A l’heure où j’ébauche ces lignes, les Cavs sont menés 3-0 dans la finale NBA. Les Cavaliers ont déjà reçu une gifle de la part des Warriors la saison passée – et tout porte à croire que l’addition sera aussi voire plus salée cette saison. Ce qui gêne, ce n’est d’ailleurs pas tant le score, c’est plutôt la prévisibilité du résultat. Déjà car les Cavaliers sont opposés à une équipe historiquement forte et qu’ils ne sont de toute évidence pas armés pour lutter contre cette toute puissance – mais aussi car aucun effectif autour de LeBron n’a paru aussi faible depuis son premier passage en Ohio et son départ en 2010.

Dans ce contexte, LeBron James n’a jamais paru aussi proche d’un nouveau départ – et vu qu’il a laissé entendre que maintenant le titre remporté, rien n’était impossible, les rumeurs de départs vont bon train. Étant donné que nombre de franchise sont susceptibles de lui offrir un effectif suffisant pour partir – comme un ultime combat – à la chasse aux Warriors, que pourrait faire Cleveland pour convaincre le meilleur joueur de son histoire de rester ?

C’est ce que nous allons tenter de découvrir dans cet article !

Je précise que je mettrai en fin d’article, deux scénarios idéaux selon moi. J’essaierai de les défendre !

Constats de départ

Avant de se lancer dans le gros du dossier, il faut qu’on parte sur certaines bases communes. Tout d’abord, comme je l’expliquais dans cet article, la NBA va se trouver face à une pénurie financière sans comparaison avec ce que l’on a connu les derniers étés. Ceci va pousser les franchises à monnayer l’absorption de contrat très cher, à rendre le marché beaucoup moins facile pour les agents libres (c’est à dire que les montants obtenus par les joueurs seront bien plus faibles), mais également pour les équipes qui veulent éjecter des contrats gênants.

En parlant de contrats-boulets, il faut aussi savoir que les Cavaliers en sont pleins : George Hill (19M), Tristan Thompson (17,5M), J.R. Smith (14,7M), Jordan Clarkson (11,5M) pour ne citer qu’eux. Cet amas de joueurs aux contrats excessifs va rendre tout mouvement des Cavaliers compliqué, car tant qu’ils ne font pas de ménage dans leur effectif, ils ne sont pas en position de proposer de contrats à des agents libres. Ce qui veut dire que même dans le cas où ils feraient un beau trade pour se renforcer, ils ne seront pas en position de se consolider dans la foulée, sans cette « purge » nécessaire. Il faudrait donc faire de la place avant de pouvoir déclencher leur mission sauvetage.

Par ailleurs, la meilleure ressource que Cleveland possède pour remettre de l’ordre est l’échange du 1er Tour des Nets, qui est donc le 8eme choix de cette draft. Ils peuvent avec, choisir un jeune prospect, partir à la recherche d’un All-Star pour accompagner l’effectif actuel ou faire de la place pour tenter de récupérer des agents libres. Idéalement réussir à cocher l’option 2 et 3 en même temps, on a le droit de rêver.

Cap Hold & Trade Exception

Introduit dans le dernier CBA, la règle du cap hold a pour but d’empêcher les franchises de laisser tous les joueurs (dont ils ont les Early Bird ou Bird rights) libres avant de les prolonger une fois le marché des agents libres écumé. Tout le problème des Cavaliers est qu’ils auront des cap hold très problématiques sur LeBron James. En effet, si les Birds permettent à une équipe de passer au-dessus du salary cap sans être stoppée pour prolonger leurs joueurs, tout la problématique de Cleveland est que la franchise se retrouve avec 120% de son contrat (42M) en cap hold montant son salary cap à 147M – mais que même en s’en affranchissant : la franchise est toujours au-delà des 102M du salary cap.

Cela signifie que le salut des Cavaliers pour conserver James – et qui rend la mission si complexe – est d’arriver à reconstruire une équipe en évoluant entre le salary cap et le point de non retour. Par point de non retour, j’entends le moment où le propriétaire perd tellement d’argent en luxury tax que cela n’est plus possible de continuer. La mission sera donc d’éjecter suffisamment de contrats pour ne pas exploser les compteurs. Mais du coup, cela signifie qu’il faut réussir à s’améliorer sans pouvoir s’appuyer sur le marché des agents libres autrement que par des exceptions et salaires minimums.

Enfin, une bonne nouvelle, la franchise possède un certain nombre de trade exceptions, qui leur permettent de compenser des difficultés à faire matcher des échanges : 5,8M acquis dans celui de Kyrie Irving, 2,5M dans celui de Richard Jefferson et 1,3M via Kay Felder, soit un total allant jusqu’à 8,6M de déficit à compenser.

