La franchise floridienne a touché le climax de son histoire il y a peu. A l’été 2010, alors que la franchise faisait déjà parti de celles qui avaient comptées durant la décennie écoulée, LeBron James et Chris Bosh s’entendaient pour se rejoindre sous la bannière de D-Wade. La NBA était K.O devant ce rassemblement, craignant de ne pouvoir rivaliser avec le monstre dont accouchait l’Est. Le Big Three au sens le plus pur du termes a effectivement été un avatar pour la grande ligue, récupérant 2 titres en 4 finales durant les 4 années de son existence. En 2014, Miami voyait néanmoins James retourner à Cleveland, et la franchise tentait de s’ajuster à la hâte. Si Miami restait une bonne équipe, la santé en berne de Wade, Chris Bosh sommé d’arrêter sa carrière, Pat Riley était à nouveau contraint de s’adapter. En 2016, Wade quittait carrément le navire, poussant le front office à donner les clés à la paire Goran Dragic/Hassan Whiteside. Contre toutes attentes, Miami réalisait une seconde partie de saison absolument effrayante et poussait jusqu’aux portes des Playoffs. Pourtant, il n’y avait aucune star dans l’équipe : Goran Dragic, Hassan Whiteside, Dion Waiters, James Johnson, Jason Richardson, Tyler Johnson… etc. Une pléthore de bons joueurs ont proposé une prestation de haut vol, poussant Riley a donné une seconde chance au groupe (après avoir échoué à attirer Gordon Hayward). Seule grosse addition, Kelly Olynyk qui venait gonfler un secteur intérieur aux côtés du rookie, Bam Adebayo. Rien de plus à signaler dans un groupe qui cherchait à rester ensemble.

Mais parier sur ce groupe n’était-il pas de la poudre aux yeux ? Désormais armés d’une légion de très bons role players, l’équipe ne semble pas à même de progresser. Pour beaucoup, les joueurs ont très certainement touchés leur plafond : Goran Dragic a bien entamé sa trentaine, qui plus est pour un meneur. James Johnson, élément majeur, également. Pire, Hassan Whiteside a été gêné par les blessures et la situation semble se dégrader concernant son rôle. Fantômatique pendant les Playoffs, son avenir au Heat est même remis en cause. Alors cette équipe est-elle vouée à s’éteindre rapidement ? Quelles sont les options pour ce groupe ?

Le roster qui valait un fortune

Si vous ne suivez pas de près Miami, vous êtes susceptible de penser que cette équipe a beaucoup de joueurs payés convenablement, et qu’en sortant quelques uns d’entre eux, elle peut facilement se faire de la place pour ajouter, qui sait, un joueur plus important. Pour autant, il n’en est rien. Cet effectif du Heat, et ce même sans le contrat de Chris Bosh qui ne compte plus dans le salary cap, est exorbitant. La faute à de nombreux contrats entre les 12 et 25M qui s’accumulent. Entre Whiteside, joueur le mieux payé de l’équipe qui ne justifie pas son salaire, le piège tendu par les Nets avec le contrat offert à Tyler Johnson qui pèsera 20M pour les 2 saisons à venir et tous les autres joueurs payés à leur juste valeur mais parmis lesquels aucun leader n’émerge… Je vous laisse vous faire une idée de l’état général des finances ci-dessous :

L’an prochain le Heat paiera 147M de dollars pour son roster s’il reste tel quel ! La bonne nouvelle c’est que celui de Chris Bosh n’est pas compté dans le salary cap ! Sur ces 147M, ils ont donc 120M de réellement investis. Ils peuvent également supprimer au besoin celui de Rodney McGruder. Vu le prix du contrat, ce ne serait néanmoins pas forcément une bonne idée, si la franchise ne peut ou ne souhaite réaliser un mouvement pour lequel chaque $ compterait.

La mauvaise nouvelle, c’est que côté contrats expirants, il y a des joueurs importants de la rotation : Dwyane Wade, qui n’a pas encore pris de décision concernant sa retraite. Udonis Haslem également, même s’il pourrait s’arrêter maintenant. Surtout, Wayne Ellington qui s’est imposé comme une gâchette importante pourrait chercher un dernier contrat lucratif en carrière, après une très belle saison.

