@STEUF76  /  CONTRIBUTEUR

La saison régulière :

Cleveland Cavaliers

Le moins que l’on puisse dire c’est que la saison régulière des Cavs a été mouvementée avec en point d’orgue la perte ridicule du 1er spot à l’Est et même si on a senti un petite odeur de calcul derrière tout ça, quand on est champion en titre, ça fait désordre et les Cavs ont perdu légèrement leur aspect d’épouvantail et ce même si LeBron fait toujours office de Croque-Mitaine, il est certain que beaucoup trop d’équipes ont réussi à faire plier les Cavaliers cette saison.
Pourtant par moment, les Cavs ont montrés de quoi ils étaient capables, surtout quand ils sont concernés des deux côtés du terrain. Pour ne citer que 3 exemples, le run d’ouverture de saison, le match face aux Warriors à Noël et le tout récent passage au TD Garden. Il était grand temps que les choses sérieuses commencent pour Cleveland qui boucle sa saison en roue libre malgré la possibilité prendre le 1er spot à l’Est.

Indiana Pacers

Si la saison des Pacers démarrait sur un rythme honnête sans plus avec un bilan plutôt équilibré elle a connu trois secousses assez inattendues. Le 1er se situe le 12/01 à…Londres pour la NBA Global Game où les Pacers se sont fait rouler dessus par des Nuggets et surtout Jokic qui allaient être lancés pour finir la saison en boulet de canon au point de passer tout près d’une qualification en PO. La seconde se déroule peu avant la trade deadline avec un jeu malsain de déclarations entre Paul George et Larry Bird qui ont fragilisé l’image du franchise player à tous niveaux (Groupe, fan, joueur lui-même) Difficile de savoir quel était le but de tout ça mais il a fallu du temps pour que PG13 puisse se remettre sereinement à la compétition et la 3ème, qui aura peut-être son effet accentué en PO, c’est le retour au bercail pour Lance Stephenson. On le sait il peut enchaîner une action highlight avec un Shaqtin’a fool juste derrière mais ce côté électrique et imprévisible auront surement un impact positif pour la suite de la compétition. Il aura fallu attendre tout de même la dernière journée de championnat pour qu’Indiana valide son ticket pour les PO en 7ème position.

Le calendrier:

Game 1 : Samedi 15/04 21h Quick Loans Arena de Cleveland

Game 2 : Lundi 17/04 1h Quick Loans Arena de Cleveland

Game 3 : Jeudi 20/04 1h Bankers Life Fieldhouse d’Indianapolis

Game 4 : Dimanche 23/04 19h Bankers Life Fieldhouse d’Indianapolis

Game 5 : A Cleveland (date et heure à determiner)

Game 6 : A Indianapolis (date et heure à déterminer)

Game 7 : A Cleveland (date et heure à déterminer)

Les match up clés :

LeBron James vs Paul George

lebron-james-paul-george

Paul George l’avait déclaré en début de saison « Je suis prêt pour lui, allons y » Et si on se fie au dernier duel entre les 2 équipes (Victoire de Cleveland 135-130 en double OT), on le croit Paulo. 43pts à 16 sur 23, 9 rebonds, 9 assists, 3 interceptions et un contre et tout ça à la Q Arena de Cleveland. Ce soir-là PG a montré à LeBron qu’il était prêt à en découdre. Problème pour lui, LeBron était bien là aussi avec 41pts à 16 sur 29, 14 rebonds, 11 assists, 2 interceptions et un contre. La différence est bien sur située en termes d’expérience pure. LeBron a 6 finales NBA d’affilée et il aime les rapports de force sur son poste. Malgré les qualités défensives de Paulo, je donne l’avantage au Cyborg de l’Ohio même si Paul George finit fort sa saison tout comme LeBron.

Kyrie Irving vs Jeff Teague

web1_Cavv

Deux profils different pour les deux equipes. D’un côté Teague plutôt dans un rôle de passeur (7.8 ast par match et 15.3pts) et Irving plutôt scoreur (25.2pts par match et 5.8 ast) Tous les deux vivent aussi avec deux remplisseurs de colonnes de stats dans leurs domaines forts et pour les 2 il s’agira d’augmenter un peu le côté « faible » Teague devra certainement élevé le nombre de points et provoquer plus de fautes en drivant dans la raquette des Cavs qui n’est pas l’atout principal des champions en titre, tout en continuant à bien impliquer ses coéquipiers et Uncle Drew devra davantage faire tourner la gonfle au lieu de forcer son drive parfois avec insistance et reprendre un peu plus de shoot mid range qu’il aime tant. L’avantage reste du côté de l’Ohio tant Kyrie peut, quand il le veut, monter son niveau de jeu alors que Teague manque de régularité dans ses prestations sans compter le fait qu’il manque clairement d’un back up digne de ce nom derrière Jeff.

Le secteur intérieur

Kevin Love/Tristan Thompson côté Cleveland, Myles Turner/Thaddeus Young côté Indiana…Mouais aucune des 2 équipes n’a vraiment de gros intérieurs qui ont leur spécialité. Ca rentre des paniers, ça prend des rebonds, ça met des contre. La plus grande polyvalence de Love est cependant un atout non négligeable dans la série. Et au final le small ball des Pacers avec CJ Miles me parait plus gênante à défendre pour les Cavs qui ont du mal à bien bouger en défense que face à 2 grands qui essayent de se faire une place sous l’anneau. CJ a d’ailleurs souvent posé problème aux Cavs grâce à sa précision insolente derrière l’arc mais aussi sa mobilité. Si le collectif suit derrière pour ouvrir au max, cela créera aussi des opportunités pour George de driver en force jusqu’au cercle. Des avantages pour les deux, match nul donc.

