Il y est. Paul George semblait attendre ce moment, celui où il deviendrait un agent libre comme l’air et qu’il pourrait décider de son avenir, choisir sa destination pour les années à venir. Après son échange d’Indiana vers le Thunder, on savait que cet été serait l’été de tous les dangers pour OKC, tandis que le futur de PG13 arrive à la croisée des chemins. Lorsque l’on regarde dans le passé, c’est souvent à ce niveau de leur carrière que les grands joueurs ont choisi la bonne situation. Celle qui leur permet de profiter de cette période, où ils sont au pic de leur carrière.

Alors que les Warriors ont fait main mise sur la NBA, il est temps pour George de remettre la sienne sur son destin et de chercher la meilleure situation pour en triompher. On imagine que les principaux agents libres et stars de la ligue, ont en tête la domination des Bulls de Jordan et la pléthore de « grands », retraités sans ne jamais avoir gagné un titre.

Alors le temps de ces lignes, mettons-nous dans sa tête et envisageons ses options.

Interrogation : le statut de Paul George

Avant de se lancer dans ses options, j’ai souhaité réfléchir sur son cas. Paul George est considéré comme une superstar en NBA, il prétendra aux égards d’un franchise player, mais je me demande si lui donner ce statut n’est pas faire une erreur fondamentale sur l’apport réel de Paul George.

En 2014, Kevin Durant lançait une petite bombe en disant que Kawhi Leonard faisait ce qu’il faisait grâce au système Spurs – et qu’un Paul George ferait mieux à San Antonio (répondant à un fan préférant Leonard à George). Dans l’inconscient collectif, Paul George est un des meilleurs 2 way players de la NBA, et c’est vrai, il en fait parti. Mais il n’est, selon moi, pas la première option d’une équipe qui joue le titre – il ne portera pas une équipe comme le gratin de la grande ligue peut le faire.

Lorsqu’on y pense, Paul George a gagné ses gallons dans des séries face au Heat en finale de conférence, mais on oublie que c’est surtout un collectif qui opérait chez les Pacers. C’était une équipe complète avec un superbe attaquant et défenseur, mais surtout un groupe complet, très fort en défense et qui avait des armes pour appuyer sur les faiblesses d’une équipe. On pouvait le voir par sa faculté à appuyer sur Roy Hibbert face au Heat. Lorsque le groupe a éclaté, George seul à la tête d’une équipe a franchement patiné. Et si l’on regarde cette saison au Thunder, on sent le grand joueur qu’il est, mais aussi que son rôle n’est pas celui de première option.

Son remplacement à Indiana par Victor Oladipo a fait remonter son équipe dans la hiérarchie de la conférence. J’insiste mais les Pacers version 2017-2018, porté par un joueur que personne n’attendait a réussi à se maintenir puis progresser. Je pense qu’il est temps de se rendre compte que Paul George se repose beaucoup sur son tir, et n’arrive pas à chercher ses points sur la ligne des lancers et dans la raquette comme les top players (Kevin Durant, LeBron James, James Harden, Kawhi Leonard & co.) lorsque cela ne rentre pas.

Si l’on devait d’ailleurs faire une comparaison, j’aurai plutôt tendance à penser qu’il se rapproche dans l’impact, d’un Gordon Hayward – dont il partage une faible capacité à s’imposer par du simple jeu en isolation, que de la catégorie des joueurs mentionnés ci-dessus.

Aujourd’hui, Paul George est un lieutenant d’élite, il faut donc l’associer à un véritable franchise player pour espérer jouer le titre, ou l’insérer dans un groupe très fort. C’est ma conviction.

Destins liés

Comment ne pas débuter ce passage en mentionnant un argument énorme dans l’esprit de Paul George : son destin est lié à celui du patron de la NBA : LeBron James. Le King pourrait à nouveau partir et créer un déplacement de force dans la NBA, et quoi qu’il fasse, le choix de Paul George sera impacté par celui du quadruple MVP.

Pourquoi ?

D’une part parce que simplement et pragmatiquement, toute la NBA est aux abois du choix de James – et que rien ne se passera tant qu’il n’aura pas fait un choix, quel qu’il soit. Dans ces conditions, vous pouvez partir du principe que LeBron serait quoi qu’il en soit dans l’esprit de PG.

Mais ce n’est pas la seule raison pour qu’il occupe son esprit. Les 2 joueurs ont développé un véritable respect mutuel depuis les séries qui opposaient Miami et Indiana. Les duels entre les deux ailiers ont été un moment fort des batailles de Playoffs période Heatles. Et tout porte à croire qu’ils seraient tous les deux très ouverts à jouer ensemble, et seraient même prêts à s’entendre pour une destination.

Maintenant, il convient de voir quelles options sont envisageables sachant que le joueur peut lier son choix à James ou non. Commençons par les challengers, voyons ensuite les favoris.

