Petit retour en arrière sur le passé récent de la franchise :

Nous sommes le 25 juin 2009, tirage de la Draft NBA. David Stern se présente devant son pupitre, l’assistance retient son souffle : « With the first pick in the 2009 NBA Draft, the Los Angeles Clippers select… Blake Griffin. » Le futur de la franchise de la loose vient probablement de déposer ses valises. Ce terme de looser n’est pas usurpé, car à ce moment là, « l’autre franchise de la Cité des Anges » possède un bien maigre bilan : 4 apparitions en Playoffs en 25 saisons, avec pour meilleure performance une demi finale de conférence lors de l’édition 2005-2006. L’équipe souffre de la comparaison avec les Lakers, mais ce 25 juin 2009 sonne le tournant des Clippers. Ils viennent de sélectionner le meilleur joueur de sa conférence universitaire, la Big 12, qui a également établi le record de rebonds de cette même conférence avec 504 prises sur la saison. 22,7 points, 14,4 rebonds, telles sont les statistiques du néo-Clipper. Une star en puissance sur le papier, avec des qualités athlétiques hors normes pour ce poste.

 Blake Griffin vient serrer la main de David Stern en premier.

Malheureusement, la malédiction des Clippers refait surface : une fracture de fatigue lui est détectée au niveau du genou, la sanction tombe, Griffin est out pour la saison ! Nouvelle saison de galère en prévision, cela est confirmé avec un bilan médiocre de 29 victoires pour 53 défaites.

Nous arrivons donc à la saison 2010-2011, et Griffin peut enfin lancer sa carrière NBA. Et il envoie du lourd : 22,5 points, 12,1 rebonds, 3,8 passes en 38 minutes. Rookie of the Year, vainqueur du Slam Dunk Contest, participation au All Star Game avec la Conférence Ouest, dunks en pagaille… Griffin est partout ! Il confirme les attentes placées en lui et replace les Clippers sur la carte de la NBA malgré le bilan tout juste meilleur (32V-50D).

 Première distinction pour Blake Griffin, ce sera bien la seule…

Intersaison 2011. Les Clippers frappent un grand coup avec la venue de Chris Paul, à la suite d’un deal annulé de la NBA, propriétaire de la franchise des Hornets. Le meneur devait initialement se diriger vers les Lakers avant que David Stern n’intervienne pour s’opposer à cet échange. La chance semble tourner pour les Clippers !

Paul est une énorme plus-value pour l’équipe, et réalise une saison digne des plus grands en finissant 3ème au vote pour le MVP. Avec Griffin, ils permettent aux Clippers de retrouver les Playoffs après six ans d’absence. Ils franchissent le premier tour en disposant des Grizzlies au terme d’une série très accrochée (4-3), avant de s’incliner 4-0 face aux éternels Spurs. Ce sweep ne ternit pas cette belle saison, qui confirme que les Clippers sont bel et bien de retour !

Chris Paul, renfort de poids pour l’autre franchise de Los Angeles.

La saison régulière 2012-2013 confirme se renouveau : 56 victoires pour 26 défaites, champion de la division Pacifique, 4ème de la conférence Ouest. Mais l’aventure post-season s’achève tôt : défaite 4-2 face aux Grizzlies (après avoir remonté un départ à 0-2…) dans un remake de l’édition précédente. Petit coup d’arrêt pour la franchise, mais pas d’alarmisme.

 Griffin et les Clippers à terre : le premier coup d’arrêt dans la progression de la franchise.

Après un exercice 2013-2014 à nouveau réussi (57-25, 1er de division et 3ème de conférence), les Clippers passent le premier tour des Playoffs après une série difficile (4-3) face aux Warriors, avant de s’incliner face au Thunder de Kevin Durant et Russell Westbrook (2-4). Progression par rapport à la saison précédente, sortie avec les honneurs.

Lors de la saison 2014-2015, la suprématie des Warriors et l’avènement des Splash Brothers mettent les Clippers au second plan, mais sont encore bel et bien là (56-26). Ils vont même réaliser un exploit au premier tour des Playoffs en disposant des champions en titre, les San Antonio Spurs, en sept manches ! Le tout en remportant les deux derniers matchs, dont le Game 6 à Fort Alamo.

Ils arrivent à surfer sur cette excellente dynamique au début du second tour face aux Rockets, et mènent 3-1 au bout de quatre manches, sans Chris Paul. C’est alors que l’inexplicable va se produire : les Clippers vont réussir à perdre assez largement les trois dernières manches, pour sortir des Playoffs sans gloire. Ils auront notamment gâché une avance de 19 points au bout de trois quarts temps au Game 6 ! Faille mentale ? En tous les cas, le spectre de la loose semble repointer son nez…

La bande du barbu vient de remonter un 3-1.

