Les qualifications pour la coupe du monde de Basket sont désormais terminées. Ce long parcours bien trop complexe que nous a proposé la FIBA touche enfin à sa terme et nous pouvons concrètement observer qui vont être les adversaires de la France, que nous savions déjà qualifiée avant même ses deux derniers matchs contre la République Tchèque et la Finlande. Depuis l’an passé, je vous ai fait le résumé de ces éliminatoires qui furent passionnants ! Même si le bilan final n’offre que peu de surprises, on a hâte de suivre nos bleus sur les terres de l’Empire du milieu. Tout a été dit depuis un an sur ces éliminatoires, il est donc temps d’un rapide bilan avant de vous informer de la suite.

Bilan statistique des bleus durant les éliminatoires

Rappels historiques : la fausse idée de l’hégémonie américaine  

La dernière coupe du monde en 2014 fut un immense succès pour les bleus, qui non seulement avait obtenu la 3ème place et la médaille de bronze sans Tony Parker et emmené par un Boris Diaw magistral, mais s’étaient également adjugés le luxe d’éliminer chez elle, sur son parquet, l’Espagne. Une période où la France était désormais devenue l’égal de la Roja et pouvait sérieusement prétendre à prendre la place du challenger de Team USA. Hélas, elle croisera une solide équipe de Serbie en demi-finale qui avait les mêmes prétentions. Il s’agira tout de même de la seule et unique médaille française en coupe du monde !

Et pour le rappel historique d’ensemble, sachez que la Coupe du monde de basket existe depuis 1950, qu’elle a eu lieu à des intervalles irrégulières, car la FIBA n’a jamais cessé de chercher le bon créneau pour éviter d’être dans l’ombre d’autres compétitions sportives internationales (Coupe du monde de foot, de rugby etc). Autrefois tous les 4 ans, puis 5, puis 3 et 5 depuis le mondial espagnol, il est cette fois prévu de faire cette compétition tous les 4 ans de nouveau, mais cela entre en conflit avec l’Eurobasket qui doit avoir lieu tous les 2 ans et se tiendra donc en 2021 pour sa prochaine édition. Le problème persiste.

Attention, si ces dernières années ont été à l’avantage clair et net du basketball américain, le palmarès de cette compétition nous prouve que d’autres pays ont su contester cette hégémonie généralement admise. A ce jour, 6 équipes ont gagné cette compétition : la Yougoslavie (5), les USA (5), la Russie/Union Soviétique (3), le Brésil (2), l’Argentine et l’Espagne (1). La Grèce et la Turquie sont les deux seules équipes ayant participé à une finale sans la gagner. Vous avez donc bien compris : ce groupe de 5 est une bande de privilégiés que l’on retrouve très souvent dans le dernier carré.

Le palmarès dans l’ordre chronologique : 1950 – Argentine / 1954 – Etats-Unis / 1959 – Brésil / 1963 – Brésil / 1967 – URSS / 1970 – Yougoslavie / 1974 – URSS / 1978 – Yougoslavie / 1982 – URSS / 1986 – Etats-Unis / 1990 – Yougoslavie / 1994 – Etats-Unis / 1998 – Yougoslavie / 2002 – Yougoslavie / 2006 – Espagne / 2010 – Etats-Unis / 2014 – Etats-Unis

Le tirage au sort… Par Kobe !

Hôte du tournoi : Chine

Afrique (5) : Angola, Côte d’Ivoire, Nigeria, Sénégal, Tunisie

Amériques (7) : Argentine, Brésil, Canada, Porto Rico, République dominicaine, USA, Venezuela

Asie (7) : Australie, Corée, Iran, Japon, Jordanie, Nouvelle-Zélande, Philippines

Europe (12) : Allemagne, Espagne, France, Grèce, Italie, Lituanie, Monténégro, Pologne, République tchèque, Russie, Serbie, Turquie

Ceux qui ont suivi mes derniers articles sur les qualifications le savent : on regrettera amèrement l’absence du champion d’Europe slovène et donc… De Luka Doncic.

Le tirage au sort aura lieu le samedi 16 mars à 11h30 du matin heure française, attention au décalage horaire ! Notre huissier ne sera ni plus ni moins que Kobe Bryant, qui a été engagé par la FIBA pour promouvoir l’événement, ce que le Mamba fait avec brio pour le moment !

