Wow. LeBron James aux Lakers. Un homme va porter le numéro de Michael Jordan dans la franchise de Magic Johnson, de Kareem Abdul-Jabbar et de Shaquille O’Neal. Couillu, faut bien le reconnaître.

Soyons réalistes : jamais le King n’arrivera à vaincre la Conférence Ouest seul.

L’objet de cet article est donc le suivant:

Que doit faire Magic Johnson pour faire des Lakers un prétendant au titre ?

Notre histoire commence alors que LeBron James vient d’être recruté. Les signatures ultérieures ne sont pas prises en compte, que ce soit pour les Lakers ou pour toute autre équipe. Pour les besoins de notre histoire nous considérerons que l’effectif de la saison passée est intact.

Je vais donc me glisser dans la peau de Magic Johnson pour tenter de déterminer quoi faire pour accomplir ma quête de titre.

Ma première analyse en voyant mon roster est que vu que les postes 1 et 3 seront très vraisemblablement axés scoring, il faut absolument avoir des playmakers sur les postes 2 et 4 pour compenser et ainsi équilibrer l’équipe.

Avec le reste donc 27M dans l’énorme butin amassé par Magic Johnson et Rob Pelinka. Que faire ?

Petit prologue: Je coupe Ivica Zubac et Tyler Ennis. Leurs contrats n’étant pas garantis, je récupère donc 3,1M de flexibilité supplémentaires. Je monte à environ 30M de dollars disponibles. Je garde Thomas Bryant car je crois en lui et je compte lui offrir la place de pivot back-up.

Je propose une qualifying offer à Julius Randle car je souhaite pouvoir l’inclure dans un éventuel échange.

Pour finir, il va sans dire que je supprime les cap holds de tous mes joueurs libres, quand bien même je souhaiterais en réengager certains derrière.

Je vais donc scinder mon action en deux parties: d’abord que faire des joueurs en place et ensuite qui recruter à côté.

Que faire des jeunes ?

Les trois possèdent une valeur marchande très intéressante en l’état.. mais un gros risque de forte dévaluation l’année prochaine s’ils n’arrivent pas à hausser leur niveau par rapport à James. J’ai donc tout intérêt à les échanger dès maintenant.

Je ne me leurre pas, en l’état, mon projet est un vrai brouillon, les Warriors doivent bien rigoler à l’heure actuelle. Il faut donc que je renforce encore mon attractivité pour exercer faire baisser les salaires des role players au maximum.

Avant de traiter des cas Ingram et Kuzma, je vais me pencher vers le plus compliqué : Lonzo Ball.

Parmi tous les super prospects de la draft 2018, il est de loin celui qui risque le plus de ne pas réaliser son potentiel. Son shoot est vraiment horrible et prendra peut-être des années à reconstruire. De plus, avec LeBron James, j’ai déjà un playmaker qui doit bénéficier du spacing de son équipe. Il me faut donc un meneur qui puisse y contribuer. Or ce n’est certainement pas avec le pire shooteur de toute la NBA que je vais y arriver. Ça plus le risque de bust, je dois le trader au plus vite.. sans montrer trop d’empressement car cela risquerait de me griller aux yeux des autres GM.

Quelles sont les cibles potentielles avec mes petits moyens ? J’ai une petite trade exception avec le transfert de Larry Nance, donc mon rayon d’action concerne tous les joueurs touchant entre 0 et 18M l’année prochaine.

Comme on a pu le voir avec Kyrie, le profil de meneur qui fit avec LeBron James est clairement celui de meneur scoreur, pouvant prendre feu derrière l’arc et très agressif vers le cercle.

Vu que les Spurs comptent visiblement faire traîner les choses avec Kawhi, je mets le dossier en stand by pour chercher le meneur parfait pour jouer avec le quadruple MVP.

Quel meneur choisir ?

Vous l’aurez deviné assez facilement, ma cible se nomme Kemba Walker. Inutile d’aller chercher plus loin, un seul regard vers les salaires des 30 meneurs titulaires en NBA me suffit pour comprendre que le coéquipier de Nico Batum est le seul joueur qui coche toutes les cases.

Habile transition: Je dois impérativement me débarrasser du contrat de Luol Deng.. Et c’est Nico Batum qui va m’aider à parvenir à mes fins.

Avant toute explication je vous donne l’équation: Lonzo Ball + Julius Randle + Luol Deng + pick 2019 vs Kemba Walker, Nicolas Batum et Michael Kidd-Gilchrist. Notez bien qu’il s’agit donc d’un sign and trade.