L’édition suivante fut moins glorieuse. Opposés aux Blazers de Lillard et McCollum, les Clippers entament bien la série en remportant les deux premières manches à Los Angeles. Mais le chat noir est passé par là : Paul et Griffin seront annoncés tour à tour out au beau milieu de la série ! Portland n’en demandait pas moins, en remontant l’écart pour se qualifier en sept manches. Enième désillusion.

 

Sans Griffin et Paul, la tâche est plus facile pour les deux snipers de Portland.

Nous arrivons à cette saison, dont nous connaissons l’issue : en perdant Blake Griffin lors de la série, les Clippers ont malgré tout réussi à emmener la série en sept manches face au Jazz. Mais l’issue est toujours la même, élimination prématurée en Playoffs. Toujours placés, jamais gagnants, tel est le refrain des Los Angeles Clippers.

La poisse suit les Clippers, et cette année, se sont Hayward et consorts qui en profitent.

Le bilan est donc mitigé depuis l’arrivée de Chris Paul. Les Clippers disputent désormais les Playoffs tous les ans, mais sans réussir à briller ou presque. L’arrivée de Doc Rivers aux commandes de la franchise n’a pas eu l’effet escompté, le coach semble même montrer des limites actuellement.
Les joueurs et le staff se refusent à parler de malédiction, mais le constat est bien là : cette franchise n’y arrive pas. Alors certes, elle a réussi à se replacer parmi les « contenders », mais sans réussir à faire plus, ne serait-ce qu’une apparition en finale de conférence.
On peut cibler plusieurs défauts sur l’effectif des Clippers : depuis plusieurs saisons, il manque un vrai poste 3 titulaire à l’équipe. C’est un poste primordial puisque beaucoup de stars NBA évoluent à ce poste : LeBron James, Paul George, Jimmy Butler, Carmelo Anthony pour ne citer qu’eux. Il faut donc trouver un joueur performant des deux côtés du terrain à ce poste, ce qu’ils n’ont pas réussi à faire pour le moment. Recruter un small forward est donc une priorité de cette free agency. JJ Redick a montré également des difficultés lors de cette série face au Jazz, le remplacer ne serait également pas du luxe, d’autant qu’il est en fin de contrat (comme bon nombre de joueurs de l’effectif…). Enfin Doc Rivers, avec sa casquette de coach-GM, ne semble plus faire l’unanimité.

Une intersaison mouvementée !

Et cette intersaison pourrait bien être un tournant pour les Clippers. En effet Chris Paul et Blake Griffin peuvent tester la free-agency dès cet été et renoncer à leur dernière année de contrat. Chris Paul a toutefois annoncé vouloir poursuivre l’aventure, tout comme Doc Rivers. Pour ce qui est de Blake Griffin, les rumeurs vont bon train concernant un départ de la franchise de Los Angeles. Beaucoup de joueurs sont égelament en fin de contrat : JJ Redick, Brandon Bass, Raymond Felton, tandis Luc Mbah A Moute et Marreese Speights peuvent tester le marché. Bref, le front office des Clippers aura beaucoup de travail lors de cette free agency !
Une chose certaine, Paul et Griffin vont renégocier leur contrat, suite aux nouveaux droits TV signés avec la NBA qui ont provoqué l’explosion du salary cap cette saison. En imaginant que Griffin et Paul resignent au Clippers, ce sera donc à un tarif très élevé : on parle actuellement de 200 millions de dollars sur 5 ans pour CP3, et de 175 millions de dollars sur la même durée pour Griffin ! Des sommes astronomiques qui risquent de faire exploser la masse salariale de l’équipe. En effet, salary cap de la saison 2017-2018 est pour le moment annoncé à 101 millions de dollars environ, et ces deux signatures vont donc inévitablement placer les Clippers audessus de cette limite. Conséquence directe : ils ne pourront pas aligner de grosses offres lors de la free agency, et donc ne pourront pas signer de joueurs majeurs en renfort.

Doc Rivers, Chris Paul, Blake Griffin, DeAndre Jordan. Reverra t-on ce quatuor aux Clippers la saison prochaine ? Rien de moins sûr.

Plusieurs solutions s’offrent aux Clippers :

