Pour la draft 2018, QIBasket sort les grands moyens ! Chaque jour, un choix de la future draft vous sera présenté avec une présentation de l’équipe, le choix le plus adéquat selon nous, et les autres possibilités envisageables. Et cela pour le maximum de choix possibles, tout dépendra de ma cadence d’écriture et de ma motivation mais je m’y donne à fond, croyez moi.

Rappel nécessaire : évidemment, la sélection définitive qui aura lieu le 22 juin 2018 sera forcément différente de cette mock draft made in QiBasket, pour la simple et bonne raison que nous n’avons pas encore accès aux cerveaux des différents dirigeants NBA. Cette simulation de draft est avant tout écrite afin de vous apporter des informations sur les prospects de cette cuvée 2018. De plus, beaucoup d’éléments sont susceptibles de modifier la côte des joueurs, on pense notamment aux workouts, auxquels, petits fans NBA lambda, avons du mal à avoir accès. Sur ce, je vous souhaite une bonne lecture !


L’heure du bilan

Mesdames et messieurs, je suis heureux de vous présenter les grands perdants de la loterie, les Grizzlies. Et ce alors que Memphis nous a offert une saison dramatique, l’une des pires de leur existence à n’en pas douter. Les espoirs étaient pourtant grands à l’aube de la régulière avec une équipe basée autour du duo Conley-Gasol. Les départs de Z-Bo et Allen marquaient une fin de cycle et David Fizdale devait continuer à mettre en place sa philosophie de jeu après une première saison prometteuse conclue par une élimination au premier tour de playoffs.

Pourtant la saison a vite tourné au cauchemar : après seulement douze petits matchs Mike Conley se blesse pour le reste de la saison. Dommage, sur ces douze matchs les Grizzlies affichaient un bilan de 7 victoires pour 5 défaites. Sans cette blessure, Memphis n’aurait clairement pas vécu une saison pareille. La blessure de Conley aura par ailleurs permis la renaissance de Tyreke Evans, qui finit la saison à plus de 19 points par match, chose qui n’était pas arrivée depuis sa saison rookie, le tout accompagné d’un peu plus de 5 rebonds et 5 passes et presque 40% à 3 pts.

Outre la saison correcte de Marc Gasol et l’explosion d’Evans, les satisfactions sont peu nombreuses à Memphis cette année, il y a bien la saison pleine de promesse de Dillon Brooks mais à part ça c’est le néant. Entre le pari Ben McLemore totalement raté, les 24 joueurs utilisés pendant la saison, le licenciement de Fizdale, la saison des Grizzlies fut un cauchemar. Ce cauchemar devait leur permettre d’obtenir un des deux premiers choix, mais le karma a frappé et les Grizzlies ne choisiront qu’en quatrième positions le 21 juin prochain.

Le choix de QiBasket : Jaren Jackson Jr

18 ans – 2m11 – 109kg
Ailier Fort/Pivot – Michigan State Spartans (Freshman)
21.8 min, 10.9 pts, 51.3% FG, 39.6% 3P, 79.7% FT, 5.8 reb, 1.1 ast, 0.6 stl, 3.0 blk, 1.8 to

Le choix risque d’être cornélien pour les Grizzlies, faut-il combler le vide au poste 3 en choisissant Michael Porter Jr ? Faut-il plutôt se tourner vers un futur pivot ultra technique offensivement comme Marvin Bagley ? Ou alors opter pour un joueur qui a la culture de la défense tout en ayant un potentiel offensif intéressant ? La dernière option semble la plus probable et la plus adapté à l’identité de la franchise. Jaren Jackson Jr est un des prospects les plus bruts dans cette draft avec Bamba, Robinson et Simmons.

Evidemment, Triple J est un risque à cette hauteur de la draft et étant donné ce qu’il a pour l’instant démontré, mais son potentiel est sans limite, notamment en défense. Son niveau en la matière est son principal atout, il est déjà un excellent défenseur, complet et intelligent avec des mensurations physiques parfaites. Sa défense sur l’homme est déjà bonne, il possède de bons appuis et son positionnement du corps est idéal. En plus de cela, il se déplace rapidement latéralement et fait preuve d’une mobilité impressionnante. C’est la raison pour laquelle il est très difficile pour un joueur de le contourner en un-contre-un. Toutes ces qualités lui permettent d’être déjà un solide défenseur sur pick and roll, et il est capable de switcher sur n’importe quel meneur ou arrière et de le contenir.

