ROOKIE WALL / CONTRIBUTEUR QI BASKET

Deux matchs de la Conférence Ouest, un seul de la Conférence Est. Trois matchs étaient au menu de la cinquième nuit des Playoffs NBA avec du beau monde au programme: le match de MMA entre, d’un côté John Wall et Markieff Morris, de l’autre Paul Millsap et Dennis Schröder ; le second round du duel James Harden/Russell Westbrook ; puis les Warriors qui recevaient Damian Lillard et C.J McCollum. Revenons sur les rencontres de la nuit dernière.



Washington WizardsAtlanta Hawks : 109 – 101 (2 – 0)

L’atmosphère était tendue au Verizon Center pour ce second acte de la série opposant Washington et Atlanta, à la suite des déclarations de Paul Millsap et de Markieff Morris. Si le premier a déclaré, à la suite de la défaite des Hawks au Game 1, que les Hawks ont « joué au basket et que les Wizards ont fait du MMA (Martial Mixed Art, sport de combat très connu aux USA) », le second a rapidement répondu à l’ailier-fort d’Atlanta en lui promettant une double dose de MMA lors du Game 2. Les promesses ont été tenues, non pas qu’il y ait eu de combats, fort heureusement, mais la rencontre a été particulièrement hachée par les fautes: 55 fautes dans la rencontre, beaucoup de boulot pour les arbitres et un match bien résumé par le frère de Markieff, Marcus, déclarant sur Twitter qu’il y avait « une faute toutes les dix secondes ». A la fin de cet affrontement, c’est les Wizards d’un John Wall excellent (32 points, 9 passes à 9/20 au tir) qui ont pris l’ascendant sur les Hawks. Après un début de match pourtant compliqué, les Wizards renversent le score et prennent un bon avantage après sept minutes de match (16-6). L’adresse n’est pas au rendez vous pour les deux équipes, Dwight Howard souffre dans la raquette et Gortat permet aux Wizards de tenir l’avantage avec un gros travail dans la peinture, trois de ses contres ayant lieu dés le premier acte. Dennis Schröder, le meneur d’Atlanta, permet à son équipe de revenir et de dépasser Washington avant la fin du quart-temps, en scorant 12 points en ce début de match (23 – 24). Néanmoins, les Wizards dominent et reprendront très rapidement l’avantage dans le second quart. John Wall et Bradley Beal malmènent la défense des Hawks et Atlanta n’arrive pas à rivaliser sur le terrain. À la mi-temps, Washington a un avantage de 8 points, repartant confiant dans les vestiaires avant la deuxième partie du match. Cependant, le troisième quart-temps sonne le réveil des Hawks grâce à Hardaway Jr, puis Paul Millsap qui ramèneront les Hawks au score, puis les surclasseront grâce à ce même Millsap qui signe un excellent troisième quart-temps. Les Wizards n’y arrivent plus en attaque, laissent Atlanta partir en contre attaque et c’est en toute logique que les locaux sont menés à l’entame du dernier quart (74 – 78). La fin de ce match est forte en intensité: Brandon Jennings, back-up de John Wall, prend feu avec deux step-backs puis une passe pour Jason Smith qui permet à Washington de revenir à égalité (84-84). Bradley Beal (31 points à 12/27 au tir) et Otto Porter permettront aux Wizards de passer devant à six minutes de la fin du match, mais Atlanta résistera grâce aux lancers d’Hardaway Jr et de Millsap. Deux and-one des deux membres du backcourt de la capitale vont redonner l’avantage aux locaux, malgré l’énorme dunk de Schröder (97-96). L’ambiance est folle, c’est le moment pour Wall et Beal d’électriser la foule : ils marqueront les onze derniers points de leur franchise, infligeront un dévastateur 16 – 4 et Beal mettra le dagger à 38 secondes de la fin. Washington l’emporte 109 – 101 avec un backcourt Wall/Beal de gala (61 points à eux deux). En face, Paul Millsap (27 points, 10 rebonds) et Schröder (23 points, 6 passes) n’auront pas été suffisant, Dwight Howard n’ayant pas énormément joué (19 minutes, absent dans le money time) suite à son mauvais match, laissé sur le banc par Budenholzer. Washington mène désormais 2 à 0 dans la série et se déplacera à Atlanta pour le Game 3 ce samedi. Atlanta devra réfléchir à des solutions pour pouvoir retourner la série à son avantage, ça passe par deux victoire à la Phillips Arena déjà…



 Houston RocketsOklahoma City Thunder : 115 – 111 (2 – 0)