On termine par l’habituel récap’ des finances. On voit donc que LeBron a une option et va, à nouveau l’utiliser selon toutes vraisemblances. Ce qui nous mène à cet article, d’ailleurs. On voit que tous les joueurs susmentionnés gagnent bien des montants importants. On peut ajouter à la liste Kevin Love (24M), qui continue ses Playoffs décevants et Kyle Korver qui touchera encore 7,5M malgré ses bientôt 38 printemps. Néanmoins ses talents de gâchette le rendent toujours précieux par séquences.

On voit aussi que Cedi Osman, Larry Nance et Ante Zizic sont des ressources à bas prix pour d’éventuels échanges – ou des joueurs sur lesquels construire un semblant de base pour l’an prochain. A l’inverse, Rodney Hood est en fin de contrat, tout comme Jeff Green. Pour moi les Cavs doivent essayer de garder Hood à bas prix. Sa côte est basse et il est nécessaire de tenter de le relancer en lui proposant un contrat de 3 voire 4M pour compléter la rotation. En ce qui concerne Green, je suis plus circonspect. Son impact n’est jamais fameux, mais ses qualités athlétiques peuvent dépanner en bout de rotation. A priori il ne prétendra pas à une hausse de salaire dans le contexte actuel. De fait, pourquoi ne pas le conserver en fin d’été ?

Allez, c’est parti, on commence.

Que faire du pick ?

C’est la première question à laquelle il faut répondre. On sait que le pick est la clé ultime de la reconstruction, que ce soit pour trouver les stars de demain, à la manière des Sixers récemment, ou pour entourer leurs joueurs phares de futurs talents, comme l’ont fait les Celtics ces dernières années.

Si le modèle des Sixers n’est pas envisageable dans cette mission, on peut dire que le modèle de Danny Ainge peut être intéressant pour Cleveland, puisque cela amène un potentiel joueur important dans le roster – à bas prix. Oui mais voilà, souvenez-vous du retour de James à Cleveland, et essayez de vous souvenir ce qui est arrivé aux jeunes prospects et à Andrew Wiggins fraîchement drafté. Hé bien la plupart ont fait leurs valises pour assembler une équipe de vétéran. Alors à fortiori, à 33 ans, je doute sincèrement qu’un jeune potentiel le convainque de rester.

Autre point qu’il faut aborder, comme on le disait, l’effectif est plein de contrats boulets – or pour décider des équipes de bas de tableaux à récupérer ces joueurs aux contrats encombrants – un pick bien placé est l’arme ultime. Alors certes un choix 8 n’est pas l’idéal, mais cela peut convaincre une équipe de sauter le pas.

Oui, pour moi ce pick ne peut être utilisé le soir de la draft si les Cavaliers veulent se donner des chances de récupérer LeBron James. Il doit partir avant… Ou le soir-même.

Qui éjecter en priorité, qui peut-on envisager de conserver ?

Avant de commencer à envisager des scénarios, je pense qu’il faut aborder qui est important dans l’effectif actuel, avec qui tu peux faire quelque chose de cohérent, et qui peut te permettre de trouver une équilibre.

A échanger au plus vite

S’il y a un joueur qu’il faut faire partir à tout prix, c’est J.R. Smith. L’arrière a certes été précieux, mais il est clairement déclinant, avec un contrat important. Moins déterminant en attaque, devenu trop irrégulier, moins utile en défense qu’il ne l’a été, il a un investissement dans le basket et une concentration de plus en plus discutable. Si l’objectif est de convaincre LeBron de rester, il faut aussi montrer que certains coéquipiers pesants ne seront plus de l’effectif.

Lorsque j’imagine un nouvel effectif, il n’y en a aucun où j’imagine Smith jouer un rôle équivalent à la place qu’il prend dans le salary cap.

L’autre joueur que je chercherai à transférer en priorité : Jordan Clarkson. J’ai entendu à plusieurs reprises qu’il fallait un 6th man un peu fou pour gagner un titre. Si je suis d’accord que les joueurs feu follet à la Jason Terry (2011), Manu Ginobili, Eric Gordon sont de véritables atouts, je ne vois pas Clarkson suffisamment talentueux pour avoir ce rôle dans une équipe qui prétend au titre. L’ex-Laker a certe la faculté de scorer, mais il n’est pas capable de faire la différence face à des défenses de haut niveau, il n’a pas non plus le QI Basket de certaines stars en sortie de banc pour peser sur une rencontre.

A envisager selon les scénarios

L’apport de Tristan Thompson est finalement indéniable. Mettre quasiment 1/5eme de son cap sur le pivot est certes un peu rageant, mais il a montré encore cette année en Playoffs qu’il peut peser sur une série malgré ses lacunes. Petit pour un poste 5, il n’en est pas moins un rebondeur féroce, et une joueur capable de switcher sur des extérieurs convenablement. Il faut néanmoins prendre en compte qu’il est moins influent depuis 1 voire 2 ans. Bien sûr que si vous pouvez l’échanger, vous le faites. Mais il ne viendra qu’en seconde option pour Cleveland. Il faut aussi prendre en compte qui les Cavaliers veulent récupérer. Admettons qu’ils souhaitent récupérer un pivot, alors effectivement, il n’y a pas d’intérêt particulier à l’avoir dans le groupe. Derniers aspect, il faut prendre en compte que c’est un joueur qui se blesse peu. C’est tout bête mais dans la quête d’un titre, Houston peut en témoigner, mieux vaut avoir tout son monde au bon moment.

