Non non non, je vous vois derrière votre écran les fans du Heat ! Posez votre Twitter avant de venir m’arroser d’essence en lisant le titre. On va se parler franchement aujourd’hui, raie luisante dans la raie luisante! Vous avez une équipe trustworthy comme disent les Ricains, une base solide, un coach solide, une cohésion d’équipe, mais où est l’excitation des 10 dernières années ? Quand est ce qu’on « feel the heat » ?

Depuis que LeBron est reparti dans l’Ohio, il y a bien eu la petite mascarade Wade, mais au final c’est un peu comme quand vous êtes en couple depuis 15 ans et que ça s’engueule : Ca claque les portes, ça lâche quelques punchlines mais le soir on fini par se réconcilier sur l’oreiller parce qu’on sait qu’en vrai on ne sait pas vivre l’un sans l’autre. Encore cet été, Flash qui « hésite » entre Miami et la Chine… Ouais si tu veux, il faut bien remplir les colonnes du Miami Herald.

Où est passé le Pat Riley, renard de free agency ? Pourquoi plus personne ne veut exporter ses talents à South Beach? Pourquoi une équipe à qui il ne manque pas grand chose n’attire pas un gros franchise player pour revivre la chaleur des nuits de Floride ? L’argent c’est sûr, mais what else?

La saison passée était un copié/collé de la précédente et risque d’être aussi une copie insipide de celle à venir. Les Playoffs avaient été manqués de peu il y a deux ans grâce à l’éthique sportive de certains. L’année dernière, les Sixers avaient représenté une marche trop haute à gravir justement par ce manque de star, au moins une (et Whiteside qui ne se fait pas dessus). D-Wade avait su ressortir du bois au bon moment mais on ne peut plus demander à ses genoux de porter l’équipe à lui seul. La free agency s’annonçait morose sauf trade de Whiteside ou Waiters. Il n’en fût rien et Miami Beach s’est changé en plage de Normandie en automne. S’y promener, à la limite, s’y baigner, heeeeell no!

Résumé de l’été

Dès l’ouverture de la free agency, l’ancien d’UNLV Derrick Jones Jr. paraphe un contrat de 2 ans pour 3.16 millions, le genre de rôle player jeune qui peut toujours servir. Beaucoup plus important, Wayne Ellington a été resigné le 13 juillet pour 6.27 millions sur une année. Pas si cher que ça pour un joueur très important pour la 2nd unit du Heat. A part ça rien, ou presque, puisque Malik Newman est arrivé en tant que two-way player. Il avait notamment permis aux Jayhawks de Kansas de sortir Duke du Final Four avec 13 pions enfilés dans la prolongation pour un total de 32 sur le match, pas dégueu. Marcus Lee et Briante Weber viennent ensuite colmater les brèches de l’effectif, plusieurs semaines avant le retour attendu (ou plutôt espéré) d’Udonis Haslem. Le vétéran rempile pour un an et 2,4 millions de dollars, le genre de news qui donne le smile. Arrivé à Miami en 2003 en provenance de Chalon-sur-Saône, il s’est imposé comme gardien du vestiaire et comme figure emblématique discrète, le mec que tout le monde aime quoi. Sa présence est un plus pour garder l’église au milieu du village.

Concrètement, le roster n’a quasiment rien de changé par rapport à celui de l’an passé, il ne manque qu’un certain Flash :

Meneurs : Goran Dragic, Briante Weber

Arrières : Wayne Ellington, Tyler Johnson, Rodney McGruder, Dion Waiters, Malik Newman, Dwayne Wade (allez dépêche)

Ailiers : Justise Winslow, Luke Babbitt, Derrick Jones Jr, Josh Richardson

Ailiers forts : James Johnson, Udonis Haslem, Marcus Lee, Yante Maten, Kelly Olynyk, Jarnell Stokes

Pivots : Hassan Witheside, Bam Adebayo, Jordan Mickey

Jeu & Coaching

Difficile de ne pas mettre en lumière le coaching d’Erik Spoelstra. Arrivé en 95 comme assistant vidéo, il a été promu assistant coach principal en 97. Quand on grimpe les échelons aussi rapidement, on a forcément un petit quelque chose que les autres n’ont pas. Ce petit quelque chose c’est (entre autre) sa capacité à insuffler ses idées dans ses joueurs pour qu’ils les appliquent à la quasi perfection sa tactique. On l’a vu entre autre l’année passée avec une série de 2 ou 3 game winner en sortie de temps mort avec à chaque fois un shoot plus ou moins ouvert, signe d’une excellente application de système. Pour moi la marque des grands coachs est là et pas vraiment ailleurs. Prenez Pop, sans crouler sous les superstars, il a réussi produire un jeu avec une identité et des systèmes rodés, connus de tous et pourtant si bien exécutés qu’ils en deviennent indéfendables. Nul doute dès lors que le natif d’Evanston arrivera à faire ronronner son équipe jusqu’à une 6/7/8ème place à l’Est, encore plus depuis la potentielle probable certaine inéluctable chute de Cleveland.

