Dès le 1er juillet, les 30 franchises NBA se sont adonnées au jeu de la free agency. Exercice principal de l’intersaison, la free agency est la période de l’année où les joueurs en fin de contrat sont libres de leur choix, et où les équipes testent leur pouvoir de séduction. Après deux semaines de poker menteur, la plupart des agents libres ont trouvé chaussure à leur grand pied, et un bilan est donc possible. Initialement, l’objectif de chaque franchise est de resigner ses meilleurs joueurs, et de se renforcer en signant des recrues le moins cher possible. Désormais, cette stratégie binaire n’est plus systématiquement utilisée, et chaque franchise agit selon son projet, son sex-appeal et parfois même sa bêtise. Les choix des 30 franchises étant tous très différents, la free agency peut s’avérer être un succès pour certains, comme un échec pour d’autres. Alors pour savoir quelles franchises ont réussi leur été et lesquelles sont passées à côté, QiBasket vous propose un power ranking ! 


Ndlr : à l’heure où ces lignes sont écrites, plusieurs agents libres n’ont pas encore signé de contrat, dont Clint Capela, Montrez Harrell, Jamal Crawford, Rodney Hood ou encore Macus Smart.

#1 – Golden State Warriors (K.Durant, D.Cousins, K.Looney, J.Jerebko)

Resigner ses meilleurs joueurs, c’est pas très compliqué quand on est la meilleure franchise NBA, double championne en titre. En résignant Kevin Durant, puis Kevon Looney au minimum, Bob Myers faisait déjà une bonne Free Agency. Ce qui était une intersaison correcte s’est transformée en coup de génie lorsque ce dernier a signé DeMarcus Cousins pour 5,3 millions de dollars sur une saison, usant de la mid-level exception. En quelques jours, les Warriors, disposant de déjà 4 All-Stars, ont recruté le meilleur pivot de la Ligue pour créer le 5 de la mort. Ajoutez à cela un Jonas Jerebko au minimum pour remplacer Zaza et McGee, et vous obtenez un été presque parfait. Bah oui, il faut encore qu’ils resignent Swaggy P !

#2 – Los Angeles Lakers (L.James, R.Rondo, L.Stephenson, K.Caldwell-Pope, J.McGee)

L’attraction principale de cette Free Agency 2018, c’était le meilleur joueur de l’histoire de la Ligue, LeBron James. Etant donné que ce sont les Lakers qui l’ont signé, c’est logique qu’ils soient aussi haut au classement. Si aucune autre superstar n’a signé à Los Angeles, ils sont encore en course sur le dossier Kawhi Leonard. En parallèle, ils ont tout de même signés de bons joueurs, Lance Stephenson, Javale McGee, Rajon Rondo et Kentavious Caldwell-Pope, qui pourront (peut-être) être sublimés par LeBron James. Seule ombre au tableau, le départ de Julius Randle. Mais il n’est pas si problématique, puisque cette équipe ne manque pas de jeunes joueurs de talent. Et puis LeBron.

#3 – Phoenix Suns (D.Booker, T.Ariza)

Rien qu’en laissant partir Elfrid Payton, les Suns étaient gagnants de la free agency. Alors si en plus ils prolongent Devin Booker pour cinq ans, c’est royal. Avec Josh Jackson, DeAndre Ayton, Mikal Bridges ou encore Elie Okobo, Phoenix avait beaucoup de jeunes talents, mais manquait d’un vétéran impactant, capable de pouponner (désolé Tyson Chandler). Malin, Ryan McDonough a profité du cafouillage financier des Rockets pour leur chiper Trevor Ariza pour 15 millions l’année. Prolonger son meilleur joueur et trouver un titulaire pour faire progresser ses jeunes joueurs et son bilan, c’est pas mal non ? Il ne manque plus qu’un meneur de jeu en plus pour aller titiller les deux premiers du classement.

