C’est Noël et pour la 3ème année consécutive on va avoir droit à un petit Cavs vs Warriors.

Et comme tous les ans, des deux côtés on appuie sur la pédale de frein pour clairement expliquer que ce match ne veut pas dire grand chose, qu’on ne peut pas tirer d’enseignement de ce genre de rencontre en saison régulière.

D’un côté, on peut comprendre ce genre de déclaration simplement parce que la saison régulière ne représente pas ce qu’il se passe en playoffs. Mais aussi pour éviter les réactions excessives dans le bon sens ou dans le mauvais. On cherche à enlever de la pression à la pelleteuse.

D’un autre côté on ne peut pas nier que ce duel a quelque chose de spécial pour chaque joueurs, coach, spectateurs et même fans de basket. Pire, plus les années et les finales passent, plus ces 2 matchs de régulière deviennent un rendez-vous si particulier pour le monde de la balle orange. On a beau dire ce qu’on veut, si on a pas regardé le match en direct ce lundi, mardi matin on plongera sur l’application NBA au moins pour savoir qui a gagné et même la box score pour repérer une stat qui ressort (à tout hasard, un nombre de points très élevé).

Pour tenter de vous plonger dans l’ambiance de lundi 21h, on va regarder dans le présent et dans le passé pour voir que ce match sans enjeu en a malgré tout plus que ce que les acteurs veulent bien en dire.

Par le passé

Revenons en 2015, LeBron et les Cavs perdent les finales 4-2. Kyrie et Kevin Love sont blessés (Kyrie arrivant sur une jambe et repartira presque aussi vite) Pendant la saison régulière qui a précédé ces finales, chaque équipe a remporté son match à la maison. David Blatt est alors coach des Cavs.

La saison suivante voit les Cavs se déplacer dans la Baie pour le match de Noël. L’ambiance entre le coach et l’équipe semble assez étrange. On ne sent pas le groupe faire un avec son mentor et ce match va seller le destin de Blatt.

Le match est serré et Golden State va l’emporter 89-83. Jusque là rien de très étonnant sauf que pendant le match, Blatt a changé ses rotations et a privé Richard Jefferson de temps de jeu et a fortement limité James Jones (qui jouait encore un peu à l’époque). La réaction des joueurs ne se fait pas attendre, le lendemain à Portland, les Cavs encaissent une cuisante défaite 105-76. Même pour un back-to-back, la box score ne ment pas : 36% à 2pts et 35 à 3pts. LeBron ne prend que 16 tirs sur le match. Et si vous n’êtes pas encore convaincu, sachez que Portland était en 12W 20L et Lillard ne jouait même pas.

Le 18 janvier, les Warriors sont en déplacement à la Quicken Loans Arena. Les Cavs ont quasi tout gagné entre temps. Stephen Curry explique que le vestiaire sent encore le champagne. Bref tout est là pour un match de titan, Cleveland veut prendre sa revanche. Résultat victoire de Golden State 132-98… Le 22 janvier Blatt est débarqué de son rôle de coach et est remplacé par Lue.

On pourra encore dire 1000 ans que LeBron a fait renvoyer Blatt mais cette double confrontation a fait basculer le destin de la franchise. Plus tard cette même année, Cleveland reviendra d’un 3-1 pour être sacré champion. Blatt a prouvé dans ces deux rencontres qu’il n’avait rien appris de la défaite en finale quelques mois plus tôt.

On pourrait encore parler des autres matchs comme celui de l’année passé où Kyrie plante un énorme step back sur Thompson pour remporter la manche aller à Cleveland ou autre mais je retiens surtout cette double confrontation 2015-2016 comme meilleur exemple de la tension intense qui peut se dégager de ce genre de match.

Par le présent

Peu importe ce qui arrivera lundi soir, chaque camp aura son lot d’excuses pour combler les brèches laissées par le résultat. Curry n’est pas là, Thomas n’est pas là, les Cavs ont eu plus de repos… Les faits seront là, et le passif en finales le confirme, dans ce genre de match on doit survivre et ce à n’importe quel prix. Il n’y a pas de place pour les : Kyrie est blessé, Love est blessé, Green est suspendu… Tout cela ne comptera pas pour les compétiteurs qui se trouvent dans les 2 rosters.

Les Cavs n’ont que peu de chance de se mesurer à la crème de la NBA pendant les saisons. Pour connaitre leur potentiel et savoir quel est leur niveau ils ne pourront pas s’asseoir et regarder les Warriors leur casser la gueule. S’ils veulent être pris au sérieux aux yeux de la ligue, ils n’auront presque que ces 2 matchs pour réaffirmer leurs volontés d’aller à nouveau en finale. Plus que la ligue, il faudra s’affirmer face aux Warriors pour leur montrer que LeBron n’est pas le seul danger dans cette équipe des Cavs. Tout le monde a peur de LeBron, peu ont peur des Cavs et cela doit changer. Il suffit de voir avec quel aplomb les adversaires jouent les Cavs cette année pour comprendre qu’instaurer de la peur chez l’opposant est important et peut faciliter une victoire ou du moins une bonne entame de match. Faire sentir aux autres que gagner contre vous, c’est impossible ou alors avec beaucoup de réussite.

Les Warriors ont du gérer beaucoup de blessures depuis le début de saison. On a vu ceux-ci parfois même perdre leur sang froid et se faire exclure, perdre des matchs parfois bêtement, lutter jusqu’au bout contre des adversaires largement inférieurs. Bref un bon gros match référence peut redonner un boost toujours bien venu pour un groupe en quête de titre. A l’heure où les Rockets leur volent la vedette dans le bilan, remettre un petit coup de pression à la ligue peut aussi s’avérer tout aussi utile. On pourra dès lors sortir la carte « Calmez vous, souvenez vous du match contre les Cavs » en cas de défaite ou de petit creux plus tard dans la saison.

Pour les coach, il s’agira de bien manœuvrer pour d’une part maintenir des bonnes chances de gagner mais ne pas trop se découvrir dans un éventuel « Plan anti-ceci ou cela » bref garder des cartes dans sa main pour les abattre quand ça comptera vraiment.

Enfin duel dans le duel, LeBron voudra probablement se reprendre après la suprématie affichée par Durant lors des dernières finales. Les deux joueurs devront mener leurs équipes à la victoire et LBJ a sans doute plus à prouver que Durant sur cette rencontre.

Voilà, j’ai mis la bûche dans la cheminée je pense. On aura beaucoup de points à débattre après ce premier match. On aura surement beaucoup de chose à comparer mais une chose est sure : Lundi 21h, on sera devant nos écrans pour un match qui devrait envoyer.