Parler d’un été mouvementé dans le Minnesota serait un euphémisme. Après une nouvelle saison décevante malgré l’arrivée de Coach Thibodeau aux commandes l’an passé et une génération des plus prometteuses, les Wolves n’ont toujours pas passé le cap des Playoffs. Une triste 13ème place à l’Ouest pour 31 maigres victoires. Bien peu pour un effectif qui laissait entrevoir tant d’espoirs aux fans. Pas encore à maturité (notamment dans les fins de match), absence cruelle d’un véritable leader, ou encore une défense qui laisse parfois à désirer, les raisons de cette frustration sont diverses et variées. Mais un constat clair pouvaient être tiré à l’issu de la saison 2016-2017 : les Wolves n’étaient pas prêts, et quelque ajustements sont nécessaires pour enfin exploiter le potentiel dingue de la meute.

Le front office a donc décidé d’agir en conséquences. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils n’ont pas chômé. Le soir de la Draft, une rumeur enfle et finit par s’avérer : Minny envoie son 7ème choix à Chicago, en compagnie de Zach Lavine et Kris Dunn, et récupère Jimmy Butler plus le 16ème choix de Draft des Bulls. L’annonce fait l’effet d’une bombe. Un tel mouvement, impliquant une superstar qui rejoint les Wolves au lieu de les quitter (deux Kevin par exemple), c’est presque du jamais vu pour les fans. L’arrivée du leader tant attendu et tant espéré ? Nous en reparlerons dans quelques lignes. Quoiqu’il en soit, c’est un apport considérable au roster, et la contrepartie n’est (à ce jour) pas bien lourde. Un Kris Dunn décevant lors de sa saison rookie (et peu utilisé, il faut le dire), un 7ème choix utilisé pour Lauri Markkanen. Le finlandais a du talent, mais beaucoup d’observateurs sont sceptiques quant à son avenir NBA. Mais surtout, les Wolves ont perdu Lavine dans l’affaire. Victime d’une rupture des ligaments croisés du genou, l’arrière semble en avance sur sa rééducation, et pourrait devenir la vraie perte. Enfin, le 16ème choix offert par les Bulls est utilisé pour récupérer le pivot Justin Patton en provenance de Creighton.

Mais les dirigeants ne se sont pas contentés de ce trade. Au cœur des rumeurs de transferts depuis le jour de sa naissance, Ricky Rubio a fini par lever l’ancre. Le génial passeur a été envoyé au Jazz en échange… Du tour de draft 2018 du Thunder. Une bien faible contrepartie, l’unique objectif de ce mouvement étant de libérer de la masse salariale pour signer un gros free agent. Et l’heureux élu pour remplacer l’espagnol se nomme Jeff Teague. Après une saison très correcte en Indiana, le meneur arrive chez les Wolves pour amener ses qualités de slasheur/passeur, et plus de shoot que son prédécesseur. Le tout pour… 57M sur 3 ans. Autre recrue de poids, la signature de Taj Gibson. L’ailier fort vient renforcer la raquette aux côtés de Karl-Anthony Towns, et fait valoir le surnom de TimberBulls à sa nouvelle équipe. Thibodeau aime ses anciens joueurs de Chicago, et il le montre. Dernière signature notable, celle de Jamal Crawford. En perte de vitesse la saison passée chez les Clippers, le multiple 6th Man of the Year est censé amener de la dynamite en sortie de banc. Pour le reste, deux contrats non-garantis offerts aux extérieurs Melo Trimble et Marcus George-Hunt, ainsi qu’un two-way contract pour l’ailier Anthony Brown. Mais surtout, la franchise vient d’obtenir la re-signature de Shabazz Muhammad au minimum. Un vrai bon coup quand on connait son apport.