Ensuite, vient Kevin Love. C’est le second All-Star de l’effectif, et je sais qu’il déçoit les fans en Playoffs. Mais il n’y a pas 30 joueurs qui sont taillés pour stretcher aussi dangereusement sur le poste 4. Oui sa défense n’est pas parfaite, oui il se fait un traumatisme crânien tous les 3 matchs, mais son profil reste dur à trouver – à fortiori que ses 25M ne sont pas ce qui se fait de pire sur le marché ces dernières saisons. Là encore, il convient de voir les opportunités.

Enfin, dernier joueur qu’il faudra sortir en fonction des scénarios : George Hill. Le meneur ne justifie clairement pas son salaire selon moi, payer 20M pour son apport ne doit pas être un plaisir pour un GM. En même temps, son profil de point guard qui n’a pas besoin d’avoir tout le temps le ballon en main pour exister est intéressant. Surtout lorsque vous jouez avec James. Il est aussi un défenseur plutôt solide, ce qui vaut son pesant d’or dans des séries accrochées de Playoffs. Si on peut lui trouver un remplaçant, il aura son ticket de sortie, mais pas sûr de trouver pléthore d’opportunités pour le remplacer.

Un élément à prendre en compte

Récemment, j’ai constaté que LeBron était de plus en plus obsédé par une chose: la quête de joueurs « intelligents ». Bien sûr obtenir des All-Stars supplémentaires doit le tarauder dans sa guerre contre Golden State, mais je pense qu’il préfère des joueurs qui se sont établis comme des joueurs intelligents en Playoffs.

Je fais référence notamment à ce genre de déclarations :

« J’ai le sentiment que durant mon premier passage ici, je n’avais pas le niveau de talent pour affronter les meilleurs équipes NBA, sans parler de Boston. Quand tu vois Rondo, KG, Paul et Ray, on sait que ce sont des bons joueurs de basket. Mais on pouvait également voir que c’était de grands cerveaux. Rondo reconnaissait les systèmes à chaque fois qu’on les appelait. Je me disais ‘ok, ça va au-delà du basket’. »

En parlant de ses coéquipiers sur ces finales, il fait le choix de parler de joueurs talentueux, mais pas de joueurs intelligents, comme il qualifie ses adversaires :

« On a été en position de gagner deux fois sur trois. La marge d’erreur contre une équipe comme celle-ci n’existe presque pas. C’est comme jouer les Patriots. C’est comme jouer San Antonio. Quand tu fais une erreur, ils te le font payer parce qu’ils sont plus talentueux que toi, ils sont plus intelligents, et ils ont l’ADN de champions. »

Je crois que LeBron peut accepter moins de talent s’il sent des joueurs aguerris à ce jeu de Playoffs autour de lui. Et ce sera un élément à prendre en compte dans la suite du dossier. Même s’il est content d’avoir tenté d’enseigner à Kyrie Irving de « réfléchir plus vite », pour être intellectuellement prêt pour ces moments.

Les trades possibles pour du All-Star

Venons-en au cœur du sujet. Nous avons dit que le principal atout des Cavaliers était la possession de ce 8eme choix qui est un beau moyen de lancer sa reconstruction. Beaucoup se disent qu’un 8eme choix n’est pas assez séduisant : je vous laisse regarder la position de sélection des Warriors et des Bucks avant de vous engager sur cette voie.

Le sujet a fait débat au cœur de nos équipes, il le fait encore et continuera à le faire tant que le King n’aura pas prolongé ou choisi sa destination. Voici donc des pistes qui ont été envisagées.

CJ McCollum

Les Blazers stagnent, ils manquent de cap pour aller chercher de nouveaux joueurs, ils vont devoir prolonger Jusuf Nurkic pour ne rien arranger à leur situation. Grands perdants de la free agency 2016, ils pourraient être tentés de casser leur back-court pour rééquilibrer le roster. On imagine que la franchise cherchera à courtiser James pour un sign&trade, on imagine qu’elle peut tout à fait réessayer l’an prochain sans bouger son groupe, mais il semble que sans une arrivée providentielle, ils pourraient aussi choisir de tenter un virage.

Damian Lillard reste le visage de la franchise, et c’est donc McCollum qui pourrait partir.

A titre personnel, je ne suis pas friand de cette option, mais toujours est-il que cela permettrait d’améliorer les lignes extérieures, surtout s’il fait des efforts défensifs et cohabite avec George Hill – qui deviendrait définitivement un gestionnaire de tempo, mais surtout un 3&D l’essentiel du temps.

