Nous vous avons déjà donné nos joueurs de la semaine – juste ici – pour chaque conférence, il est également l’heure de vous parler de nos tops et nos flops de cette dernière semaine NBA. Satisfactions, déceptions, cartons rouges, félicitations, 2ème édition de votre rendez-vous signé QI Basket.

Pour cette édition, nous jugerons sur la base de la dernière semaine de compétition. Il n’est pas question ici de tirer des conclusions hâtives, mais bien de commenter des performances ponctuelles. Nous jugeons ce qu’il s’est passé sur une période précise, en aucun cas nous ne faisons de pronostics!

Les Tops

Boston Celtics

Avec un bilan de 5 victoires pour 0 défaite, Boston reste sur une superbe série de 9 succès. Surtout, les celtics se sont offerts des équipes importantes de la NBA (Spurs, Kings, Thunder, Magic). Malgré l’absence de Gordon Hayward – il va malheureusement falloir s’y faire – le collectif vert tourne bien et si Kyrie n’est pas toujours brillant, il n’en reste pas moins le leader d’attaque de la franchise. A ses côtés, Al Horford et les jeunes éléments – Tatum, Brown – tiennent la baraque, bien aidés par les cols bleus que sont Baynes, Morris et Smart. Avec une raquette retrouvée, Boston détient même la quatrième meilleure moyenne collective au rebond sur la semaine (50,2), et la quatrième Defensive Rating de la NBA (96,9). Notons que ces stats ont baissé lors de la victoire face à Atlanta la nuit dernière.

Minnesota Timberwolves

Même bilan que Boston (4-0) et une surprenante 3ème place à l’Ouest, les Wolves démarrent bien leur saison et viennent de proposer une belle semaine. En faisant chuter Miami, New Orleans, Dallas et Charlotte, Minny a su profiter des faiblesses de ses adversaires pour prendre des victoires importantes. Si de gros progrès restent à faire au niveau collectif, Thibodeau peut se targuer de disposer de talents capables de faire la différence dans un match. KAT est monstrueux, Wiggins et Teague prennent le relais quand il le faut, et seul Butler semble encore un peu en dedans. Voir le verre à moitié vide – problèmes de cohésion, tendance à ne pas créer l’écart ou laisser l’adversaire revenir – ou à moitié plein – victoires et talents -, choisissez votre camp mais les Wolves gagnent, et c’est ce qui compte.

Golden State Warriors

Aucune défaite pour les Dubs cette semaine (4-0), une défense retrouvée, et deux monstres nommés Curry et Durant qui marchent sur la ligue offensivement. Les deux hommes et Draymond Green squattent d’ailleurs les 4 premières places en Offensive Rating. Défensivement, ce n’est pas moins bien pour les Warriors, d’où un +/- largement supérieur à celui des Rockets pourtant second dans la catégorie (21 pour 14). Golden State s’est retrouvé, la machine est lancée, leurs adversaires sont prévenus.

Sixers, Lakers, et Knicks !

Qu’il est insolite d’écrire ce titre à l’heure d’évoquer les tops de la semaine. Pourtant, avec 3 victoires chacun (et une défaite pour N.Y. et L.A.), il nous revient de mentionner ces mauvais élèves de la saison passée qui se sont surpassés ces derniers jours. Les Sixers, dans le sillage d’un Ben Simmons impressionnant et déjà auteur de son second triple-double, commencent à montrer de vrais progrès malgré l’absence de Markelle Fultz. De leurs côtés, les Lakers montrent du cœur et un collectif qui a envie de faire ses preuves. Ingram, Ball (malgré un scoring souvent désastreux), Lopez et cie font les efforts, et ça paye. Mention spéciale à Kyle Kuzma, qui performe depuis son intégration dans le cinq de départ, avec notamment deux double-double.

Mais surtout, ce sont les Knicks qui ont régalé cette semaine, dans la lignée de leur victoire sur les Cavs de LeBron James. Si Frank Ntilikina prend ses marques, c’est surtout Kristaps Porzingis qui impressionne la NBA, avec des performances ultra dominantes. 33,5 pts de moyenne sur la semaine, la place de second meilleur marqueur NBA sur la saison, voilà ce que donne le letton en pleine confiance et responsabilisé au sein des Knicks. Les joueurs autour apportent leur contribution, le Madison Square Garden reprend vie, et c’est tout New York qui se prend à rêver d’une belle saison de ses poulains.

