@STEUF76  /  CONTRIBUTEUR

Oui oui oui un titre d’Ozzy en guise d’en-tête d’article c’est possible et aujourd’hui on va parler un peu de 2 trains qui, lorsqu’ils sont lancés à toute allure, font et ont fait très mal aux défenses – mais qui se sont faits un gros frontal il y a quelques temps : LeBron James et Charles Barkley.

Pour rappel, Lebron en pleine tempête de janvier, demandait de manière incessante des renforts et plus particulièrement à la mène. Dans son émission NBA on TNT, Barkley avait lourdement critiqué l’attitude de Bronbron en déclarant entre autre qu’il n’avait pas la volonté de se battre pour gagner et qu’il voulait juste les meilleurs joueurs. Autant vous le dire celle-là n’est pas passée du tout du côté du boss des Cavs (A juste titre je dois dire)

Le King qui n’est pas du genre à se lâcher dans les interviews et face aux critiques (En même temps il a un certain entrainement vu la quantité de haters) a bondi, à la surprise générale, sur une question d’un journaliste lui demandant ce qu’il pensait des déclarations de Chuck en sortant une réponse préparée et « flowtée » comme dans une rap battle reprenant tous les écarts de conduite de Sir Charles au cours de sa carrière et qu’il ne pouvait plus supporter le manque de respect à son égard surtout venant d’un hater. La team Banana Boat et les business partners de James ont suivi derrière en profitant surement pour se venger de quelques critiques formulées par le passé par l’analyste TV qui s’est défendu en disant qu’il ne s’attaquait pas à l’homme mais bien au basketteur. Mais on est pas là pour ça aujourd’hui.

Car s’il est bien un joueur qui peut parler du style de jeu de Lebron James tant il en était proche c’est bien Charles Barkley. Si vous venez de tomber en PLS, prenez le temps de lire ce qui suit et vous pourrez me dire si je suis si loin de la vérité que ça.

1. Les différences

« Mais t’as dit que c’était les mêmes » Non j’ai pas dit que c’était une copie carbone 14 non plus et justement on va voir où se situe les 2 grosses différences entre les 2 BASKETTEURS.

Aaaaah la draft de 84… 1er choix Olajuwon part aux Houston Rockets, 2ème choix Sam Bowie file aux Blazzers (encore toutes nos félicitations), 3ème choix Michael Jordan va aux…QUOI 3ème CHOIX ??? Oui 3ème choix et en 5ème position Charles Barkley rejoint les Sixers où Moses Malone va le prendre sous son aile pour former une véritable machine de guerre qui sonnera la charge durant 9 saisons avant de partir du côté de Phoenix. Mais on reviendra sur l’aspect jeu plus tard

Je parle de cette draft 84 parce que son casting est assez hors norme. Même en ne parlant que de ces 3 joueurs vous aurez compris que la NBA a pris un sérieux coup de pied aux miches cette année-là. On a quand même 8 bagues de champions qui seront gagnées en grande partie grâce à eux… Mais aucune pour Charles (Je vous renvoie à mon article sur l’importance des bagues quand on est joueur NBA) et d’ailleurs il le paye encore aujourd’hui quand le Shaq a décidé de taquiner son compère de plateau.

Il faut dire que le Chuckster n’est pas un exemple d’hygiène de vie. Et là 1ère différence est là. Là où Lebron entretient son corps comme un fan tunning bichonne sa Golf IV, Barkley l’a flingué à coup de malbouffe jusqu’à avoir des problèmes de dos qui freineront sa carrière et l’obligeront à modifier son jeu quelque peu. Les kilos en trop avaient même amené les scouts de la draft à douter des capacités de celui-ci à intégrer la ligue et par la suite à créer des tensions avec certains coéquipiers le jugeant trop peu volontaire à l’effort en fin de carrière.

La seconde différence se situe au niveau de l’image publique à l’opposé de James. Bon client en interview, Chuck n’a jamais hésité à lâcher quelques bombes. Morceaux choisis :

« Je peux parfaitement me laisser acheter. S’ils me donnaient assez d’argent, je bosserais même pour le Klu Klux Klan »

« Quand quelqu’un me frappe, je le frappe en retour. Même si il a l’air de ne pas avoir mangé depuis deux semaines. J’ai cru que le mec allait me sortir une lance… » Après un match amical contre l’Angola

« C’est vrai que ça ne défend pas au All-Star Game. Mais je ne défends pas beaucoup non plus avec Phoenix. On me paye pour marquer et prendre des rebonds. Il me faudrait un million supplémentaire pour défendre »

Et des exemples comme ceux-ci il y en a une multitude sur le web. Il faut dire qu’à l’époque le rôle de représentant de la ligue revient à MJ et donc laisse le champ libre à Barkley pour flinguer tout ce qui passe. Aujourd’hui Lebron a repris ce rôle d’être LA star de la NBA, celui que tout le monde connait et dépasse le simple cadre du basket au point de monter sur scène avec Hillary Clinton en pleine campagne présidentielle.

