Il y a bien longtemps, dans une ligue lointaine, très lointaine…

Au commencement de l’univers, deux entités créèrent tout ce qui nous entoure. Deux forces distinctes que tout oppose. On raconte que de cette dualité sont nés des êtres extraordinaires, dotés de capacités au-dessus de la norme, bien au-delà de ce que le commun des mortels peut percevoir : le flow.

Un jour, alors que les guerres ancestrales faisaient rage, deux de ces créatures s’unirent et donnèrent naissance à des jumeaux. Comme leurs parents étaient issus des deux camps opposés, il fût décider de les envoyer aux confins du monde pour les protéger. L’un au Sud, dans le système Dubs, l’autre au Nord sur la planète Torontoïne. Seules quelques personnes furent mises au courant de leurs existences et ce secret se transmettait de génération en génération. Avec le temps naquirent des légendes à leurs sujets : l’un avec des grandes griffes à la place des mains, et l’autre n’était en faite pas un humanoïde mais… un cupcake. La seule chose que l’on savait avec certitude était leurs noms : Luke Durant et Kawhi Skywalker.

Au fil du temps, deux clans poursuivaient un combat qui semblait sans fin : d’un côté, la Ligue avec à sa tête la Princesse Adama Silver, directe descendante des héritiers du flow, pour qui seule la volonté, la communication et l’esprit d’équipe méritaient d’exister ; de l’autre, la Bague qui voulait imposer sa volonté par tous les moyens, à n’importe quel prix. A sa tête, le terrifiant LeBron Vader dirigeait une troupe de clones armés, dépourvus de pouvoir de réflexion et de personnalité mais redoutables en phase de combat.

Au moment où je commence mon histoire, le vaisseau de la Princesse Adama, le Spurs-14 est pourchassé à travers la galaxie par le croiseur de Vader, le Heat-12. Le combat semble joué d’avance tant la différence de puissance de feu est impressionnante, et pourtant il fallu non pas un, non pas deux, non pas trois, non pas quatre, non pas cinq, non pas six tirs du canon Allen pour stopper le vaisseau de la Ligue. A l’intérieur de celui-ci, l’heure était à la prise de décision rapide et capitale pour l’avenir de l’univers.

– « Doc-2-Mé-2 ? Doc-2-Mé- 2 ? Où es tu mon fidèle droïde ? ».

Quelques bruits aigus se firent entendre derrière la princesse Silver, et elle vit surgir d’un petit tunnel de sécurité un robot vert à bandes blanches qui arrivait à toute allure.

– « Ah, enfin te voilà ! Nos heures sont comptées, je dois te confier un message de la plus haute importance que toi seul et son destinataire devrez connaître. Ne le montre à personne. Compris ? ». Le petit Doc-2 acquiesça d’un petit sifflement rauque. La Princesse se plaça alors devant la caméra, pris le micro et enregistra son message. Lorsque celui-ci fût enregistré, il était temps pour le robot de filer au plus vite.

– « Va mon droïde, va sur Torontoïne et trouve Jerry Westnobi : à lui seul, tu devras remettre ce message.« 

Il partit alors sous le feu de l’ennemi qui venait de créer une brèche dans le vaisseau, et commençait à déverser sa folie destructrice dans les couloirs de l’embarcation. Alors que le petit Doc-2 cherchait un moyen de s’échapper du vaisseau, il tomba nez-à-nez avec un autre droïde pouvant se déplacer sur deux jambes et bien plus grand que lui. Bien que l’amitié ne soit pas une chose réelle dans le monde de la robotique, ces deux-là semblaient liés par d’anciennes aventures.

– « Doc-2 ? Merde ! Mais qu’est-ce que tu fous là ?! »

– « Twwwiiittu-tu-tu-twit »

– « Comment ça, fuir ? Tu rigoles ! Je vais pas fuir alors qu’il y a une grosse baston qui se prépare et que je vais pouvoir étaler un par un tous ces cancéreux ! »

– « Tutwiiiii ».

– « OK, OK p’tit tas de ferraille, si tu insistes, le grand KG-21 va t’accompagner pour éviter que tu chies dans la colle. »

– « Bwop-bwop ! » lui répondit Doc-2, et les deux compères partirent dans une capsule d’évacuation des déchets afin de partir discrètement parmi les débris.