#4 – Washington Wizards (D.Howard, J.Green, T.Bryant)

En voyant jouer les Wizards l’an passé, on se disait qu’il manquait un troisième homme vraiment dominant. En signant Dwight Howard (pour 11 millions sur 2 ans), le problème était réglé. Niveau vestiaire, il y a moyen que ça parte en cacahuètes, mais tant que ça tient sur le parquet c’est tout ce qu’on demande. La perte de Mike Scott aurait pu être préjudiciable, mais ils ont réussi à signer Jeff Green, ce qui est une bonne affaire, si ce n’est un upgrade. Avec Tomas Satoransky en back-up meneur, il est fort probable que Frazier, Sessions et Lawson restent sur le carreau, mais on ne peut pas dire que ce soit une grande perte.

#5 – Denver Nuggets (N.Jokic, W.Barton, I.Thomas, T.Craig)

Enfin trader Kenneth Faried, c’est fait, se débarrasser du contrat d’Arthur aussi. Sécuriser Nikola Jokic sur 5 ans, c’est bon. Resigner Will Barton, aussi. Il ne restait plus à Denver qu’à se renforcer ! Et recruter Isaiah Thomas pour 2 millions sur 1 an, c’est ce qu’on peut appeler un bon renfort. Sur le papier, il ne correspond pas au profil défensif dont la franchise avait besoin. Mais sur le terrain, en tant que sixième homme il peut faire très mal, puisqu’il sera parfois accompagné de Will Barton, et qu’il devra défendre des joueurs moins talentueux. Miser sur un joueur de ce calibre (n’oublions pas ce dont il est capable) à ce prix-là pour un an, c’est forcément une bonne opération. I.T se doit de faire une très bonne saison pour obtenir un vrai contrat l’an prochain. Ça tombe bien, Denver aura sûrement besoin de lui pour aller en playoffs.

#6 – Oklahoma City Thunder (P.George, N.Noel, Jera.Grant, R.Felton)

Certains penseront que OKC est classé trop bas, et on peut les comprendre. D’autres penseront au contraire que le Thunder est trop haut, et on peut les comprendre également. Pourquoi ? Parce que d’un côté, Sam Presti a convaincu Paul George de rester sur le long terme, puis a prolongé Raymond Felton et Jerami Grant, tout en signant Nerlens Noël. Mais de l’autre côté, ces signatures ont un coup très (trop) important, et la franchise va devoir sortir le chéquier pour se payer cette équipe à moins qu’elle parvienne à trader ou buyout Carmelo Anthony. L’objectif caché de cette intersaison – donner envie à Russell Westbrook de rester l’été prochain – est assuré avec ces signatures, ça valait bien une sixième place !

#7 – Utah Jazz (D.Favors, D.Exum, R.Neto)

Après sa très bonne saison, le Jazz d’Utah avait quatre joueurs en fin de contrat : Derrick Favors, Dante Exum, Raul Neto et Jonas Jerebko, et avait l’opportunité de se positionner sur plusieurs dossiers. Fidèle à sa réputation de front-office propre, le Jazz a finalement fait le choix de la continuité en resignant Derrick Favors et Raul Neto sur deux ans, Dante Exum sur trois (à 11 millions la saison, un peu cher payé), et Jerebko sur aucune, puisque le Suédois a obtenu un bon de sortie. L’ailier fort avait un temps de jeu de moins en moins important, et il fallait libérer de la place pour les deux rookies, Grayson Allen et Vince Edwards. Et puis, à quoi bon changer une équipe qui gagne ?

