Tout au long de la saison 2016-2017 des Cavs, on a senti que quelque chose clochait. Des séries de défaites, une jeu d’équipe qui a décliné au fur et à mesure de la saison, un coach décrié et les premières spéculations sur la future free agency de LeBron. Au final, tout ce « malaise » s’est traduit par un départ de Kyrie Irving ce qui est déjà un événement en soit mais en plus c’est l’Oncle Drew lui-même qui a demandé son trade. On rajoute à ça la non prolongation du GM qui a bâti l’équipe triple finaliste et une fois championne, David Griffin. Juste avant la draft et à un an de la FA de l’angoisse, on peut dire que le début d’été des Cavaliers a été catastrophique.

Du coup Kobi Altman, ancien assistant GM, est promu et en guise de baptême du feu, il doit gérer le trade Kyrie Irving. Oui rien que ça. Alors on pourra toujours refaire le kikicékiagagné du trade à coup de « Oui mais Kyrie chausse du 44 et Thomas du 43 donc Boston est gagnant » mais il faut reconnaître que le rookie a été bon, très bon même. Il a su se montrer patient et a attendu un package plus qu’intéressant sans céder à la panique médiatique et aux offres low cost. Et quand on pensait que le deal était réglé, il a réussi à aller chercher un petit extra pour compenser la blessure probablement sérieuse d’Isaiah Thomas. On parlera du trade en détail un peu plus loin dans l’article mais côté Cleveland, ça a clairement rendu le sourire à beaucoup de gens, peut-être même le King en personne et tout le monde dans l’Ohio a bien conscience que ce sourire il faudra le maintenir tendu toute la saison.

En tout les cas, il va falloir repartir de l’avant si les Cavs veulent espérer défier les Warriors à nouveau, cette fois les yeux dans les yeux, en juin prochain.

1- Le roster et l’état des finances

Bon on commence à connaitre la chanson niveau cap et luxury tax du côté de Dan Gilbert mais Kobi dans son trade à réussi à faire baisser celle-ci de quasi 30 millions. Il restera donc 49 millions à régler à la fin du repas. L’an prochain Channing Frye ne sera plus sous contrat libérant de ce fait 7.4 millions et il restera encore le contrat d’Iman Shumpert qu’on pourra qualifier de « toxique » puisqu’il pèse +/-10 millions. Calderon, Green, Rose et Wade ont tous signé pour un an ce qui permettra de faire un reboot quasi complet de l’effectif en cas de départ de LBJ et de ne pas revivre l’enfer de 2010. Les Cavs sont prêts pour cette éventualité, même si ça fait mal rien que d’y penser pour les fans, la direction a fait les bons choix. Et si LeBron prolonge, tout sera à nouveau possible dans l’Ohio. Il restera le cas Isaiah Thomas qui demandera surement le max mais pas sûr que Kobi soit d’humeur généreuse à ce niveau-là. Il faudra regarder la saison d’IT pour en juger.

Pour rappel, les Cavs ont récupéré le pick des Nets pour la prochaine draft et pourront donc soit se reconstruire avec le futur joueur ou bien acquérir un ténor en cours de saison pour tenter de rivaliser avec les Warriors à armes égales

Niveau roster, on ne va pas s’étendre sur la perte de Kyrie Irving dans cette section mais les différents ajouts faits à l’équipe ne sont pas si mal que cela et répondent surtout à des carences de l’année passée.

