La nouvelle est tombée comme une bombe sur la NBA en toute fin de soirée d’hier. Clippers et Pistons se sont mis d’accord autour d’un trade pour le moins inattendu : Blake Griffin quitte la Cité des Anges pour rejoindre Detroit. La fin d’une ère pour les Clippers, et le début d’une nouvelle à Motor City ? Analyse d’un trade surprenant.

 

Pour bien commencer, voici les détails de l’échange selon les dernières informations, ainsi que les données contractuelles de chaque protagoniste.

Detroit reçoit : Blake Griffin (173M/5 ans), Willie Reed (1.5M/1 an), Brice Johnson (1.3M/1 an)

Los Angeles reçoit : Tobias Harris (30.8M/2 ans), Avery Bradley (8.8M/ 1 an), Boban Marjanovic (14M/2 ans), 1er tour de draft 2018 (protégé 1-4), 2ème tour de draft 2019.

A noter que pour le 1er tour 2018, la protection se reportera si nécessaire en 2019, 2020, et cessera en 2021. En gros, si le choix des Pistons se trouve entre les places 1 et 4, il restera finalement à Detroit, et les Clippers auront celui de 2019, toujours protégé. Même mécanique par la suite, jusqu’en 2021. Mais soyons clairs, il est très peu probable que le tour de draft des Pistons se trouve dans les 4 premiers spots l’été prochain. Les Clippers devraient donc récupérer ce TDD dès cette année.

Le départ de Griffin, ou la fin d’une ère

L’expression a évidemment été reprise par de nombreux médias depuis cette nuit, mais c’est bien celle qui colle le mieux à la situation. C’est un véritable coup de tonnerre que nous proposent les deux franchises, avec le premier coup d’éclat portant la signature de Jerry West. Le GM des Clippers est bien décidé à faire table rase du passé, et après le départ de Chris Paul en juillet dernier, c’est donc Blake Griffin qui est débarqué du navire. D’autant plus inattendu que l’ailier fort avait signé un nouveau contrat avec Los Angeles cet été, pour le maximum bien sûr. On pensait alors que la franchise misait à fond sur son – nouveau ? – franchise player, en lui offrant la place centrale du nouveau projet. Jerry West cachait donc bien son jeu, car malgré la bonne saison des Clippers, le GM n’a pas hésité à mettre fin à l’ère Griffin. Avec les départs de ces deux stars, c’est bien la fin de Lob City qui est entérinée, et le début d’un nouveau cycle du côté de Los Angeles.

« Blake Griffin a eu un impact immense sur cette franchise, et son empreinte au sein de la communauté de Los Angeles restera indélébile. » Steve Ballmer, propriétaire des Clippers.

Une page se tourne, une autre s’ouvre, avec les arrivées de Tobias Harris, Avery Bradley, Boban Marjanovic et surtout des tours de draft à venir. Ce sont Chris Paul, Blake Griffin et DeAndre Jordan qui ont porté les Clippers en haut de l’affiche, et seul le pivot est encore rescapé. Qu’à cela ne tienne, car il serait étonnant de ne pas le voir bouger d’ici la trade deadline. Les médias vont encore plus loin, en annonçant que Lou Williams est lui aussi disponible sur le marché. Jerry West est bien décidé à faire bouger les choses et repartir de zéro. Enfin, pas vraiment, car pour cela, il faudrait déjà virer Doc Rivers mais bon, chaque chose en son temps…

En attendant, Los Angeles voit débarquer un ailier pour concurrencer Danilo Gallinari, et un arrière au contrat expirant en fin de saison. Harris pourra très bien jouer poste 4, tout comme l’italien d’ailleurs. Sur les lignes arrières, c’est un peu plus compliqué, et l’arrivée de Bradley semble confirmer les rumeurs de départ de Lou Will, d’autant qu’Austin Rivers est lui bel et bien toujours là.

Il est donc difficile de se prononcer réellement autour de ce trade du côté de LA. Car si le tremblement de terre est énorme et la tristesse de nombreux fans inconsolable, Jerry West tente là un véritable coup de poker. Les prochains jours devraient nous en apprendre plus sur l’avenir de la franchise, avec de nouveaux mouvements à envisager. Le management va-t-il chercher à récupérer des tours de draft supplémentaires ou de jeunes talents en devenir ? La première hypothèse semble plus probable, car la free agency à venir devrait donner des opportunités aux Clippers. De nombreux grands joueurs sont disponibles, et les Clippers ne se priveront pas pour venir concurrencer leurs voisins angelinos sur le marché des agents libres. Paul George en ligne de mire ? Le fantasme LeBron James ? Nous ne sommes ici que dans la pure spéculation, alors autant attendre.