#8 – Indiana Pacers (T.Evans, D.McDermott, K.O’Quinn)

L’été dernier, on croyait les Pacers perdus après le trade de Paul George. Finalement, Victor Oladipo est devenu franchise player et a mené la franchise bien au-delà de ses espérances. Cet été encore, Indiana a bien joué le coup, en remplaçant habilement Lance Stephenson, Glenn Robinson III et Al Jefferson par respectivement Tyreke Evans, Doug McDermott et Kyle O’Quinn. Et le tout sans dépenser plus de 40 millions (38,5) s’il vous plait ! Dans sa quête aux playoffs à l’est, Indiana s’est largement renforcé et peut voir ses ambitions à la hausse, en espérant pouvoir resigner Evans et O’Quinn l’an prochain, si le fit est un succès…

#9 – Milwaukee Bucks (B.Lopez, E.Ilyasova)

L’an passé, il manquait des intérieurs aux Bucks. Des intérieurs qui savent shooter, et surtout un pivot qui prend de la place, doué en défense si possible, et surtout capable de gober des rebonds. En recrutant Ersan Ilyasova et Brook Lopez, Milwaukee a, en partie, colmaté les brèches de son effectif. Pour ce qui est de la défense on repassera, mais pour le reste, les critères sont respectés. Nul doute que le nouveau coach des Bucks, Mike Budenholzer saura se servir avec justesse de son nouveau pivot. Certes, les Bucks ont laissé filer Jabari Parker à Chicago, mais à 20 millions la saison et vu son apport ces derniers mois, on ne peut pas dire que ce soit une grosse perte.

#10 – Philadelphie Sixers (J.J. Redick, W.Chandler, N.Bjelica, A.Johnson)

Qu’elle est difficile à juger cette intersaison des Sixers… D’un côté, ils ont perdu Marco Belinelli et Ersan Ilyasova, deux joueurs qui se sont montrés importants en playoffs. De l’autre, ils ont récupéré Nemanja Bjelica, Wilson Chandler (via trade) et on resigné J.J. Redick et Amir Johnson à bon prix. Numériquement, les joueurs ont été remplacés, mais sur le parquet c’est une toute autre limonade. Certes, il est impossible de dire si les recrues vont bien s’intégrer dans l’effectif, mais sur le papier Philadelphie dispose d’une rotation encore plus forte que l’an passé, c’est ce qui s’appelle une intersaison réussie.

#11 – Portland Trail Blazers (J.Nurkic, Se.Curry, N.Stauskas)

La principale attraction cet été dans l’Oregon, c’était la resignature (ou non), de Jusuf Nurkic. Très rapidement, les deux parties sont arrivées à un accord, le tout pour 12 millions la saison sur 4 ans, simple, basique. Nik Stauskas et Seth Curry viennent compléter un banc très faible pour une saison et pas beaucoup d’argent, et viennent compenser les départs de Shabazz Napier et Pat Connaughton. Attention tout de même, avec le départ d’Ed Davis à Brooklyn, Portland perd de la profondeur intérieure, et pourrait signer un dernier joueur, Zach Collins étant encore très frêle.

#12 – Chicago Bulls (Z.LaVine, J.Parker)

Pour Chicago, l’objectif de la free agency était clair : resigner Zach LaVine. C’est chose faite, puisque les Bulls ont directement matché l’offre des Kings, au prix de 78 millions sur 4 ans. Parti pour rester avec un effectif inchangé, Chicago s’est finalement attaché les services de Jabari Parker. L’ailier fort, qui jouera probablement ailier dans sa ville natale, pourrait ne rester qu’un an, puisqu’il a une team option sur la seconde année. Une prise de risque modérée donc, qui justifie ce classement assez haut. Attention cependant, si Chicago venait à signer Melo, une chute au classement serait envisageable.

#13 – Toronto Raptors (F.VanVleet)

Free agency très calme dans le Canada, puisque aucun joueur n’a quitté le navire. Si personne n’a rejoint les Raptors, Fred VanVleet lui a décidé de rester, à hauteur de 18 millions sur 2 ans. Une manœuvre sous-estimée, tant le meneur a eu un rôle crucial dans le système de Dwane Casey l’an dernier. Dwane Casey n’étant d’ailleurs plus là, c’était primordial de jouer la carte de la continuité, pour pas que Nick Nurse, le nouveau coach, soit totalement perdu. Intéressés par Kawhi Leonard, les Raptors pourraient grimper au classement s’ils parvenaient à un trade avec San Antonio, à condition que la contrepartie ne soit pas excessive.