Deux choix ici :

  • Essayer de proposer le pick 8 et équilibrer les salaires. Le soucis c’est que titulaire d’un contrat de 25M, les Cavaliers ne vont pas ajouter Kevin Love au pick. Il faudrait donc mettre J.R Smith + Kyle Korver et utiliser une part des trade exceptions pour égaler le montant. On peut douter que les Blazers soient intéressés. Ou alors, il faudrait mettre Smith + proposer un sign&trade à Rodney Hood pour un montant dans les 11/12M. Ce ne serait pas une terrible nouvelle mais ça n’avancerait pas tant que ça l’Oregon sur le plan sportif. D’autant que le sign&trade si souvent évoqué en NBA n’est pas si fréquent que cela. Vient l’autre option.
  • Un échange sec entre McCollum et Kevin Love. Cela ne règlerait pas le problème des Blazers sur les ailes, mais cela permet de former une raquette Love/Nurkic assez talentueuse avec Lillard pour piloter le tout. Côté Cavaliers, cela ramène un joueur capable de faire beaucoup de choses et qui semble avoir une approche cérébrale du jeu qui pourrait satisfaire James. Cela offre également un véritable manieur de ballon susceptible de marquer en isolation à ses côtés.

Malgré tout, je peine à voir l’échange se faire, et je peine à voir l’intérêt sportif pur et dur de son arrivée. Le joueur n’a pas vraiment fait ses armes en Playoffs, reste très léger en défense et l’échange n’est pas si facile à monter. Si le pick part, convaincre Portland d’ajouter de nouveaux contrats compliqués à leurs caisses déjà saturées semble impossible. Si Love part, il faut alors trouver un 3 ou un 4 avec la faculté de jouer avec LeBron, et c’est un véritable casse-tête (si l’on ne veut pas se retrouver avec Ryan Anderson).

Bradley Beal

Cette option aussi a été lancée par un membre de QiBasket qui le voyait comme un fit idéal. Je dois dire que je suis plutôt d’accord que ramener un joueur de cet ampleur aurait de quoi séduire LeBron. Excellent shooteur, compétiteur, capable d’hausser son niveau de jeu, Beal ferait un bien fou aux Cavs.

Mais la situation des Wizards n’est pas si désespérée. Certes la saison est un échec, mais je ne pense pas qu’il soit impossible pour cette équipe de progresser. Surtout, au vu de leur situation financière, les Wizards pourraient choisir d’attendre 2019 avant de réaliser le moindre mouvement ou de prendre la moindre décision.

Quand je vais encore plus en profondeur, les Wizards n’auraient pas besoin d’un poste 4 pour s’améliorer, le rapport qualité/prix de Markieff Morris reste assez satisfaisant – et donc Kevin Love n’a rien d’une option super séduisante. Le pick permettrait d’ajouter du talent mais de là à lâcher un jeune arrière déjà All-Star ? Nope. Je pense qu’il n’est pas nécessaire d’aller plus loin, ce n’est pas la meilleure piste pour la mission « Garder LeBron ».

Par cavsnation.com

Kemba Walker

Récupérer un super meneur de jeu, le tout à 12M, voilà une idée qui a de quoi enthousiasmer. Le joueur risque de quitter Charlotte dans le futur puisque l’équipe n’arrive pas à s’imposer à l’Est. Alors faire cohabiter avec George Hill c’est pas fameux (c’est clairement un très petit backcourt), mais ça ouvre déjà des perspectives. Sa défense ne fait pas rêver, si on continue, et reste à voir comment il évolue si LeBron ne lui laisse pas la balle autant qu’à Kyrie. Sauf que justement, il évoluait avec Batum qui organisait le jeu, et il a un profil « à la Irving » qui peut plaire à LeBron.

Il faudra par contre donner le pick 8 – et au mieux – tenter d’ajouter Jordan Clarkson ou J.R Smith si on ne souhaite pas inclure d’autres joueurs. Les Cavaliers auraient alors un trio Kemba – LeBron – Love qu’il faudrait entourer : notamment en montant une défense digne de ce nom !

Le soucis, c’est qu’ils se retrouveraient sans cap supplémentaire, sans le pick pour s’en faire, et donc sans grandes perspectives pour s’améliorer. Avec des Role players vieillissants.

Une autre solution est à envisager : Kevin Love, vous l’aurez deviné. Voire Kevin Love, et le pick ! On peut ouvrir la boîte de Pandore et les deals en triangle, c’est une possibilité : mais mettons un autre élément en jeu, l’échange doit aller vite pour les Cavaliers : avant ou pendant la draft.

