Il y a 24 ans, le 17 février 1994, David Robinson rentrait dans l’histoire en affichant une ligne statistique incroyable. Avec 34 points, 10 rebonds, 10 passes décisives et 10 contres, il accomplit le le quatrième quadruple-double de l’histoire, le dernier en date. Retour sur une performance stratosphérique.

David Robinson et ses Spurs abordaient cette confrontation à domicile contre les Pistons avec sérénité. Les Texans restaient sur une série de dix victoires consécutives, pendant que Detroit peinait à avoir un bilan positif. Mieux, le pivot star affichait une forme extraordinaire (30.2 pts, 9.8 reb, 6.5 ast, 2.9 blk), et menait son équipe vers les sommets. Accompagné de Dennis Rodman, L’Amiral martyrise bon nombre de raquette, tout en faisant un travail monstre défensivement, et ce ne sont pas les Pistons qui diront le contraire…

Attaquant, défense, David Robinson

Rapidement, le pivot se met Greg Anthony dans la poche, bien aidé par Dennis Rodman dans le secteur intérieur. A eux deux, ils posent beaucoup de problème à Detroit, en prenant beaucoup de place, beaucoup de rebond, et en étirant le jeu. Ainsi, D-Rob n’a aucun mal à collecter les dix rebonds nécessaires au quadruple-double. Très vite, il domine de la tête et des épaules la raquette adverse, agressant sans cesse l’arceau. Résultat, il se présente 17 fois à la ligne des lancers-francs, le plus haut total de la soirée, évidemment. Certes, il n’en aura marqué que 10, mais un bon paquet furent des and-one, La Défense étant systématiquement dépassée. Du doigté, du poste bas, un toucher XXL, mais surtout une puissance de mammouth, et bim, ça fait des chocapics 34 points. Un défenseur ? Trop facile. Deux défenseurs ? Bitch please. Trois défenseurs ? Bah oui, mais non, parce que le bonhomme a une telle vision de jeu que c’est galette sur galette. Du coup ça fait 10 passes, tranquillou.

10 contres pour l’histoire

10 contres dans un match, pour David Robinson, c’est comme si vous, vous faisiez vos lacets, c’est facile, beaucoup trop même. C’est à dire qu’avant cette rencontre, il l’avait déjà fait 13 fois, soit plus qu’Hakeem Olajuwon, Dikembe Mutombo, ou encore Kareem Abdul-Jabbar, les trois meilleurs contreurs All-Time, rien que ça. Autant vous dire que c’est pas Greg Anthony, ou le mètre 85 d’Isiah Thomas qui allaient le faire peur.

Enfin bref, chose promise, chose due, l’Amiral est un monstre défensif. En ne faisant qu’une seule faute en 43 minutes, il parvient à contrer dix fois, et pas n’importe comment. Sean Elliott du dos de la main (DU DOS DE LA MAIN!!) pour commencer, deux ou trois autres amuses-gueules jusqu’au choc. Alors qu’il bâche violemment des deux mains Thomas monté au layup, il semble être touché au bras gauche. Tiendra-t-il le coup physiquement ? Une claquette dunk de trois mètres plus tard, il est prêt à rentrer dans l’histoire.

Ensuite, Dale Ellis rate son tir, J.R Reid rattrape la balle qui lui échappe des mains. Elle tombe dans les grosses mimines d’une certain numéro 50, qui obtient la faute au passage. 34-10-10-10, ça y est, David Robinson est dans l’histoire. Quatre ans après Hakeem Olajuwon, il inscrit un nouveau quadruple-double, le quatrième de l’histoire, après Olajuwon donc, Thurmond et Alvin Robertson. Plusieurs années après, il sera logiquement récompensé de deux bagues pour ses efforts, au coté de Duncan et Popovich.

A l’heure actuelle, personne d’autre n’a réussi cet exploit. Seul Draymond Green s’en est rapproché, mais il lui manquait… 6 points, les 10 contres, passes et rebonds étant déjà là. Mais alors, qui pour réaliser cet exploit dans le futur ? Seul l’avenir nous le dira…