Commençons par les évidences: les Hornets ne vont nulle part. Clairement. Ils feront peut-être les Playoffs l’an prochain (et encore, ce n’est pas dit) mais leurs chances de briser la nouvelle dictature de l’Est sont d’environ.. 0. Oui c’est ça, même le zéro absolu en fait.

Ensuite, les Hornets ont certes réussi à s’extirper de la luxury tax pour cette année mais.. ce n’est que partie remise. S’ils resignent Walker l’an prochain, ils paieront la taxe. S’ils ne le resignent pas, ils rejoindront le tankathon.

Ergo, cette situation n’a aucune espèce de logique pour les Hornets et il est clairement dans leur intérêt d’échanger Walker avant que sa valeur ne chute en flèche.

Si Walker part, Batum n’a strictement aucune utilité et doit être échangé. Manque de bol pour les Hornets, aucune franchise n’a à la fois les finances pour pouvoir prendre en charge son contrat et un intérêt logique à le faire. Il faut donc essayer de l’exfiltrer.. Et c’est là que Luol Deng rentre dans la danse.

Regardez bien: Batum touchera en moyenne 25M par an sur les 3 prochaines saisons. Luol Deng touchera 18M par an sur les 2 prochaines saisons. Le contrat de Deng est donc moins mauvais pour les Hornets que celui de Batum, d’autant plus qu’il serait compensé par un choix en fin de premier tour et.. Julius Randle.

Car oui, côté Lakers, je ne peux pas faire ce deal sans effacer le cap hold de Randle ou l’inclure dans la transaction:

En l’état, le deal me coûte trop cher. Je vais donc l’inclure dans l’échange en lui offrant une rémunération à hauteur de 15M de dollars par an sur 3 ans.. mais ce n’est toujours pas suffisant.

Pour que le deal soit faisable, je dois accepter de prendre en charge le contrat de Michael Kidd-Gilchrist. Les Hornets gagnent ainsi deux jeunes prometteurs, un premier tour de draft et évacuent les contrats de Nicolas Batum et Michael Kidd-Gilchrist.

De plus, vu que le deal me coûte malgré tout 9M de dollars, les Hornets vont aussi récupérer une traded player exception d’une valeur de 14M. Tout cela au seul prix de 18M bloqués par Luol Deng pendant deux ans.

Le moins qu’on puisse dire c’est qu’avec un tel move, les Hornets se sortiraient de l’ornière et pourraient commencer à reconstruire sans pour autant repartir complètement de zéro. Je vois mal comment le GM des Hornets pourrait ne pas signer des deux mains. De mon côté, je récupère mon meneur All-Star axé scoring et mon poste 2 ultra all around.

Par souci de clarté, voici l’équation:

  • Kemba Walker + Nicolas Batum + MKG = Lonzo Ball + Luol Deng + TDD 2019 + Trade exception de 14M
  • 12 + 24 + 13 = 7,5 +18 +15

Vu que Randle ne pesait plus dans mes finances stricto sensu, in fine, ce deal me coûte 24M.

Il me reste donc 6M de dollars + la MLE + la BAE. Donc 6M + 4,5M + 3,3M.

Maintenant que cette première transaction est réglée et que j’ai construit mon core principal, il me manque une grosse pièce pour pouvoir prétendre au titre. Cette acquisition passera fatalement par le sacrifice de Brandon Ingram et Kyle Kuzma.

Comment devenir prétendant au titre ?

Cette fois-ci, plus question d’attendre. Si je veux pouvoir prétendre au titre, je dois réussir à forcer la main des Spurs.

Je vais donc voir Kawhi Leonard en compagnie de LeBron James, Kobe Bryant, Shaquille O’Neal et tout le bureau des légendes. Je lui demande de faire chanter les Spurs mettre la pression au maximum sur sa franchise:

  • S’ils te disent qu’ils ne veulent pas t’échanger, tu leur dis que tu pars l’année prochaine sans contrepartie, chose que San Antonio ne peut en aucun cas se permettre.
  • S’ils te disent qu’ils veulent plus de contreparties, idem.
  • S’ils te disent qu’ils veulent t’échanger ailleurs qu’aux Lakers, si ce n’est pas encore fait, tu fais savoir à tous les GM de la Ligue que tu ne resigneras pas quoi qu’il arrive et qu’il est inutile d’espérer te faire changer d’avis grâce à un beau projet sportif. Ce qui revient, in fine, à exercer une pression mille fois supérieure à celle qu’a pu exercer un Paul George.

San Antonio sera donc obligé de laisser partir Leonard. Contre Brandon Ingram et Kyle Kuzma vraisemblablement, puisque les Spurs ne veulent pas de Lonzo Ball. Ce deal me coûte 13M. En l’état, je ne peux donc pas faire ce deal. En bonus, les Spurs vont récupérer une trade exception de 12,3M, ce qui pourra leur être très utile plus tard.