On peut imaginer donc ces scénarios :

Kemba Walker + Jérémy Lamb Vs Pick 8 + George Hill

Kemba Walker + Jeremy Lamb Vs Pick 8 + JR Smith

Kemba Walker + Jeremy Lamb + Dwight Howard Vs Pick 8 + George Hill + Tristan Thompson

Kemba Walker + Jeremy Lamb + Marvin Williams + Frank Kaminsky Vs Pick 8 + George Hill + Kevin Love

Mais honnêtement, plus le trade est important, plus on se rend compte que ça ne tient absolument pas la route. Le premier (en gras) semble le plus probable. Mais côté Hornets, ce sont les 2 pièces les plus valuable ce qui risque de rendre les négociations très tendues. Je mets également en italique celui qui est le plus pratique pour les Cavaliers s’ils souhaitent ensuite échanger George Hill et Kevin Love pour ramener un autre joueur.

Si l’échange en gras se fait, cela permet à l’équipe d’aligner un 5 : Kemba Walker – Jeremy Lamb – LeBron James – Kevin Love – Tristan Thompson

Ce roster a un talent offensif indéniable, mais pour monter une défense qui se respecte, quelle galère. Alors jouer le titre sans cette défense…

DeMar DeRozan

Il serait ironique ce scénario, hein ? Néanmoins, lorsque je réfléchis à une équipe qui peut exploser son effectif et lâcher un joueur de gros calibre – on est obligé de se tourner vers Toronto. Est-ce que le meilleur moyen pour vaincre le complexe de DeRozan ne serait pas de jouer avec la source du complexe, finalement ?

Alors avant d’aborder ce choix, disons que là encore c’est compliqué à monter. Parce que les Raptors entendent potentiellement encore être compétitifs (bon… la nomination de Nick Nurse – assistant hier soir, remet cet argument en cause), les convaincre de lâcher leur meilleur joueur, risque de ne pas être aisé. En prime, le contrat de DeRozan pique un peu : 27,7M. A côté, il faut se battre avec les contrats de 31M de Kyle Lowry et de 21,7M de Serge Ibaka. Pas facile de composer.

Je pense que rien ne se passera et voici pourquoi : s’ils lâchent DeRozan aux Cavaliers, ils vont vouloir le pick mais il faut compenser son contrat. Difficile de donner des contrats boulets via un échange à un GM tel que Masai Ujiri, plus proche d’un Danny Ainge (Celtics) que d’un Dell Demps (Pelicans). Pour compenser son contrat un Kevin Love serait préféré, mais cela rendrait nécessaire d’ajouter ou d’échanger dans la foulée Serge Ibaka (trop cher payé) ou Jonas Valanciunas (or la recherche d’un nouveau coach a pour but, peut être, de mieux l’utiliser). Inclure ces joueurs va nécessiter beaucoup de mouvements pour au final ne pas vraiment servir Toronto. Je ne vois pas Toronto sortir avantagé de tout échange, ni les Cavs, d’ailleurs.

A fortiori l’historique entre les équipes ne devrait pas rendre cet échange très envisageable pour les GMs.

D’autres échanges ?

Il est possible que d’autres scénarios ressortent, mais néanmoins, je n’en vois pas de parfaitement réalisables et qui permettraient de convaincre James de rester. Il y a tout de même beaucoup d’équipes en reconstruction, en train d’émerger ou dont les rumeurs ne paraissent pas compatibles. Je ne crois pas par exemple en la piste Kawhi Leonard, et de toute façon, quel intérêt de récupérer ce tour de draft avec un Kevin Love pour récupérer l’ailier ? Les Spurs ont déjà LaMarcus Aldridge – et n’auront certainement pas envie de s’encombrer. Et en continuant à faire le tour, aucune autre situation ne semble favorable.

Il est maintenant l’heure de se pencher sur les sign&trade et possibles échanges pour tenter de remodeler l’effectif.

Trade pour du cap & sign&trade

Nous allons commencer par montrer 2 échanges types qui permettraient ensuite de libérer de l’espace pour récupérer des joueurs – puis nous aborderons les principaux agents libres qui peuvent amener de l’intérêt.

Trade avec les Bulls

Si les Cavs veulent recruter il faut aussi pouvoir se faire de la marge. L’utilisation du pick est dans ce cas là crucial pour, d’une certaine manière, louer le cap disponible d’autres équipes. Une possibilité que j’ai déjà abordé sur cet article sur la reconstruction de Chicago, je parle de la possibilité d’un échange de ce type :

Pick 8 + J.R Smith + Tristan Thompson Vs Robin Lopez

ou

Pick 8 + J.R Smith + Jordan Clarkson Vs Bobby Portis + Robin Lopez

Certains peuvent se dire que cet échange est prohibitif pour un joueur comme Lopez. Oui, il est vrai qu’en terme de valeur, les Cavaliers perdent beaucoup plus. Mais le pivot ne coûte que 14M, reste un défenseur solide et un bon joueur d’équipe. Il permet également aux Cavaliers en plus de trouver leur pivot titulaire de libérer un peu plus de 17M de contrat. C’est un moyen de tenter de se tourner vers de possibles sign&trade (en faisant un deal en triangle sur cette base : drafter un joueur pour une équipe, puis contacter une autre équipe) ou en se penchant sur les cas Kevin Love & George Hill selon les situations.

