La trade deadline arrive à grand pas et parmi les équipes les plus actives, les Celtics entrent souvent dans la discussion. Il y a quelques jours, nous apprenions que Boston avait réalisé un beau coup en attirant un joueur de qualité à savoir Greg Monroe. Le pivot des Suns arrive dans la ville verte pour 5 millions de dollars jusqu’à la fin de saison, avec l’intention d’être directement utile aux Celtics, afin de croître leurs chances d’atteindre leur objectif : les finales NBA. Avec sa grande taille et ses qualités offensives, il semble sur le papier être totalement complémentaire avec les autres big men du banc des Celtics que sont Aron Baynes, solide défenseur, et Daniel Theis, qui aime s’écarter pour shooter longue distance. On a donc un pivot défensif à l’intérieur, un pivot offensif qui aime aller au large et attirer son adversaire pour libérer de l’espace pour ses coéquipiers et un pivot offensif poste bas. La raquette, qui est l’un, voire le défaut de Boston, prend du poids et se solidifie. Une bonne nouvelle pour Boston dans le but d’être compétitif en playoffs face aux équipes comme le Heat, les 76ers ou les Pistons qui pourraient, s’ils se qualifient, leur poser beaucoup de soucis dans la raquette.

Mais Danny Ainge ne semble pas vouloir se contenter de cette arrivée. On parle beaucoup d’une possible arrivée sur le poste 2, avec des noms qui reviennent souvent comme Tyreke Evans ou Lou Williams. Toutefois, le poste d’arrière est déjà bien fourni avec Jaylen Brown et Marcus Smart. Alors si le premier fait partie du projet des C’s, c’est le second qui est dans les rumeurs de départ. Dès lors, les Celtics doivent-ils se séparer de leur défense clé Marcus Smart ? Pourquoi l’échanger maintenant ?

On entend un peu tout et n’importe quoi sur le départ de Smart depuis plusieurs jours. Mettons les choses au clair sur cette situation. Humainement, Marcus Smart a toujours été un joueur apprécié et respecté de ses coéquipiers. Drafté en 6ème position en 2014 par les C’s, cela fait 4 saisons qu’il donne tout pour Boston. Il est le joueur le plus capé de l’effectif actuel avec les Celtics, à seulement 23 ans. Il représente pour beaucoup l’âme des Celtics : ce côté chien enragé, cet esprit défensif qui fait le fond de jeu des Celtics depuis de longues décennies et qui a amené tant de titres. Mais depuis plusieurs semaines, il semblerait que sa place soit remise en cause par le staff des Celtics.

Sportivement, Marcus Smart est un joueur de qualité, très gros défenseur, très complémentaire de Kyrie Irving. Quand ce dernier nous ébloui offensivement, derrière, Marcus Smart s’occupe de sale boulot défensif et le fait très bien. Il a parfaitement pris la relève d’Avery Bradley quand ce dernier a été transféré l’an passé. De plus, depuis quelques temps, il a commencé à peser un peu plus offensivement avec quelques shoots importants à trois points (même si cela reste encore irrégulier) et quelques petites sorties non négligeable à plus de 20 points comme contre les Lakers le 23 Janvier dernier, son dernier match avant sa blessure à la main. Ainsi, certains ne comprennent pas pourquoi ne pas le conserver. Tout est une question d’argent. La situation de Marcus Smart est vite rattrapée par le business. En effet, si Danny Ainge veut se séparer maintenant de son joueur, c’est purement contractuel : Marcus Smart a un très petit contrat cette saison à 4,5 millions de dollars, ce qui correspond à la dernière année de son contrat rookie. Cet été, il sera restricted free agent : N’importe quelle franchise pourra lui proposer un contrat et Boston aura le choix s’aligner et garder son joueur ou de le laisser signer ailleurs. Le problème est le suivant : Il est certain qu’au vu de son rendement sur le terrain, et de la rareté des joueurs aussi bon défensivement, de nombreuses équipes n’hésiteront pas à sortir le chéquier et pourquoi pas lui proposer un contrat max ou un très gros chèque. Et c’est là que le problème surgit : cette saison, le salary cap des Celtics est de 110 millions de dollars, soit 11 millions au dessus du salary cap NBA (99M$). L’an prochain, 11 joueurs ont des contrats garantis et représentent déjà 107 millions de dollars. Cela s’explique par les énormes contrats de Gordon Hayward (31,2M$) et d’Al Horford (28,9M$), et le contrat de Kyrie Irving, léger quand on connaît le rendement du monsieur, mais qui pèse tout de même à 20 millions de dollars. Dès lors, les comptes des Celtics vont être extrêmement limités pour la saison 2018-2019 et le comptable de Boston ne pourra en aucun cas accepter de donner un contrat max à Marcus Smart. Ce dernier ne se contentera surement pas d’un contrat à 8, 10 ou 12 millions. Il voudra au minimum 16-17 millions de dollars, ce que les Celtics pourront très difficilement lui donner. Enfin, difficile également d’imaginer un sign & trade cet été pour les mêmes raisons contractuelles. Voila pourquoi les Celtics sont ouverts à un échange imminent de son arrière. Mais contre qui échanger Marcus Smart ?

Danny Ainge a récemment déclaré qu’il souhaiterait échanger Marcus Smart uniquement s’il recevait un 1er tour de draft correct (top 15). Pourquoi échanger Smart contre un premier tour de draft ? Dans le but par la suite d’attirer Tyreke Evans ou Lou Williams. Ce petit montage est très intelligent de la part de Danny Ainge. En effet, les Clippers et les Grizzlies seront plus enclins à échanger leurs joueurs contre un 1er tour de draft que par un bon joueur comme Smart certes, mais qui va leur couter très cher l’an prochain, au risque de le perdre aussi cet été. Dans leur volonté de reconstruction, Danny Ainge sait comment les amadouer. Mais encore faut t-il trouver ce 1er tour de draft bien placé. Dès lors, on parle d’un échange Marcus Smart-Emmanuel Mudiay et avec 2nd du tour de draft, ce qui financièrement entre parfaitement dans les comptes de Danny Ainge avec un contrat à 4 millions l’an prochain pour Mudiay. Mais les Celtics veulent leur 1er tour de draft et n’hésiteront pas à le demander, et ne pas se contenter d’un second tour comme Denver semble l’avoir proposé. Il serait parfait pour les Celtics de récupérer à la fois un bon joueur, peu cher l’an prochain, pouvant aider l’équipe et avoir du temps de jeu si Boston souhaite le garder.

En somme, il semble plus que logique que les Celtics souhaitent se séparer de Marcus Smart. Même s’il représente l’âme de cette équipe, ses prétentions salariales sont trop importantes pour rempiler l’an prochain à Boston. La solution idéale serait qu’il voit ses exigences financières à la baisse, mais cela parait peut probable. Un échange dans les prochaines heures semble donc de mise. Reste à savoir si Danny Ainge sera gourmand et forcera les autres équipes à lâcher un premier tour de draft pour récupérer Evans ou Lou Will, ou si l’horloge tournant rapidement l’obligera à se contenter d’un second tour de draft. Prendra t-il le risque de le garder jusqu’à la fin de saison et ne pas pouvoir s’aligner sur les offres des autres franchises cet été, et ainsi perdre Smart sans rien avoir en retour, ou sera t-il plus prudent et préférera récupérer ce qu’il pourra : Réponse le 8 Février.