1/ Le roster et les finances

PG : Jeff Teague – Tyus Jones – Marcus George-Hunt

SG : Jimmy Butler – Jamal Crawford – Melo Trimble

SF : Andrew Wiggins – Shabazz Muhammad – Anthony Brown

PF : Taj Gibson – Nemanja Bjeliça

C : Karl-Anthony Towns – Gorgui Dieng – Cole Aldrich – Justin Patton

Premier constat, le plus évident, les modifications profondes de l’effectif, surtout au niveau du cinq majeur. Exit Rubio et Lavine, welcome Butler, Teague et Gibson. De vrais apports? Sur le papier, oui. Les Wolves sont sensés trouver en Butler le leader qui leur manquait jusqu’ici. Si des doutes sont émis par les observateurs quant à son leadership, l’ancien Bull sera certainement un leader technique sur le parquet. Considéré comme l’un des tout meilleur arrière de la ligue, le garçon est capable de cartons à 50 points dans un grand soir, et son excellente réputation défensive le précède. Il ne sera néanmoins pas le franchise player, ce rôle étant promis à Karl-Anthony Towns. Le pivot sort d’une saison sophomore monstrueuse (25 points, 12 rebonds) après son titre de Rookie of the Year il y a deux ans. Souvent assimilé à une version moderne de Tim Duncan, KAT devra passer un cap en termes de leadership et réussir là où il a échoué jusqu’à présent: faire gagner sa franchise. Aux côtés des deux stars, Andrew Wiggins sera chargé d’amener du scoring, comme il sait déjà le faire. Si chacun y va de son pronostic concernant le positionnement du canadien et de Butler (arrière/ailier), Wiggins sera dans le cinq de départ en compagnie de l’ancien Bull. Pour mener ces trois bêtes offensives, Jeff Teague. A 29 ans, il sort d’une bonne saison avec les Pacers, à plus de quinze points et surtout presque 8 passes de moyenne (sa meilleure performance en carrière). Pour compléter cette starting lineup, la présence de Taj Gibson pourrait s’avérer essentielle. Col bleu, Taj apportera de la dureté dans la raquette des Wolves, son agressivité en défense, et son expérience dans le vestiaire.

En revanche, c’est bien le banc qui pose questions. Car si les postes sont bien doublés, et le secteur intérieur très fourni, la qualité de la second unit peut inquiéter. Tyus Jones pour commencer. Si le meneur est encore jeune et a pu montrer de belles dispositions lors de la Summer League 2016, son temps de jeu est resté faible la saison dernière (13 minutes). Cette saison, il devrait avoir l’opportunité de se montrer, avec le départ de Kris Dunn. Pour compléter le backcourt, Jamal Crawford devait endosser le rôle de leader en sortie de banc. Avec la récente re-signature de Shabazz Muhammad, la place de 6ème homme reste encore à définir. Quoiqu’il en soit, les deux hommes auront la charge d’amener des points en relais des stars. Dieng, Aldrich, Bjelica, Patton… Beaucoup de monde sur le banc pour occuper la raquette de Minnesota. Le premier cité était un titulaire indiscutable l’an passé, et devra se contenter d’un statut de remplaçant cette saison. Joueur utile, il sera sans aucun doute le premier relais au poste 4/5, sa polyvalence étant un atout. Mais alors quid des autres grands? Ils se partageront les minutes, Bjelica conservant probablement une longueur d’avance de par sa capacité à apporter des points. Malheureusement pour les Wolves, euphoriques à l’idée d’avoir mis la main sur Justin Patton, le rookie sera indisponible pour une durée indéterminée. La faute à une blessure au cinquième métatarse du pied gauche, identique à celle qui a tenu Ben Simmons éloigné des parquets toute la saison.

Petite parenthèse concernant les blessures: hormis Patton, tout le monde est en bonne santé chez les Wolves. Mieux, la grande majorité des joueurs a connu une saison pleine l’an dernier, jouant la quasi totalité des matchs. On peut donc espérer que cela perdure à Minnesota. Les mauvaises langues diront qu’avec Thibodeau aux commandes, cela n’est pas gagné.

Enfin, les contrats non-garantis donnés à des joueurs de complément qui ne devraient pas rester longtemps dans l’effectif. Certains auront peut-être leur chance, mais les dirigeants considèrent surtout qu’il reste de la place pour d’autres contrats. Seul problème… Les finances. Deux two-way contracts ont déjà été donnés, la MLE utilisée pour Bjelica, et la room exception pour Crawford. Sans un rond dans les caisses, il sera difficile pour les Wolves d’aller gratter des joueurs supplémentaires. Dernier cité dans les rumeurs, Dante Cunningham pourrait vraisemblablement venir renforcer le backcourt du banc à Minny. Excellente nouvelle, en plus d’avoir re-signé Muhammad, les Wolves auront de fait ses Bird Rights l’été prochain, ce qui pourrait s’avérer bien utile au cas où ils souhaiteraient le prolonger. Son salaire ne pèserait alors pas dans le cap.