Deuxième acte dans le duel entre Russell Westbrook et James Harden dans cette série opposant leurs deux franchises. Si le premier match fut géré de A à Z par Houston, le Thunder voulait réagir dans ce Game 2 pour revenir à la maison à égalité. Et autant dire que tout avait bien commencé pour eux. La première mi-temps est à l’avantage d’Oklahoma City qui démarreront mieux le match que les Rockets, sous l’impulsion du duo d’intérieur Kanter et Adams, mais aussi grâce à Roberson et Russell Westbrook. Le Thunder dispose d’un avantage de six points à la mi-temps (62 – 68), profitant de la très mauvaise entame des locaux. Lou Williams marquera 14 points en 7 minutes entre le premier et le deuxième quart-temps pour sauver les apparences, mais c’est bien le Thunder qui prend les devants, et l’effectif de Billy Donovan n’est pas prêt de baisser les bras puisqu’ils accentueront leur avantage dans le troisième quart-temps au point de mener de 12 points à quelques minutes du début du dernier quart. Russell Westbrook est incroyable: 13 sur 25 au tir avant l’ultime quart, 36 points, le meneur est intenable. Cependant, c’est sans compter la capacité de réaction des Rockets. Houston, sous l’impulsion de James Harden, Lou Williams et Eric Gordon, entame un run, profitant de l’absence de Brodie, pour revenir à trois points à la fin du quart-temps (86 – 89), le match est entièrement relancé. Cette fin de rencontre verra un retour des Rockets en mode patron et un Russell Westbrook qui montre son deuxième visage, celui du joueur trop esseulé, ne faisant pas les meilleurs choix offensifs, craquant sous la défense d’un Houston bien meilleur collectivement. Le meneur terminera la rencontre avec un triple-double historique: 51 points, 10 rebonds, 13 passes, (le triple-double avec le plus de point dans un match de Playoffs) mais à, seulement, 17 sur 43 au tir, dont 4 sur 18 dans le seul dernier quart-temps. Le Thunder n’y est plus du tout en cette fin de match, voyant Houston prendre les devants grâce à Pat’ Beverley (15 points), Eric Gordon et Lou Williams (43 points à eux deux en sortie de banc) et James Harden (35 points, 8 passes). Eric Gordon assassine Oklahoma City d’un tir primé depuis le parking du Toyota Center à deux minutes de la fin du match.  Houston l’emporte 115 à 111 et prend un avantage de 2 à 0 dans la série en attendant les matchs à la Chesapeake Arena d’Oklahoma City, où le Thunder serait bien aspiré de gagner s’ils veulent espérer quelque chose dans cette série.



Golden State WarriorsPortland Trail Blazers : 110 – 81 (2 – 0)

Kevin Durant était annoncé absent bien avant le second match entre Golden State et Portland, suite à une blessure au mollet, et on se demandait comment les Warriors allaient géré suite à un premier match plus serré que prévu face au duo Lillard/McCollum en feu. Mais bon, il n’y avait aucune inquiétude à avoir quand on sait que Oakland avait enchaîné les victoires en son absence en toute fin de saison régulière. Cela s’est confirmé cette nuit avec une véritable balade de santé pour des Warriors sérieux qui n’auront jamais été inquiété par Portland. Ainsi, si Damian Lillard commence bien le match avec six points d’entrée de jeu, à 3/3 au tir, pour donner le premier écart au score pour son équipe (4-9), Golden State répondra d’un 18-2 bien salé, sur des tirs primés de Green, Thompson et Curry, pour passer devant face à un Portland très maladroit au tir (28% au tir), en souffrance sur la défense mise en place par Steve Kerr (33-17 à la fin du premier quart-temps). Portland réagira tout de même avec un 14-4 d’entrée de deuxième quart (39 – 33), puis reviendra à un point de GS grâce à un shoot à trois points d’Evan Turner et les 15 points de Mo Harkless (43-42). Les Splash Brothers étant peu adroit ce soir, c’est Javale McGee et Patrick McCaw (qui remplace Kevin Durant) qui prennent les Warriors en main avec douze points de suite, en fin de mi-temps, pour redonner un avantage conséquent à leur équipe à la pause (55-46). La deuxième mi-temps sera à sens unique, les Warriors entamant par un 11-2 dévastateur. Portland ne reviendra plus, trop oppressé par la défense de Golden State. Les Blazers ne marqueront que 12 petits points dans l’ultime quart, pendant que Oakland est en roue libre, menant de 34 points en fin de match. Au final, la note est salée: 110 à 81 pour les joueurs de la baie d’Oakland, 29 points d’écart, une correction pour l’équipe de Terry Stotts. Le backcourt de Portland n’aura pas trouvé l’adresse (23% au tir pour McCollum, à peine 29% pour Lillard) et s’incline fort logiquement face à Golden State qui, sans Kevin Durant, Shaun Livingston, Matt Barnes, et en l’absence d’adresse des Splash Brothers, a pu se reposer sur l’ensemble de son effectif, dont Javale McGee (15 points, 5 rebonds, 4 contres à 7/7 au tir) et Ian Clark (13 points) qui, en sortie de banc, ont été précieux. Golden State a de quoi être tranquille en attendant les matchs au Moda Center, dés la nuit de samedi à dimanche, tant ils ont dominaient sur les deux rencontres les Trail Blazers. Pour ces derniers, le retour de Jusuf Nurkic fera du bien, mais il faudra trouver des solutions pour parer la défense californienne.



Les trois équipes, vainqueurs au Game 1, ont assuré l’avantage du terrain en remportant le Game 2 de leurs séries respectives. Ce soir, on entame les troisièmes actes avec trois matchs au programme: Cleveland se déplace à Indiana (01h00, heure française), San Antonio se rend au FedEx Forum de Memphis (03h30) et surtout Toronto qui se dirige dans le Wisconsin pour affronter Milwaukee (02h00) du matin. La soirée s’annonce halletante, il faudra être présent devant ces matchs pour pouvoir voir les tendances se dégager. Cleveland et San Antonio confirmeront-ils leur avantage sur leurs adversaires? Toronto peut-il récupérer l’avantage du terrain en gagnant chez les Bucks? Réponse cette nuit !