Par ailleurs, le 1er tour de draft 2019 des Clippers est menacé. Protégé pour les places 1 à 14, il restera à Los Angeles seulement si ceux-ci n’accrochent pas les playoffs. Au-delà, il tombera dans les mains des Celtics. Alors, tout miser sur la free agency, et viser les playoffs l’an prochain malgré la perte du pick ? Ou plutôt bazarder définitivement la saison en cours, utiliser Lou Will et Dede Jordan pour récupérer des tours de draft et des contrats intéressants, afin de miser sur les deux tableaux : draft et free agency ? Jerry West a l’air de prendre la première direction, mais il faudra trouver preneur aux deux hommes dans les tous prochains jours. L’avenir est incertain pour les Clippers, mais on connait les qualités du GM, et nul doute qu’il a des plans bien ficelés dans la tête.

Et pour illustrer cette fin de cycle et parce qu’il faut bien rendre hommage à tout ce qu’a apporté Blake Griffin aux Clippers, voici quelques chiffres qui illustrent la place du bonhomme dans la franchise :

  • 21.6 pts, 9.3 rbds, et 4.2 passes de moyenne, sur 8 saisons
  • 2ème meilleur scoreur de l’histoire de la franchise : 10.863 pts
  • Rookie de l’année 2010/2011
  • 5 fois All-Star
  • 4 fois All-NBA

All-in à Detroit

Du côté des Pistons maintenant, qu’espérer de ce trade ? Former une raquette d’exception déjà. Car positionner un monstre comme Griffin aux côtés d’Andre Drummond, ça a plutôt de la gueule. D’autant que les deux garçons ont des qualités potentiellement complémentaires. Griffin est un bon manieur de ballon, capable de créer en attaque et de donner des passes depuis le poste bas, quand Drummond est un bon rouleur sur pick-and-roll. Des deux côtés du terrain, l’association a de quoi promettre un avenir sympa aux fans des Pistons, au vu des qualités athlétique du duo. On parle déjà de meilleure raquette de l’Est, et on ne voit pas franchement qui pourrait venir leur contester ce titre honorifique. Les dirigeants ont donc décidé de faire tapis, en alourdissant considérablement leur masse salariale. Avec ces deux contrats, les finances de Detroit sont littéralement plombées, et si le fait d’avoir les deux hommes liés à la franchise jusqu’en 2021 est plutôt réjouissant, il représente également un risque majeur. Les Pistons misent clairement sur cette association, et il faudra être très malins pour entourer les deux intérieurs.

La nécessité de trouver un meneur de haut niveau devient plus qu’évidente, reste à voir comment les dirigeants vont procéder. Detroit a-t-elle les assets pour arracher Kemba Walker aux Hornets ? Son contrat plus qu’intéressant représente une superbe opportunité pour les Pistons, mais quelles pièces donner en retour ? Reggie Jackson n’est plus que l’ombre de lui-même et encore blessé pour plusieurs semaines. Les autres joueurs disponibles – tous le sont aux dires de Stan Van Gundy – ne représentent pas un véritable atout dans l’espoir de réaliser ce trade, et Detroit n’a plus de tours de draft en stock. Seul Stanley Johnson, décevant cette saison mais dont on a entrevu le potentiel, semble en mesure de servir de monnaie d’échange ? De plus, les meneurs de qualité ne seront pas légion lors de la free agency 2018, il faudra donc ruser du côté de Motor City.

L’autre interrogation concerne évidemment la santé de Blake Griffin. Avec l’ailier fort, Detroit récupère un joueur au talent immense mais aux blessures nombreuses et récurrentes. Avec 35 matchs seulement en 2015/2016, 61 la saison dernière, et déjà 16 rencontres manquées cette saison, Griffin n’est pas un modèle de bonne santé physique. L’intérieur n’a joué que deux tiers des matchs lors des quatre dernières saisons, lui qui avait déjà loupé sa saison rookie. On espère donc pour lui et les Pistons que les pépins physiques le laisseront tranquille, et qu’il pourra donner la pleine mesure de son talent à Detroit. Car lorsque le garçon est en forme, les dégâts deviennent vite impressionnants. Nous parlons tout de même d’un joueur qui tourne à plus de 20 pts, 9 rebonds et 4 passes de moyenne en carrière. La raquette des Pistons a de quoi faire peur, si les automatismes et la santé suivent.

Par ailleurs, notons que Detroit reçoit également deux joueurs de complément intéressants, notamment Willie Reed, utile dans la rotation, et qui pourrait permettre aux Pistons d’utiliser les autres intérieurs à disposition dans le cadre d’un trade.

Dans le sens des départs, si celui de Bradley, assez décevant depuis le début de saison, n’est pas si dramatique, celui de Tobias Harris est plus significatif. Detroit perd un ailier qui réalise une nouvelle saison solide, capable de shooter derrière l’arc assez efficacement, et rapportant sa quinzaine de points par match.