2/ Coaching et système de jeu

De gros chantiers attendent Thibs. Avec ces changements profonds opérés dans l’effectif, on peut logiquement s’attendre à une période d’adaptation nécessaire. Plus de la moitié du cinq majeur vient d’arriver, il va donc falloir créer des automatismes entre chacun. Plusieurs questions se posent alors. Qui portera la balle? Teague? Butler? Les deux hommes sont capables de créer pour les autres, et pour eux même. On connait la capacité de Teague à pénétrer la raquette, et celle de Buckets à créer son propre tir.

Les Assist Charts des deux joueurs nous permettent de réaliser un constat clair: une tendance à fournir le secteur intérieur. Pourtant, Teague jouait aux côtés d’un certain Paul Georges l’an passé, excellent shooteur à mi-distance et derrière l’arc. Or, avec la présence d’un monstre comme Towns au poste 5, cette tendance pourrait devenir une vraie arme pour les Wolves.

Mais surtout, quelle utilisation réserver à Wiggins? Dans un registre relativement similaire à celui de Butler, le canadien devrait voir sa moyenne de points diminuer avec l’arrivée de l’ancien Bull. Les deux joueurs vont devoir cohabiter sans se marcher sur les pieds. Dès lors, on envisage la possibilité de voir Wiggins squatter les corners plus souvent pour jouer le catch and shoot au relais de Jimmy. S’il parvient à trouver ses marques dans ce rôle, le bénéfice pour les Wolves serait énorme. Teague et Butler ont les qualités pour mener le jeu et perforer les défenses, que Taj Gibson et surtout Towns auront le loisir d’ouvrir au maximum. KAT est capable de s’écarter du cercle, son tir dans le périmètre devenant une arme létale. Il a même la possibilité prendre ses tirs derrière l’arc à des pourcentages tout à fait honnêtes (35% hors des coins). Le cercle est alors accessible pour les extérieurs.

Première évidence, la propension de Jeff Teague à prendre ses tirs dans la raquette, pour des pourcentages intéressants. Avec 36% derrière la ligne à 3pts, le meneur n’a pas à rougir, mais il prend finalement moins de tirs que Wiggins derrière l’arc. En revanche, on remarque les prises de shoots de Wiggins et Butler sont relativement similaires. Avec des pourcentages plus élevés pour Jimmy dans le périmètre… Dès lors, il semble évident pour le canadien de travailler son tir du parking, afin de laisser son bout de viande à Butler (et Teague, dans une moindre mesure). En ce qui concerne Towns, sa zone de confort se situe bien sur autour du panier, mais il prend finalement beaucoup de tirs à 3pts pour un pivot. Une polyvalence d’une importance capitale dans le système offensif des Wolves.

Ce qui fait vraiment défaut aux Loups, c’est le shoot derrière l’arc. Aucun véritable sniper n’est présent dans le roster. Grâce au recrutement, plusieurs joueurs aux pourcentages corrects sont arrivés, mais aucune vraie gâchette. Jamal Crawford en sortie de banc? Un peu léger. Non, depuis le départ de Lavine (qui devenait très sérieux dans l’exercice), personne ne semble en mesure de prendre le relais. D’où l’importance pour Wiggins and cie d’augmenter leur production, au risque de voir un embouteillage dans le périmètre et un concours de briques du parking.

Reste la question des tirs décisifs? Des ballons importants en fin de matchs serrés? Qui aura la gonfle? L’an passé, Minnesota a laissé beaucoup de matchs filer dans le 3ème quart temps, et Butler est sensé amener une expérience et un leadership pour éviter cette situation. Mais lors de dernières minutes étouffantes, qui aura la gonfle? Butler, Towns, ou même Wiggins? A Chicago, Buckets a déjà démontrer sa capacité à répondre présent dans les moments chauds.

L’efficacité des Wolves en attaque sera décidée par la compatibilité des joueurs et leur capacité à s’adapter les uns aux autres. Si chacun trouve sa place, le potentiel est impressionnant. Les points devraient être assurés en sortie de banc. Finalement, les problèmes sont presque opposés pour les deux « units »: doutes offensifs pour la starting lineup, grosse inquiétude défensive pour le banc. Car la base du système Thibodeau, c’est bien la défense. Et ce ne sont pas les questions qui manquent à ce sujet. Évacuons tout de suite le banc: à priori, des grandes difficultés sont à prévoir. Crawford n’a rien à envier à Harden, et les autres joueurs du banc ne présentent pas le profil idéal pour assurer une défense à toute épreuve. Si l’on doit vraiment chercher du positif, on dira que Gorgui Dieng n’est pas ridicule dans l’exercice.

