Les Portland Trail Blazers contre le Thunder d’Oklahoma City. Voilà une série qui risque énormément de faire parler d’elle. Chaque franchise veut sa revanche sur leur playoffs 2018 et même si le Thunder semble prendre l’ascendant psychologique sur les Blazers (4-0 sur la régulière), Portland reste déterminé à gravir un échelon en prouvant au reste de la ligue qu’ils ne s’arrêtent pas à une simple 3ème place en saison.

L’incertitude de cette série pousse une majorité d’experts à parier sur une victoire d’Oklahoma, suite à la perte de Nurkic pour Portland. Mais c’est sans compter sur la force mentale de l’effectif mené par Damian Lillard. Ce n’est pas pour rien que les statistiques d’ESPN donnent à 57% vainqueur de cette série… les Blazers.

Le bilan des saisons

L’exercice 2018-2019 devait être le test ultime pour cette équipe des Blazers. Terminant sur le podium de la conférence Ouest l’année passée et subissant un sweep monumental en post-saison, la direction du club avait choisie de conserver l’effectif tel quel. Le pari était risqué mais le résultat est plus que probant. Une nouvelle fois sur la 3ème marche du podium, l’équipe termine sa saison avec 4 victoires de plus que l’année précédente (53-29). Emmenée par un Damian Lillard de très haut niveau, toute l’équipe s’est calquée sur son leader. La force et la montée en puissance du banc des Blazers fut le point clé de la réussite de Portland cette saison. Grace notamment à l’apport de Seth Curry au scoring mais aussi suite à l’arrivée en cours de saison de Rodney Hood et Enes Kanter, la seconde unit de Portland se renforçait fortement à l’approche des playoffs.

Malheureusement, tout ne se déroula pas comme prévu pour l’effectif de Terry Stotts, qui à quelques jours des playoffs, vit Jusuf Nurkic se fracturer en deux la jambe. Le pivot réalisait sa meilleure saison et était devenu un maillon central dans le système de jeu de la franchise. La possible implosion du groupe suite à cette blessure n’eut pas lieu, bien au contraire, et l’équipe continua de gagner ses matchs. La saison des Blazers fut l’une des plus compliquée avec le décès du propriétaire de l’équipe en début d’année, puis une très bonne saison clôturée par la perte d’un membre clé de l’effectif. Cette saison en montagne russe aura-t-elle raison des Blazers en playoffs, rien n’est moins sûr.

Après une désillusion en Playoffs et un été mouvementé marqué notamment par la signature de Paul George et le transfert de Carmelo Anthony, le Thunder abordait la saison remontée comme jamais. Finalement, en terme de résultats bruts, c’est, pour la deuxième année consécutive, une relative déception pour l’équipe. La faute à une irrégularité tenace qui a couté beaucoup trop de matchs à l’équipe dans le sprint final, laissant ainsi ses adversaires les doubler un à un, pour finir donc à la sixième place de la Conférence Ouest.

Irrégularité, c’est le maitre mot de cette saison où tout avait mal commencé. A quelques semaines du début de saison l’on découvre une nouvelle blessure au genou à Westbrook, qui manquera, au total, neuf matchs. Surtout l’équipe démarre la saison par quatre défaites, et un coach sous le feu des critiques. Finalement, l’équipe va se mettre en place et faire deux très bons mois, finissant 2018 sur le podium de la Conférence Ouest, en montrant l’une des toutes meilleures défenses de la ligue. S’en suivent quelques matchs lâchés bêtement, puis un nouveau mois, celui précédant le All-Star Game, de très haut niveau : 12 victoires en 14 matchs avant le break, une défense retrouvée et un Paul George dans la course au MVP. À ce moment là, le Thunder est l’épouvantail de la Conférence Ouest. Après le All Star Break, l’équipe aura eu beaucoup de mal à retrouver son jeu, finissant le mois de Mars à 6 victoires en 16 matchs, avant cette série de 5 victoires pour terminer la saison et ainsi sauver les meubles en accrochant cette sixième place, offrant au Thunder une match-up relativement abordable.

