Nous y sommes, le gong de l’évènement a sonné. Cette dernière soirée a commencé pied au plancher, avant de ralentir brutalement… et il convient désormais de voir ce que nous pouvons apprendre de clle-ci. Si les animateurs ont été nombreux, un nombre réduit se sont vraiment décidés à modifier les choses de fond en comble. Si vous souhaitez un résumé de tous les mouvements, vous les trouverez ici. En revanche, si vous souhaitez aller plus loin sur ces échanges… c’est juste en dessous.

Les Cavaliers rajeunissent

Rien n’allait à Cleveland ! La franchise enchaînait les défaites. L’ambiance était délétère et les déclarations tapageuses des anciens Celtics (Isaiah Thomas et Jae Crowder), laissaient sous entendre une cassure peut être irrémédiable. Le meneur de poche en difficulté avec son corps ne pouvait cacher sa frustration, reportant souvent cette dernière sur ses coéquipiers. Collectivement, la défense était aux abois, le groupe peut être trop âgé et pas assez athlétique. Bref, on s’interrogeait sur la direction de l’équipe. Finalement, elle décide de faire complètement peau neuve à mi-saison. Un choix qui se veut radical dans l’optique de conserver LeBron cet été, et de tenter de retrouver les finales NBA.

En effet, les Cavaliers ont commencé la soirée envoyant Isaiah Thomas et Channing Frye aux Lakers en échange de Jordan Clarkson et Larry Nance Jr. Ce premier mouvement est choc, tant le statut d’IT était celui d’une star NBA avant son retour de blessure. Malheureusement, la patience n’est pas vertu en Ohio ces dernières années. Jusque là, on pouvait être perplexe sur les ambitions de l’équipe. Sauf que la franchise avait du pain sur la planche.

Elle enchaîne en envoyant Derrick Rose et Jae Crowder au Jazz, mais également Iman Schumpert aux Kings. Dans la manœuvre, la franchise récupère Rodney Hood et George Hill. Deux joueurs qui peuvent rendre d’honorables services, des deux côtés du terrain.

Enfin, la franchise laisse partir Dwyane Wade contre un 2nd TDD protégé, en le renvoyant au Heat. Une manière donc de laisser le vétéran retrouver de la sérénité, mais également de faire une place supplémentaire dans le roster.

On aurait effectivement pu voir le fait de laisser partir Thomas, ou autre Crowder comme des aveux de faiblesse, comme un abandon de la franchise. L’arrivée de Hill, à elle seule, prouve l’inverse selon moi. Ajouter Hood ou encore Clarkson, prouve que la franchise n’hésite pas à ajouter des contrats qui pèsent sur son cap. Les Cavaliers ont cherché à ajouter des qualités athlétiques pour augmenter sa densité athlétique et redevenir un rempart acceptable. L’objectif semble être de construire une équipe susceptible de batailler aux côtés du tandem James – Love, dans l’esprit des finales 2015. On voit également que l’équipe s’est construit un déficit de 2 contrats, probablement dans le but de combler un poste de meneur partagé par les seuls George Hill et José Caldéron. La franchise pourra ensuite tenter de récupérer un joueur coupé suite à la trade deadline pour combler un manque. Peut être à l’intérieur.

Cleveland a jeté ses dernières forces dans la bataille… Espérons que quelque chose se créé. Et vite.

Les Lakers fourbissent leurs armes

Los Angeles aussi a fait un mouvement qui peut leurrer certaines personnes. Récupérer Isaiah Thomas et Channing Frye, en laissant partir 2 jeunes joueurs ? Pour une équipe qui reconstruit ? Oui.