L’effectif n’ayant pas bougé, on devrait continuer à voir un bloc compact en défense, qui va au charbon. Une attaque plus laborieuse qui va retrouver un Dion Waiters qui aura surement faim de jouer. Le jeu de Miami est, bien sûr, orienté vers l’intérieur avec des Whiteside, Johnson (James) qui peuvent tenir l’impact physique avec toutes les raquettes de la Ligue (Merci Cousins). Un Ellington en embuscade pour récupérer les kick out et envoyer à 3 points, la force de drive et la qualité de finition de Dragic, l’impact physique de Winslow s’il retrouve un peu son basket et un banc largement capable de tenir tête à la plupart de ceux de la NBA. Comme je vous l’ai dit, il semble ne rien manquer au Heat, et pourtant…

Quel 5 majeur ?

A mon sens le 5 le plus performant pour le Heat est Dragic-Ellington-Winslow-Johnson-Whiteside même si Adebayo frappe très très fort à la porte tant Hassan a montré ses limites à bien des égards la saison passée. Il faudra voir aussi le retour de Waiters qui avait survolé les derniers mois avant de se blesser (année de prolongation de contrat). Le banc du Heat est assez bien garni avec Olynyk, Jonhson (Tyler), Wade et Richardson. Il semble ne rien manquer à cette équipe cohérente dans sa structure mais à qui il manque pourtant ce gars capable de coller 25/30 points quasi tous les soirs.

Goran Dragic – Wayne Ellington – Justise Winslow – James Johnson – Hassan Whiteside

Forces du roster

Clairement son homogénéité. C’est une équipe bien balancée de bosseurs à part quelques exceptions. Le soucis c’est que ces exceptions coûtent cher en contrat. Heureusement il s’agit probablement de la dernière saison plate du Heat car en 2020 Witheside sera agent libre et cela permettra de réaliser enfin le gros coup tant attendu par les fans. A côté de cela, rajouter l’excellent coaching de Spoelstra mais surtout la bonne exécution par ses joueurs.

Une fois n’est pas coutume, c’est surtout en attaque que le Heat devrait marquer ses points, étrange ironie. 7eme défensive rating de la ligue l’an passé, Miami n’a aucune raison de ne pas être, une nouvelle fois, une excellente équipe de ce côté du terrain, avec énormément de joueurs qui sont des défenseurs de première catégorie (Justise Winslow, Josh Richardson, James Johnson pour ne citer qu’eux).

Faiblesses du roster

Ce manque de fantaisie, de créativité, de franchise player performant. Des gros salaires blessés, paresseux, capricieux. Le reste ne pose pas de souci majeur au contraire.

Pour cause, c’est en attaque que l’équipe doit s’améliorer, non pas car elle manque d’équilibre, mais car elle a besoin d’un joueur qui soit une mance permanente.

Le joueur clé : Bam Adebayo

Même Si Witheside devrait livrer une saison à fond pour aller chercher un gros contrat l’an prochain, il y a fort à parier que le Heat ne se laissera pas convaincre de l’intérêt de lui reproposer un deal. Donc Bam va devoir prouver qu’il a la carrure pour être le nouveau Capela, c’est-à-dire un gars qu’on attendait pas forcément et qui s’est révélé en présence d’un joueur d’exception qu’il faudra faire venir aussi. En somme, le joueur le plus important n’est pas celui qui sera le plus fort la saison prochaine, mais celui qui doit faciliter l’avenir d’une équipe pour qui les enjeux ne seront, à nouveau, pas vraiment au moment présent.

La problématique de l’équipe : Qui choisir en franchise player ?

2020 arrive et il va falloir se préparer à du changement côté South Beach. Une équipe solide c’est bien, une équipe qui fait rêver, c’est mieux. Cet été-là il faudra prendre une décision sur Whiteside, Dragic, Tyler Johnson principalement. Si Dragic pourrait s’envisager comme un dernier contrat pour lui, il sera peut-être prêt à réduire la voilure en terme d’argent. Tyler Johnson est précieux en 6/7ème homme. Reste donc l’argent de Whiteside. Le Heat veut déjà exercer sa team option sur Adebayo donc le message semble clair pour Hassan : Soit on te trade, soit tu seras free agent et il faudra montrer aux autres équipes pourquoi on te filerait la blinde. Le salaire moyen du pivot est de 24 millions l’année. Bien sur le Heat voudrait le trade mais personne ne semble preneur et beaucoup de free agent vont prendre un gros contrat en 2019. Il faudra surement le coupler avec un contrat avantageux comme celui de Josh Richardson (9 millions/an et 4 années de contrat). Si Witheside part il faudra reprendre un pivot. Si Bam fait le job on pourra en prendre un de seconde zone. On pourrait avoir en trade sec Whiteside/Richardson contre McCollum/Leonard de Portland par exemple.

