Après l’annonce de Zion Williamson, qui est devenu le troisième joueur du Top 3 de la promo 2018 à rejoindre Duke, le prospect le mieux classé à ne pas avoir encore annoncé sa future destination est l’arrière Romeo Langford (ESPN #5). Une chose est déjà sure, il ne rejoindra pas les Blue Devils, puisque sa liste s’est réduite à trois programmes : Kansas, Vanderbilt et Indiana.

La dernière possibilité est la plus intrigante, car en plus de rester dans son Etat d’origine, le joueur du lycée de New Albany a la possibilité d’aider à relancer un programme mythique, qui souffle le chaud et le froid depuis plusieurs années, et qui a déjà démarré sa transformation en changeant de head coach notamment.

Tom Crean a été débarqué dès la fin de saison 2016-2017 après 9 saisons à la tête du programme basket des Hoosiers (et s’est déjà reconverti en consultant tv sur ESPN, avec beaucoup de réussite), et a été remplacé par Archie Miller, en provenance de Dayton, le frère de Sean Miller, head coach d’Arizona. Avec les départs de joueurs clés comme James Blackmon, OG Anunoby ou encore Thomas Bryant, Miller doit relancer Indiana avec un effectif à reconstruire, et obtenir le commitment du meilleur prospect de l’Etat, et l’un des meilleurs du pays, permettrait de poser des bases très importantes pour la suite du développement du programme.

L’Indiana est un Etat complètement dingue de basket, et qui regorge de talents. Attirer les meilleurs jeunes à Bloomington est l’objectif de Miller. C’est une recette qui marche, en témoigne la réussite de programmes comme Michigan State ou Purdue, qui ont pris les devants de la conférence Big Ten cette saison. Il faut donc éviter la fuite des talents, comme ce fût récemment le cas avec Kyle Guy (Virginia), Trevon Bluiett (Xavier) ou encore Kris Wilkes (UCLA).

Dans un Etat plein de grosses équipes universitaires, comme Purdue, Butler ou encore Notre Dame, Indiana a probablement le programme le plus influent, avec notamment des fans déchainés qui n’hésitent pas à se rendre dans les travées d’un gymnase de New Albany, à deux heures de Bloomington, pour chanter « IU, IU ! » quand le jeune Romeo Langford bat le record du lycée et inscrit 63 points dans une large victoire de son équipe contre Jennings County, 102 à 52, ou quand, quelques jours avant, il en plante 36 dans une victoire à l’arrachée contre la Princeton High School de Cincinnati, devant les habituels 4 000 spectateurs et bien d’autres encore devant leur poste sur ESPNU. Car Langford est déjà une star, il répond à la télé avant le match, puis aux fans à la fin, avec des longues séances d’autographes et autres prises de selfies, assis sur sa chaise rouge, devant une table blanche, dans un couloir où la file d’attente est déjà longue, composée de jeunes et de plus vieux, tous là pour rencontrer la nouvelle idole locale.

Un tel succès peut très vite dépasser un jeune de 18 ans seulement, mais Romeo Langford garde son calme, à l’image de son attitude sur le terrain, impassible, presque vide d’émotions en apparence. Un comportement pas anodin, un vrai contrôle de ses émotions enseigné en grande partie par son père, exaspéré de voir son fils Romeo soupirer à chaque tir raté, ou s’en prendre aux arbitres quand il perdait un ballon, lorsque tout jeune, il commençait à jouer au basket. Cette impassibilité sert aussi de carapace sur le terrain, car le go-to-guy est toujours le premier ciblé par l’adversaire, et avec près de 34 points, 9 rebonds et 4 passes de moyenne, Langford est clairement le pilier de son équipe.

Il en est aussi le leader, car malgré son tempérament, il sait motiver ses coéquipiers en communiquant, et en montrant l’exemple. Pas besoin de faire rugir son for intérieur, comme le voulait un assistant de Kentucky – les Wildcats sont maintenant hors-course dans son recrutement – Langford est lui même, et cela marche très bien comme ça.

Si l’on est forcément impatients de connaître son choix, le joueur préfère lui se donner le temps, et se concentrer sur des échéances à court terme, comme gagner le championnat d’Etat, un titre que New Albany a remporté il y a deux ans, avant d’échouer de peu la saison dernière. Romeo Langford, qui va terminer dans les 5 meilleurs scoreurs de l’histoire de l’Indiana au lycée, veut donc remporter ce dernier titre pour boucler une brillante carrière lycéenne, avant de partir, pour pas plus d’un an certainement, à l’université.