En terme de bilans individuels, notons d’abord la pénurie au poste d’arrière : Andre Roberson finit la saison sans avoir foulé les parquets, et Alex Abrines a préféré quitter l’équipe en cours de saison. Heureusement, le sophomore Terrance Ferguson a su se montrer et assurer l’interim sur ce poste avec brillo malgré des limites évidentes. Russell Westbrook finit une nouvelle fois en Triple Double de moyenne. À noter une adresse très moyenne, mais qui s’est nettement améliorée pendant les dernières semaines de la saison régulière, une progression à suivre à l’heure d’aborder l’heure de vérité. Paul George a lui fait une saison de MVP jusqu’au All Star Game avant de sensiblement baisser de niveau, une baisse de niveau qui s’explique sans doute par sa blessure à l’épaule. Steven Adams a également rayonné pendant les premiers mois de la saison, passant proche d’une première sélection All Star, avant de nettement baisser de niveau au mois de Mars, lui aussi. Coté satisfaction, l’explosion de Jerami Grant, qui a plus que prouvé qu’il méritait une place de titulaire, fut déterminante pour le Thunder, qui devra s’appuyer sur lui pour avancer dans ces Play-offs.

Dans son malheur du mois de mars, le Thunder a eu de la chance. La chance d’être assuré d’éviter Golden State et Houston jusqu’à la finale de conférence. C’est pour l’équipe une opportunité rêver de réussir leur saison, malgré la désillusion du mois de Mars. Une chance qu’il s’agit maintenant d’exploiter sous peine de désillusion encore plus grande que 2018. OKC est capable de très bien jouer, ils l’ont prouvés, la clé sera désormais la régularité, et la capacité de tous les joueurs à se mettre au niveau en même temps.

Les match-ups clés

Westbrook vs Lillard

Rentrons tout de suite dans le vif du sujet : il y a beaucoup d’attentes autour de cette opposition, et l’on espère un feu d’artifice. Deux meneurs superstars, ultra compétitifs, meneurs stars d’un petit marché, qui restent sur une grande déception lors de leur dernière apparition en post season… Ils auront forcément à coeur de prouver et de faire taire leurs détracteurs. D’un coté Russell Westbrook, qui vient de boucler sa troisième saison en triple double mais qui fut rarement aussi critiqué que cette saison pour son adresse, de l’autre Damian Lillard, leader incontesté de la troisième meilleure équipe de l’Ouest, qui reste sur 10 défaites de suite en PlayOffs. Difficile de dire qui a l’avantage dans ce duel à l’heure d’aborder cette série, mais ce qui est sur c’est que l’issue de la série dépend en grande partie de ce duel. Le rouleau compresseur Westbrook face à l’un des joueurs les plus clutchs de la ligue, le duel promet beaucoup. Messieurs, à vous de jouer.

Paul George vs sa santé

Longtemps considéré comme un candidat au titre de MVP, l’ancien joueur d’Indiana est finalement rentré dans le rang après le All Star Game, la faute notamment à une blessure à l’épaule (officiellement la gauche, malgré qu’on est vu plusieurs fois le joueur glacer son épaule droite). Une blessure qui l’a d’ailleurs contraint à manquer le dernier match de saison régulière à Milwaukee et pour laquelle il est encore incertain à l’heure ou sont écrites ces lignes. Évidemment, le Thunder a besoin de sa star à 100%, car si il est capables de dominer, le Thunder sera difficile à battre. Et sa domination dépendra principalement de son état de santé, tant les Blazers n’ont personne pour l’arrêter. Al-Farouk Aminu, Mo Harkless ou encore Rodney Hood se relaieront sans doute sur l’ailier, mais si il est à 100%, cela risque d’être difficile de le limiter. George aura réussi à inscrire plus de 30 points lors des quatre confrontations face aux Blazers, avec une pointe à 47 points. Coté Blazers, la mission consistera donc à limiter l’impact du candidat au MVP, et soyons francs, à espérer que celui ci ne soit pas à 100%.

