Après avoir décerné les lauriers à LeBron James et Kevin Durant le mois dernier, les joueurs du mois sont de retour pour l’année 2018 avec les premières récompenses de l’année. Si le mois de Janvier couronne les rois le temps de quelques galettes, en NBA, on couronne les All-Stars, le temps d’une soirée où les capitaines choisissent leurs camarades pour le match des étoiles. Et si « capitaine » ne signifie pas être sacré joueur du mois par notre rédaction, être All-Star est un pré-requis évident.

Chaque semaine, la rédaction de QIBasket place les projecteurs en face des meilleurs joueurs hebdomadaires. Rebelote donc chaque mois où on récompense les bulldozers qui écrase la ligue pendant trente jours. Ce mois-ci, les honneurs iront au Nord et en Californie.

Joueur du mois de la Conférence Est

DeMar DeRozan – Toronto Raptors (10W – 5L)

25,3 points, 3,7 rebonds, 5,9 passes, 1.1 interception, 0.3 contre, à 44,7% au tir, 33,3% à trois points, 84.6% aux lancers.

 

Dans une conférence Est où les gros joueurs ont du mal à se démarquer, il y en a tout de même un qui arrive à sortir du lot. Pendant que LeBron James galère avec les Cavaliers et son infirmerie aussi chargée que J.R Smith un samedi soir, que Kyrie Irving et ses Celtics enquillent quelques défaites et que Giannis Antetokounmpo voit son amour de coach partir loin de lui, DeMar DeRozan et ses Raptors ont fait le taf, discrètement, pour remonter dans le classement de la Conférence Est. Malgré quelques défaites, l’essentiel du boulot a été fait avec 10 victoires sur les quinze rencontres de la franchise canadienne, soit le meilleur bilan du mois pour une équipe à l’Est, à égalité avec les Pacers et le Heat. Déjà, on peut checker le bilan collectif, néanmoins sur le plan individuel, DeMar DeRozan montre de belles choses, à l’instar de son premier match de l’année 2018 contre Milwaukee au Air Canada Center, où l’arrière all-star aligne 52 points (record en carrière), 8 rebonds et 5 passes dans une victoire importante contre un candidat aux playoffs, une performance hallucinante histoire de bien commencer la nouvelle année. Au cours du mois, la pression au scoring ne cessera pas à tel point que DeMar DeRozan se classe septième meilleur marqueur de la ligue sur le premier mois de l’année, derrière Giannis Antetokounmpo, le seul représentant de la Conférence Est. Et avec des performances à 35 points dans les victoires à Chicago et à Brooklyn, ainsi que la performance à 42 points contre Golden State, malgré la défaite, on peut dire que le mois du joueur de Compton, en Californie, est solide.

DeMar DeRozan montre qu’il sait mener une équipe en saison régulière, et ça chaque année. En plus de cela, il s’améliore, comme on l’avait dit quand il avait été élu par la rédaction joueur de la semaine, en début d’année, sur son shoot à trois points, où il n’hésite plus à tirer de cette distance et à corriger les adversaires ne le défendant pas d’assez près, tout en excellant à mi-distance. Logique donc, de retrouver DeRozan titulaire au All-Star Game, où il honorera sa troisième sélection parmi la team Curry. Bref, si Toronto se retrouve désormais deuxième de la Conférence Est à cinq matchs d’avance sur les Cavaliers, c’est en grande partie grâce à l’arrière des Raptors qui, pour l’année 2018, a déjà sorti les crocs.

Mentions honorables:

  • Giannis Antetokounmpo, mois plus que correcte pour le grec, mais avec un moins bon bilan et plus de bordel au sein de la franchise avec le départ de Jason Kidd. Wait and see.
  • Joël Embiid, mois de All-Star pour le pivot camerounais, un poster mémorable sur Westbrook et un râteau envoyé à Rihanna. Le mois solide par définition quoi.
  • Kyrie Irving, statistiquement ça va. Au niveau du classement, ça va. Néanmoins, Boston a essuyé pas mal de défaites en ce mois de Janvier.
  • Victor Oladipo, 14 matchs joués, dix victoires, et à 21 points de moyenne chaque soir, plutôt honnête.