#14 – Los Angeles Clippers (A.Bradley, L.Mbah A Moute, M.Scott)

C’était prévisible, DeAndre Jordan a quitté les Clippers lors de cette free agency. Ce choix, peu surprenant, est la suite logique d’un processus entamé l’été dernier avec l’arrivée de Jerry West dans le front-office californien. Des Clippers d’il y a deux ans, il ne reste plus rien (à part Wesley Johnson), et ce n’est pas pour autant que la franchise va tanker, bien au contraire. Après la signature de Lou Williams cet hiver, les Clippers ont prolongé Avery Bradley pour 25 millions sur 2 ans, soit un prix plus que correct. En plus de cela, Los Angeles a ajouté à son effectif Mike Scott et… Luc Mbah A Moute pour un an. Deux excellentes recrues qui font des Clippers une équipe homogène, sans superstar (à moins qu’ils obtiennent Kawhi). Pourquoi une quinzième place alors ? Parce que DeAndre Jordan n’a pas été remplacé ! Pour l’instant, Montrezl Harrell n’a pas été resigné, et il ne reste plus vraiment de pivot titulaire disponible dans leur budget…

#15 – Dallas Mavericks (D.Jordan, S.Mejri)

La voilà, la franchise qui a signé DeAndre Jordan ! Après une draft rondement menée, il ne manquait qu’une tête d’affiche aux Mavs pour viser les playoffs. Pendant un an, Dédé occupera ce poste, avec Salah Mejri en backup, puisque Nerlens Noël a logiquement quitté la franchise. Doug McDermott et Seth Curry ont également fait leurs bagages, tandis que Yogi Ferrell et Ze Dirk devraient signer un contrat dans les prochains jours. Pourquoi une seizième place ? Parce qu’une autre signature ne serait pas de trop pour assurer une belle profondeur de banc l’an prochain.

#16 – Minnesota Timberwolves (A.Tolliver, D.Rose)

La seule perte des Wolves lors de cette free agency, c’est Nemanja Bjelica. En remplaçant le Serbe par Anthony Tolliver, la franchise n’a pas perdu au change, puisque l’ancien Piston est un excellent tireur à 3-pts. A côté de ça, Minnesota a resigné Derrick Rose pour un an. Evidemment, cette équipe manque de profondeur de banc, et signer un ou deux joueurs de complément supplémentaires serait une bonne chose mais bon, vu l’utilisation qu’en fait Tom Thibodeau, on ne peut pas dire que c’est une obligation…

#17 – Miami Heat (W.Ellington, D.Jones Jr)

Pas grand chose à dire sur la free agency du Heat, si ce n’est que Wayne Ellington a été resigné. Le groupe reste le même, le salary cap est toujours blindé, donc peu de mouvement en vue. Reste à voir si le Heat va proposer un contrat à Dwyane Wade et Udonis Haslem, icônes de la franchise.

#18 – San Antonio Spurs (M.Belinelli, R.Gay, D.Bertans, B.Forbes, D.Cunningham)

Free agency compliquée pour les Spurs. A la surprise quasi générale, Tony Parker a décidé de tourner la page Spurs, mettant ainsi un terme à 17 ans dans le Texas. L’autre Français de San Antonio Joffrey Lauvergne a signé au Fenerbahce, tandis que Kyle Anderson s’en va à Memphis. Rudy Gay, Byrn Forbes et Davis Bertans quant à eux ont resigné à San Antonio. Seules recrues, Marco Belinelli et Dante Cunningham sont des bons soldats qui apporteront un vrai plus à la second unit de San Antonio. Deux bons tireurs à 3pts dont un qui connait la maison, c’est toujours un bon coup, mais avec le potentiel départ de Kawhi, impossible de les placer plus haut…

#19 – Memphis Grizzlies (K.Anderson, O.Casspi)

Après avoir traité le cas Tyreke Evans n’importe comment, les Griz ont fait deux signatures plutôt intéressantes. Omri Casspi jouera le rôle du bon soldat adroit au shoot qui fit dans à peu près n’importe quelle équipe. En recrutant Kyle Anderson pour 4 ans, Memphis recolle à son identité Grit & Grind. Les dernières rumeurs annoncent que Memphis et Boston discuteraient d’un sign&trade pour Marcus Smart, ou comment passer d’une free agency banale à une free agency très très propre.