L’absence de Jusuf Nurkic

Nous l’avons évoqué, la grave blessure du pivot bosnien à quelques jours des Playoffs est un énorme coup dur pour l’équipe de l’Oregon. Déjà auteur d’une belle fin de saison l’an dernier, il avait encore pris une nouvelle dimension cette année dans le dispositif de Terry Stotts, et l’équipe espérait pouvoir s’appuyer sur lui pour apporter de la variété à son attaque et ainsi ne pas reproduire les mêmes erreurs que l’an dernier. Cela ne sera pas possible, donc. Et pour les Blazers, l’une des clés de la série forcément la capacité à se passer de leur pivot titulaire. Ils ont d’ailleurs montrés de belles choses sur cette fin de saison régulière sans lui, finissant avec un bilan de 7-2, et un offensive ratine excellent de 117 points/100 possessions. Mais cela risque d’être une autre paire de manche face à la défense d’OKC. Son remplaçant, Enes Kanter, est certes efficace offensivement, mais il est aussi un poids mort défensivement, ce qui fut régulièrement un problème pour lui en Playoffs, notamment lors de son passage dans l’Oklahoma. De plus, son adversaire direct et ancien coéquipier Steven Adams, le connait parfaitement, et si Nurkic avait été capable de dominer son adversaire direct en saison régulière, nous pouvons émettre des doutes.

A quoi s’attendre ?

Sur le papier cette série est l’une des plus bancales de la Conférence Ouest. Si la situation des deux équipes n’est pas la même, les attentes le sont. Il est l’heure de fermer des bouches et montrer qui est le patron. Les Blazers ont encore le goût amer du sweep de l’année dernière et le Thunder son élimination inattendue face au Jazz. Lillard veut sa revanche et Westbrook franchir un premier tour de playoffs depuis le départ de KD. Et comme si les attentes n’étaient pas suffisantes, les deux franchises entretiennent une rivalité non dissimulée. Entre coups-bas, bagarres et expulsions, chaque rencontre entre ces deux équipes se fait dans une ambiance à couteaux tirés. Quoi de mieux que de se donner rendez-vous pour un premier tour de playoffs dans une atmosphère électrique ?

Sur l’ensemble de la saison, l’avantage est clairement en faveur d’Oklahoma avec un bilan de 4-0. Même si chaque match fut d’une rare intensité et parfois gagné de quelques points, un sweep reste un sweep. OKC part avec cet avantage psychologique en tête. L’autre avantage non négligeable pour le Thunder est la récente blessure de Jusuf Nurkic. Sans sa tour de contrôle (et sans faire injure à Enes Kanter), la raquette des Blazers sera sans doute la zone dans laquelle la majorité des points seront encaissés pour Portland. Tout le monde le sait, les fans, les joueurs et le coaching staff ; à ces derniers de trouver une solution pour stopper les P&R de Westbrook/Adams ou les pénétrations de Pau George. Car l’enjeu est là pour OKC, fixer la défense de Portland sur les ailles avec une menace extérieure puis enclencher rapidement un mouvement vers le cercle pour finir proche de l’arceau. Si la défense des Blazers réussit à s’adapter notamment par l’apport d’Aminu/Harkless, qui restent plus mobiles que le duo Collins/Kanter, alors Portland peut avoir une chance de ralentir le jeu et tirer son épingle du jeu.

Les Blazers sont classés 3ème en Offensive Rating avec 113,6 points contre une 16ème place pour OKC avec 109,8 points. Portland pourra compter sur son backcourt pour planter à distance (à confirmer avec la récente blessure de McCollum) mais également avec son banc qui reste l’une des principales raisons de la réussite de la franchise de l’Oregon cette année. Avec les apports de Seth Curry et Rodney Hood, les Blazers se sont construit une seconde unit digne de se nom : avantage Portland. Niveau défense cette fois-ci les rôles sont inversés : OKC est 4ème de la ligue avec 106,4 points et les Blazers 16ème avec 109,5 points. Steven Adams et Paul George (pour ne citer qu’eux), n’hésitent pas à aller au charbon et figurent parmi les meilleurs défenseurs dans leurs secteurs respectifs de la ligue. C’est une véritable opposition de style qui s’offre à nous et le spectacle ne pourra qu’en être plus beau. Même si sur le papier l’équipe du Thunder semble possédé plus de « talents » que Portland, ces derniers apparaissent comme un groupe plus uni, s’étant renforcé avec la perte de leur pivot. Avec cette blessure, l’équipe ayant l’avantage du terrain, semble pour une fois être l’outsider d’une série qui s’annonce déjà épique.