En outre, Jaren Jackson a le potentiel pour devenir un rim protector redoutable à long terme. Tout d’abord, c’est un contreur exceptionnel et devrait dans quelques années être un des meilleurs de la Grande Ligue. Son envergure, son agilité et son intelligence en font un joueur redoutable dans ce secteur-là du jeu. Il y a des matchs cette saison lors desquels c’était tout simplement la block party à MSU. Ce qui est impressionnant c’est qu’il est même capable de contrer des tirs à mi-distance, voire à 3 pts. Son énorme envergure est une arme redoutable pour contester les tirs adverses.  En plus de cela, il est rapide et mobile pour s’interposer rapidement entre le joueur adverse et le panier. S’il gagne en force dans le bas du corps mais aussi dans en haut, il sera enfin tout aussi capable de résister aux intérieurs plus physiques : au poste bas, il s’est fait en effet enfoncer par les intérieurs adverses à de trop grandes reprises. Il sera encore plus en difficulté en NBA, d’où la nécessité de gagner en force pour atteindre son niveau maximum. C’est pourquoi il devrait d’abord évoluer au poste 4 en NBA pour défendre avant tout au large et au fur et à mesure de sa carrière dans la raquette pour ensuite occuper un poste 5, qui correspond plus à son rôle en NBA à long terme.

Jackson est un défenseur complet et extrêmement intelligent. Sa lucidité défensive est impressionnante pour son âge, il lit bien la défense collective et se déplace bien sur le terrain en défense. L’ailier fort des Spartans effectue des aides défensives qui sont la plupart du temps décisives et ne pénalisent pas son équipe en laissant, par exemple, son vis-à-vis ouvert et seul.

La clé pour lui afin de devenir un défenseur d’élite est donc de travailler sur son physique et de gagner en musculature, ainsi que faire attention à ne pas être gêné par des problèmes de faute et s’améliorer au rebond. C’est un domaine dans lequel il est encore très moyen malgré ses qualités physiques. Son début de saison était inquiétant mais il a su progresser au fil de la saison.

Concernant son niveau en attaque, Jackson reste un diamant à polir. Sa mécanique de shoot est bonne malgré un temps de mise en place assez long. Il relâche le ballon rapidement et s’est montré très efficace cette saison à 3 pts (39.9%). Il ne devrait pas avoir de mal à s’adapter à la distance NBA, cette saison il a shooté à 26/58, soit 45% de réussite sur les tirs NBAesques. Rajoutez à cela des déplacements sans ballon intelligents, Jackson représente une arme redoutable sur pick and pop. Il a tout pour devenir encore meilleur, il est bon shooteur, bon poseur d’écran mais surtout, il lit bien le jeu et se déplace parfaitement sans ballon. De plus, sa sélection de tirs est très correcte, d’où son pourcentage de réussite très bon.

Néanmoins, la quasi-totalité de ses shoots réussis à 3 pts l’ont été à la suite d’une passe, 97% exactement des ses shoots furent après réception de passe. Jackson n’a encore pas les qualités pour se créer son propre tir à 3 pts.

Son jeu au poste bas est encore très peu développé, il possède un répertoire de moves très pauvre et assez basiques. Mais malgré cela, il profite de sa taille et de son envergure, ainsi que son footwork correct pour être efficace au poste bas, mais en NBA l’opposition sera plus dure et il risque de se retrouver en difficulté. JJJ devra gagner en agressivité, en puissance physique et en variété offensive.

En plus de cela, son manque d’explosivité est un handicap en attaque. Contrairement à Ayton par exemple, Jackson ne peut pas resauter directement après avoir pris le rebond offensif pour monter au cercle. De plus, c’est un intérieur qui est capable de pénétrer en partant au drive et de se montrer assez créatif pour scorer en pénétration. Mais là aussi son manque d’explosivité le pénalise. Effectivement, son premier pas l’empêche de déborder son vis-à-vis et le force à abandonner l’attaque du panier.

Pour finir, Jackson possède une vision de jeu assez bonne, il profite de sa taille pour voir les différentes ouvertures et ses coéquipiers. Cette année, il a réalisé de très belles extra-pass, alors qu’il pouvait parfois shooter avec un défenseur en retard mais il arrivait à trouver un adversaire ouvert ou démarqué pour que l’équipe obtienne un tir encore plus facile.

Pour conclure, Jaren Jackson est un gros pari sur le long terme et les Grizzlies devront prendre leur temps avec le prospect sorti de Michigan State. C’est un joueur au potentiel énorme, sa défense est déjà excellente mais nécessitera un travail important à la salle de musculation et deux fois plus de repas par jour que monsieur tout le monde. Son potentiel en attaque est également intéressant mais il dépendra de son évolution physique et de son éthique de travail pour bosser sur ses fondamentaux.

Autres choix possibles : Marvin Bagley, Michael Porter Jr