Pour la seconde proposition, cela permet de se libérer des 2 joueurs à sortir, et de récupérer un joueur à bas prix. J’ai plus de mal à voir les Bulls accepter un échange de cette nature, mais s’ils sont prêts à utiliser leurs birds rights pour signer Zach LaVine par la suite, pourquoi pas.

Dans les 2 cas, l’objectif ici est de trouver son bonheur via un sign & trade important par la suite, et, la signature de role players à très bas coût pour donner une nouvelle cohérence à ce groupe. Nous ferons d’ailleurs un tour sur la free agency plus tard.

Trade avec les Hawks

L’objectif ici serait de faire un peu de place, mais surtout, de récupérer Dennis Schroëder. L’idéal eut été de louer leur cap, mais nous en parlerons avec la seconde possibilité, qui dépend notamment de la décision de Dewayne Dedmon.

La première solution est donc de proposer un échange de cet ordre :

Dennis Schroëder Vs Pick 8 + George Hill + Jordan Clarkson (ou J.R Smith)

Cet échange permet une upgrade au poste de meneur avec quelqu’un de plus productif offensivement. Si les Cavaliers arrivent à se débarrasser de Jordan Clarkson (ou J.R) en parallèle, c’est un plus. Mais à choisir, je préfère garder Smith en espérant tirer une dernière bonne année de lui suite à son exercice décevant que Clarkson qui n’a simplement pas le talent pour être là. Cela ouvre la voie vers un 5 : Dennis Schroëder – Rodney Hood ? – LeBron James – Kevin Love – Tristan Thompson tout en laissant la possibilité de monter un échange autour de Love et de signer pour environ 15M.

La seconde, si Dewayne Dedmon active son option pour une année supplémentaire me plaît.

Dewayne Dedmon Vs Pick 8 + Jordan Clarkson + Tristan Thompson

Pareillement qu’avec l’échange autour de Robin Lopez, on peut se dire que Cleveland lâche beaucoup pour… peu. Mais Dedmon a montré aux Spurs qu’il est précieux bien utilisé. Surtout, il ne coûte que 6,3M ! Cela veut dire que Cleveland s’évite une luxury tax énorme, tout en envoyant ailleurs Clarkson, tout en trouvant un joueur capable d’améliorer la défense des Cavs’.

Les 4 principaux agents libres !

On précise que quoi qu’il en soit, les Cavaliers étant en eau trouble financièrement, attirer un de ces joueurs nécessite un sign&trade !

  1. Kevin Durant : Je ne voulais pas le mentionner parce que cela me semble trop moche et improbable. D’autant qu’il faudrait forcément un sign&trade et que je ne vois pas les Warriors accepter cela avec les Cavaliers. Enfin bon, s’il y a une infime possibilité, il faudrait que Draymond Green joue définitivement 5, aux côtés d’un Kevin Love en 4, et que les Cavaliers se débrouillent pour faire de la place avant de monter l’échange. On imagine que la présence d’un KD ferait signer LeBron sans trop de soucis, non ?
  2. DeMarcus Cousins : Là encore, je ne crois pas du tout à cette éventualité. Pourtant, Cousins pourrait être intéressé selon le montant du contrat, les Pelicans pourraient être tentés de posséder une raquette Love-Davis, très complémentaire. Cela ne règlerait pas leur problème au poste 3, mais cela limiterait la casse. En revanche, je ne vois pas James séduit à l’idée de voir venir Cousins, si talentueux soit-il, après une rupture du tendon d’Achille. Oui, car quitte à faire un échange de cet ordre, autant s’assurer que le King soit conquis au point de rester. En tout cas, s’il l’était, cela serait le sign&trade le plus facile à envisager pour les 2 équipes. On peut par exemple imaginer voir Kevin Love et Tristan Thompson partir contre DMC et E’Twaune Moore. Les Cavaliers auraient alors intérêt à avoir bien utilisé leur pick au préalable pour équilibrer le roster…
  3. DeAndre Jordan : J’ai presque failli oublier cette option tellement elle me semble incompatible avec le jeu de James (en attaque), et potentiellement inintéressante sur le plan financier (rapport qualité/prix, en somme). Tout le soucis est à qu’à 29ans, au vu de ses chiffres et de sa fiabilité physique, il peut prétendre à un très gros contrat. Il cherchera certainement à en avoir un. Et je ne vois pas sa présence suffisante alors qu’il ne pèse pas sans ballon autrement que sur pick&roll. Récupérer le joueur aura un impact sur la défense, oui. Et c’est déjà un bon point. Mais le rapport qualité/prix pour un joueur aussi frustre en attaque ne me semble pas optimal. D’autant que les Clippers n’ont aucun intérêt à faciliter l’échange en prenant des contrats pénibles s’ils ne récupèrent pas le choix 8. Et ça, franchement, non.
  4. Paul George : La meilleure cible, c’est forcément lui. On sait le respect mutuel entre les 2 joueurs depuis les séries entre Heat et Pacers. Je pense que son arrivée serait une raison suffisante pour provoquer la prolongation du King. Excellent 2 way player, possédant un jeu très complémentaire de celui de James, le sign&trade est possible puisque le scénario (hautement probable) d’un opt-in de Carmelo Anthony ne laisse aucune marge financière à son équipe pour recruter s’il part. Autant donc récupérer Kevin Love et un asset pour son banc. Il est pour moi, en réalité, le seul joueur sur le marché qui peut faire rester James (et dont j’envisage l’arrivée). Ce qui nous mène … aux scénarios évoqués en début d’article.