Au même moment, les lumières du Spurs-14 s’éteignirent et une respiration lourde se fit entendre… Le Seigneur Noir, Lord LeBron, venait de poser le pied sur le pont. Il posa un regard vers son lieutenant et d’une voix calme et posée lui demanda :

– « Alors Lieutenant Smith, où est la Princesse ? »

– « Dans sa cabine seigneur Vader. »

– « Combien de membres d’équipages avez-vous compté ? »

– « 125 »

– « Pourtant, ce document indique la présence de 127 personnes et droïdes à bord… »

Le lieutenant n’en menait pas large, car il savait que LeBron Vader ne supportait pas les erreurs.

– « 127 vous êtes sûrs ? Je pensais qu’il y en av…« 

Mais il n’eût pas le temps de finir sa phrase, le sinistre chef de la Bague avait le bras tendu et réduisait petit à petit l’espace entre son pouce et l’index. Le lieutenant Smith était à deux doigts de passer l’arme à gauche lorsqu’il fût relâché.

« Vous venez de gaspiller votre dernière chance lieutenant, trouvez les 2 qui manquent. Vous en répondrez personnellement devant moi ». Vader poursuivit sa marche décidée vers la cabine de la Princesse qui l’attendait de pied ferme.

La double porte s’ouvrit et la Princesse amorça la discussion avec tout l’aplomb d’une personne de haut rang :

« LeBron Vader, j’aurais dû m’en douter. Il me semblait bien avoir entendu plusieurs pas. Vos méthodes sont proprement scandaleuses ! »

– « Princesse, épargnez-moi vos discours trop long et rendez-moi le plan de la Free Agency que vous avez dérobé »

– « Mais… mais… mais pas du tout, il s’agit d’un vaisseau protocolaire, je me rendais au Crossover ! »

– « Vous parlerez Princesse, vous pouvez me faire confiance sur ce point. Gardes ! Emmenez-la dans une de nos cellules ! »

Au moment où il allait sortir, un garde lui tendit un message : il manque une capsule d’éjection des déchets. « Pourtant je pensais qu’elles étaient toutes là ». Furieux, il fit une boule avec le message et ordonna qu’on fouille la planète la plus proche : Torontoïne.

Pendant ce temps sur Torontoïne, les 2 droïdes venaient d’atterrir. A peine sortis de la capsule, nos deux compères durent se décider sur une destination, sans que Doc-2 puisse révéler le but de sa mission.

« Yo Doc-2, ramène ton petit cul par ici, on va aller par là » asséna KG-21.

– « Tutututwiii. »

– « Mais je m’en bats les yecou de ton vieux ! Là-bas, c’est écrit Bhroukline, ça sonne chelou mais je suis sûr qu’on trouvera ton gars là-bas »

– « TWWWWWUUUUUTWWWWI !!! »

– « Hey vas-y parle-moi meilleur sinon ça va partir… »

Le petit droïde s’avança d’un coup vers KG-21 l’air menaçant.

« Oh c’est bon, détend-toi canette, je te dis juste que ton panneau Klips ça sonne piège à cons, OK ? Alors va dans ton trou et moi je file au paradis de mon côté ». KG prit la direction opposé à Doc-2 et marcha d’un bon pas à travers le désert.

La nuit tombait rapidement dans le désert, et alors que Doc-2 s’engouffrait dans un passage rocheux plus étroit, il ne remarquait pas qu’une embuscade se préparait autour de lui. Le petit robot était inquiet et se retournait souvent pour regarder derrière lui pour voir s’il n’était pas suivi. D’un coup, une vive douleur lui bloqua les circuits. Un sniper avait tiré une puce électrique l’empêchant de bouger. Des Reddick, des pirates du désert qui capturent et revendent des droïdes : l’esclavage moderne.

Hissés par les « pieds » comme un poisson qu’on remonte sur un bateau, Doc-2 n’en menait pas large. Pourtant, arrivé à l’intérieur du véhicule des Reddick, une voix familière se fit entendre.