Autrement dire, il faut un « FP » et rien ne nous dit que cette équipe restera ensemble pour toute la saison.

Pronostic

7eme à l’Est, entre 41 et 43 victoires.

Bah oui comment mettre un autre bilan après tout ce dont je viens de parler. Une saison équilibrée pour une équipe équilibrée. Une équipe parfaitement réglée avec des joueurs interchangeables. Il sera temps lors des prochains étés de savoir vers où Miami veut aller. Maintenir une certaine léthargie positive et tenter un all-in maintenant que le King est parti à l’Ouest. Il y a des arguments à South Beach pour faire venir des stars, à Pat Riley de prouver qu’il est toujours El Padrinho dans le Sud de l’Amérique.

L’avis du compte FR : Heat_NationFR

Quel bilan tires-tu de la saison passée ?

Concernant la saison dernière, je pense que la saison du Heat a été plutôt bonne. Avec un bilan de 44 victoires pour 38 défaites (6ème de l ‘Est au final), le Heat a fait la saison que j’imaginais, et que j’avais annoncé. Miami a pourtant connu des blessures en nombre, avec principalement Waiters season out au bout de 30 matchs, et Whiteside qui a manqué 28 matchs, il est même arrivé à Spoelstra de jouer avec Ellington en Meneur lors d’une période tellement il manquait du monde… Seul Josh Richardson a joué la quasi totalité des matchs (81 sur 82). En parlant de Richardson, il a été la surprise de la saison en Floride. Il s’est révélé comme étant un très bon joueur, il est plutôt complet, surtout défensivement, où il a montré qu’il avait un gros potentiel dans cette caractéristique du jeu. Malheureusement pour lui, il n’a été cité ni dans la course au M.I.P., ni dans les votes pour les All Defensive Teams… Il faut aussi saluer aussi la saison de Goran Dragic, qui est devenu All-Star en février dernier ! Notre meneur a, tout de même, tourné en 17-4-4 sur ses 75 matchs disputés la saison dernière. A noter enfin que des gars comme Ellington (qui a fait sa plus belle saison en carrière), James Johnson (qui a confirmé sa solidité) ou Bam Adebayo (qui sent le talent) ont montré de belles choses au cours de la saison. Les Playoffs en revanche ont été nettement plus compliquées. Le Heat est donc tombé sur les Sixers, et les hommes de Spo n’ont pas fait long feu face à un adversaire bien plus fort, à l’image de Whiteside sur la série. Je vais pas le cacher que j’ai été déçu car je ne voyais clairement pas le Heat sortir en 5 matchs, je pensais plus que le Heat pouvait pousser la série à 6 voir 7 matchs et s’imposer…

Que penses-tu de l’été de la franchise ?

Durant cet été, le Heat, qui a très peu, voir pas du tout de marge dans son salary cap, n’a pas fait grand chose. Il reste la dernière année de Chris Bosh (26.8M $), et surtout, Tyler Johnson va gagner 19.2M $ pour les deux prochaines saisons… Il était vers les 5M $ auparavant. Du coup, Udonis Haslem a été récemment prolongé, en espérant de D-Wade fasse de même… Les seuls ajouts que le Heat a fait, pour le moment, sont des joueurs signés pour les training camps, et des jeunes qui ont séduit le staff lors de la Summer League. On a donc Yante Maten et Duncan Robinson en two-way contracts, et des gars comme Briante Weber, et Jarnell Stokes (déjà passés chez nous), mais aussi Marcus Lee et le jeune Malik Newman actuellement dans le roster. Donc, il n’y a pas grand chose à attendre de cet été, sauf des ajustements et peut être des surprises…

Quelles sont les attentes pour la saison prochaine ? Quel scénario te convient pour l’équipe actuelle ?

Avec tout ça, je pense que le Heat va faire une saison assez similaire à celle qui s’est écoulée. J’annonce un spot 6 ou 7 pour Miami, avec un bilan autour des 43 victoires. L’effectif n’a pas connu de changements majeurs, il faut maintenant se reposer et croire en nos cadres actuels, avoir une saison plus complète de Waiters en terme de matchs, il faut que Richardson confirme, Whiteside doit aussi jouer plus et éviter d’avoir un niveau comme lors des dernières Playoffs. On a certes un des meilleurs coachs de la NBA, mais, de mon point de vue, le Heat manque de talent comparé à la concurrence, d’où la 6ème / 7ème place. Il manque un joueur du calibre d’un Leonard, d’un Simmons ou d’un Irving afin de viser, et atteindre le haut de la Conférence.