Un nouveau trophée

Admettons que peu d’entre-nous connaissent le prix final de cette compétition ! Si je vous demandais à quoi ressemblerait une coupe du monde de foot, une coupe de ligue des champions, un trophée de champion NBA, vous sauriez rapidement me répondre. Et la FIBA semble avoir compris que ses trophées n’avaient pas une réelle visibilité, notamment parce qu’ils avaient été créés à une époque durant laquelle l’esthétisme de ces récompenses ne semblaient pas être une priorité. C’est pour cela que la fédération avait créé un nouveau trophée pour l’Eurobasket 2017, le trophée « Nikolai Semashko » (Ancien Chef du Comité soviétique du sport, puis Vice-Président de la FIBA mais aussi Président des opérations européennes et FIBA Hall of famer). C’est aussi pour cela qu’un nouveau trophée pour la coupe du Monde de basket a désormais vu le jour. Sans être un joyau du niveau d’un Larry O’Brien, d’une coupe du monde de rugby ou d’une coupe Jules Rimet, on ne peut qu’apprécier la forme moderne et élégante de ce nouveau trophée du nom de James Naismith, créateur du basket :

Le format de la compétition 

Si le modèle de plus en plus retenu ces dernières années par la FIBA était celui d’un seul tour de poules, puis un déroulé classique huitième-quart-demi finale et finale, elle a finalement décidé de renouer avec le concept de double phases de poules.

Nous aurons donc les groupe A à H, de quatre équipe, avec les deux premiers de chaque groupe qui se qualifieront pour une seconde phase de poule, desquels sortiront les quart-de-finalistes, simple et efficace.

Pour se qualifier, la France devra donc terminer 1ère ou 2ème de son groupe, puis refaire cette performance une seconde fois, avant de débuter la phase finale. Difficile, mais concevable. Chaque match aura donc un fort enjeux ! Enfin, sachez qu’en cas d’élimination en quart de finale, il faudra faire des matchs de classement de la 5ème à la 8ème place.

Les arènes 

La Chine saura nous offrir plusieurs salles aux capacités à la hauteur de l’événement. Il faut dire que dans un pays à forte population, les arènes doivent évidemment proposer un maximum d’efficacité, de capacité et de confort. Aussi, c’est dans d’excellentes enceintes que se dérouleront la compétition :

Pékin – Cadillac Arena

Le lieu de la Finale, une salle de 18 000 places, déjà connue des basketteurs puisqu’elle avait servit au tournoi de basket aux JO de Pékin en 2008

Nanjing Youth Olympic Sports Park

Arène de 18 000 places également, construite pour les Jeux Olympiques de la jeunesse en 2014

Wuhan Gymnasium

13 000 places, ayant servi aux FIBA Asia Championships et à la FIBA Asian cup en 2011 et 2014

Dongfeng Nissan Sport centre

La salle de 16 000 places avait été inaugurée en 2014 par la fondation Yao Ming durant un match de gala en présence de Tony Parker, Shane Battier ou encore Carl Landry !

Guangzhou International Sports Arena

L’arène de 18 000 places à notamment accueilli un match NBA en 2010 entre les New Jersey Nets et les Houston Rockets

Foshan International Sports Centre

Une jeune arène d’un an seulement, de 14 700 places.

Shenzhen Universiade Sports Centre 

Une salle multi-usage qui peut atteindre les 60 000 places selon l’événement ! Mais pour le basket, elle se limitera à 18 000. Créée en 2018, elle a accueilli un match de NHL (Calgary vs Boston)

Prendre vos billets et vous rendre en Chine

Comme chaque compétition internationale, vous aurez différents types de billets. Les catégories proposées sont tout à fait classiques pour ce type d’événement :

  • Les « Team Pass » vous permettront de suivre une équipe particulière, ils iront de 3000 (390€) à 7000 (910€) Yuan selon l’équipe et le tour choisis.
  • Les « City Pass » vous serviront si vous souhaitez rester dans la même ville et suivre les matchs qui s’y jouent. Ils commencent à 576 Yuan (74€) mais montent jusqu’à 19000 Yuan (2 470€) !
  • Les « Day Pass » vous proposeront de voir deux matchs dans une même salle, plus abordables, ils commencent à 144 Yuan (18€) pour un maximum de 2300 Yuan (300€).
  • Enfin, les tickets classiques, pour un match, sont déjà en vente et, selon les catégories de tribune et le tour choisis, iront de 80 (10€) à 8000 Yuan (1 040€).

La FIFA avait inventé un système très pratique de « Visa supporter » qui pouvait s’obtenir très rapidement sur transmission de la preuve d’un achat de billet attitré à la personne. Pour ceux qui ont suivi le dernier mondial russe de football, vous aviez surement remarqué ces badges autour du cou des supporters dans les stades. Il s’agissait en réalité de leur visa, valable exclusivement durant la compétition !

Mais malheureusement ce système ne s’appliquera pas pour le mondial en Chine avec la FIBA. Aussi, ayant eu moi-même à faire avec les autorités consulaires de ce pays, je ne peux que vous conseiller de vous y prendre dès maintenant pour demander un Visa. Assurez-vous d’avoir tous vos documents administratifs à portée de main (justificatifs de domicile, billets d’avion et même relevés bancaires !) ainsi qu’un passeport valide et en bon état de marche (n’hésitez pas à faire vérifier sa validité en préfecture ou en mairie). Les autorités chinoises seront très rigoureuses avec votre demande, mais sauront reconnaître votre simple intérêt du basket et n’hésiteront pas à vous ouvrir la porte.

Je vous donne rendez-vous à l’été prochain, pour aborder la préparation et la compétition qui commencera le 31 août ! Allez les Bleus !