Fort heureusement, j‘ai récupéré MKG qui ne me sert strictement à rien. Je vais donc utiliser la stretch provision pour me débarrasser de son contrat: moyennant 2,6M de dead money par an pendant 5 ans, je libère immédiatement 10,4M de cap space. Le prix est dérisoire, le risque est nul pour l’avenir de la franchise et je n’y perds aucune flexibilité. Je n’hésite donc pas une seconde avant d’appuyer sur la détente.

Mon enveloppe regonflée à hauteur de 16,4M de dollars, je peux enfin atteindre mon but.

Cette affaire réglée, il me faut encore ajouter quelques pièces.

Comment compléter l’équipe ?

En l’état, mon core principal est composé de Walker, Batum, Leonard et James. J’ai mon meneur scoreur, mes playmakers sur les postes 2 et 4 et un poste 3 ultra dominant des deux côtés du terrain. J’ai donc une ossature ultra solide sur laquelle bâtir.

Je n’ai néanmoins pas de banc crédible, pas de small ball lineup qui soit cohérente et il me manque encore beaucoup de profils très importants pour que l’équipe puisse fonctionner.

Il me faut donc:

  • 1 pivot titulaire correct
  • Un maximum de 2 way players, dans l’idéal des 3&D
  • Un ou deux vétérans supplémentaires
  • Un ou deux rebondeurs, capables de compenser les soirs où l’adresse de loin fait défaut
  • Un meneur back-up correct

Je veux éviter:

  • Les joueurs trop attirés par le cercle
  • Les joueurs au faible QI basket
  • Les joueurs trop petits pour switcher
  • Les joueurs trop lents pour tenir un rythme élevé

Mon objectif est très simple : Je ne veux sous aucun prétexte d’une confrontation directe avec les Warriors avant une éventuelle finale de conférence. Je veux donc l’une des deux places derrière les champions en titre ou, si d’aventure les Rockets s’invitaient une 2e fois d’affilée sur le trône de l’Ouest, la 4e place.

Je veux aussi, dans la mesure du possible, gérer ma saison régulière, car dans l’ultra Wild West, elle sera plus épuisante que jamais. Je veux donc une rotation longue. Donc dans l’idéal 11 voire 12 joueurs pouvant contribuer en saison régulière et 9 pouvant le faire en playoffs.

Mon enveloppe est de 6,4M + ma BAE qui me permet de proposer un contrat à hauteur de 3,3M par an pendant deux ans.

Mon premier move consiste à récupérer encore un peu d’argent. Pour ce faire, je dois dépenser l’intégralité de mon enveloppe pour avoir accès à la non-taxpayer Mid-Level Exception.

Mon besoin le plus criant est celui d’un ailier défensif pouvant switcher et qui puisse sanctionner derrière l’arc et, cela va sans dire pour un prétendant au titre, expérimenté.

J’offre donc ces 6,4M à Luc Mbah A Moute sur un contrat de 3 ans, ce qui est largement assez pour obliger les Rockets à s’en séparer vu leur situation financière extrêmement compliquée.

Avec ce move, je fais d’une pierre deux coups: je maximise ma MLE et je signe un joueur qui coche absolument toutes les cases.

Je dispose donc, en plus de ma BAE, d’une MLE d’une valeur de 8,4M.

Il me faut un pivot titulaire, si possible avec un fort QI Basket, bon des deux côtés du terrain et pouvant shooter de loin. Brook Lopez est tout indiqué. Je lui offre donc l’intégralité de ma MLE. Cette signature fait d’autant plus sens qu’il était déjà présent dans l’effectif l’an passé.

Pour finir, j’utilise ma BAE pour signer Wayne Ellington. Evidemment, je prie très fort pour que Miami ne le retienne pas mais je pars là aussi avec un gros avantage: le Heat paiera la super luxury tax l’année prochaine. Autant dire qu’il leur sera assez difficile de proposer la même rémunération.

Je suis donc cap out et je n’ai plus d’exceptions à utiliser. Pour autant, l’équipe n’est toujours pas complète. Je vais donc utiliser le pouvoir d’attraction de mes 3 stars pour tenter de signer des joueurs au salaire minimum.

Je dois impérativement trouver un meneur back-up avec un QI basket élevé pour que le banc ne se retrouve pas complètement démuni quand James sort. Mon effectif n’étant composé que de mecs sympas, j’ai donc besoin d’un aboyeur, distribueur de baffes pour sonner la révolte quand le besoin s’en fait sentir. J’ai aussi besoin d’un ailier remplaçant qui puisse m’écarter le terrain tout en sachant faire deux ou trois trucs sans ballon.