« Doc-2 ? C’est toi espèce de vieille pute dégarnie ? », mais oui c’était la voix de KG-21 ! Il avait lui aussi été fait prisonnier quelques heures auparavant.

« (…) Et là, cette bande de petits fumiers se pointent à 40. J’me dis : KG, c’est maintenant que ton entrainement de krav maga doit servir. Je retiens mon souffle, je les compte du coin de l’œil… bon et là un de ces salopards arrivent par derrière et m’assomme, mais j’allais les défoncer ».

– « Tuwitwui »

– « Je sais pas, je pense qu’on va être vendu, mais je te le dis tout de suite : je serai la chienne de personne, je vais mettre des pied-bouche ».

Le lendemain matin après une nuit à rouler, le véhicule stoppa net dans un grand bruit qui réveilla Doc-2-Mé-2 et KG-21. A l’extérieur se trouvait une ferme qui était dirigée par un certain Dennis Robertson.

– « Kawhi ! KAWHI ! »

– « Oui, oncle Dennis ? »

– « Mais qu’est-ce que tu faisais encore ? »

– « Rien, je faisais quelques step back. »

– « Raaahlala, encore ce maudit basket ! Tu ferais mieux de te soucier de la ferme, c’est grâce à elle qu’on vit ! L’argent Kawhi ! L’argent ! Sans ça, on est rien. »

– « Oui, je sais… Mais il y a un tournoi de 3 contre 3 en ville dans une semaine et… »

– « Dans une semaine ? En plein moisson ? C’est une blague j’espère ! »

– « Mais oncle Dennis tu avais dit que… »

– « Oui, mais je ne savais pas que ça tombait en pleine moisson ! Écoute, on verra pour la prochaine fois. En attendant, va voir les droïdes. »

– « Oui, oncle Dennis », répondit-il dépité. Kawhi s’approcha des droïdes et les regarda un par un. Il s’arrêta devant KG-21.

– « Tu es un droïde de défense non ? » lui demanda-t-il. Pas un mot ne sortit de la bouche de KG.

« Que sais-tu faire ? »

– « Je sais te casser le cul »

– « Comment ? »

– « T’as bien entendu, je sais te casser le cul, le fion, le derche ».

Kawhi avança alors devant Doc-2.

« Ah, tu es un droïde domestique ? », la petite machine émit quelques sons joyeux suite à cette question.

« Bien, je vais prendre celui-ci. »

– « Hey ! Et moi wesh ? »cria KG.

-« Quoi toi ? A quoi pourrais-tu bien me servir ? »

– « Bah je peux insulter ta mère en 15.268 langues différentes, ça peut toujours servir. »

– « Ah, donc tu es un droïde de protocole. Bon, très bien, je te prends aussi, j’ai besoin qu’on me traduise des manuels de tactique Luéen. »

Après avoir payé les Reddick, Kawhi prit le chemin de son atelier pour nettoyer ses nouvelles acquisitions. Alors qu’il révisait une partie des circuits de Doc-2, une vidéo se déclencha. Il s’agissait d’un message vidéo de la Princesse Adama.

– « Cher Maître Westnobi, vous savez comment créer des superteams, la Ligue en a souffert. Maintenant, on se dirige droit vers une nouvelle équipe imbattable, et nous ne pourrons le supporter. Au secours Jerry Westnobi, vous êtes mon seul espoir« .

Doc-2-Mé-2 semblait perturber par ce qu’il venait d’apprendre… Ou était-ce le fait d’avoir échoué dans sa mission ?

– « Jerry Westnobi ? Mais je le connais, c’est le vieux qui habite près de l’océan« , dit Kawhi. « Mais qui est cette personne en détresse ?« .

– « Ah ça ? C’est la meuf qui gère la Ligue« , répondit KG.

– « La Princesse Adama ? Wouah ! Doc-2, demain nous irons faire un tour sur la plage pour essayer de le trouver« .

Le droïde laissa échapper quelques bips qui laissaient transparaître une certaine gène. Il n’allait pas attendre demain : cette nuit, il tentera de s’échapper pour accomplir la tâche que lui avait assignée la Princesse.

 

To be continued