C’était LA finale de conférence qu’on voulait pour l’Est après le trade de Kyrie Irving contre Isaiah Thomas (entre autres) l’été dernier. L’élève allait-il prendre la place du maître sur le trône? Qui avait réellement gagné le trade ? Kyrie vs LeBron, Celtics vs Cavaliers, le remake de la finale de conférence de l’année passée… et puis il y a eu le 1er match de la saison et là tout est parti en balls comme disent les Ricains.

Le bilan après le second tour

On commence avec les Celtics qui n’en finissent plus de surprendre avec leur équipe décimée par les blessures. Sans ses 2 franchise players, Brad Stevens et ses hommes ont réussi à sortir l’équipe du turfu de l’Est assez facilement 4-1, ne lâchant qu’un match plus par manque de rigueur qu’autre chose. Ils sont jeunes mais ils jouent comme des vétérans, les Sixers eux sont jeunes et jouent comme des sophomores. Au final, le coaching aura fait la différence en plus de l’avantage du terrain. Brett Brown a mordu à tous les hameçons de Brad Stevens dans les moments-clés et les vétérans de Philly n’ont pas su apporter suffisamment de sérénité autour des jeunes : pire, ils ont parfois coûté le match. Fultz n’a certes pas joué mais sortir l’excuse des blessures face aux Celtics serait équivalent à dire qu’on a perdu un match de ping-pong pour un poignet douloureux face à un manchot (pas l’animal).

De l’autre côté, ça va mieux à Cleveland, même beaucoup mieux. Certains avaient déjà jeté une pelletée de terre pour reboucher la tombe des Cavs après un 1er tour ardu mais c’était sans compter la cure de jouvence annuelle des Cavaliers avec les Raptors. Un LeBron des grands soirs, un Kevin Love retrouvé, Kyle Korver et JR Smith qui rentrent leurs shoots, Jeff Green qui met le nez à la fenêtre et Tristan Thompson qui se déKhloéise petit à petit et même quelques bons moves de Lue… Oui oui. On a donc une équipe des hommes de l’Ohio qui a retrouvé son basket et son coup de sweep sans réellement forcer, malgré un game 1 en prolongation où Toronto a eu les opportunités de finir le match et un buzzer beater au game 3. LeBron et ses copains ont simplement joué sérieusement et on n’a pas senti les Raptors capables de beaucoup mieux. Une vraie sensation de déjà-vu, voire trop vu.

Les match-up clés

Kevin Love vs Al Horford :

Les postes 4 qui jouent en 5 contre-nature de temps en temps seront importants dans cette série. Horford parce qu’il porte une partie de son équipe qui souffre déjà de manque d’apport offensif, mais aussi en défense pour contenir Love. On l’a vu sur la série contre les Pacers, si Kevin n’apporte pas sa pierre à l’édifice tout devient plus compliqué pour les Cavs. Que ce soit au poste ou au loin, les deux joueurs devront être au meilleur niveau pour augmenter les chances de l’emporter de leurs équipes respectives. Horford devra aussi être leader vocal sur le terrain et lors des temps-morts pour remettre l’église au milieu du village au plus fort de la tempête.

Les coachs :

Alors je sais ce que vous allez dire, mais la mission pour Lue sera surtout de ne pas reproduire le genre d’erreur qu’ont fait Prunty et Brown aux tours précédents. L’adaptation à l’adversaire a ses limites et Brad Stevens aime se servir de l’adversaire pour le mettre à terre. L’avantage pour Lue dans ce cas est qu’il reste accroché à son gameplan coûte que coûte. Il est extrêmement rare qu’il s’adapte pendant le match : on est prévisible, mais au moins on ne se fait pas manipuler par le coach adverse. La tâche de Brad Stevens sera de tisser une toile d’araignée pour isoler LeBron du reste de l’équipe, puisque tenter de le contrecarrer lui seul risquerait de se transformer en orgie offensive collective pour Cleveland. Pick your poison comme on dit.

A quoi s’attendre ?

Les 2 équipes se sont rencontrées 3 fois cette saison. 2 fois avant la trade deadline (1-1) et une dernière fois peu après celle-ci au TD Garden avec une démonstration offensive des Cavs qui s’étaient imposés 121-99 avec une orgie de highlights. Pas vraiment parlant donc.

Si l’avantage du terrain a pesé lors des 2 tours précédents, ce ne sera pas suffisant pour faire pencher la balance. Même si jouer devant son public est toujours mieux, LeBron et le TD Garden c’est une grande histoire d’amour. De plus, le gros du noyau de l’Ohio a l’expérience et connait les ambiances hostiles donc pas de quoi changer la donne.

Boston n’a rien à perdre et c’est sans doute là son plus gros avantage. Même si le fait d’être aux portes de la Finale peu en faire cogiter certains, la hargne et la volonté seront présents du côté underdog (coucou Marcus Smart). Tatum est dans une grande forme et il se frottera à LeBron James pour apprendre et c’est justement cela qui sera important pour l’avenir : apprendre.

De son côté LeBron aura surement à cœur de boucler le plus rapidement possible la série pour recharger ses batteries ainsi que celles de ses coéquipiers, surtout que de l’autre côté du pays de l’Oncle Sam la série pourrait durer. Il faudra penser à redonner de la confiance à Clarkson et Hood tout en continuant à donner des minutes à Cedi Osman qui pourrait être utile sur des courtes séquences.

Pronostic

Cleveland gagne 4-1

Dommage que l’infirmerie de Boston déborde et que certains jouent même sur une jambe pour vraiment voir une série intense. Malgré le coaching, l’avantage du terrain, le coeur, etc, je ne pense pas que cela soit suffisant pour inquiéter LeBron et les Cavs, qui sont en mission pour atteindre les Finales  NBA une nouvelle fois. Je donne un match aux Celtics, un match courage et où tout rentre.

Les Celtics ont surpris, ont régalé, mais comme dirait Orelsan : « La fête est finie ».

Calendrier :

Dimanche 13 mai @Boston 21h30

Mercredi 15 mai (Nuit de jeui à vendredi) @Boston 2h30

Dimanche 20 mai @Cleveland 2h30

Mardi 22 mai @Cleveland 2h30

Jeudi 24 mai @Boston

Samedi 26 mai @Cleveland

Lundi 28 @Boston

Bonne série à tous et à toutes !