Donc il ne s’agit pas directement de différence sur leurs jeux même si ce sont des paramètres dont il faut tenir compte.

 

Pour illustrer ce point on va prendre 3 moves précis et quelques goodies en bonus. Avant toute chose il est bon de repréciser qu’on a affaire ici à deux joueurs all around capable de tout faire des 2 côtés du terrain (à condition d’en avoir envie bien entendu)

a. Steal

Les 2 cocos ne sont pas des besogneux de défense (on parle de saison régulière) et même si les 2 ont des stats aux rebonds très bonne ils ont surtout compensés ça en ayant une excellente lecture du jeu. Et cela passe par des interceptions à 1.5 en carrière pour Chuck et 1.7 pour le King. Evidemment cela ne fait pas d’eux des spécialistes mais par rapport au poste qu’ils occupent c’est quand même révélateur de ce sur quoi ils se focalisent en défense.

Quand on intercepte pas mal ou qu’on a un physique alliant musculature et vitesse, en contre-attaque on est un cauchemar pour le dernier défenseur de l’équipe adverse qui vous voit arriver en se demandant s’il doit essayer d’aller en opposition ou se coucher au sol comme Curry durant le dernier All Star Game.

Vous avez le choix entre Barkley qui fait 1.98m et 114kg ou Lebron 2.02 113kg… Le tout ayant des qualités d’accélération folle (Je vous conseille les highlights aux Sixers de Barkley) et vous avez votre Westbrook avant l’heure, votre train fou qui fonce sur vous à toute allure avec un objectif : L’anneau. Vous n’apparaissez même pas dans leurs radars puisque les 2 savent que vu la vitesse/taille qu’ils ont au pire on sifflera une offensive mais préfèrent jouer sur l’intimidation en mode « Si je vais vite et vu mon gabarit, qui osera jouer une offensive sans risquer la blessure ? » C’est l’arme fatale de ces deux là jusqu’aux problèmes de dos de Sir Charles.

c. Fade away/Turn around jumpshot

On l’a tous vu ce move de Lebron. On joue le poste dos à l’anneau, on bourre un peu le défenseur et d’un coup il se retourne en sautant en arrière pour lâcher un petit shoot tranquille à 4m du cercle. Lebron pourrait, vu son physique, poussé le défenseur jusque sous le panier mais il ne le peut pas à cause de Charles Barkley (ou de Mark Jackson selon les différentes sources) En effet voyant Chuck entassé les défenseurs à coup de fesses, la NBA a décidé de pénaliser les joueurs prenant plus de 5sec pour effectuer une action offensive (passe, shoot, dribble) au lieu d’arriver tranquillement sous l’arceau à coup de booty shake. En modifiant cela Barkley a également accentué ce trait là dans son jeu.

A cette liste non exhaustive, vous pouvez rajouter un certain goût pour la belle passe qui traverse la défense en vertical, les chase down block (Mais si quand Iguodala part en layup dans le game 7 des Finals 2016), les gros dunks bien sales et quelques gros tirs fin de match (Oui Lebron n’est pas clutch on le sait)

Bref les 2 ont plus en commun qu’on ne pourrait le penser de prime abord.

On peut d’ailleurs regretter qu’ils n’aient pas joués dans la ligue en même temps parce que je vous assure que les soirs de Lebron VS Barkley on en aurait eu pour notre argent devant le league pass ou le steam russe en 360p.

On ne peut pas résumer la qualité de l’analyse de Barkley au simple fait qu’il n’ait jamais été champion même si par définition certains points lui échappent mais dire que Lebron n’est pas un compétiteur est tout aussi absurde. Et je ne rêve que d’une chose quand j’évoque ces 2 joueurs : 1v1 sur demi-terrain au meilleure de leurs formes physiques. Selon vous, qui gagne ?

Je vous laisse avec le 1er couplet de « Crazy Train ».

« Crazy, but that’s how it goes
Millions of people living as foes
Maybe it’s not too late
To learn how to love
And forget how to hate »