L’un des plus beaux secrets du basket universitaire a de plus en plus de mal à en rester un. La relativement petite université de Murray State, dans le sud de l’État du Kentucky, a déjà envoyé deux de ses meneurs vers la NBA avec Cameron Payne et Isaiah Canaan, et va remettre ça dans quelques mois. Mais cette fois, c’est tout bonnement le meilleur meneur de la Draft qui se cache dans le CFSB Center de Murray, la salle des Racers.

Ja Morant – de son nom complet Temetrius Jamel Morant – a pourtant appris dès ses années lycées et ses été sur le circuit AAU à jouer devant des tribunes pleines, des caméras et flashs scintillant tout autour de lui. Car pour son coéquipier Zion Williamson, les foules se déplacent et n’ont d’yeux que pour le phénomène de Spartansburg y compris lors des échauffements qui se transforment toujours en show.

Dans l’ombre du phénomène, Ja Morant montre ses qualités, mais pas assez pour attirer les grandes écoles. Des offres arrivent, venant surtout d’universités moins prestigieuses, jusqu’à celle de South Carolina, la grande fac de l’État, qui venait de jouer le Final Four en 2017 et qui souhaitait faire de Morant le successeur de son arrière PJ Dozier, prêt à se lancer dans la vie professionnelle.

Déjà trop tard pour le programme mené par Frank Martin. Ja Morant tissait déjà une relation avec Murray State, son coach Matt McMahon, et la communauté. Dans cette petite fac, il se sent à l’aise, comme chez lui à Dalzell en Caroline du Sud. C’est là-bas qu’il commence à faire ses armes aux côtés de Jonathan Stark, l’autre meneur de l’équipe, plus expérimenté, et qui sera élu meilleur joueur l’Ohio Valley Conference en 2018. Le freshman Morant est déjà la deuxième option de son équipe, et brille avec plus de 12 points, 6 rebonds et 6 passes, des stats que seuls deux joueurs ont touché pendant leur première année à la fac sur les 25 dernières saisons : Morant bien sûr, et Lonzo Ball avec UCLA.

L’été 2018 de Ja Morant est chargé, il passe par le processus pré-draft avant de retirer son nom, comme de très nombreux joueurs, mais laisse déjà une bonne impression aux scouts, en laissant plusieurs convaincus que le jeune meneur serait sélectionné au premier tour en 2019. Il apprend aussi avec Chris Paul, lors du camp d’entrainement de la star des Houston Rockets.

Présenté comme le sleeper absolu par certains observateurs à l’orée de cette saison 2018-2019, Morant ne tarde que très peu à faire parler de lui dans tout le pays. Au coeur d’une performance individuelle phénoménale qui rappelle celles que peut proposer son idole Russell Westbrook, Ja Morant place un dunk mémorable lors d’un match face à Alabama, qui le propulse dans le Top 10 de SportsCenter, le célèbre show sportif d’ESPN.

Machine à highlights, Ja Morant est partout pour son équipe, présent au scoring, à la passe, au rebond. Déjà auteur de deux triple-doubles, un record à Murray State, il noircit soir après soir la feuille avec ses 22,8 points, 6,9 rebonds et 9,6 passes.

Les victoires s’accumulent elles aussi, avec pour l’heure un bilan de 8 victoires pour une seule défaite, lors de ce déplacement à Alabama justement. Ce soir, c’est un test d’un niveau encore plus élevé que Morant et les Racers vont devoir relever. En déplacement sur le parquet d’Auburn, équipe classée 8ème dans le ranking national, Murray State et sa nouvelle star seront scrutés de près. Avec la responsabilité de défendre sur le dragster Jared Harper, et de marquer et créer avec sur le dos le stoppeur Bryce Brown, Morant devra faire face à la hype dans un contexte hostile, lui qui sera encore une fois attendu, car même s’il veut rester humble face à cette popularité grandissante, ses adversaires sont toujours mieux avertis, et probablement toujours plus déterminés à le stopper.

Quel que soit le résultat et la physionomie de cette rencontre, il ne s’agira que d’une des étapes ce qui se présente maintenant comme l’un des fils rouge de cette saison : le show Ja Morant.

Auburn – Murray State ; 22:30 (heure française) ; SEC Network