Le 4 Décembre dernier, un des meilleurs scoreurs des années 80, voire de l’histoire NBA fêtait son anniversaire : Bernard King ! Passé par les Nets, le Jazz, les Warriors et les Bullets (ancien Wizards), il a surtout été une légende des Knicks avec lesquels il a réussi l’exploit de marquer 50 points lors de deux matchs consécutifs ! Flashback !

Nous sommes le 31 Janvier 1984. Les Knicks se déplacent à San Antonio. Le lendemain, ils iront à Houston. Deux matchs à la portée de New York, qui compte parmi ces joueurs un formidable joueur, capable de tout faire en attaque : Bernard King !

Il a été drafté par les New York Nets, qui allaient devenir dans les mois suivants les New Jersey Nets, en 1977. Ailier très athlétique, il pouvait marquer de toutes les manières, au poste bas ou haut, sous le cercle, en transition, à mi-distance ! Malheureusement, sa vie nocturne et son addiction à la boisson vont lui poser des problèmes. Il fut transféré après 2 saisons avec les Nets au Jazz, ou il ne resta qu’une année avant de partir à Golden State, en 1980. Chez les Warriors, il arrête l’alcool et se met à enchaîner les bonnes performances ! Lors de sa deuxième saison à Oakland, il est même élu All-Star pour la première fois, et termine la saison avec 23.2 points de moyenne ! Cependant, il est envoyé aux Knicks en 1982.

De retour dans sa ville natale, Bernard King va devenir une légende ! Pour sa première saison à Gotham City, Bernard tourne à 21,9 points de moyenne, et devient le chouchou du Madison Square Garden. Mais c’est lors de la saison 1983-84 qu’il explose aux yeux de la NBA !

King face à Gervin, tous à plat ventre !

Donc, le 31 Janvier 1984, New York rencontre les Spurs de George Gervin. “The Iceman” a beau être au crépuscule de sa carrière, il tourne quand même à 25 points de moyenne ! Cependant, les Spurs galèrent dans la conférence Ouest, et présentent un bilan de 20 victoires pour 24 défaites. Les Knicks, eux, avec des joueurs comme Bernard King, Bill Cartwright, Rory Sparrow et la carcasse de Truck Robinson, jouent les playoffs. Ils se présentent avec un bilan de 24 victoires et 18 défaites. Sur le papier, New York part favori.

Cependant, la rencontre fut plus serrée que prévue. Les Spurs accrochent les Knicks, George Gervin s’énerve et nous fait du George Gervin. Sauf que New York peut compter sur Bernard King, qui fera la totale à San Antonio ! Comme je l’ai dit, Bernard King savait tout faire offensivement, et ce match contre les Spurs en est l’illustration parfaite ! Il provoque beaucoup de fautes, et ne se fait pas prier pour convertir ses lancers francs. Au poste, aussi bien haut que bas, il est tout simplement injouable, grâce à son physique, et ce malgré sa “petite” taille ! Combien de fois a t-il marqué avec un “turnaround jumper” au nez et à la barbe de son défenseur, ou bien sur un de ces tirs à mi-distance d’une précision chirurgicale, après avoir fixé son défenseur au poste haut et posé un ou deux dribbles ? Sinon, il marque de nombreux points en transition, ou sa vitesse, son explosivité et sa capacité à finir au cercle avec un lay-up sont déconcertant de facilité. Il peut aussi opter pour un dunk qui fait toute la différence ! Indéfendable ! Et puis, toujours avec ce regard, ce regard de tueur !

George Gervin aura tout tenté, permettant aux Spurs d’inquiéter et de tenir tête à New York, mais Bernard King est plus fort ce soir, et permet aux Knicks de l’emporter 117-113 ! Les Spurs peuvent s’en vouloir d’avoir perdus autant de ballons (22), même s’ils ont été plus adroits que les Knicks (52,1%/55,4%). Le match aura été une véritable orgie offensive ! En plus d’une très bonne adresse aux tirs pour les deux équipes, la balle circule très bien, des deux côtés. 68 passes décisives en tout dans le matchs ! Et que dire de la prestation de Bernard King ! 50 points à 20 sur 30 au tir et 10 sur 13 aux lancers francs ! En face, George Gervin marqua 41 points à 19 sur 31 au tir ! Mais l’homme du match est bien Bernard King !

Le Texas réussit bien à Bernard !

Le lendemain, New York se déplace à Dallas. Les Mavericks sont dans une situation similaire à celle des Knicks, c’est à dire dans la course aux playoffs. Portés par des jeunes joueurs comme Rolando Blackman et Mark Aguirre, cette équipe se porte vers l’avenir. Leur bilan, avant ce match, était de 25 victoires et 19 défaites.

Encore une fois, la rencontre fut serrée. Le duo Blackman-Aguirre donne du fil à retordre à la défense des Knicks. Sauf que, Bernard King a encore la main chaude ! Et après les Spurs, ce sont les Mavericks qui vont subir les assauts répétés de Bernard ! Surtout, et ce qui va faire de Bernard King une légende, c’est qu’il va réitérer ! Oui oui, 50 points lors de deux matchs consécutifs ! 100 points en 2 matchs ! 50 points à 20 sur 28 au tir et 10 sur 13 aux lancers francs ! Encore une fois, Bernard a étalé toute sa panoplie offensive, face à des Mavs dépités ! Avec en plus la victoire des Knicks 105-98 ! Légendaire !

Sur cette saison 1983-84, Bernard King fut élu-All Star et intégre la All-NBA First Team avec Larry Bird, Kareem Abdul-Jabaar, Isiah Thomas et Magic Johnson ! Il termine la saison avec 26,3 points de moyenne ! En playoffs, les Knicks sont allés jusqu’en demi-finales de conférence, éliminant les Pistons de Thomas, et poussant les Celtics de Larry Bird jusqu’à un Game 7. Lors de la série contre Detroit, Bernard King est monstrueux, tournant à 42 points de moyenne, à 60% au tir ! Mais ce que l’on retient de cette saison, c’est cet exploit statistique, c’est deux matchs consécutifs à 50 points ! Aujourd’hui encore, les fans des Knicks n’ont pas oublié !

La saison suivante, King atteint son apogée. Il devient meilleur marqueur de la ligue, avec 32,9 points de moyenne ! Il marque 52 points le 24 Novembre au Madison Square Garden face aux Pacers, mais surtout il inscrit 60 points lors du Christmas Day contre les Nets, la franchise qui l’a drafté, toujours au Garden ! La suite de sa carrière est moins belle. Victime d’une rupture des ligaments croisés, il ne joue pas pendant une saison entière. Il part ensuite aux Bullets, où malgré sa perte d’explosivité, il reste une superbe machine à scorer. D’ailleurs, en janvier 91, il plante 49 points contre les Knicks, son équipe de cœur, au Madison Square Garden. Cette saison, il affiche 28,4 points de moyenne, et redevient All Star. Mais une nouvelle blessure le force à raccrocher, après une dernière saison avec les Nets.

On se souviendra de Bernard King comme un incroyable attaquant. Passé par de nombreuses équipes, on retient principalement ses années avec les Knicks, avec lesquels il a atteint son meilleur niveau. On n’oubliera surtout pas ces 2 soirées magiques ! Cet exploit fit de Bernard King une légende de la NBA et de New-York !