Le banc

J’en parlais juste au dessus, CJ Miles peut vraiment embêter la défense des Cavs (à condition de rentrer ses tirs bien entendu) et en sortie de banc ça peut faire mal à la second unit voir la 1ère de Cleveland. Autre point important l’apport et surtout le fighting spirit de Lance Stephenson. Le genre de gars qu’on aime avoir dans son vestiaire à la mi-temps d’un match tendu, sur le bord du terrain pour vanner un adversaire qui vient de manger un cross ou un poster ou encore dans un temps mort en fin de match et s’il est dans un bon jour, il peut même empiler quelques shoots et moves bien sales. Attention toutefois à l’excès qui peut le sortir de son match aussi comme c’est arrivé si souvent par le passé. Le reste du banc ne propose pas réellement de point fort déterminant.

Pour les Cavs le banc est sur papier plus intéressant puisqu’on y trouve Korver, Shumpert, Frye, Deron Williams, Richard Jefferson… Le souci c’est que pour le moment beaucoup se contente d’être un nom ronflant. Je retire Korver qui reste utile pour faire bouger des défenseurs derrière des écrans et quelques 3 points venus de nulle part et Deron Williams qui semble avoir repris des couleurs ces derniers temps mais le reste… Frye peut en effet planter quelques 3 points mais à côté de ça aucune utilité en défense même sur des rebonds faciles contre des joueurs plus petits et pourtant on parle bien d’un back up poste 5 (par la force des choses) Shumpert dont on louait les qualités défensives et qui avait pris un joli shoot a, semble-t-il, perdu toute confiance depuis les rumeurs de transfert de la mi saison et son body langage fait peine à voir. Jefferson a lui un souci tactico-pratique, il se retrouve souvent en bout de système derrière la ligne à 3pts ouvert, mais ne rentre quasi plus rien et s’obstine au lieu de driver (alors qu’il en est tout à fait capable)

Il n’est pas sur le banc mais je me dois aussi de pointer JR Smith du doigt qui souffle plus souvent le froid que le chaud. Il est certes miné lourdement par un problème familial mais il serait peut-être intéressant pour le coach d’envisager un starter avec quelqu’un d’autre, en tous cas d’y penser.

Le coaching

On ne va pas y aller par 4 chemins, match nul dans ce cas-ci. On a clairement pas affaire à de grands tacticiens et fins stratèges et on va dire que ça se jouera à celui qui fera le moins d’erreurs, celui qui trouvera les bons mots avant-pendant-après les matchs, celui qui prendra les temps morts aux moments opportuns.

Tyronn Lue a l’expérience de coach et de joueur qui gagne des titres c’est vrai. Il a clamé aussi qu’il en gardait sous la pédale pour ne pas exposer ses systèmes offensifs et défensifs trop tôt. OK on note ça dans un coin de la tête. Je ne suis pas du genre à le blâmer pour tous les maux de l’équipe comme la plupart des trolls qui trainent sur les réseaux sociaux parce qu’il faut aussi savoir reconnaitre qu’un coach ou un bon coach n’empêche pas une équipe de perdre ou de faire des conneries et même avec un temps mort à base de gueulantes, si vos joueurs ont décidés de ne pas se bouger outre mesure, il n’y changera rien. Quand on voit des minimas pas exécutés, du manque de communication en défense où on saute à 3 sur le même ballon ce qui donne une perte de balle et 2 pts facile derrière pour un gars qui passait par là, le coach ne change rien. Cleveland doit d’abord regarder ses joueurs en face et globalement leur dire « Maintenant c’est terminé les écarts, tout se paye en PO »

tbb_Tyronn-Lue.jpg

Côté Indiana, le management a sans doute commis sa plus grosse bourde en changeant de coach en ne gardant pas Frank Vogel. Même si le coach était en place depuis 2011, il manquait souvent un ou deux joueurs pour parvenir au palier supérieur sans compter la saison blanche de Paul George. Les grandes franchises à titre se construisent parfois dans le long terme et Larry Bird a voulu opéré un virage à 180° en montant Nate McMillan en grade, point commun qu’il partage avec son homologue de Cleveland. Le jeu prôné et voulu par le management des Pacers ne semble pas coller avec les joueurs et on travaille contre nature côté Indiana. Comme je l’ai dit plus haut, ils devront surtout être des gestionnaires de groupe et eux aussi répondre aux minimas de coach principal d’une équipe NBA.

Portland Trail Blazers v Phoenix Suns

Le prono :

Je vais partir sur une victoire des Cavs 4-2 si Paul George est stratosphérique, 4-1 s’il est dans ses moyennes.

Malgré la saison régulière en dent de scie des Cavs, ils savent ce qu’est l’adrénaline des PO et le goût qu’ont des Finales NBA sans compter un titre et je pense que chacun aura à cœur d’aller chercher cette finale. Avant cela il faudra cependant se méfier de Paul George qui joue peut-être sa dernière saison chez les Pacers et aura sans doute la volonté de finir (si c’est le cas) sur une note héroique. Je ne m’attends pas à des matchs très serrés cependant vu la qualité assez faible des défenses. Le fait d’avoir du se battre pour sa place jusqu’au bout laissera peut-être des traces pour les Pacers mais ne pas en toucher une n’est pas forcément mieux côté Cavs. En tous cas, pour un 1er tour il sera intéressant de suivre cette série pour trouver pas mal de réponses à certaines questions.