Après un été plutôt « calme », voici qu’arrive un cru qui pourrait être riche en péripéties.

Certains joueurs écrivent l’histoire avec un grand H quand d’autres cherchent simplement à se faire un nom dans la ligue. D’autres sont encore en quête de consécration pour leurs hauts faits.

Zoom sur tous ces joueurs pour qui 2018-2019 sera une année charnière.

Nouvelle année, nouveau MVP ?

C’est le marronnier annuel : qui va remporter le Maurice Podoloff Trophy ?

Contrairement aux années passés où des joueurs très forts attendaient d’être sacrés (Harden, Curry, Durant), quand on regarde la liste des prétendants pour le MVP 2019.. peu sont vraiment crédibles.

Faisons une rapide revue des dits prétendants en commençant par les plus gros poissons qui n’ont pas encore leur nom au palmarès.

Kawhi Leonard ? 

Le favori de l’auteur de ces lignes. Si Leonard est à nouveau le joueur terrifiant qu’il a été la dernière fois qu’il a posé le pied sur un parquet en bonne santé, on voit difficilement ce qui peut l’empêcher de faire un véritable bain de sang dans une conférence Est des plus faibles, d’autant plus qu’il a une véritable armada à ses côtés.

Cela fait bien longtemps que personne n’a pu prétendre aux 3 trophées majeurs. Leonard est le premier depuis Olajuwon en personne. A lui d’écrire l’histoire et de rappeler qui il est.

LeBron James ?

L’histoire serait belle. Un 5e MVP qui le ferait égaler Michael Jordan, gagné dans une 3e franchise (et quelle 3e franchise !).. le moins qu’on puisse dire c’est que côté story telling, le public en aurait largement pour son argent.

Côté individuel rien ne l’en empêche : il est toujours d’assez loin le meilleur joueur de la ligue et il devrait à nouveau produire une saison de calibre MVP. Si les Lakers sont sur le podium de l’Ouest avec environ 55 victoires le trophée lui sera acquis sans aucune discussion.. à moins que ancien rival, Kawhi Leonard, ne lui dame le pion en réalisant une saison encore plus monstrueuse.

Seul problème : si les Lakers devraient normalement retrouver les playoffs, gagner autant de matchs dans une conférence aussi relevée serait un véritable exploit, quand bien même il devrait recevoir nettement plus d’aide qu’à Cleveland.

Anthony Davis ?

Le monstre au mono-sourcil devrait encore claquer une saison phénoménale mais donner le MVP à quelqu’un qui n’ira probablement pas en Playoffs ? Impossible. Cela risque même assez fortement de lui coûter le titre de DPOY.

Stephen Curry ou Kevin Durant ?

Les ravages de l’étiquette du « déjà récompensé ». Baby Face devrait, tout comme Kevin Durant, réaliser une grande saison statistique. Les Warriors devraient une nouvelle fois s’asseoir sur le trône de l’Ouest. Et pourtant aucun des deux ne sera récompensé sauf saison historique. Les deux en sont capables, mais la probabilité est malheureusement assez faible.

James Harden ?

Il aurait selon certains dû l’avoir en 2015-2016. Il s’est carrément fait voler en 2016-2017 pour d’autres. Justice a enfin été rendue en 2017-2018.

Même si sa défense est toujours assez scandaleuse, elle l’est moins que par le passé et cela suffit à ne plus le décrédibiliser pour la récompense suprême.

Peut-il reproduire ce qu’il a fait l’an passé ? Sans doute.

Sera-t-il autant privilégié par les votants avec l’étiquette de « déjà récompensé » ? Certainement pas.

S’il devrait encore être parmi les prétendants, il est compliqué de voir le Barbu damer une nouvelle fois le pion à LeBron James ou gagner une course contre un joueur comme Kawhi Leonard, qui lui ne l’a jamais eu.

Kyrie Irving ?

Le dark horse par excellence.

En contract year, enfin débarrassé de ses soucis au genou, dans une conférence libérée de l’ombre écrasante de LeBron James, Uncle Drew a faim. Très faim.

Si Gordon Hayward revient à son meilleur niveau, Boston pourra viser 60 victoires en saison régulière. Pour peu qu’Irving ait un apport conséquent et efficace, ce que soit au scoring ou à la création, la porte lui sera grande ouverte.

S’il ne devait pas revenir à un bon niveau voire revenir comme un fantôme, il faudra vraiment qu’il porte son équipe sur ses épaules s’il veut pouvoir s’inviter dans la course.

Là où ça se corse, c’est qu’on voit assez mal comment il pourrait s’imposer dans une course contre des joueurs comme Leonard, Harden et James. Son heure viendra très probablement un jour, mais pour cette saison cela semble un peu court.