Les challengers

A l’heure actuelle, Paul George se trouve au Thunder. Qu’il prolonge ou non, la franchise ne disposera pas de marge pour s’améliorer. Du moins, elle n’en disposera pas si Carmelo Anthony active son option, ce qui semble très probable. Cela veut donc dire, que les Thunder ne connaîtra pas une hausse qualitative de l’effectif s’il reste. Cela veut également dire que s’il part, Sam Presti sera ouvert aux sign&trade pour limiter la casse. Cela ouvre considérablement le champ des possibles, je pense, pour George.

Pelicans

Une piste que j’aime beaucoup. Évidemment, pour George qui parlait du faste de Los Angeles, on part ici aux antipodes. Je crois tout de même que la piste est intéressante si on part sur des critères de base : compétitivité, dynamique, risques de blessures, rôle, style.

Anthony Davis a montré qu’il pouvait dominer les raquettes, la franchise a franchi une étape malgré l’absence de DeMarcus Cousins, malgré sa perte et le vide béant au poste 5. Certes ce n’est pas un gros marché, certes Jrue Holiday et Anthony Davis sont sujets aux blessures.

Néanmoins, si il veut gagner et s’épanouir dans un rôle de lieutenant de luxe – il peut former une très beau trio dans une équipe qui a montré une mentalité accrocheuse. Un 5 Rondo – Holiday – George – Mirotic – Davis peut faire de véritables massacres. D’une part car c’est intelligent, versatile et peut donc faire de véritables cartons offensifs – mais également verrouiller le jeu défensivement.

Vous l’aurez compris, en revanche, j’envisage un futur sans Cousins pour permettre son arrivée. On serait dans un sign&trade de chaque bords. Le Thunder sans besoin au poste 5 devrait ainsi monter un deal en triangle pour récupérer des pièces en favorisant les échanges. Selon la destination, tout le monde serait content puisque OKC retrouverait de la profondeur, et les autres équipes obtiendraient deux énormes agents libres.

Magré tout, soyons honnête, cela a peu de chance de se passer.

Trail Blazers

Portland a pris une baffe magistrale face à l’effectif précédente en Playoffs. Si l’on avait occulté leur classement en fin de saison, on n’aurait pas trouvé ce résultat aussi dingue, puisqu’ils ont finalement mis en exergue les faiblesses de l’effectif : le manquer de danger autour de la paire Lillard – McCollum.

Paul George pourrait incarner cette menace de plus qui change le statut de la franchise. A fortiori si la franchise conserve Nurkic. Je reste quand même dubitatif sur le fait que le Thunder face beaucoup d’efforts pour les contrats qu’il serait nécessaire de récupérer. Néanmoins, PG13 pourrait donner une oreille à Portland.

Celtics

Boston est sur tous les fronts. Et Danny Ainge n’a rien d’un casque bleu, quand il échange il y a du sang. Alors la piste est séduisante pour George. Un super collectif, un super coaching, une franchise prestigieuse dans une sublime dynamique. Que demande le peuple ? Surtout que les Celtics ont tout ce qu’il faut pour contenter OKC dans un sign&trade.

Malgré tout, je ne pense pas que cet échange puisse se faire si le Thunder n’accepte pas un échange entre George et Hayward. Pour Boston cela serait la sécurité d’un joueur en forme, et cela rendrait la défense de la franchise encore plus étouffante. George correspond à ce qu’ils développent.

Ce n’est pas la destination la plus évidente dans la mesure où Ainge multiplie les pistes dont celle de Kawhi Leonard à l’heure actuelle. Peut être celle de James. Elle est cohérente, même si les vues de George sont de ce que l’on sait plutôt à l’Ouest.

Thunder

Souvent une équipe qui détient les Bird rights tient la corde. Forcément, le gros contrat, la continuité, les habitudes de vies qui restent. Problème, c’était une année de transition pour Paul George. La franchise a peu d’armes pour s’améliorer. On ne peut pas dire que la saison était une réussite. La dynamique est mauvaise, et la cohabitation avec Westbrook, si cordiale, pose toujours des questions. Billy Donovan a l’air d’un coq sans tête à l’orchestration de ce beau monde.

La stabilité a peu d’arguments pour elle en comparaison avec le chant des sirènes des franchises qui émergent, des grands noms qui souhaitent passer la vitesse supérieure dès cette année. Comme Kevin Durant, George risque de considérer que les beaux jours de sa carrière se feront loin de l’Oklahoma.

Wizards

On entend peu parler de cette piste. Peut être parce que naturellement, un échange majeur de la capitale serait plutôt autour de DeMarcus Cousins. Affinités obligent. Un trio 1-2-3 avec Wall et Beal a de quoi séduire. C’est un groupe compétitif, même si l’ambiance est parfois discutable. Malgré tout l’équipe sera parmi les petits challengers. Déjà parce qu’un trio d’extérieurs est difficile à monter, partage de la balle oblige, là aussi. Le coach n’est pas connu pour son inventivité et cela ne doit pas attirer. Surtout que la dynamique de la saison ne plaide pas en sa faveur.

Washington a néanmoins pas mal de pièces pour monter un trade. Le gros problème est que cela viderait le banc qui n’est pas déjà réputé pour sa profondeur et son efficacité. Il faudra quand même compter sur Washington – s’ils arrivent à convaincre qu’un rendez-vous peut séduire.

