser le choc, elle se réveille pour offrir une ovation à la sortie d’Hayward, qui n’aura joué que 5 minutes et des poussières sur ses nouvelles couleurs…

Le basket reprend ses droits et les défenses ont ralenti, contre toute attente les paniers rentrent de part et d’autres. C’est à 17-17 que les remplaçants font leur entrée. Des entrées sur des rythmes différents puisque si le banc de l’équipe à domicile enchaîne les paniers, et prends le large sur un 3pts de J.R Smith, celui de Boston reste muet ou presque, et voit l’adversaire filer à 29-19 à la fin du 1er QT. Le trio Ojeleye, Baynes, Rozier manque d’espace pour s’exprimer.

Cleveland plus costaud

Au retour, Al Horford débloque le score pour Boston. On note toutefois le très jeune âge du roster Celte en ce début de QT, et Jeff Green prouve l’expérience des siens en prenant une charge de Smart et forçant une faute offensive. Green est présent sur un rebond offensif sur l’action suivante, perpétuant la belle contribution du banc des Cavs.

Tatum continue à connaître un baptême du feu compliqué, mais les Celtics réagissent, et une flèche de Terry Rozier les remet à -9. Cleveland réagit de suite, et Rose réalise un drive assassin pour refaire l’écart. Les 2 équipes échangent les passes, mais la précision est côté domicile, et les Cavs reprennent 16pts d’avance. L’étendue du chantier de Boston apparaît, avec beaucoup à refaire et une défense aux abois.

Dans le même temps, on annonce, à minima, une fracture de la cheville pour Hayward.

Cleveland connaît bien Kyrie, et exploite ses faiblesses en défense en l’attaquant et le ciblant sur pick&roll. Un domaine toujours compliqué pour lui et qui créé des décalages pour combler ses errances. L’écart se creuse encore plus sur une passe magnifique de LeBron, pour un Crowder tailladant ses anciens coéquipiers, par une coupe ligne de fond. Très exploité par le Heat en 2016, la ligne de fond est réutilisée dès l’action suivant par Wade, mais sans succès, interceptée.

Boston tente de limiter la casse, et Irving profite d’une faute pour rassurer un Jayson Tatum qui semble désorienté sur le terrain, jouant son nouveau rôle de leader.

Les Celtics switchent trop pour défendre, et après un Smith qui profite d’un mauvais changement dans le trafic pour monter son total à 8pts, sur l’action suivante, c’est LeBron qui monte à 14pts (en plus de 6rbds, 7 passes) profitant d’un duel en isolation face à Baynes. Finalement, le manque de spacing, une défense aux abois et la maladresse à 3pts (2/16) viennent à bout de Boston -16 à la pause.

Jaylen Brown remet de l’ordre

Au retour du vestiaire, les Celtics reviennent avec de meilleures intentions. 2 interceptions plus tard (Jaylen Brown, puis Marcus Smart), dont 1 terminée par un alley-oop de Tatum, ils forcent un temps-mort de Tyron Lue. Une faute technique et un and-one tout en touché de Dwyane Wade, retour à la case départ pour Boston. LeBron augmente l’addition suite à un spin move mirifique pour finir au dunk.

La défense de Boston est tout de même transformée par le duo Smart/Brown, et derrière les efforts précédant d’Horford et Marcus Smart, encore lui, Brown intercepte un ballon et transforme la contre-attaque pour revenir à -11. Puis -9 après une nouvelle perte de balle des Cavs qui semblent moins créatifs, et une nouvelle transition transformée par Brown.

Kevin Love score, mais Jaylen force un faute offensive du King. Un effort un peu terni par Smart qui commence à perdre en lucidité, et enchaîne tir peu inspiré et perte de balle. Heureusement que Cleveland sembourbe un peu, notamment Rose et des pénétrations/tirs à 3pts peu inspirés. C’est Jayson Tatum qui ramène Boston à -7 sur un tir à mi-distance avec la faute. Rebelote sur l’action suivante, puisque Brown vient chercher son and-one dans le trafic face à Rose. Le rookie n’en a toujours pas fini, et sur une perte de balle de James, il ajoute un 3pts : -4.

C’est finalement Jeff Green qui vient au contact sur Baynes pour redonner de l’énergie à ses Cavs. Nouvelle entrée lumineuse de l’ailier, avec 2min10 à jouer.

Mais Smart, revient en force, 2 paniers au poste dont 1 avec la faute, lui permettent de remettre son équipe à -1 (68-69). C’est encore lui qui fait passer son équipe devant, à 71-69. Mais avec 4 sec à jouer, Rose remonte le terrain et plante un 3pts assassin au buzzer, en sortie de dribble.

71-72 pour l’équipe à domicile, tout reste ouvert, mais Cleveland va devoir retrouver un rythme (18pts à 32% dans le 3eme QT) !

Dernier Acte !

Les 2 équipes sont adroites, mais c’est encore Jeff qui électrise la foule par un dunk dans le trafic sur une passe du King. Kyrie, décevant jusqu’ici revient en jeu. Mais c’est Smart qui répond par une défense fantastique sur James. LeBron répond dans la foulée en scorant : 74-78.

Toujours sur tous les fronts, Smart défend sur Green, au poste et récupère un ballon qu’Irving utilise pour donner l’avantage au sien à 3pts. Il ressert la même sanction 2 actions plus tard.

Les Cavs montent en intensité, LeBron part pour le dunk mais est arrêté par le pivot Australien, Thompson ne fait pas mieux et c’est Green qui termine l’action. 82 partout. Baynes se venge et met 2 lancers pour son équipe.

Brown donne +4 aux siens, mais James répond en fin de possession par un 3pts assassin. Tatum répond, et redonne 3 longueur d’avance à Boston. En 1 contre 1, Rose part à l’assaut de la raquette face à Irving et obtient deux lancers, alors que nous sommes dans les 3 dernières minutes du match. Il rentre les 2 et ramène ses Cavs à 94-93.

Les 2 équipes se rendent coup pour coup et pointe à 98-97 avec 1min43 à jouer, après 2 lancers de Love. James donne l’avantage à son équipe sur un pump fake. Décisif sur la défense suivante, il est partout dès le premier match de la saison pour conserver l’avantage. Il confirme dès l’action suivante en trouvant Love à 3 points sur une prise à 2. Les Cavs virent en tête à 45 secondes du terme 99-102 !

C’est le moment d’être clutch, et Rose réalise une défense solide sur Irving, mais James rate à son tour pou l’occasion de tuer le match, la balle tombe dans les mains de Boston qui trouve Brown en transition pour l’égalisation, mais qui rate. Toutefois le rebond revient dans leurs mains et Irving peut tenter sa chance, mais il ne trouve pas non plus bonheur.

Après un début de match crève-cœur, Boston a su mettre ses tripes sur le parquet ce soir. S’ils ont perdu plus qu’un match, ils ont montré que l’équipe a des ressources; notamment la jeune triplette Smart-Tatum-Brown qui a su orchestrer un superbe retour dans la rencontre. Il va falloir désormais rebondir, et attendre des nouvelles d’Hayward, en espérant que la gravité ne soit pas telle que suggérée par les images.

Côté Cavs, après une bonne entame, l’équipe est tombé dans des travers qu’on lui connaît, à savoir un jeu trop dépendant de James. Les belles périodes vues en début de rencontre seront à étendre sur un match; notamment pour la paire Rose/Wade qui sembler jouer tour à tour. Love sans être omniprésent à réaliser un excellent travail de l’ombre, même s’il faudra tester cela face à des raquettes plus solides.

Malgré un goût amer, la NBA est de retour.