Russell Westbrook

On termine avec celui qui n’aurait pas dû être parmi les lauréats, si les logiques habituelles avaient été respectées. MVP en 2016-2017 grâce au phénomène d’hyper glorification du triple-double et ce malgré un bilan collectif assez peu valorisant, il pourrait à nouveau s’inviter dans la discussion cette année.

Cette ligne statistique étant toujours (malheureusement) très valorisée, s’il réalise une 3e saison avec environ 25 points, 10 passes et 10 rebonds, il sera un sérieux outsider, surtout si le Thunder s’invite dans les hauteurs de la Conférence Ouest.

On enchaîne avec les moments qui marqueront à coup sûr la saison 2018-2019.

Une année clé pour la course aux records ?

Côté records, deux « All-time achievement » en perspective ainsi que 3 énormes « milestones ».

LeBron James va dépasser Michael Jordan 

Du calme chers amis, l’on ne parle « que » du classement des scoreurs les plus prolifiques en carrière. Record mythique s’il en est un.

La marche de LeBron James vers la tiare de scoreur le plus prolifique de tous les temps continue. Après Kobe Bryant il y a deux ans, c’est un autre Laker qui va détrôner l’ancienne gloire des Bulls ainsi (au passage) que Dirk Nowitzki et Wilt Chamberlain au classement des scoreurs les plus prolifiques de l’histoire.

Ce passage de témoin se fera vraisemblablement vers le milieu de la saison car il manque environ 1200 points à James pour combler son retard. Ceux qui ont été exaspérés par le débat LeBron vs Jordan qui a occupé une partie de l’attention pendant toute l’année feraient mieux de se préparer. L’an passé n’était qu’un petit réveil musculaire en comparaison de la déflagration qui va avoir lieu cette saison.

Pour ceux qui se demanderaient dans combien de temps le King coiffera-t-il la couronne, la réponse est assez simple: dans quatre ans (si tout va bien pour lui). Rendez-vous en 2022 pour la consécration ultime.

Dirk Nowitzki va être dans le top 3 des joueurs ayant joué le plus de matchs et dépasser Wilt Chamberlain.

Eh oui, LeBron James n’est pas le seul joueur à franchir une énorme marche dans ce classement mythique. Cette année, nous allons voir le Wunderkind dépasser Wilt Chamberlain et ses 31 419 points en carrière. Cela ne « l’avancera » à rien puisqu’il sera probablement dépassé par James un peu avant mais qu’importe. Profitons à fond des derniers moments de légende que nous procurera le meilleur joueur non-américain de l’histoire.

Cerise sur le gâteau : Papy Dirk va aussi intégrer le top 3 des joueurs ayant disputé le plus de matchs en carrière, derrière Robert Parish et Kareem Abdul-Jabbar.

Allez, cri du cœur.

Je veux voir une dernière fois Saint Dirk sur un parquet dans un match de playoffs. Je veux qu’il resigne pour une dernière saison, une saison où les Mavs auront vraisemblablement une chance de retourner en playoffs. Je veux un adieu digne de lui. Une 22e saison qui serait un record absolu de longévité en NBA. Une 22e saison où il deviendrait celui ayant joué le plus de matchs en carrière. Une ultime saison où il dépasserait lui aussi Michael Jordan et intégrerait un des cinq scoreurs les plus prolifiques de tous les temps.

Voyons le positif : ces perspectives sont tout simplement lunaires.. et elles peuvent le séduire. De plus, l’intéressé n’a pas dit explicitement qu’il n’envisageait pas de continuer au delà de cette saison.

Prions.

Stephen Curry va devenir le shooteur à 3 points le plus prolifique de l’histoire des playoffs et intégrer le top 3 en carrière.

Comme pour James avec le record de points, ce n’est plus qu’une question de temps avant que Stephen Curry ne s’empare du record de tirs à trois points rentrés en carrière.

Pour ce qui est des playoffs, le record tombera dès cette année car Curry n’est qu’à 15 petites flèches du record de Ray Allen. Record qui va même être battu deux fois cette année: par Baby Face évidemment mais aussi.. LeBron James, qui n’est qu’à 18 unités.

Sachez, chers lecteurs, que ce record va être pulvérisé dans les années à venir. Outre les deux intéressés qui viennent d’être cités, Klay Thompson, Kevin Durant et James Harden vont le battre respectivement l’an prochain et dans deux ou trois ans.

Pour ce qui est des tirs à trois points rentrés en carrière, l’assassin des Warriors va devoir patienter un peu plus longtemps. Encore heureux vu la longévité extraordinaire de Jesus.. mais là comme dit plus haut ce n’est qu’une question de temps. Si on prend un rythme de 300 flèches par an le record sera sien dans 3 ans mais d’assez peu. Vu les soucis de blessure de Curry, il est plus prudent de tabler sur quatre.

Imaginez la saison 2022 maintenant. LeBron qui s’empare du record de Jabbar et Curry de celui d’Allen. Vous avez dit mythique ?