#20 – Brooklyn Nets (K.Faried, E.Davis, J.Harris, S.Nappier, D.Arthur)

Vous vous souvenez quand Brooklyn était la risée de toute la Ligue ? C’est peut-être désormais une période révolue. Cet été, Sean Marks a fait un travail remarquable en récupérant Kenneth Faried, Darrell Arthur et des tours de draft via un trade, et en recrutant intelligemment. Dans un premier temps, il a resigné Joe Harris pour deux ans, puis il a ensuite été pioché à Portland, en signant Ed Davis et Shabazz Nappier, de quoi apporter un peu d’expérience à une équipe jeune qui n’a encore jamais côtoyé les Playoffs.

#21 – Atlanta Hawks (J.Lin)

En phase de reconstruction, Atlanta n’a signé aucun agent libre, et son seul move a été de récupérer Jeremy Lin dans un trade. Explosif (s’il est en forme), il pourrait mentorer Trae Young bien comme il faut, puisque Dennis Schröder risque de partir dans les prochains jours. De la jeunesse et de la patience.

#22 – Orlando Magic (A.Gordon, T.Mozgov, Jeri.Grant)

La principale interrogation sur la free agency portait sur Aaron Gordon. Rapidement, les doutes se sont dissipés, et le Magic a offert un contrat de 84 millions sur 4 ans à son poulain. Difficile pour l’instant de dire si c’est trop cher payé ou non, mais ce qui est sûr, c’est que pour le reste la free agency est un échec. Mario Hezonja est parti et n’a pas de remplaçant, et surtout, Orlando n’a toujours pas de meneur titulaire ! Beaucoup de rumeurs envoyaient Isaiah Thomas là-bas, mais finalement, il leur est passé sous le nez. Mario Chalmers ? Jarrett Jack ? Ty Lawson ? Ramon Sessions ? Bonjour le casting Lidl…

#23 – Charlotte Hornets (T.Parker, B.Biyombo)

Free agency plutôt calme pour la franchise de Michael Jordan, puisque les seules recrues sont Bismack Biyombo (via un trade), et Tony Parker. En signant pour deux ans, le meneur remplace Michael Carter-Williams au poste de backup de Kemba Walker. Malgré tout, on en attendait plus de Mitch Kupchak, le nouveau GM, qui avait annoncé un grand coup de balais. Si les choses restent en l’état, c’est en playoffs qu’aura lieu ce fameux coup de balai.

#24 – Boston Celtics (A.Baynes, B.Wanamaker)

Après avoir signé Gordon Hayward l’an dernier, la free agency 2018 de Boston s’annonçait assez calme. Comme prévu, Danny Ainge n’a pas fait de folie, et n’a signé qu’Aron Haynes et Brad Wanamaker. En se séparant ainsi que Greg Monroe et Shane Larkin, il ne lui reste que Marcus Smart à resigner. Le joueur est une pièce fondamentale dans l’effectif des C’s, mais ce n’est pas une raison pour le garder à n’importe quel prix.