Alors revenons au cinq de départ. Les espoirs sont tout de même largement permis. Car c’est bien là que l’arrivée de Jimmy Butler peut faire la différence. L’arrière est un monstre de ce côté du terrain, capable de défendre sur plusieurs postes. Il sera le leader défensif de l’équipe, sur lequel s’appuiera Thibodeau pour organiser son rideau. On attend également une importante progression de Wiggins sur ce plan, son potentiel défensif étant évident, et ne demandant qu’à être exploité sous la tutelle de Butler. Teague est un défenseur honnête à la mène. Et dans la raquette, Gibson amènera de la dureté et une rigueur primordiale. Reste Towns, dont le potentiel est évident, mais dont l’attention laisse parfois à désirer. S’il reste une force de dissuasion, il devra travailler sur les backdoors, gros point faible des Wolves la saison dernière. Enfin, Minnesota sera scruté sur sa défense en transition, friable l’an passé.

Quoiqu’il en soit, Thibodeau aura probablement à maintenir un ou deux joueurs du cinq avec les remplaçants, afin de maintenir une stabilité défensive correcte et suffisamment de qualité sur le parquet.

3/ Les perspectives

Si tout va bien

Le cinq majeur trouve rapidement des automatismes. Wiggins et Butler s’accordent parfaitement, et l’ancien Bull prend le leadership vocal de la franchise. Dans son sillon, les Wolves deviennent une équipe qui gagne et qui ne lâche plus les matchs. Teague apporte un savant mélange de scoring et de caviars, améliorant sa production derrière l’arc, tout comme Wiggins. L’ensemble de l’effectif franchit un palier défensif et devient une forteresse imprenable, base d’un système offensif huilé. Karl-Anthony Towns continue son carnage à coups de double-double et domine les raquettes NBA, endossant le rôle de franchise player à merveille. Le banc apporte le scoring nécessaire et ne prend pas l’eau derrière, Jamal Crawford reste un superbe 6ème homme, et Tyus Jones saisit sa chance en back-up de Teague.

Les Wolves gagnent enfin,sont réguliers, et deviennent une véritable place forte de l’Ouest. Ils accrochent la 5ème place évidemment synonyme de Playoffs, après 13 saisons d’absence en postseason.

Si tout va mal

La base défensive ne fonctionne pas, et les Wolves continuent de prendre l’eau en transition et sur les coupes, notamment ligne de fond. Butler n’apporte pas le leadership escompté, laissant ses mauvais côtés prendre le dessus dans le vestiaire. Wiggins est bridé offensivement et ne franchit pas de cap défensivement, et Towns reste un monstre à l’impact limité sur son équipe. Enfin, l’entrée du banc fait sombrer l’équipe défensivement, et les Wolves perdent un grand nombre de matchs après la mi-temps.

Encore une fois, Minnesota échoue au-delà de la 8ème place et manque les Playoffs, et les fans passent un nouveau mois de mai en PLS. Butler se demande ce qu’il fout là, et même KAT commence à douter de sa franchise. L’avenir pourrait rapidement s’assombrir.

Pronostic : 5ème (47-51 victoires) : Après une longue absence en post-season, les Wolves devraient, logiquement, participer aux joutes des play-offs cette saison.

La saison à venir sera déterminante dans le futur de la franchise. Si les automatismes sont rapidement trouvés et que l’équipe prend un rythme victorieux, les années à venir pourraient ressembler au paradis pour les fans. En revanche, si l’échec est au rendez-vous, le projet Wolves risquerait d’être profondément fragilisé. Au point de regretter Ricky et Zach et le chamboulement soudain entrepris par le front office? On en doute, mais attention, l’avenir des Wolves se joue peut-être maintenant. Mais quand même, c’est un tel pied de voir cet enthousiasme (justifié) autour de cette franchise qu’on ne leur souhaite que le meilleur.