Calendrier

Game 1 : Portland – Oklahoma, 14 avril à 21h30

Game 2 : Portland – Oklahoma, 16 avril à 4h30

Game 3 : Oklahoma – Portland, 19 avril à 3h30

Game 4 : Oklahoma – Portland, 21 avril à 3h30

Game 5 : 23 avril, horaire non défini, à Portland

Game 6 : 25 avril, horaire non défini, à Oklahoma

Game 7 : 27 avril, horaire non défini, à Portland

Pronostic

Portland Trail Blazers 2 – 4 Oklahoma City Thunder

Sur l’ensemble de la série, la rédaction envisage un avantage pour OKC. Ce pronostic s’explique en bonne partie par l’absence de Jusuf Nurkic, qui va laisser un grand vide dans la raquette de Portland. Une aubaine pour un Steven Adams, dont le rendement a quelque peu diminué sur les dernières semaines, mais qui reste une arme de poids à l’intérieur.

L’autre facteur déterminant reste l’état de santé de Paul Georges. Car si le plus gros combat devrait se situer à la mène entre Damian Lillard et Russell Westbrook, la présence de PG à l’aile semble être une problématique impossible à solutionner pour les Blazers. Capable de défendre sur tout Portland, et de réaliser de gros cartons offensifs, il peut être l’élément clé pour OKC. Seulement, l’ailier est aujourd’hui encore incertain pour le Game 1, la faute à une blessure à l’épaule non soignée. Billy Donovan va-t-il regretter d’avoir fait jouer George jusqu’au terme de la saison pour gratter la meilleure place, alors même que la qualification en Playoffs était déjà acquise ?

L’ailier a assuré qu’il jouerait, et ce malgré son absence face aux Bucks, et ayant conscience qu’il n’est pas à 100%. Une aubaine pour Portland, qui devra alors profiter de cette opportunité pour conserver l’avantage du terrain lors des deux premières rencontres. Car cette saison, autant vous dire que PG face à Portland, c’est une apologie de la violence, avec des moyennes de stats époustouflantes : 38 pts, 10.5 rebonds, 5.5 passes, et 2.75 interceptions. L’ailier a roulé sur la défense des Blazers, et son état physique sera donc bien l’une si ce n’est la clé de cette série.

Dans ce contexte, il est donc difficile d’être aussi sévère avec Portland en ne leur accordant même pas une bataille en 7 matchs. Si Steven Adams n’est pas utilisé à sa pleine mesure et que Paul George est gêné par sa blessure, alors les Blazers auront d’autant plus leurs chances de venir à bout d’un adversaire qui reposerait alors sur le seul mais incroyable Westbrook. Pour Portland, il s’agira de malmener une des meilleures défenses de la ligue, et de ne pas laisser les deux superstars prendre des coups de chaud. Les seconds couteaux auront d’ailleurs un rôle primordial, que ce soit pour apporter une contribution au scoring ou se relayer sur les tâches défensives.

Attention au traumatisme de la saison passée et le sweep retentissant subi face aux Pelicans. Lillard va devoir emmener les siens sur ses épaules, comme il a su le faire tout au long de la saison régulière, et veiller à toute défaillance de ses coéquipiers. En perdition face à Jrue Holiday l’an dernier, il devra cette fois tenir la dragée haute à l’un des tous meilleurs à son poste. Nul doute que Dame en est capable, et que le Moda Center est prêt à porter son équipe dès les premières secondes. Malheureusement, si le Big Three répond présent d’entrée de jeu et parvient à arracher un match avant de revenir à Oklahoma, les choses pourraient vite se corser pour les Blazers.

Avec tout le monde en bonne santé et prêt à en découdre, c’est donc vers OKC que se porte notre choix.