La plus belle acquisition reste Jae Crowder pour deux raisons : Sa polyvalence et son contrat. Pas maladroit à 3pts, il apporte aussi une belle touche de défense au poste 3/4 et va permettre à LeBron de moins se crever de ce côté du terrain, sa présence physique dans la raquette sera également un bon atout notamment pour les rebonds. Derrick Rose est quant à lui un renfort pari. Si les qualités du joueur ne sont pas remises en question par une enième blessure et qu’il poursuit sur sa lancée des Knicks la plus value sera réelle. En cas de rechute, on pourra simplement dire que l’on est pas surpris. A noter cependant qu’il a signé un an pour un salaire dérisoire ce qui traduit assez bien ses intentions de 1) Vouloir briller dans une équipe qui gagne 2) Aller loin en PO 3) Se mettre en avant pour un futur contrat. Jeff Green est toujours capable de rentrer 10pts en sortie de banc, Calderon peut dépanner à la mène et Zizic est un beau bébé qui prend de la place sous le cercle. Petit mot concernant Cedi Osman, l’ailier turc de 22 ans a un profil intéressant sur le poste 3-4 et vient de faire un Euro sympathique avec la Turquie avec entre autre un gros match face à la Russie où il a rentré 28pts, 7 rebonds, 4 passes et 7 interceptions. Des 2 côtés du terrain il a su maintenir son équipe dans le match tout du long et avec des mentors comme James ou Crowder on a hâte de voir ce qu’il pourrait apporter en NBA.

Acquisition de dernière minute, Dwayne Wade a accepté un contrat de SMICAR à 2.3 millions pour un an. Un demi banana boat donc et le duo magique du Heat qui se reforme pour le plus grand plaisir du King. Toujours bon à prendre pour mettre LBJ de bonne humeur avant l’été 2018. Blague à part il s’agit d’un bel atout dans la sleeve de James car le Flash a plus que de beaux restes et nul doute qu’il saura se mettre au service de son ami pour l’aider à remporter le titre et rajouter une nouvelle ligne à son palmarès.

Roster :

Meneurs : Isaiah Thomas – Derrick Rose – José Caldéron – Kay Felder

Arrières : Dwyane Wade – J.R Smith – Iman Schumpert

Ailiers : LeBron James – Jae Crowder – Cedi Osman – Richard Jefferson – Kyle Korver – Jeff Green

Ailiers Forts : Kevin Love – Channing Frye

Pivots : Tristan Thompson – Kendrick Perkins – Ante Zizic – Edy Tavares

2 – Le coaching et style de jeu

Je l’ai déjà dit dans d’autres articles, je ne fais pas partie des « gnagnagna Tyronn Lue il est nul » même si ce n’est pas le coach de l’année loin s’en faut, au bout du compte il faut se rendre compte que ce sont les joueurs qui sont sur le terrain et que si c’est LeBron qui coache, alors c’est LBJ qui est zéro en coaching. Bref, maintenant qu’on s’est débarrassé de ça, il faut regarder les Cavs sous deux angles : La saison régulière et les PO (au final comme chaque équipe mais ici c’est encore plus flagrant) avec son talent naturel et une conférence Est à la dérive, Cleveland n’aura que peu de match pour se rendre compte de son niveau réel : Golden State, San Antonio, Houston, OKC, Celtics et Wizards seront les baromètres de la saison. Contre le reste des équipes, même avec tout le respect du monde et sauf « pas envie de jouer ce soir », tout doit être converti en victoire avec un jeu de transition ponctué de quelques séquences de passing et 2/3 assists lumineuses de LeBron pour des shoots extérieurs ouverts. Ceux qui criaient au scandale de voir James trop jouer, je vous renvoie à ses stats des finales.

L’autre aspect donc ce sera la phase finale où il faudra jouer avec plus de variété pour surprendre davantage les adversaires. L’iso c’est bien mais ça ne suffit pas. J’attends justement l’apport d’Isaiah Thomas dans ce genre de moment. Il devra se défaire des vieux réflexes vert pour lâcher la gonfle et créer plus que son prédécesseur au même poste. Le back up de Derrick Rose ne va pas créer plus de jeu mais au moins il y aura du scoring à la clé.

Côté défensif, l’effort collectif sera toujours important et devra cette fois-ci être accompli avec rigueur et sur l’ensemble du match. Les Cavs ont trop souvent du cavaler après le score ou subir une remontée au marquoir. Dans les 2 cas cela signifie que quelque chose ne tourne pas rond. Le départ d’Irving devrait légèrement améliorer la donne. IT n’est pas DPOY mais Kyrie ne se contentait pas seulement de mal défendre, il faisait faire aussi des bourdes monumentales à ses partenaires en forçant des switch pour éviter de se retrouver en mismatch. En cas de nouveau duel face aux Warriors il faudra également créer un repli défensif plus efficace et surtout arrêter de défendre en reculant face à l’adversaire qui attaque, c’est le meilleur moyen de se faire prendre dans le dos par un ailier rapide surtout face à une équipe qui maitrise la transition.

