A peine la perte du titre digérée qu’il faut déjà songer à la saison prochaine pour les Cavs car ils le savent, il y a de grandes chances que Golden State soit encore sur leur chemin pour le titre suprême. En plus d’avoir la même équipe, elle sera surement améliorée par petites touches comme cette année.

LeBron a beau avoir été sur tous les fronts durant la finale, il n’a pas pu compter sur 4 coéquipiers jouant à leur niveau normal pendant 5 match en même temps. Vous ajoutez à cela des vétérans sortant du banc qui auraient du apporter de la sérénité dans les échanges et quelques points mais qui ne l’ont pas fait. On comprend un peu mieux le 4-1 puisque le seul match où LeBron a pu compter sur plus de 2 coéquipiers a été gagné sans soucis.

On pourrait dire « Mais ils ont qu’à tous jouer à leurs niveaux alors! » Oui mais le sport, et le basket plus particulièrement, c’est aussi pour ça qu’on l’aime : Son imprévisibilité. Et clairement chez le King, ce paramètre aléatoire, on ne l’aime pas du tout surtout quand on est soi-même d’un équilibre hallucinant dans sa production.

Je préfère prévenir de suite que si vous faites partie d’un club de hater ou de fanboy de qui que ce soit dans l’effectif des Cavs, il vaut mieux quitter cet article directement parce que vous risquez de vous sentir nauséeux et ce n’est pas le but ici.

Toujours là? OK

Peu après le game 5, LeBron est en conférence de presse et un journaliste l’interroge sur les super team et s’il fait partie d’une super team. La réponse ne traîne pas et il dit, entre autre, qu’il n’a pas l’impression qu’il fait partie de ce genre de team ici à Cleveland. Sans nul doute que sa réponse aura fait tinté les oreilles de ses coéquipiers mais quand on regarde les matchs, on ne peut pas vraiment lui donner tort. D’autre part, pour ceux qui voulaient faire la comparaison avec le Heat, on parle à GS d’une équipe en place depuis un certain nombre d’années, qui a de l’expérience en phase finale en y ajoutant l’un des meilleurs attaquants de la ligue dans une équipe qui n’en manquait pas vraiment. Comparé à Miami, on est loin du compte.

Le banc

Les Cavaliers ont misés sur l’expérience du banc pour briser les élans des Warriors et si la démarche a du sens, elle a aussi un revers : La condition physique. On a bien vu dans ces finales que Channing Frye, Deron Williams, Kyle Korver c’était court. En saison régulière ça passe mais en PO et surtout en finale ça ne va pas. Korver reste malgré tout un joueur que je conserverais car il est très utile en régulière et en PO pour accrocher une win sans forcer, mais à moins d’avoir des systèmes faits pour lui il ne sert à rien en attaque et pas beaucoup plus en défense mais il mérite de rester malgré tout.

Frye est vraiment l’exemple parfait de l’impuissance physique face à Golden State. Certes il arrose derrière l’arc (quand il est mis sur orbite et que son shoot est là) mais en défense il ouvre des boulevards, ne prend quasi pas de rebond contesté et ne fait pas ses rotations défensives assez vite. Il coûte plus qu’il ne rapporte. Edy Tavares offre d’ailleurs plus de solutions en défense notamment en protection de cercle avec ses 221cm et s’il progresse un peu en attaque on aura un bon backup côté Cavs pour gêner au max les attaquants adverses. Ceci dit si Bogut se remet vite et bien de sa blessure, on pourrait envisager qu’il aille renforcer les Cavs dans le secteur intérieur.

Deron Williams c’est LA déception du banc. On l’attendait l’ex gloire du poste 1 et si en saison et en PO il a su se rendre utile, on voit systématiquement un joueur le presser tout terrain pour le gêner dans son dribble qui n’est plus des meilleurs. Quand toutes les équipes font la même chose sur votre joueur, il est temps de se poser des questions. Niveau défense on y est pas du tout non plus donc il faudra aussi s’en séparer pour rechercher un gestionnaire plutôt qu’un scoreur. Sur papier c’était une bonne idée mais dans les faits ce n’est pas avec lui que les Cavs passeront les Warriors et on a pu regretté Dellavedova qui en plus de bien distribuer les ballons apportait du poids en défense. C’est ce profil qu’il faudra récupérer.