#25 – New Orleans Pelicans (J.Randle, E.Payton, I.Clark)

Classement assez dur pour les Pelicans, mais en même temps… Soyons clairs : perdre DeMarcus Cousins et Rajon Rondo puis les remplacer par Elfrid Payton et Julius Randle, c’est quand même pas top. Le pire ? C’est que Randle, qui aurait pu être une bonne affaire, n’a été signé que pour deux ans, avec une player option sur la deuxième saison. Etant donné qu’il voudra probablement toucher le pactole l’an prochain, il ne l’activera pas, et redeviendra agent libre. En quelques semaines, New Orleans a donc perdu presque toutes ses chances d’aller en playoffs (puisque la concurrence s’est améliorée), et dans une moindre mesure Anthony Davis. L’intérieur, qui voyait son duo avec son ami DeMarcus Cousins aller loin, se retrouve désormais seul, et pourrait tout à fait demander son trade dans les saisons à venir…

#26 – Detroit Pistons (G.Robison III, J. Calderon, Z.Pachulia)

Avec le peu de flexibilité dont dispose Detroit, la free agency risquait d’être très plate. En perdant Anthony Tolliver et James Ennis, les Pistons ont finalement réussi à passer d’intersaison sans intérêt à une intersaison ratée. Certes, José Calderon, Glenn Robinson III et Zaza Pachulia ne sont pas des mauvais joueurs, mais correspondent-t-ils réellement aux besoins de la franchise ? Rien n’est moins sûr.

#27 – New York Knicks (M.Hezonja, L.Kornet)

Présent dans beaucoup de rumeurs, New York n’a finalement quasiment rien fait dans cette free agency. Au contraire, ce mois de juillet est plutôt négatif, puisque Kyle O’Quinn et Michael Beasley, deux des seules satisfactions l’an passé, ont respectivement quitté le navire et n’ont pas prolongé. Le seul qui a prolongé, c’est Luke Kornet, qui a joué la bagatelle de six matchs l’an passé. La seule recrue, c’est Mario Hezonja, un joueur correct qui va pouvoir être titulaire dans un gros marché pendant un an. Une bonne occasion pour lui de signer un plus gros contrat l’été prochain, une moins bonne pour les Knicks de faire grimper son nombre de victoire.

#28 – Sacramento Kings (M.Nobody)

« Je ne m’attendais à rien, et je suis quand même déçu », voilà ce que pensent tous les fans des Kings en voyant la free agency de leur franchise. Disposant d’une grande flexibilité et de quelques jeunes capables de monter un projet ambitieux, Sacramento aurait pu tenter plusieurs coups de poker, mais non. Ils ont tenté Zach LaVine à un tarif facile à matcher pour les Bulls, et plus rien. Aaron Gordon ? Non. Jabari Parker ? Non plus. Marcus Smart ? Probablement pas. Ne payant pas une masse salariale assez conséquente, la franchise pourrait en plus payer une taxe, bref, c’est un zéro pointé.

#29 – Houston Rockets (C.Paul, G.Green, M.Carter-Williams, J.Ennis)

Alors que Houston avait les cartes en main pour faire une free agency parfaite, Daryl Morey a fait un choix qui a pourri tout son été : offrir 160 millions de dollars sur 4 ans à Chris Paul. Toucher 44 millions la saison de ses 37 ans c’est bien, plomber son équipe c’est moins cool. A cause de lui (a priori), Trevor Ariza et Luc Mbah A Moute, deux maillons essentiels de l’équipe de l’an passé, ont plié bagage et ont été remplacés par… personne. Seuls Michael Carter-Williams et James Ennis ont signé, c’est pour dire. L’ultime point noir ? La resignature de Clint Capela n’avance pas, étant donné que les Rockets n’ont plus assez de sous en caisse…

#30 – Cleveland Cavaliers (C.Frye)

En perdant LeBron James, Cleveland a perdu sa compétitivité, et en grande partie ses chances de playoffs. Rajoutez à cela la perte de José Calderon, Jeff Green et le manque de projet, et vous obtenez un bazar sans nom. La logique serait de tanker pour compléter son équipe de jeunes pépites pour retrouver les sommets, mais non, le front office semble vouloir jouer la postseason. Pour rester compétitif, il aurait fallu recruter des joueurs, or la seule signature enregistrée est celle de Channing Frye, et celle de Rodney Hood est encore en stand-by. Bref, la perte de LeBron James a laissé place à une apathie incompréhensible, et ça ne méritait rien de mieux que le bonnet d’âne.