Pour la draft 2018, QIBasket sort les grands moyens ! Chaque jour, un choix de la future draft vous sera présenté avec une présentation de l’équipe, le choix le plus adéquat selon nous, et les autres possibilités envisageables, le tout agrémenté de l’avis du compte Twitter fan de la franchise correspondante. Et tout cela pour les trente premiers choix, oui oui !

Rappel nécessaire : évidemment, la sélection définitive qui aura lieu le 22 juin 2018 sera forcément différente de cette mock draft made in QiBasket, pour la simple et bonne raison que nous n’avons pas encore accès aux cerveaux des différents dirigeants NBA. Cette simulation de draft est avant tout écrite afin de vous apporter des informations sur les prospects de cette cuvée 2018. De plus, beaucoup d’éléments sont susceptibles de modifier la côte des joueurs, on pense notamment aux workouts, dont nous, petits fans NBA lambda, nous voyons refuser l’accès injustement. Sur ce, je vous souhaite une bonne lecture !


L’heure du bilan

L’été dernier représentait le nouveau départ des Kings qui cherchaient à regagner en crédibilité après des années de marasme. Bien leur en a pris, à la suite d’une draft bien gérée et un recrutement expérimenté cinq étoiles, la plupart des fans étaient satisfaits et se montraient optimistes pour la saison à venir sans pour autant attendre monts et merveilles, si ce n’est continuer à développer les jeunes et accrocher quelques belles victoires à leur tableau de chasse. Dans la course au first pick la plupart de la saison, les Kings ont finalement laissé les cancres se battre pour la dernière place en accrochant des victoires importantes dans le processus de développement des jeunes.

Les fins de match ont souvent été serrées pour Sacramento et bon nombre de matchs se sont terminés par des défaites de moins de cinq points. Les jeunes gagnent forcément en expérience en jouant des matchs serrés et l’un d’entre eux s’est montré efficace dans ces situations, à savoir le meneur rookie De’Aaron Fox, souvent clutch et offrant parfois la victoire à son équipe. L’ancien de UK a réalisé une saison prometteuse à la mène, d’abord en relais de Hill, puis rapidement propulsé dans le cinq majeur.

Bogdan Bogdanovic et Frank Mason se sont également montrés efficaces pour leur première saison dans la Grande Ligue et représentent, avec Buddy Hield, une base solide à l’arrière pour les Kings sur le long terme. C’est surtout dans la raquette que les Kings pourraient chercher à se renforcer lors de la prochaine draft du fait du peu d’assurance que présentent Labissiere et Cauley-Stein.

Le choix de QiBasket : Luka Doncic

DeAndre Ayton n’étant plus disponible, les dirigeants des Kings ne devraient pas hésiter longtemps pour faire leur choix, et ce dernier a de grandes chances d’être Luka Doncic, le phénomène slovène récemment élu MVP de l’Euroleague, vainqueur de celle-ci, et MVP du Final Four – rien que ça. Alors qu’il s’est révélé aux yeux du grand public lors du dernier Eurobasket, Luka Doncic jouit d’une côte exceptionnelle auprès des general managers NBA. Il reste néanmoins bon nombre de journalistes américains qui ne croient pas en lui et le voient comme un potentiel bust, bien que rien n’indique cette possibilité dans le profil de ce guard très intelligent.

Sacramento a clairement besoin d’un intérieur mais il n’est pas possible de passer à côté de Doncic cette année. Il pue tout simplement le basket, son qi basket est déjà excellent et c’est ce qui nous fait dire qu’il est quasi-impossible qu’il devienne un bust dans les années à venir. Sa vision de jeu est un atout de poids dans son profil : le slovène est patient, sent bien le jeu et a fait preuve d’altruisme tout au long de la saison au Real Madrid. Cette très bonne vision de jeu fait de lui un joueur très à l’aise sur pick and roll, système le plus utilisé en NBA et qu’il préfère. Il lit bien le jeu et sait où faire la passe, que ce soit pour offrir un caviar à l’intérieur qui roule sous le cercle ou pour ressortir sur un coéquipier ouvert à 3 pts à l’opposé.

Malheureusement, son manque d’explosivité l’empêche d’être une arme encore redoutable sur pick and roll, il a même parfois du mal à se défaire de l’intérieur adverse quand ce dernier switche. Cette lacune et sa relative lenteur balle en main lui rendent parfois la tâche difficile en attaque. Quand son défenseur le presse, son premier pas ne lui permet pas de déposer son vis-à-vis. Beaucoup de fois on l’a vu ne pas réussir à se créer de l’espace pour tirer et tenter alors un tir compliqué avec un défenseur sur lui.