Je garde Iman Shumpert, Richard Jefferson (s’il ne prend pas sa retraite) et JR Smith pour la cohésion du groupe et leurs qualités défensives et offensives. Iman a souffert des rumeurs de trade et a mis du temps à revenir dans le bain. JR a connu une année très compliquée avec une blessure au pouce (pour un shooteur c’est l’enfer) et les problèmes de sa fille.

Il reste l’énigme Derrick Williams qui avait pourtant apporté un profil différent et qui est signé pour deux ans et qu’on a surtout pas vu en PO à part dans le garbage time. Pourquoi se priver d’un peu de sang jeune et volontaire?

Kevin Love

Depuis son arrivée dans l’Ohio, il y a toujours eu un soucis avec Kevin Love. Parfois excellent, parfois médiocre. On le disait trop peu utilisé mais cette saison-ci a prouvé l’inverse et surtout une chose : Kevin Love est très bon pendant 24 minutes mais après c’est la lente descente vers l’inutile et les rares fois où il a été présent tout un match ne sont que l’arbre qui cache la forêt. Vu son salaire, il apparaît comme étant la monnaie d’échange parfaite pour créer la super team. Mais qui pour jouer au poste 4 alors? On y reviendra. Enlever ces shoots à 3 points redonnera de l’importance à ceux de JR/Korver/Kyrie/Bron/personnage mystère donc son apport est compensé ou peut l’être. Je n’irais pas chercher Paul Millsap car il manque de taille pour un 4 surtout vu les problèmes des Cavs mais il faudra malgré tout penser à un backup au 4, plutôt défensif.

Pour continuer ma petite réflexion j’échangerai Love contre un poste 3 qui n’y arrive pas contre LeBron et qui rêve de bague : Paul George. Indiana veut se reconstruire et Love peut soit les aider à le faire ou servir de monnaie d’échange vers un joli petit lot de joueurs prometteurs. Si PG13 veut une bague, venir à Cleveland me semble être la meilleure option parce que les rumeurs l’envoyant à LA enterrent quasiment ses chances de tamponner sa carrière d’un titre. Mais alors LeBron? Justement LeBron, dans mon plan, descend en 4. Un des postes qu’il préfère quoi qu’il en dise. Quand on voit ses oppositions sur la ligue, il ferait des cartons et ça ne l’empêcherait pas de passer en 3 à la faveur des rotations. Je pense que LeBron est capable de faire ce « sacrifice » à condition qu’un 3 qu’il respecte prenne le relais et je ne vois que Paulo capable de remplir ses baskets. Sans compter les qualités offensives de celui-ci, quel ajout défensif et regarder le 5 des Cavs : Irving, Smith, George, James et Thompson (ou Bogut) ça, ça peut tenir la dragée haute voir très haute à Golden State. Et en plus les Cavs pourraient récupérer +/- 3 millions en salary cap. Enfin sur la symbolique et vu leurs âges, George pourrait reprendre le flambeau de la maison Cavaliers le jour où celui-ci prendra sa retraite.

Tyronn Lue

Plus gestionnaire que stratège, celui-ci a malgré tout montré quelques améliorations dans son coaching des finales et devoir composer avec des stars qui sont aux abonnés absents certains soirs demandent des années d’expérience de coaching (et encore) pour pouvoir y remédier. On l’oublie souvent mais il n’a que 2 ans au compteur et est encore jeune (dans la vie civile). Pour coacher LeBron, il faut quelqu’un qu’il respecte. On peut en parler 10 ans mais c’est comme ça et dans la ligue, ils ne sont pas nombreux ceux qui peuvent lever la main à l’énonciation de ce critère. Mais LeBron doit comprendre que si lui n’a pas « besoin » de coach, ses coéquipiers en ont besoin et pas qu’un peu. Qui prendrait le risque de venir se frotter au King? Qui oserait mettre sa carrière en jeu là-dessus? Un mec jeune et qui a pas beaucoup d’expérience probablement. Pour tout vous dire, je ne pense pas que Lue fera les frais des dernières finales mais l’an prochain serait à coup sur sa dernière cartouche, encore plus si Paul George débarque d’ici là.

2017-2018

Si les Warriors avait un goût de revanche dans la bouche en entamant la défunte saison, les Cavs auront certainement les dents longues en octobre 2017 pour la reprise d’un championnat qui s’annonce épique. En attendant de connaitre les affectifs de chacun, on surveillera avec intérêt la free agency parce qu’il faut que ça bouge et pas uniquement les Cavs, mais pour toutes les équipes qui en peuvent plus de voir Cleveland-Golden State en finale.