Commençons par expliquer ces départs et arrivées. En ce qui concerne Clarkson, le joueur n’était pas en odeur de sainteté depuis un petit moment déjà. Bien qu’auréolé d’un contrat, il n’en restait pas moins un poids pour la défense de LA. En outre, son profil n’est pas une denrée trop rare. Le fait est que la franchise le payait 12,5M par an, et que cela n’entrait pas dans ses plans actuels. En ce qui concerne Larry Nance Jr, il sera probablement regretté par les fans. Pas cher, spectaculaire, il est toutefois âgé pour un joueur en contrat rookie, et fait face à des potentiels plus intéressants (Kyle Kuzma, Julius Randle). Pas indispensable, il compense le prix de Jordan Clarkson dans l’échange.

La franchise, en retour, reçoit Isaiah Thomas en convalescence, et Channing Frye. Le premier va chercher un contrat maximum cet été, étant donné que le sien expire. Il est sur le même poste que Lonzo Ball, mais il ne faut pas se leurrer, il sera pas conservé… Sauf s’il revenait à son meilleur niveau d’ici la fin de l’année, et que le prolonger pourrait attirer un autre agent libre. Mais nous y reviendrons après. Concernant Channing Frye, c’est un autre contrat expirant, qui offre encore plus de cap aux Lakers.

Alors pourquoi ? Pour commencer, comme je l’explique dans cet article, il faut comprendre que les franchises NBA ont rarement eu si peu de marge financière. Or, la free agency 2018 s’annonce pléthorique en terme d’agents libres disponibles. Et, coup de chance, les Lakers étaient l’équipe qui arrivait avec le plus de cap space cet été (35M !). En faisant le choix de de laisser partir Clarkson & Nance Jr pour 2 contrats expirants, la franchise pourpre et or s’est mis en position d’offrir quasiment 2 contrats maximum à des agents libres. Elle possède virtuellement 48M pour l’été.

Si le doute subsistait donc, les Lakers ont décidé de tenter le tout pour le tout cet été, et de profiter des difficultés financières de leurs concurrents pour tenter de monter un projet éclair. On sait que Paul George est la cible principale de Magic Johnson, et il aurait, en le signant, de quoi rajouter d’autres pièces… Et éventuellement de finir son été en prolongeant Julius Randle, pour faire exploser son salary cap !

 

Les autres équipes

Dans cette dernière partie, nous allons rapidement aborder les trades importants de cette dernière soirée. Les échanges mineurs, seront mis de côté.

Ces franchises qui voulaient économiser…

Les Kings voulaient se débarrasser du contrat de George Hill, c’est chose faite ! Ils récupèrent un joueur expirant et Iman Shumpert qui pourrait tester le marché. Ne jouant rien à court terme, pas trop de soucis.

Le Jazz a vu Donovan Mitchell émerger. Le contrat de Rodney Hood était donc pesant. Derrick Rose devrait partir, tandis que Crowder est une très bonne affaire, lorsqu’il est bien coaché.

Les Knicks récupèrent Emmanuel Mudiay, en évacuant Doug Mcdermott. La franchise est en chute libre, et la blessure de Porzingis a confirmé le phénomène. Sportivement, la franchise est perdante, mais l’ailier étant en fin de contrat, elle s’évite de le prolonger et prépare une rivalité entre 2 jeunes joueurs pour le poste de meneur.

Ces franchises qui voulaient s’améliorer…

Les Nuggets n’ont pas réussi à expédier Kenneth Faried, mais trouve avec Devin Harris une solution pour assurer l’intérim à la mène et décharger Will Barton de cette tâche « par défaut ». Elle économise également quelques deniers pour cet été, dans l’optique de prolonger Nikola Jokic.

Les Suns récupèrent Elfrid Payton contre un 2nd TDD. Certes le meneur n’est pas très actuel (pas de shoot longue distance), mais elle comble son vide à la mène, et trouve quelqu’un qui peut tenir le poste face à de véritables titulaires le temps de savoir où elle en sera l’année prochaine.

Les économies de Portland…

Exit Noah Vonleh ! Le joueur était utilisé, mais son évacuation évite la luxury tax au propriétaire, qui doit bien se rendre compte que la payer pour une équipe à lutte pour les Playoffs est un petit peu contre-productif. Il débarque aux Bulls, qui accumulent les intérieurs.