Deux scénarios convaincants

Pour expliquer ces scénarios, qui peuvent contenir eux-mêmes plusieurs possibilités, il faut prendre en compte ce qui a été dit tout au long de l’article. Je vous propose donc d’y aller sans fioritures, on en a déja assez fait !

1 – Paul George + Nouveau pivot + FA

C’est pour moi la/les solutions qui amèneraient Cleveland dans la situation la plus équilibrée.

1/ Dewayne Dedmon Vs Pick 8 + Jordan Clarkson

2/ Paul George Vs Kevin Love + Kyle Korver (et trade exceptions si nécessaire(s))

3/ Signature agents libres : Jamal Crawford + Ersan Ilyasova

4/ Conserver Rodney Hood : qualifying offer

Effectif à disposition :

5 de départ : George Hill – Rodney Hood – Paul George – LeBron James – Dewayne Dedmon

Banc : J.R. Smith, Rodney Hood, Cedi Osman, Jeff Green, Ersan Ilyasova, Larry Nance Jr, Ante Zizic + 3 contrats minimum

Pourquoi ces choix ? Les Cavaliers sont arrivés en finale avec la 29eme défense NBA, et un Kevin Love qui, on le savait, ne serait pas au niveau pour les finales. Avec ce roster, l’équipe monte une défense qui peut faire un excellent travail. Le constat est d’autant plus fort que George reste un des meilleurs défenseurs en NBA. James peut donc porter l’attaque et défendre par séquences. L’arrivée de Dedmon n’est pas une upgrade par rapport à Thompson. Néanmoins il est beaucoup plus dissuasif que TT.

Sur le banc il faudrait faire une bonne affaire pour trouver un véritable meneur remplaçant (je plaide Ty Lawson, mais je comprends les réticences) et un soldat en défense. Si Jamal Crawford peut apporter un peu de folie sur le banc, il faudra peut être alterner la présence de James sur le banc avec celles de Hill et George. En s’offrant Ilyasova l’équipe peut stretcher du poste 4 lorsque le besoin s’en fait vraiment sentir. Je pense que c’est un excellent roster, athlétique, et bien mieux calibré pour donner au meilleur joueur de sa génération les clés pour défier la NBA.

 

2 – Paul George + deal Hornets + FA

Cette autre solution donne un trio d’élite, condition sine qua none à sa prolongation pour certaines personnes au sein de nos équipes. Essayons de bricoler cela !

1/ Kemba Walker + Jeremy Lamb Vs Pick 8 + J.R Smith

2/ Paul George Vs Kevin Love + Kyle Korver (et trade exceptions si nécessaire)

3/ Signature : Ersan Ilyasova

4/ Conserver Rodney Hood : prolongation

Effectif à disposition :

5 de départ : Kemba Walker – Jeremy Lamb/George Hill – Paul George – LeBron James – Tristan Thompson

Banc : Jeremy Lamb/George Hill, Rodney Hood, Cedi Osman, Jeff Green, Ersan Ilyasova, Larry Nance Jr, Ante Zizic + 3 contrats minimum

Pourquoi ce choix ? Si LeBron veut à tout prix 3 menaces offensives majeures, alors cet effectif lui permet de reconstruire un duo semblable à celui qu’il avait avec Kyrie, mais en ajoutant Paul George. Y a pas à dire, ce trio peut détruire n’importe quelle défense : que le jeu offensif circule bien ou en tablant sur de l’isolation – ce groupe pourra toujours scorer. La défense ne serait en revanche pas aussi étouffante que dans la précédente proposition mais le gap n’est pas non plus si énorme.

Le coach a le choix entre débuter avec Hill, Lamb, voire de décaler George en 2, garder James en 3 et intégrer Ilyasova qui est un joueur à l’impact régulier derrière l’arc. Là encore, l’équipe a de quoi dominer sa conférence – et cette fois faire très mal en finales NBA. Si elle y va.