Harden, Lillard et Beal

Tous auteurs d’une superbe semaine, ils ont contribué aux bonnes performances de leurs franchises en les menant à la victoire. Comment ne pas évoquer la performance historique de la Barbe, joueur de la semaine à l’Ouest et qui a inscrit 56 pts et 13 passes dans la victoire face au Jazz. Le tout à plus de 75% de réussite, seul Wilt Chamberlain a déjà réalisé une telle performance. A Portland, c’est Dame qui a porté les Blazers une nouvelle fois, avec un game winner sur les Lakers et un quatrième quart temps retentissant face au Thunder de Westbrook. Enfin, Bradley Beal a superbement mené les Wizards en l’absence de John Wall, avec une semaine à 38 pts de moyenne ! Mention pour le King LeBron James et ses 38,7 pions sur la semaine, mais dont le bilan, évoqué plus bas, ne parle pas pour lui.

Les Flops

Cleveland Cavaliers

Comment ne pas commencer par la franchise de l’Ohio. LeBron James a beau déclarer dans la presse qu’il est temps de redresser la barre, les Cavs en semblent bien incapables. Avec une nouvelle semaine en négatif (1-2, sans compter la défaite face aux Knicks dimanche dernier), Cleveland inquiète de plus en plus, tant par ses résultats que son fond de jeu inexistant. Tyronn Lue est dans une tempête – c’est un euphémisme – pour son manque flagrant de prise de décision, mais il n’est pas le seul à jeter au feu. Défensivement, les Cavs sont à la rue, avec Wade et Korver pour seuls joueurs à l’attitude décente. La blessure de Tristan Thompson est désastreuse pour Lue, qui n’a au moins plus à assumer son mauvais choix de décaler Love au poste 5, une place à laquelle il ne s’acclimate pas du tout. Bref, tout est à revoir à Cleveland, et l’on ne sait plus vraiment ce qui ne va pas. A moins que rien du tout n’aille droit dans l’Ohio.

Milwaukee Bucks et Memphis Grizzlies

Deux grosses satisfactions du début de saison qui ont vécu une semaine compliquée. OKC, Charlotte et Detroit ont défaits Milwaukee, où Giannis Antetokounmpo a clairement baissé de pied (23,7 pts sur la semaine). Les Bucks calent sévèrement, et ont montré des signes inquiétants en attaque face au Thunder et aux Pistons. De leur côté, les Grizzlies ont été défaits à 3 reprises pour une seule victoire (convaincante, face aux Clippers). Surtout, tous leurs adversaires leur ont passé plus de 100 points, la défense de Memphis étant pourtant bien en place depuis le début de saison. Mention tout de même à Dillion Brooks, le rookie des Grizzlies déjà bien intégré dans la rotation et l’esprit de la franchise.

Sacramento Kings et Dallas Mavericks

3 défaites, 0 victoire, une défense catastrophique (26ème Defensive), une attaque cataclysmique (30ème Offensive Rating – on rappelle qu’il y a 30 franchises en NBA). Voilà le bilan d’une semaine difficile pour Sacramento, qui détient également, et de loin, le moins bon +/- de la semaine (-18). Derrière, ce sont les Mavs (-13), eux aussi ridicules en ce début de saison. 4 défaites pour les coéquipiers de Dirk, aucune victoire bien sûr, et un fond de jeu absolument inexistant. Harrison Barnes est complètement seul en attaque, et on ne voit pas comment Dallas verra le bout du tunnel dans un futur proche. Attention au Magic et aux Clippers, qui restent sur deux défaites consécutives. Il ne faudrait pas gâcher de bons débuts de saison.

Denver Nuggets

Ce flop peut paraître sévère, Denver restant sur 2 victoires consécutives face à Toronto et Miami, avant de perdre à domicile contre des Warriors difficilement touchables. Mais ce qui dérange, c’est le manque de consistance proposé par les Nuggets. Milsapp n’est clairement pas encore à l’aise au sein du cinq, et l’impact de Jokic à ses côtés s’en ressent. Wilson Chandler, lui aussi en dedans, n’apporte pas à la hauteur de ses habitudes. Souvenons-nous qu’avant ces 2 victoires, Denver présentait un bilan négatif (3-5), loin des ambitions de la franchise. On demande à revoir le beau jeu des Nuggets, merci par avance.

On le rappelle, ces constats n’engagent en rien un quelconque pronostic ou des conclusions définitives. Et vous, quels sont vos tops et vos flops ? Rendez-vous pour la prochaine édition.