On parle souvent d’opposition de styles entre le basket européen et celui de la NBA. Pourtant la grande ligue se penche régulièrement au-dessus du berceau du vieux continent pour voir si un/une nourrisson n’a pas l’étoffe d’un champion. Pour ce faire elle organise des camps d’entraînements pour détecter, mais aussi surtout pour permettre à ceux et celles qui aiment le basket de se frotter à des méthodes poussées, afin qu’ils ou elles puissent tester une partie de leur potentiel.

Tout ce beau monde s’était donc donné rendez-vous à Bologne pour une sélection en vue des championnats du monde junior NBA.

Dans cet article nous suivrons de plus près Romain Marques, 14 ans, joueur en provenance de Saint-Vallier Basket Drôme mais aussi Jaya Michel, 14 ans, joueuse à MLB et enfin le coach Baptiste Anelli, professeur d’EPS, coach UNSS à Paris et du club de la Dorémy Basket 13.

Tous s’accordent pour dire que le plus le important à leurs yeux a été la rencontre avec des joueurs, joueuses, coachs venus de toute l’Europe. On peut aisément se rendre compte de la richesse que représente une telle opportunité puisqu’on repart de ce stage avec un gros bagage tant sur le plan humain, que d’un point de vue basket. Ceux qui ont pratiqués ce sport le savent, les méthodes d’un club à un autre peuvent parfois énormément varier alors imaginez lorsque vous pouvez observer les méthodes d’entraînements de 23 autres pays… Même les joueurs dans les choses les plus simples ont appris comme le dit Romain « J’ai appris surtout les étirements, qui ne sont pas pareils que dans mon pays. Je les ferai découvrir à mon équipe et à mon pays« . Le soucis du détail.

D’autre part, tous font aussi état du caractère exceptionnel de l’événement. Que ce soit en terme de qualité de l’organisation mais pas seulement « les interventions sont d’une qualité rare, on nous pousse vers l’excellence, et l’ambiance est génialissime. On progresse tous les jours, les enfants progressent dans leur jeu, et nous aussi dans notre manière de percevoir le basket, et même de le transmettre. Et ça c’est très important pour nous » comme le résume assez bien coach Anelli. Les joueurs eux sont plus pragmatiques dans leurs approches et insistent sur l’importance de tout donner et d’arriver en étant prêt à se défoncer. Tout simplement parce qu’on parle bien ici d’une chance qui ne se représentera peut-être pas.

Alors faire un stage et une sélection c’est cool mais quel est le but de tout ça ? Représenter la France dans l’équipe Europe à Orlando lors des seconds championnats du monde junior NBA qui se dérouleront au ESPN Wide World of Sports du 6 au 11 août prochain.

Cerise sur le gâteau, Boris Diaw et Cynthia Cooper sont venus rendre visite aux stagiaires et pour Jaya, c’est évidemment la quadruple championne et double MVP WNBA qui a inspiré la jeune joueuse.

La NBA continue ainsi de prendre soin de ses jeunes basketteurs et basketteuses, en transmettant via ses camps les valeurs du jeu, telles que l’esprit d’équipe, le respect, la détermination, le vivre-ensemble et sur cette saison c’est 51 millions de jeunes dans 75 pays qui, via différentes actions, ont pu rêver plus grand de la plus grande ligue