Récap agents libres

Mes 2 propositions sont bien sûr très compliquées à réaliser, et même si les scénarios se mettent en place, avoir les agents libres ciblés paraît bien complexe. Pour vous aider à composer par vous même un effectif qui vous plairait, je vais vous faire une liste de joueurs intéressants pour Cleveland et LeBron. Prenez en compte par ailleurs, que les postes sont de moins en moins fixes en NBA. Il est désormais plus facile pour un meneur de jouer 2, pour un arrière de jouer 3, pour une équipe d’évoluer avec 2 voire 3 ailiers dans une line-up. Je rajoute enfin, que je parle à un moment où, les joueurs avec des options (équipes et joueurs), n’ont pas donné leur décision. Basez vous donc sur cette liste.

N’ayant que des exceptions et des contrats minimums à proposer, je vous mets en rouge les joueurs qui sont inaccessibles.

Il faut également préciser que Cleveland ne pourra s’adjuger quasiment que des UFA (unrestricted free agent), c’est à dire des joueurs dont les équipes ne peuvent s’aligner sur les salaires qu’on leur propose. Cleveland n’aura pas assez de marge pour pousser des équipes à laisser partir leurs joueurs.

A la mène : Pour moi c’est le bémol de cette FA pour Cleveland, il n’y a quasiment aucun meneur de jeu réputé qui leur soit facilement accessible. Néanmoins avec James et les éventualités abordées, l’équipe peut composer en essayant de trouver une option pas chère, en tentant un petit pari. Mais pour les principaux noms que vous pouvez trouver ici… Compliqué. Pour donner tout de même quelques pistes, voici des noms à la volée : Ramon Sessions, Ty Lawson, Jameer Nelson, Lorenzo Brown ou encore Mario Chalmers.

A l’arrière : Les principaux shooting guards sont ici. Evans et LaVine seront inaccessibles. Ce sera également le cas pour des joueurs comme Avery Bradley qui aurait parfaitement complété le premier scnéario, KCP dont la valeur est un peu dure à évaluer coûtera éminement trop cher, Wayne Ellington qui sort d’une grosse saison peut éventuellement se tenter, Danny Green même dans le flou qui règne à San Antonio me semble inaccessible. Pour un contrat minimum, pourquoi ne pas envisager un vétéran racé comme Jamal Crawford également ?

Ailiers + Ailiers forts : Je commencerai sur les ailes avec un des joueurs les plus intéressants : Trevor Ariza, super role player qui peut évoluer sur plusieurs postes. Vient ensuite Wilson Chandler, qui sort d’une saison décevante et peut être relancé à un prix convenable. Toujours dans la même équipe, il y a évidemment Will Barton mais le joueur cherche un gros contrat. En second recours, on peut également penser à Davis Bertans, Doug McDermott (mais RFA) ou encore Michael Beasley si on veut scoreur hors système. Enfin, un joueur dur au mal avec un profil à la Trevor Booker peut intéresser. Revient aussi le cas Ersan Ilyasova que je plébiscite beaucoup – et des cas du type Luc Richard Mbah a Moute, Anthony Tolliver ou Quincy Acy pour voir large.

Pivot : Il y aura déjà 2 pivots dans l’effectif sauf échange surprise. Si le besoin se fait ressentir, néanmoins, quelques noms peuvent intéresser : Greg Monroe, Brook Lopez (potentiellement beaucoup trop cher et un peu anachronique), Aron Baynes, Nerlens Noël (trop gourmand mais sait-on jamais), JaVale McGee ou encore Salah Mejri sont intéressants. En ce qui me concerne, j’aime beaucoup les options Baynes, McGee et Mejri pour avoir de la production à bon prix.

Voilà donc des pistes pour lire ce que pourrait faire Cleveland pour convaincre le King de rester. Continuer à envisager des scénarios aurait rendu cet article déjà très long absolument indigeste. Dans tous les cas, je pense sincèrement que les joueurs évoqués en premier lieu ne seront pas suffisants à convaincre LeBron de prolonger son bail en Ohio. Je suis également plutôt convaincu que réussir à bien rentabiliser le pick et attirer George sont les 2 armes pour s’assurer son retour. Si l’on y pense, James a beaucoup de raisons de rester : statut de Dieu vivant dans la ville, son image, et le fait d’y avoir déjà ses marques. Ce qui peut le séparer de la ville est l’envie d’un nouveau challenge, le bourbier sportif dans laquelle l’équipe s’est rapidement mis et la lassitude. Mais avec un effectif adapté et une bonne stratégie, je crois qu’il reste encore des chances pour la franchise, même si on peut être deçus qu’elle n’est pas de marge pour récupérer 1 ou 2 rôle player dans la force de l’âge sur le marché. Aux dirigeants d’inclure LeBron dans le processus et de convaincre des partenaires de l’aider maintenant.

On attend désormais vos commentaires sur les réseaux sociaux, ou en bas de cet article. On attend vos propres scénarios, vos propres échanges. Bref, si vous avez envie de réfléchir à la question, on débattra très volontiers avec vous !