– Resigner Griffin et Paul, continuer cette association, et essayer de se renforcer via des trades. Un joueur pourrait bien attirer l’attention des Clippers et répondre à leurs besoins : Carmelo Anthony. En froid avec Phil Jackson, leur seul intérêt mutuel est le départ de Melo. Voici les joueurs que les Clippers ont à proposer : un Jamal Crawford vieillissant (37 ans) et à 14,5 millions de dollars en 2018-2019 ? Plutôt cher et contrat encore long pour un 6ème homme qui ne défend pas ! Un Austin Rivers, auteur d’une saison correcte, qui touchera presque 12 millions l’an prochain. Son contrat est donc assez honnête, et il représente probablement la plus grosse valeur marchande de cet été pour la franchse. Et enfin…Wes Johnson. Joueur de bout de banc cette saison, il ne pèsera pas bien lourd dans la balance. En résumé : un 6-7ème homme (Rivers) et un contrat boulet (Crawford), plus éventuellement un ou des tours de draft, cela semble bien léger pour recruter Melo… Pour rappel, ce dernier possède une « no trade garantee » qui lui permet de ne pas être échangé avant la fin de son contrat, mais il serait étonnant qu’il l’active. Quoi qu’il en soit, un trade Carmelo Anthony vs Jamal Crawford , Austin Rivers, Wes Johnson et des tours de draft est financièrement réalisable, mais il serait étonnant que Phil Jackson n’arrive pas à récupérer plus en échange de Melo. L’hypothèse est donc peu probable.

– Ne resigner qu’un seul joueur entre Blake Griffin et Chris Paul, et donc faire une croix sur cette association. Mais qui garder ? A 31 ans, Paul va entamer la seconde partie de sa carrière, mais reste malgré tout l’un des meilleurs à son poste. Griffin, plus jeune, a été sujet à de nombreuses blessures au cours de sa carrière. La direction des Clippers pourrait donc être frileuse à l’idée de se lancer dans une reconstruction autour de lui. Quel que soit le joueur sur lequel la franchise comptera, cela lui permettra de miser sur la free agency cet été qui compte nombre de bons joueurs, à défaut d’un franchise player : Paul Millsap, Kyle Lowry, Jrue Holiday, George Hill, Danilo Gallinari, Serge Ibaka, Greg Monroe, Nerlens Noël, Rudy Gay… des joueurs de compléments donc, pour entourer un Chris Paul ou un Blake Griffin. Mais cela sera-il suffisant pour franchir un cap ? On en doute.

– Resigner Chris Paul et Blake Griffin, mais dans le cadre d’un sign and trade. C’est l’option de reconstruction la plus sûre, car dans le cas précédent, les Clippers n’arriveront peut être pas à attirer de free agent de renom. Les cotes de Paul et Griffin sont relativement hautes, et plusieurs franchises montreraient leur intérêt en cas de mise sur le marché d’un de ces deux joueurs par les Clippers. Beaucoup du rumeurs sortent quotidiennement sur l’avenir incertain de quelques joueurs : Jimmy Butler, Jahlil Okafor, Gordon Hayward, Paul George, pour ne citer qu’eux. Des trades incluant ces joueurs ne sont donc pas à exclure. Cette dernière option semble la plus sérieuse dans le cadre d’une reconstruction, nous allons donc étudier les options possibles autour d’un sign-and-trade de Blake Griffin.

Propositions de trades :

Aucune rumeur concernant ces trades n’a été émise, nous partons dans la spéculation :

– Blake Griffin en échange de Jimmy Bulter et Jahlil Okafor dans le cadre d’un deal en triangle. Pourquoi pas, car les Clippers combleraient leur manque au poste 3 avec Butler, tout en remplaçant numériquement Griffin par Okafor, joueur jeune au registre offensif, qui formerait une raquette équilibrée avec DeAndre Jordan. Ce deal est à creuser bien plus en profondeur, car il enverrait Griffin à Chicago, mais reste a envoyer suffisamment d’assets pour libérer Okafor de Philly, qui ne compte pas s’en débarrasser gratuitement, malgré sa plus faible utilisation sur le terrain ces derniers temps en la présence de Embiid. Ce deal n’est donc pas impossible, mais les trois équipent devraient plancher dessus pendant très longtemps avant de trouver un accord qui conviendrait à chaque partie.

– Blake Griffin vs Paul George. Encore sous contrat, la situation de Paul George est liée à l’avenir des Pacers. Le franchise player de l’Indiana semble lassé, et souhaiterait faire ses valises pour aller gagner un titre ailleurs. Mais pour les Clippers, cela ne fait que déplacer le problème. George comblerait le souci du poste 3, tandis que Griffin laisserait un poste 4 à l’abandon. Pour les Pacers, qui semblent vouloir placer leur avenir en Myles Turner, l’arrivée de Griffin poserait un problème de concurrence à ce poste. Cette option semble donc peu probable et perdante-perdante pour les deux franchises.

– Blake Griffin vs Gordon Hayward. Même problème que précédemment avec Paul George, les Clippers se retrouveraient amputés au poste 4. De plus, même si Gordon Hayward devrait activer son option pour tester le marché, Utah semble bien décidé à le conserver. Deal peu probable.

Les options des Clippers sont donc limitées. La direction osera t-elle tout chambouler, ou bien faire une énième fois confiance à son effectif actuel, au risque de subir une nouvelle désillusion ?
Une chose est sûre, les fans des Clippers ne veulent pas retourner dans les tréfonds de la ligue, et espèrent beaucoup de cette prochaine intersaison.