Du jeudi 25 au dimanche 28 avril, la NBA était sur Paris pour son désormais habituel NBA Crossover, événement mélangeant culture NBA, Street art, pop culture et musique. Les précédentes éditions avaient mobilisé les fans, notamment celles de 2018 avec Gary Payton, puis Richard « Rip » Hamilton en invités de marque. Ce rendez-vous est aussi l’occasion pour les fans de la NBA et les membres de notre communauté de se retrouver, autour d’un verre ou d’un ballon. C’est enfin l’opportunité de rencontrer les représentants de la NBA en France et les youtubeurs préférés des fans. Ce NBA Crossover n’a pas fait exception en terme de succès, et QIbasket était bien évidemment présent pour accueillir l’invité spécial du weekend end : John Collins, le sophomore des Hawks d’Atlanta.

Interview

Tancrède Adnot (QiBasket) : Bonjour à toi John et merci de venir à Paris ! L’an passé tu as participé au Slam Dunk Contest durant le All Star Game. Est-ce que tu as suffisamment apprécié y prendre part au point de considérer d’y participer une nouvelle fois l’an prochain ?  

John Collins (Atlanta Hawks) : « Still up in the air » (Comprenez « c’est encore incertain »), je n’ai pas encore décidé si je voulais le refaire l’an prochain. La décision se fera probablement en fonction de comment se passe la saison pour moi. C’est encore au stade du « peut-être », il n’y a pas de oui ou de non, mais je reste ouvert à l’idée.

TA : Au début du NBA Crossover tu nous avais évoqué des aspects de ton jeu que tu souhaitais développer, et des objectifs que tu souhaitais te fixer : être All Star et ramener les Hawks dans la course aux playoffs etc. Et Team USA ? : 

JC : Oui, ça me vient à l’esprit en permanence de rejoindre Team USA, porter le « Red White Blue » et jouer pour une médaille d’or. C’est une chose qui tient de l’honneur, de voir ces joueurs qui ont su atteindre ce niveau supérieur et arrivent jusqu’à l’équipe nationale. Que j’en sois, me donnerai l’idée que, je n’ai pas « tout réussi », mais que j’aurais su atteindre un certain niveau de l’élite de la NBA. Mon coach à Atlanta (Lloyd Pierce) est d’ailleurs membre du staff de Team USA désormais. On ne peut pas imaginer une meilleure histoire pour lui, d’intégrer le groupe et construire l’équipe. J’en ai parlé avec lui, c’est énorme, bravo à lui, on en à même discuté avant qu’il soit annoncé, je suis heureux qu’il puisse vivre cette expérience.

TA : Tu nous assure que les Hawks vont être meilleurs l’an prochain. Mais d’autres équipe sont également sur le chemin du progrès. Nous savons que l’Est à aujourd’hui son « Top 4 » avec les Bucks, les Celtics, les Sixers et les Raptors. Il va donc probablement avoir une grosse course pour les 4 places restantes à attraper l’an prochain. Quelles équipes peuvent être les principaux rivaux dans cette course l’an prochain ? Les Nets, les Hornets, les Pacers…

JC : C’est sûr [que nous serons meilleurs]. Les Pacers, Brooklyn, Miami…j’ai le sentiment que ces équipes, selon ce qu’elles vont faire, vont être là pour se battre pour les playoffs l’une contre l’autre. On sait que tout le monde a cette ambition, de faire un pas en plus vers l’avant. On les joue quatre fois par an, donc l’intensité entre ces équipes est toujours présente. Mais je vois vraiment les Nets faire de grosses avancées l’an prochain. C’est une équipe à surveiller.

TA : Une question un peu plus « sympa » : on t’as vu te promener dans Paris, tu nous as dit que tu aimais la ville, son histoire, son identité, donc maintenant, tu connais plus son image. Alors imaginons : « What if ?« , la NBA décide de créer une franchise sur Paris, quel nom lui donnerais-tu ? 

JC : Ah c’est difficile, c’est vrai qu’en France vous n’avez que le nom de la ville alors que nous ajoutons un surnom. Mais bonne question, pas mal, je vais y réfléchir. (Quelques minutes plus tard, il revient). Ok, si je devais donner un nom à une franchise parisienne de la NBA, considérant l’histoire, la culture, je proposerais les « Paris Revolutions« .

TA : Oui on a eu la même idée avec Hawks France (rires) ! Merci à toi !

(Traduction de l’anglais par Tancrède Adnot, sur la base des enregistrements vidéos) 

Pourquoi venir au NBA Crossover ? 

Rencontrer des fans, voir des superbes maillots, survêtements, parler avec ses youtubeurs favoris (TrashTalk ou First Team), prendre une photo avec un joueur NBA, ou bien entendu rencontrer l’équipe de QIBasket (bon, on aura essayé), avouez que tout amateur de basket se retrouverait gâté ! Mais le NBA crossover c’est aussi une introduction à l’art développé autour de la NBA, ainsi, les dessins de l’artiste Ptitecao ont suscité l’admiration des visiteurs, et de notre hôte américain ! Vous pouvez d’ailleurs retrouver son portrait dédicacé sur sa page twitter.

D’autres artistes se sont distingué sur place, comme les représentations des logos des équipes de la NBA au travers de ficelles colorées, sur des plaques, fait par le dénommé Irwin ! Un travail minutieux qui attire l’œil des visiteurs dès l’entrée dans le bâtiment.

Les artistes étaient aussi là où on ne les attendait pas : sur votre front ! En effet, il était possible de venir avec sa casquette New Era ou autre, pour demander une personnalisation cousue main ! On a vu quelques jolis exemplaires, notamment avec les casquettes des Hawks. Le résultat ? Une casquette rien que pour vous et unique en son genre, sympa !

Le volet artiste musical n’était pas en reste puisque plusieurs discussions ont eu lieu sur le rôle que joue la musique actuelle dans la culture de la NBA. Sur ce point, ce sont nos amis de First Team qui ont animé le débat.

Mais si vous n’êtes pas très « arts », vous pouvez aussi vous la jouer « 2k » en mode create my player et vous donner un style capillaire digne d’un joueur NBA, avant de  prendre la manette et vous mesurer sur 2k19 avec les autres ! Enfin, si vous n’êtes pas très joueurs virtuel, vous pouvez toujours jouer aux pronostics et faire votre bracket pour les playoffs.

A ce propos, oui, c’était bien moi le mystérieux personnage qui a remplacé l’étiquette Warriors par celle des Blazers pour les Finals NBA, la communauté des fans de Portland appréciera !

Enfin, l’événement vous permettra de poser auprès du Trophée Larry O’Brien, de vous poser dans un mini-cinéma pour vous refaire les highlights de la saison, ou encore montrer vos aptitudes au shoot.

La NBA commence petit à petit à se montrer aux yeux des fans français, et ces événements Crossover contribuent fortement au renforcement des liens dans notre communauté, mais aussi entre la ligue et la communauté justement. Les NBA Crossover ont vocation à se développer, à revenir, mais plus important, il est fort à parier que ces événements auront un jour vocation à se décentraliser de Paris et se rapprocher encore plus de vous ! En attendant, les fans sont appeler à continuer à se manifester et à se mettre en valeur, à se regrouper, car la ligue n’est pas indifférente à la fanbase française, en particulier au travers des responsables des comptes français de fans des franchises sur twitter, avec qui nous avons pu discuter pendant des heures et dont les followers se comptent par dizaines de milliers. Dans l’optique du match entre les Bucks et les Hornets en janvier 2020, il faudra s’attendre à quelques surprises, mais aussi à quelques innovations ! Patience donc, et continuons de créer des liens.