Dans une telle perspective, j’incline assez logiquement vers Rajon Rondo et Nemanja Bjelica. Le premier est encore l’un des meilleurs généraux des parquets de toute la NBA quand le second a encore à mon sens un potentiel inexploité assez important et, outre le fait qu’il réponde à tous mes besoins, il me permet de créer une small ball lineup cohérente.

Il me manque encore un ailier pouvant m’apporter un peu de spacing. Là aussi, je cherche un vétéran: si je veux pouvoir me poser comme un candidat au titre, je dois essayer d’avoir le roster le plus expérimenté possible.

Je suppose que là aussi vous avez deviné qui est ma cible: Vince Carter. Dieu Vince Carter. Vinsanity. Air Canada. Half man-Half amazing. Skywalker.

J’arrive au seuil symbolique de 11 joueurs. Je dois donc me mettre en quête de joueurs à même de compléter mon effectif et d’apporter une contribution intéressante à l’occasion.

J’aimerais si possible deux jeunes avec un peu de potentiel: cette équipe a besoin d’un peu d’insouciance et de folie. Au niveau des profils, je cherche un 2 way player supplémentaire et un pivot back-up capable de faire la moisson au rebond.

Dans cette optique, je propose donc un contrat hinkien à Torrey Craig et Montrezl Harrell.

Pour terminer, il me faut bien satisfaire aux exigences du CBA. Pour ce faire, je signe 2 no names pour arriver à 15 joueurs et 2 autres via un 2-way contract.

Conclusion

Cher lecteur, voici donc ce à quoi doit (selon moi), ressembler le roster des Lakers version 2018-2019:

Starting five:

  • PG: Kemba Walker
  • SG: Nicolas Batum
  • SF: Kawhi Leonard
  • PF: LeBron James
  • C: Brook Lopez

Bench:

  • G: Rajon Rondo, Wayne Ellington, Torrey Craig
  • F: Vince Carter, Luc Richard Mbah A Moute, Nemanja Bjelica
  • C: Thomas Bryant, Montrezl Harrell

Team Payroll:

  • LeBron James : 35M
  • Nicolas Batum: 24M
  • Kawhi Leonard: 20M
  • Kemba Walker: 12M
  • Brook Lopez: 8,4M
  • Luc Richard Mbah A Moute: 6,4M
  • Wayne Ellington: 3,3M
  • Dead Money: 2,6M
  • Rajon Rondo: 2,4M
  • Vince Carter: 2,4M
  • Nemanja Bjelica: 1,6M
  • Torrey Craig: 1,6M
  • Montrezl Harrell: 1,6M
  • Thomas Bryant: 1,3M

L’addition totale s’élève à 121M de dollars, ce qui veut donc dire que je ne paierai aucune taxe de luxe l’année prochaine malgré un roster blindé. Pour autant, je ne me fais aucune illusion : si j’arrive à garder tous mes joueurs l’été prochain, je la paierai, et pas qu’un peu. Fort heureusement, le marché sans fond de Los Angeles et les énormes revenus générés par cette nouvelle équipe suffiront largement à couvrir mes dépenses.

Ce plan est risqué. Très risqué même. Même s’il n’y a pas à proprement parler de raison pour que cela arrive, tout peut exploser l’année prochaine. Parmi les joueurs que j’ai choisis, il y a beaucoup de paris et de prises de risques, je l’assume complètement.

J’ai toutefois réussi la prouesse de garder une très grosse marge de manœuvre pour l’an prochain tout en me positionnant comme un candidat au titre dès cette année: seuls LeBron James, Nicolas Batum, Wayne Ellington et Luc Mbah A Moute auront encore un contrat garanti l’été prochain. De plus, seuls les deux premiers ont un gros contrat. Dans le pire des cas, si tout se passe mal, je peux toujours me positionner sur un gros free agent et remonter une équipe différente. Cela peut bien évidemment m’exploser à la figure mais tant pis, je prends le risque. De toute façon, je ne battrai jamais ces satanés Warriors sans prendre de (gros) risques.

Pour autant, ce cheminement coche toutes les cases: joueurs athlétiques, vétérans, 2 way players, équilibre entre les différents profils de joueurs, défense collective, joueurs au QI basket élevé, small ball lineup crédible ainsi qu’une full shooting lineup. De plus, j’ai réuni des joueurs aux âges et caractères assez variés au sein d’un groupe qui serait humainement viable et que LeBron James devrait arriver à fédérer sans problème.

A voir ce que fera Magic Johnson himself, mais une chose est sûre: on n’en est qu’au tout début.

Bon été à tous, merci pour l’intérêt que vous avez porté à cet article et.. Trust the Process 😉