L’équipe ne pourra par ailleurs pas se renforcer à bas prix, en tout cas pas en choisissant au premier tour en l’état actuel. Un pick aurait pu donner plus de flexibilité, ce ne sera malheureusement pas le cas pour la troupe d’Erik Spoelstra – si elle n’arrive pas à monter un échange pour libérer du cap et sélectionner un prospect.

Qui pour bouger ?

Est-ce possible de récupérer un agent libre ? Financièrement, en l’état, il est absolument impossible d’envisager ce genre de mouvements. Néanmoins, les joueurs du Heat ont de la valeur et certains pourraient intéresser d’autres équipes.

Qui serait éligible ? Qui doit rester ?

Les éligibles !

Il y a pas mal de joueurs qui apporteront un renfort circonstanciel à pas mal d’équipes qui cherchent à franchir un cap. Et puis il y a ceux que les Floridiens mettraient bien à la porte pour X ou Y raisons.

1 : Hassan Whiteside ! Le pivot du Heat est comme nous l’avons dit dans une situation délicate dans la mesure où il est un poids pour sa franchise sur ce qu’il a montré récemment. Fragile et donc sujet à blessures, multipliant les sorties pour afficher son désaccord avec son utilisation, ce alors qu’il joue à un niveau décevant. En prime de tous ces aspects, il est cher et on imagine que son équipe aimerait bien donner plus de responsabilité à Bam Adebayo plutôt que de conserver ce contrat. La question le concernant est qui viendra le chercher ? On voit pendant les Playoffs que les pivots sont souvent évincés pour répondre au small ball, et il devient encore moins aisé de parier sur lui à cause des éléments susmentionnés. Certaines équipes seraient prêtes à délester Miami du pivot contre un tour de draft, mais la franchise n’a même pas cette option. Je ne vois sincèrement pas Miami réussir à l’échanger. Et s’ils y arrivent, ce sera probablement tard dans l’été. Trop tard. Les Nets semblent un des seuls espoirs mais il faudrait récupérer quelques contrats peu appréciables, et ils ont déjà Jarett Allen à développer.

2 : Tyler Johnson ! Voici le second contrat dur à bouger. Johnson est satisfaisant dans le jeu, même si il a des hauts et des bas. Son profil est en tout cas intéressant. Il fait un peu de tout, des deux côtés du terrain. Il est jeune, athlétique et a un avenir dans la ligue. Sauf qu’à partir de l’an prochain, il coûte 20M par saison pour les 2 années à venir. A l’inverse de Whiteside je pense tout de même qu’il est possible d’envisager quelque chose. Les franchises qui auront du cap ne seront pas légion, mais des équipes pourraient le récupérer pendant leur tanking pour le prolonger à prix plus bas à la fin de son contrat. Je vois bien une franchise comme les Hawks, les Bulls voire les Kings accepter ce genre de pari. Il peut être un solide role player pour une équipe qui émergera plus tard. Il l’est déjà d’ailleurs. Reste à faire les choses dans le bon timing et ne pas récupérer un joueur inutile en contre-partie. Si la franchise tente le coup, un échange paraît moins impossible.

3 : James Johnson ! Voilà un joueur qui pourrait intéresser des équipes ! L’ailier fort fait depuis 2 saisons de superbes performances, au point de devenir, je pense, le joueur le plus important de cet effectif. Profil de joueur à tout faire, fort défenseur, polyvalent offensivement, dur au mal, James Johnson est le joueur idéal pour huiler un collectif. Son contrat n’a rien de gênant, il est tout à fait mesuré pour son apport. L’inquiétude peut être sur la durée, mais il est fiable physiquement et paraît responsable de l’état d’esprit de son équipe. Beaucoup d’équipes qui souhaitent passer un cap auraient intérêt à le récupérer. Pourquoi pas les Suns pour commencer à grimper dans le hiérarchie de l’Ouest ? Est-ce que les Bucks n’en profiteraient pas si le cas Parker devenait compliqué ? Les Wizards ne seraient-ils pas gagnants à trouver un arrangement aussi ?