PS : ça fait quand même plaisir de voir un All-Star (d’accord, pas en 2018) rejoindre une Conférence Est dépeuplée l’été dernier, et un espoir de voir une nouvelle franchise venir concurrencer les seigneurs de l’Est.

L’avis des copains

Après ce blockbuster trade, nous avons souhaité demander leur avis aux comptes Twitter français des deux franchises concernées.

PistonsFR (@pistonsFR)

L’arrivée de Blake Griffin a fait l’effet d’une bombe. Depuis qu’on sait qu’Avery Bradley est sur le marché, on s’attendait à du mouvement mais pas aussi vite, ni aussi fort. Le coup est bien joué de la part de Van Gundy. On perd Tobias Harris mais au poste 4 Griffin est largement au-dessus et Bradley, qui n’aurait de toute façon pas re-signé. Une autre façon de voir les choses serait de dire que Marcus Morris, Aron Baynes et Harris ont été échangés contre Blake Griffin.

Pistons France (@DetPistonsFR)

L’arrivée de Blake Griffin reste une énorme surprise car les Pistons possèdent une attractivité proche du néant. Evidemment que cet échange implique un certain nombre de risques étant donné le comportement et l’état de santé de Blake Griffin mais surtout l’adaptation de l’équipe à cette arrivée sur cette fin de saison. Maintenant, on ne peut pas bouder cette arrivée, cela fait presque dix années que l’on réclame un joueur de ce calibre et le front office est parvenu à le faire venir sans toucher à Andre Drummond et Luke Kennard – qui sont peut-être les deux éléments les plus intéressants cette année. La perte de Tobias Harris fait mal sur le plan affectif mais il reste un joueur très irrégulier en attaque et mauvais en défense. Avery Bradley allait quoiqu’il arrive partir cet été car Detroit ne voulait pas lui offrir le max et enfin Boban Marjanovic est un joueur peu utilisé. Clairement, cela s’annonce difficile de terminer la saison en terme de profondeur d’effectif (à voir si un autre trade survient dans les prochains jours) mais dès cet été, Stan Van Gundy a de quoi broder autour d’un duo Griffin – Drummond respectivement verrouillés jusqu’en 2022 et 2021. Les finances sont dans le rouge mais c’était déjà le cas avant cette transaction sauf que désormais il y a du talent. Hâte voir comment Andre Drummond se comportera avec Blake Griffin. C’est la première fois de sa carrière où il sera légèrement en retrait derrière une véritable star ! Peut-être que ce fameux rôle de lieutenant que l’on souhaite tous pour lui depuis trois ans lui ira comme un gant.

ClippersFR (@ClippersFR)

C’est un trade à double-tranchant, qui peut s’analyser sous deux angles différents à chaque fois qu’on se penche dessus. La symbolique et le sportif, le court et le long-terme, le coeur et la raison. Clairement, ce trade nous coupe en deux comme il nous a coupé le souffle au moment où nous avons tous appris la nouvelle. D’un point de vue moral, symbolique, du côté du coeur, ça fait vraiment mal : on ne comprend toujours pas comment les Clippers ont pu provoquer un tel transfert avec Blake Griffin comme attraction principale. Il est le joueur qui a mis les Clippers sur la carte NBA, et rien que pour ça, il méritait mieux après lui avoir sorti le grand jeu pour le faire rester l’été dernier. Les fans sont bouleversés, et c’est logique : une page se tourne, mais c’est aussi ça, le bon côté des choses. Une porte se ferme, une autre s’ouvre : celle qui nous amène à de nouvelles perspectives, vers un avenir peut-être moins incertain que celui vers lequel on semblait se diriger. Les Clippers n’allaient pas loin avec un tel effectif, et ce n’est pas la semi-reconstruction de cet été qui aurait pu changer quoi que ce soit. Désormais, on sait que l’on repart pour de nouvelles années difficiles, mais peut-être avec un nouvel espoir, un vent de renouveau provenant du bout du tunnel. C’est un pari qu’ont tenté les Clippers au cours de la nuit, et cela pourrait finalement payer rapidement, surtout si un certain LeBron vient toquer à notre porte en juillet prochain. Trust the Process 2.0.

 

C’est donc un échange surprenant et plutôt excitant que Clippers et Pistons nous ont offert. Les deux franchises ont décidé de bouger, et de prendre des risques pour un avenir meilleur. Les prochains mois seront scrutés avec attention et dans le cas des deux équipes, les prochaines semaines pourraient elles aussi être déterminantes. La NBA s’active en vue de la trade deadline, et ce mouvement pourrait en entraîner d’autres. Du côté des Clippers bien sûr, mais également au sein des autres franchises. On rappelle notamment que Kemba Walker est disponible, mais aussi que les Cavs se tiennent prêts à bouger…