 

L’avis de @TWolvesFr , @TWolvesFRA , @TwolvesArmyBE

 

Quelles étaient vos attentes cet été ?

@TWolvesFr : Après une première intersaison hésitante, on attendait que Thibodeau et Layden renforcent clairement l’équipe, qui manquait de banc et de défense. De là à penser qu’ils ramèneraient Butler… A partir du moment où ce move a été fait le soir de la draft, les attentes changeaient du tout au tout: il fallait trouver un meneur shootant mieux que Rubio (malgré notre amour indéfectible pour Ricky), un poste 4 capable de défendre et de shooter de loin, et de quoi renforcer le banc. Mission plutôt accomplie, même si Teague n’aurait pas été mon choix n°1. En faisant un peu la fine bouche, on peut dire que l’effectif est légèrement old school: possibilités limitées de small ball, peu de shooteurs d’élite ou de défenseurs polyvalents, mais peu importe, à la limite. On a récupéré un des meilleurs joueurs de la ligue, des vétérans solides, on ne va quand même pas se plaindre !

@TWolvesFRA : Il s’agissait de nous renforcer en défense et menace extérieure… Pas vraiment convaincu que nous nous soyons améliorés sur ces aspects… Il y a quelques dossiers en suspens comme Shabazz, Dante Cunningham et Rush comme on tend à l’oublier … (ndlr : depuis, la situation a évolué, Shabazz est revenu, les autres ont signé ailleurs)

@TwolvesArmyBE : En fin de saison dernière, j’espérais qu’on arrive enfin à ajouter de la qualité et des vétérans sur notre banc. Il nous manquait vraiment des leaders, capables de calmer nos « jeunes » dans les fins de matchs serrées notamment. Je pense qu’on a assez bien fait ça avec Crawford et Gibson notamment.

Qu’attendez-vous pour la saison prochaine ?

@TWolvesFr : Les playoffs, pour la première fois depuis 2004. Ce n’est même pas une option, il faut y être. Admirer Butler. Voir KAT devenir encore plus monstrueux en attaque, et se bouger enfin en défense. Voir les progrès de Wiggins au shoot se confirmer. Echanger Cole Aldrich. Retirer le maillot de Garnett. Avoir trois joueurs au All-Star Game (quoi, c’est ambitieux ?).

@TWolvesFRA : Déjà les playoffs ! Ça fait trop longtemps (pas envie de dire le nombre d’années…) ! Apres j’ai envie de voir Wiggins progresser … Je sais que Towns le fera ! Mais je pense que Wiggins peut devenir une sorte de Kawhi Léonard 2.0 (Si c’est possible) ! Un kawhi plus athlétique ! Mais Wiggins doit progresser au rebond et créer davantage d’ouvertures et de passes ! Je l’attends aussi à 3pts !

@TwolvesArmyBE : Pour la saison prochaine, en début de saison je n’attends pas grand chose. On a quand même fortement changé l’effectif, il va falloir un peu de temps pour que chacun trouve ses marques, et je ne m’attends pas à voir du grand basket dans les 15, 20 premiers matchs. Sinon, j’attends de la grosse défense, ce qui a été notre point faible la saison passée.

Où pensez-vous vous situer dans votre conférence ?

@TWolvesFr : Difficile à dire, il y a eu beaucoup de changements. On est normalement derrière le top 4 de l’Ouest (Warriors, Rockets, Thunder, Spurs), mais on peut espérer une 5e place si la mayonnaise prend bien. Je nous mettrais au contact des Clippers, Blazers, Nuggets et Jazz, légèrement au-dessus des Grizzlies et Pelicans. Mais on n’a pas la marge pour pouvoir dire dès maintenant qu’on sera en playoffs à coup sûr : le banc reste un point d’interrogation et l’intégration de Butler prendra sans doute quelques semaines. Il ne faut pas retomber dans l’erreur de l’an dernier, où les attentes étaient délirantes. Cela dit, on a clairement les cartes pour gagner entre 45 et 50 matchs.

@TWolvesFRA : Le proprio Glen Taylor souhaite la 4eme place ! Pour avoir l’avantage du terrain en playoffs ! Soyons plus humbles … On sera 5 ou 6eme si la mayonnaise prend !

@TwolvesArmyBE : Et pour la place dans la conférence : J’ai tendance à nous mettre 5 ou 6ème, derrière GS, Spurs, Houston et OKC.