4 : Dion Waiters ! Ok l’arrière sortira d’une opération à une cheville qui le gêne depuis 2 ans. Oui il n’est pas un caractère évident, ni connu comme un travailleur acharné. Mais il a du talent et permettrait à des équipes moribondes de trouver un peu de réconfort. Clutch et bon scoreur, c’est peut être le moment de passer un cap pour Waiters. A 12M l’année, il est payé très convenablement pour son apport potentiel. Les shooting guards ne sont pas les profils les plus présents en NBA, et des équipes pourraient avoir besoin d’aide, notamment en sortie de banc. Un retour à OKC ? Aux Pacers pour apporter du scoring ? Aux Mavericks pour pallier à la fin des Devin Harris (échangé) & JJ Barea ? Il y a des possibilités ici aussi.

5 : Josh Richardson ! L’arrière/aillier du Heat est un beau spécimen. Bon défenseur, utile offensivement, il est le role player que beaucoup d’équipes aimeraient arracher, je pense. En regardant le banc vieillissant des Warriors, la rotation très réduite des Rockets, les faiblesses nombreuses des Cavaliers… Il ferait du bien à n’importe quelle équipe NBA, surtout avec son contrat inférieur à 10M. Difficile de le lâcher, sauf si cela permet de faire partir un contrat moins favorable avec. En l’état, il serait, si le Heat avait vraiment le choix, celui que je garderai à tout prix, avec Goran Dragic (pas de possibilité de trouver mieux à la mène) et James Johnson (si je pouvais bouger d’autres joueurs). Toujours est-il que oui, il est éligible.

Dans la configuration actuelle, j’ai tendance à penser que Dragic restera pour la raison suscité – tout comme Kelly Olynyk pour son côté intérieur-stretch qui s’adapte à quasiment tous les schémas NBA actuels. Richardson est vraiment précieux, mais il pourrait former un package intéressant si l’équipe était en position de signer un agent libre. En parlant de ça…

Quels agents libres cibler ?

Mine de rien, beaucoup de joueurs du Heat sont à un âge mature, voire avancé. Pas tous, mais il y a une belle palanquée de role player à manier. Récupérer une star ferait directement de cette équipe, une équipe dangereuse. Indubitablement. Reste à énumérer les options et voir quels joueurs sont réellement intéressants compte tenu des ressources disponibles.

LeBron James : Cette possibilité n’est pas la plus probable, mais elle n’est pas à exclure non plus. Les Cavaliers sont plus faibles que jamais depuis le retour du King. Il a obtenu le titre qu’il avait promis à la franchise il y a quelques années, et les possibilités de Cleveland pour remettre le salary cap de la franchise dans le vert ne sont pas légion. S’il revenait à Miami, ville dans laquelle il a brillé il aurait plusieurs joueurs pour l’entourer. Il manquerait d’une star à ses côtés pour être vraiment un prétendant au niveau des meilleures équipes de l’Ouest, mais il aurait beaucoup de joueurs à faire briller et compatibles avec son jeu. Par ailleurs, son retour serait l’occasion d’un sign&trade et les Cavaliers pourraient être en position d’être obligés d’accepter. Ce serait même l’occasion d’échanger Hassan Whiteside qui pourrait former une raquette solide avec Kevin Love. Si James veut s’adjuger un dernier titre il faudra d’autres mouvements, en revanche, il pourrait partir à la quête d’un nouveau trophée de MVP avec ce groupe.

Paul George : C’est à partir de maintenant qu’on va se rendre compte de la difficulté de la tâche du Heat s’ils comptent sur la Free Agency. Pat Riley visera très probablement l’ancien Pacer. Il correspond à l’identité de cette équipe, de joueurs combattifs. Il pourrait sûrement faire une belle saison, mais est-ce que George sera intéressé par un projet sans autre star, à nouveau ? C’est là que le bas blesse, les échecs des saisons passés étaient dûs à l’absence d’un joueur susceptible d’émerger comme un franchise player, et c’est précisément ce qui va leur manquer encore et encore. Je ne pense pas que Paul George se lancerait un tel pari – même si un sign&trade permettrait une fois de plus de construire quelque chose d’opportun. Si la piste James n’est pas la plus probable, celle de George apparaît comme quasiment inaccessible.