Malgré tout, Luka Doncic possède des qualités qui lui permettent de se libérer de la pression adverse, notamment ses feintes de corps, ses hésitations et un step-back intéressant. Il possède également un dribble correct mais encore perfectible qu’il devrait développer et améliorer une fois en NBA.

Tout au long de la saison sous le maillot du Real Madrid, Doncic s’est montré très efficace quand il s’agissait d’attaquer le cercle. Il profite de son physique et de son bon touché de balle pour scorer dans la raquette avec une certaine aisance. Luka n’hésite pas à aller dans le trafic malgré les potentiels contacts et jouit d’un bon contrôle du corps et d’un bon équilibre pour finir au cercle. En plus de cela, il se sert de ses feintes de corps et de ses changements de direction pour se frayer un chemin au cercle.

Concernant son niveau au shoot, Luka Doncic possède une mécanique de tir très bonne, assez dynamique et rapide. Son shoot se transposera parfaitement en NBA, sa portée de tir est l’une des meilleures de cette cuvée – effectivement, il n’était pas rare de le voir déclencher un tir à 2/3 mètres de la ligne à 3 pts cette année. Son pourcentage de réussite cette saison est trompeur (34,7%), car Doncic est capable de beaucoup mieux. Cela nous mène à l’un des petits défauts qu’il devra rectifier la saison prochaine : sa sélection de tirs, encore trop moyenne. En effet, il prend des tirs compliqués trop fréquemment avec un défenseur sur lui ou de beaucoup trop loin. Mais c’est un défaut assez négligeable, notamment parce qu’il semble trop intelligent pour ne pas l’améliorer.

Pour finir offensivement, sa saison en Liga fut très bonne sur les situations de transition. Il a participé à 1,38 points par possession sur contre-attaque cette saison, ce qui le place dans le 86ème percentile en Liga. Cela est dû à son placement toujours adapté et a son aptitude à mener la contre-attaque.

S’il y a bien un secteur qui suscite les interrogations au sujet de Doncic, c’est sa capacité à défendre correctement en NBA. Certes, il a des lacunes qui l’empêcheront de devenir un défenseur de renom, mais il a toutes les cartes en main pour en être un correct. Il n’est pas athlétique et sa vitesse latérale laisse à désirer. Tout cela explique la difficulté qu’il a eu cette saison à défendre correctement le pick and roll, surtout car il a du mal à passer à travers les écrans et à suivre son vis-à-vis à la trace. En témoignent ses stats : il autorise 0,94 points par possession quand il défend le ball handler sur pick and roll, soit le 22ème percentile en Liga cette saison. Pas vraiment excellent. De plus, Doncic aura pour mission de gagner encore en force pour résister face aux joueurs adverses au poste bas.

Pour autant, tout n’est pas à jeter, il a également montré des choses très intéressantes dans le domaine. C’est un joueur intelligent et ça se voit en défense. En plus de se donner à fond, il se place intelligemment et réalise de bons closeout. Il fait preuve d’une grande lucidité défensive, participant correctement et activement à la défense collective. Luka est notamment capable de bien sentir les aides défensives et de réaliser de très bonnes rotations en défense. Cela est porteur d’espoir quant à la possibilité qu’il devienne un bon défenseur. Seulement, il est trop irrégulier et manque de concentration par moment, mais ce n’est pas si grave car très fréquent pour un joueur de son âge.

Enfin, Luka Doncic est un excellent rebondeur pour son poste et il devrait rejoindre Ben Simmons, Russell Westbrook et Lebron James dans les fournisseurs de triple-double dans les prochaines années. Il n’hésite pas à aller au contact et être agressif au rebond.

En somme, les Kings feraient une très bonne acquisition en draftant Luka Doncic et se retrouveraient en possession d’une ligne arrière très bien fournie l’année prochaine et pleine de promesses avec Hield, Bogdanovic, Fox et Mason. Doncic est un joueur dont le potentiel semble sans limite et rarement observé chez un prospect européen. C’est un guard extrêmement intelligent des deux côtés du terrain et très complet. Bien que de nombreux journalistes doutent de lui du fait de son manque d’explosivité et d’athlétisme, Doncic sera à coup sûr un très bon joueur de basket et réalisera une longue carrière.

Autre choix possible : DeAndre Ayton