Dernier point, la gestion des rotations. Un gros effectif comme celui-ci avec beaucoup d’ego (même avec un LeBron qui veille) ça se gère et ça s’entretient. Donc peu importe le starter, il faudra songer à mieux imbriquer les entrées et sorties des joueurs pour éviter au maximum de se retrouver avec les non scoreurs tous en même temps sur le parquet comme c’est arrivé l’an passé. +Mieux mixé les forces des Cavs leur permettront aussi de mieux reposer LeBron in game et in fine d’être gagnant sur le cumul de fatigue de l’effectif.

3 – Les perspectives

Si tout va bien

LeBron prolonge sur un gros contrat longue durée pendant la saison (très peu probable) pour rassurer tout le monde et installer ainsi une ambiance de travail sereine et une cohésion de groupe autour de son leader naturel. L’absence d’Isaiah n’est pas trop conséquente et il revient bien dans le parcours pour le sprint final post All Star Game. Derrick Rose poursuit sur son rythme de l’année passée et le fait d’être en sortie de banc lui permet de rester loin des blessures. Osman est la bonne surprise de la saison. Wade retrouve ses jambes époque not 1, not 2,…

Si tout va mal

LeBron plombe sa dernière année et ne va pas en finale NBA, il claque la porte fin juin et va signer un contrat dans une gros marché style Lakers. Thomas revient très difficilement et trop tard pour être en forme. Il manque une partie des matchs en PO et rate la série décisive face aux Celtics, Kyrie marque le panier décisif du game 7. Derrick Rose se blesse après 3 matchs et est out pour le restant de la saison laissant les Cavs sans meneur le temps qu’Isaiah revienne. Osman est envoyé en Europe ou en D-league. Les Nets se classe très haut et leur pick devient obsolète. BOUM!!!

Pronostic : 1er à l’Est entre 54 et 59 victoires. En attendant le retour de Thomas, les Cavs semblent suffisamment forts pour dominer leur conférence.

Le parallèle avec le titre de la preview est tout trouvé. Un ongle incarné c’est pénible, ça empêche de se déplacer comme on le souhaite mais ça se soigne aussi très vite. Le départ de Kyrie Irving ne doit pas être vécu autrement. Oui au début il va manquer à la franchise mais elle réapprendra à jouer sans lui. Oncle Drew faisait des choses formidables mais il en faisait aussi de très mauvaises. Cleveland n’a pas perdu son meilleur joueur et surtout ne l’a pas échangé contre des boulons et si la sauce prend entre LeBron et Isaiah que beaucoup qualifiaient de meilleur meneur à l’Est une partie de la saison…Là ça va faire BOUM. Rajoutez à cela un Rose en quête de dollars et un Wade en mission pour son pote et on pourrait bien avoir un nouveau duel épique contre les gars en bleu et jaune.

 

L’avis de @CavsFRA

Quelles étaient vos attentes cet été ?

On voulait simplement améliorer l’équipe. Un vrai duo de meneur et enfin un back up à Lebron d’un autre niveau que Richard Jefferson. On peut dire que c’est chose faite avec les arrivées de Rose et Crowder.

Qu’attendez-vous pour la saison prochaine ?

On veut le titre tout simplement. Et enfin du jeu. Et sur ce point et seulement sur ce point le fait que Kyrie ne soit plus notre meneur (ce dont nous sommes tristes) va peut être nous aider à progresser.

Où pensez-vous vous situer dans votre conférence ?

Je nous vois au dessus des autres car tout simplement on a LeBron et qu’un Big 3 Horford – Kyrie – Hayward ne nous effraie pas. L’équipe est plus forte et complète que l’an passé, et on sera sûrement paré pour faire une grosse saison.