 

Joueur du mois de la Conférence Ouest

Stephen Curry – Golden State Warriors (10W – 2L)

29.5 points, 5.1 rebonds, 6.7 passes, 1.5 interception, à 51.4% au tir, 46.3% à trois points, 87.7% aux lancers.

 

Alors le mec se blesse et revient en toute fin d’année 2017, claque un match à 38 points en 25 minutes contre Memphis histoire de bien passer le réveillon du nouvel an 2018 puis se promène pendant un mois sur les parquets NBA, ne perdant que deux petits matchs, tout en infligeant quasiment 30 pointes, 5 rebonds et 7 passes par soir, à des pourcentages aux tirs totalement indécent. C’est à se demander si le basket-ball n’est pas trop facile pour Stephen Curry, notre joueur du mois. Pourtant, la concurrence était bien rude dans la conférence Ouest, dans un mois où des performances inédites ont pu être délivrées, comme ont pu le faire DeMarcus Cousins, James Harden et Russell Westbrook. Cependant le cas de Curry est mis en avant car, d’une part il dispose du meilleur bilan du mois de Janvier, mais en plus de cela c’est régulier, constant. Concrètement, mis à part la débâcle contre Utah où le double MVP ne marqua que 14 points, ainsi que la rencontre contre Houston le 20 janvier, où il finira à 19 points, Stephen Curry ne finira jamais en dessous de la barre des 23 points. Encore mieux : sur les 12 matchs joués, il en finit la moitié à plus de 30 points, dont une pointe à 49 points dans un duel tonitruant contre Kyrie Irving, où les champions en titre sont parvenus à l’emporter. Il n’y a évidemment pas que ça: nous pouvons citer les 32 points contre Denver ou encore les 30 points contre Chicago, ainsi que les victoires contre Houston, Cleveland et Minnesota, où Stephen Curry aura excellé. Mine de rien, ce n’était pas le mois le plus simple pour Golden State avec une double confrontation contre les Rockets, et des affrontements contre les cadors de l’Est, mais au final, le bilan est excellent et permet à Golden State de rester leaders de la Conférence Ouest, juste devant les Rockets, eux aussi auteur d’un excellent mois. Le mois de Curry est néanmoins excellent et le replace même, plus ou moins, dans la course au MVP. Dans tous les cas, et comme toujours, rendez-vous en Avril pour les Warriors, qui semblent ces temps-ci inarrêtables…

Mentions honorables:

  • James Harden, triple-double en 60-10-11, 2ème place de la Conférence Ouest. Validé.
  • Russell Westbrook, toujours aussi bondissant. Toujours aussi surpuissant, enfin pas selon Gary Harris.
  • DeMarcus Cousins, des prières sont faites à chaque instant pour qu’on puisse le revoir au top de sa forme, et c’est normal.
  • Anthony Davis, le copain à Boogie se sent un peu seul dans la raquette des Pelicans ces temps-ci, mais durant le mois de Janvier, c’était caviar. Demandez aux Celtics et aux Knicks tiens.
  • Damian Lillard, dés le retour de blessure en début de mois, c’est 20 points tous les soirs sur n’importe qui. En prime, le petit billet pour Los Angeles en Février, ça fait toujours plaisir.

 

La rédaction a tranché et c’est DeMar DeRozan et Stephen Curry nos joueurs du mois de Janvier 2018. Et vous? Êtes-vous d’accord avec ce choix? N’hésitez pas à réagir sur les réseaux sociaux et d’en débattre. Quant à nous, nous gardons toujours un œil sur la NBA et plus particulièrement sur nos joueurs du mois. Pour les Raptors de DeRozan, l’objectif est simple: maintenir sa place dans le top 2 de l’Est, voire essayer d’aller chercher les Celtics devant eux, à deux matchs. Ils en auront l’occasion dés mercredi 7 avec une confrontation contre Boston, mais le mois de Février sera aussi un mois avec d’autres affrontements contre d’autres cadors de la Conférence Est comme Milwaukee, Miami ou encore les Pistons de Blake Griffin, fraîchement transféré à Motown. En ce qui concerne les Warriors, quasiment tout le monde est au programme, que ce soit San Antonio ou encore les Knicks au Madison Square Garden. Néanmoins l’adversaire principal des Dubs en ce mois dé Février sera le Thunder de Russell Westbrook, de quoi nous donner des avants-goûts de Playoffs?