DeMarcus Cousins : Vient le cas Cousins, le 3eme joueur qui a potentiellement le statut de superstar à faire valoir. Un des 3 qui peut changer une franchise sur ce marché, à priori. Le problème et la chance pour Miami c’est qu’il sortira d’une terrible blessure au tendon d’achille. La situation fait que beaucoup d’équipes hésiteront à parier sur le pivot sur le long terme. L’équipe qui le fera aura très certainement toute son attention pour un sign&trade. Une situation qui pourrait convenir aux Pelicans s’ils récupèrent des joueurs sur les postes dont ils ont besoin. Au hasard des arrières et ailliers. Reste à savoir si le Heat veut être l’équipe qui prend ce risque qui peut bloquer une franchise à long terme si cela tourne mal ?

En dehors de ces 3 joueurs, je n’en vois aucun pour lequel Pat Riley tentera quoi que ce soit. Obtenir des renforts, pourquoi pas. Monter un échange, pourquoi pas, mais prendre des risques pour un autre que ces 3 joueurs, non. On a observé que Riley croyait bien plus en la free agency qu’en la draft, une reconstruction totale apparaît compliquée d’autant que peu d’équipes auront la marge d’absorber plusieurs contrats lourds. Comme une conséquence logique, il est tout à fait possible que Miami reparte avec le même effectif.

Des pistes pour un trade ?

J’ai donc songé pour voir si une équipe avait connu un tel effondrement ou remaniement, qu’ils seraient prêts à lâcher un joueur arrivant ou déjà au sommet de sa carrière – susceptible de porter une équipe. Si ce joueur existe, dans une telle situation, alors le Heat pourrait tenter quelque chose pour le récupérer.

J’ai donc d’abord souhaité éliminer deux rumeurs, deux cas dont on pourrait penser qu’ils sont susceptibles de bouger suite aux différentes nouvelles qui sont parues. Non, Kawhi Leonard ne bougera certainement pas, et s’il le fait on peut dire sans trop de soucis que Miami n’a pas les armes pour s’adjuger les services du MVP des finales 2014. Les joueurs que possède la franchise n’ont pas les arguments pour faire pencher la balance en faveur d’un trade si Leonard faisait part de son envie de partir.

L’autre joueur, c’est Karl Anthony Towns. Dans ce cas, j’irai plus loin que pour le précédent. Il est absolument impossible de voir « KAT » quitter les Wolves pour une autre équipe. S’il est mécontent, tous le staff et tous les joueurs de Minnesota partiront avant que la franchise envisage de laisser son meilleur joueur (et plus gros potentiel) partir.

En revanche, la franchise possède peut être une chance : DeMar DeRozan. On parle encore peu de la situation, mais l’arrière des Raptors vient de subir un nouvel échec. Un nouvel échec synonyme éventuellement de transfert pour une franchise qui semble condamnée aux déceptions en Playoffs en misant sur la paire Lowry-DeRozan. Le problème c’est qu’une fois encore, oui, le Heat a des armes, mais est-ce que Toronto sera vraiment intéressé par des vétérans alors qu’il n’y a aucun joueur de calibre All-Star qui viendra en retour ? Toutes les pistes apparaissent comme compliqué, et il est difficile d’imaginer Masai Ujiri, accepter de laisser partir le seul joueur avec un calibre de All-Star indiscutable pour de nouveaux role players…

Pour être honnête, la situation de la franchise est plutôt inquiétante. Je l’imagine mal faire de réels progrès, notamment car avec ce groupe, il y a la place pour ne pas obtenir de meilleurs tours de draft. A moins qu’un joueur ne décide de s’engager de lui-même suite à une entrevue avec Pat Riley et les équipes du Heat, il y a fort à parier que l’été sera compliqué pour les floridiens. Leur seule chance est de convaincre un des 3 principaux agent libre de venir, et ensuite de faire les bons échanges pour l’entourer. Mais soyons clair, il y a beaucoup de projets plus ambitieux que celui de Miami, et la tâche ne sera pas aisée pour le front office.