Les favoris

Place aux équipes favorites. Et aux scénarios liés à James.

Sixers

Je ne sais pas si George se considère comme un FP incontestable. Il a en tout cas accepté d’être numéro 2 du côté du Thunder. Mais dans un groupe de très haut niveau, George peut faire toute la différence. Philly a des jeunes qui s’imposent déjà comme le futur de la ligue, il peut devenir leader et joueur indispensable dans un groupe très fourni. Il y a un trident qui se créé à l’Est, mais la route pour les finales serait ouverte – et l’équipe aurait une dimension athlétique magnifique pour lutter contre les gros rosters de l’ouest.

Avec du cap, des joueurs comme Covington pour accompagner les échanges, la possibilité est très envisageable. Chez les Sixers, tout est au vert depuis l’exercice 2017-2018. Contrairement à James, aussi courtisé, il est beaucoup plus naturel aux côtés de Simmons & Embiid. Sa faiblesse pour attaquer le cercle est compensée par le jeu de Simmons qui base tout sur sa faculté à attaquer la peinture.

PG dans la ville de l’amour fraternel a beaucoup de sens. C’est une piste à suivre. Dans un groupe avec beaucoup de caractère, rappelant les belles années en Indiana.

Cavaliers

Nous y voilà, le premier scénario qui lie le destin de James et George. Les deux joueurs pourraient vouloir jouer ensemble, après tout Cleveland a besoin de renforts pour lutter contre la concurrence montante à l’Est et forcément, les Warriors. S’il croit qu’il peut le faire en tant que bras droit du King, les Cavaliers ont de quoi monter le sign&trade pour le faire venir.

Si Kevin Love est la monnaie d’échange, il y aura toujours un pick 8 pour entourer le duo. Ce pick pourrait servir à renforcer un poste à l’extérieur ou l’intérieur selon les pièces abandonnées dans le sign&trade. S’il souhaite un roster qui a du vécu, cela peut être une option pour lui. Reste qu’on a plus l’impression que les Cavs sont sur la pente descendante et qu’il va falloir de beaux mouvements pour que cela soit attractif tant pour Paul George que LeBron.

Rockets

Ils étaient si proches, si proches de l’exploit. Du haut de leurs 65 victoires, les Rockets ont failli faire vasciller les Warriors. Suite à la blessure de Paul, ils ont semblé courts dans les secondes parties de matchs, mais toujours est-il que si une équipe a prouvé qu’elle pouvait triompher des Dubs, c’est bien elle.

On sait que George veut jouer le titre, et malgré les espoirs OKC ne lui a pas apporté le cadre pour être dans cette position de challenger intimidant. Daryl Morey est sans égal pour effectuer des mouvements d’effectifs pour permettre des échanges d’envergure, il les enchaîne depuis le trade qui a amené James Harden. Le défi d’exister aux côtés d’Harden et Paul peut impressionner, mais Houston joue si bien que cela serait presque naturel. S’il pense être la pièce nécessaire pour briser la domination des Warriors, alors l’échange pourrait très bien se faire !

Lakers

Voici la dernière grosse côte. Là encore, son destin serait lié à celui de LeBron. Si Paul George a dit dès l’an passé vouloir jouer pour Los Angeles, ce n’est pas là-bas qu’il jouera le titre dès l’an prochain. En tout cas, pas s’il y va seul. Les rumeurs autour de Kawhi Leonard ajoute des scénarios possibles – et aucune autre franchise n’aura autant de cap que celle pourpre et or.

Avec assez d’argent pour accueillir deux FA majeurs et beaucoup de jeunes joueurs à échanger pour entourer le duo acquis, il ne manque plus qu’un accord informel – notamment avec le King autre grande cible des Lakers pour rendre cet avenir possible. A voir maintenant ce qu’il se passera en coulisse. Le rayonnement tant vanté par les supporters de Los Angeles pourrait enfin porter ses fruits après de longues années de disette et gabegie sportive.

Sauf grande suprise, une de ces équipes devrait acquérir les services de George. Si j’étais dans sa position, je dois dire que je serai très attiré par certaines situations. Celle que je choisirai en priorité serait les Sixers. Il y a de l’argent, de l’ambition, une dynamique enthousiasmante. Je retournerai également à l’Est où j’aurai moins de batailles potentielles au premier tour – histoire de pouvoir lancer la machine. George peut remettre un peu d’équilibre. Seule ombre au tableau, la santé d’Embiid qui peut jouer le grain de sable.

La seconde destination serait Houston. Les Warriors ont créé une machine infernale, et je percevrai l’option de jouer aux côtés du barbu comme la meilleure chance de mettre un terme à cette domination. Je serai un peu inquiet de la santé de Paul, qui se blesse souvent en fin de saison, mais bien coaché le seul duo James/George aurait de quoi poser beaucoup de problèmes.

A vous de vous faire votre avis.

Visuel principal par Ronan, visuels en corps d’article : Clutch Points.