Nous retrouvons pour cette dernière demi-finale de conférence deux équipes aux destins croisés. Provenant toutes deux de la même divsion, elles ont parachevé leur effectif actuel en échangeant à plusieurs reprises des joueurs pour ajuster leurs effectifs. Si Jusuf Nurkic ne retrouvera pas la franchise qui l’a drafté en raison de sa lourde blessure, côté Nuggets, Will Barton et Mason Plumlee auront à coeur de prouver leur valeur à l’équipe qui les a éjecté.

Leurs qualifications au second tour ne se ressemblent pas, mais elles partagent en revanche d’être des têtes de séries inattendues. S’ils étaient perçus dans la lutte aux Playoffs, peu de monde voyait les Trail Blazers réitérer une 3eme place, et encore moins les Denver Nuggets devenir le dauphin des Warriors à l’Ouest. Avec des statuts de prétendants ultimes, peut être les deux équipes les moins effrayantes encore en lice à ce stade de la saison, laquelle saura se hisser en invité surprise en finale de conférence ?

Le bilan du 1er tour

Nombreux furent les observateurs à percevoir le Thunder comme grands favoris de cet match-up avec les Blazers. Plus athlétiques, possédant en Paul George une arme difficile à stopper pour Portland, ajoutez à cela la raquette privée de Nurkic, les odes étaient favorables aux coéquipiers de Russell Westbrook. Dans un affrontement entre deux équipes en quête de rédemption, c’est pourtant la mieux organisée et la plus sereine qui l’a emporté. Et avec la manière, s’il-vous-plaît.

Les Trail Blazers ont donc infligé une brutale correction derrière leur homme providentiel, Damian Lillard, qui dominait techniquement et psychologiquement la série. Celui-ci la clôturant par un tir extra-terrestre qui semble déjà entré à la postérité des Playoffs NBA. En contrôle sur l’ensemble des rencontres, les Blazers ont su assister Russell Wesbrook dans sa noyade, tout en encaissant les cartons de Paul George. Limitant très bien le reste de l’effectif, ils l’emportaient finalement très logiquement, bien qu’à la surprise générale.

De l’autre côté, les très jeunes Nuggets étaient opposés à une équipe de vétéran, orchestrée par Gregg Popovich. Bien que la franchise texane opère un virage dans son histoire, ils n’en étaient pas moins les plus racés à cet exercice. Si la série de Portland s’est soldé par un sévère 4-1, les Nuggets ont du arracher la victoire dans les ultimes secondes d’un Game 7. Dominés dans les grandes largeurs des 3 premières rencontres, un sursaut d’adresse de Jamal Murray sauvait le Colorado lors du Game 2, avant que l’équipe ne se remette en ordre de marche. Derrière un Nikola Jokic étincelant, dominant, Denver trouvait finalement les ressources pour prendre le dessus : arrachant le Game 4 à l’extérieur et écrasant l’adversaire dans le suivant. La clôture de la série n’en fut pas moins laborieuse, mais libère une franchise qui n’avait plus passé le premier tour des Playoffs depuis 10 ans.

Une première expérience de Playoffs qui peut désormais libérer une franchise qui ne visait pas de telles performances à l’orée de la saison.

Les match-ups clés

Les secteurs extérieurs

La saison passée a démontré à quel point limiter le duo Lillard/McCollum pouvait couper la tête des Blazers. Face à une défense aggressive, Portland n’avait su trouver les réponses, exposant au passage le manque d’options offensives derrière ces derniers. Pas que. C’était aussi le manque d’adaptation du coaching staff de Portland, inapte à répondre aux trapes de New-Orleans. Or, l’équipe n’a pas été changée en profondeur et manque toujours d’options de poids sur les ailes.

Dès lors, les extérieurs des Nuggets vont avoir un rôle crucial à jouer. Problème : Jamal Murray qui est capital pour la réussite offensive de Denver est aussi un piètre défenseur qu’il va falloir cacher. Il va donc falloir remonter d’un cran en défense, notamment autour de la paire pressentie (Gary Harris-Torrey Craig), après un premier tour sur courant alternatif pour l’ensemble du groupe en matière de défense (110,3 pts encaissés pour 100 possessions).

Les raquettes

Denver pourrait se faire dominer par le duo Lillard-McCollum, ils ont en revanche une énorme carter à jouer avec les habitants de la peinture. Nikola Jokic a fait plus que ne pas décevoir pour sa première série de Playoffs, et il ne devrait pas avoir une opposition aussi forte et expérimentée dans la raquette. En l’absence de Jusuf Nurkic, ce sont Enes Kanter et Meyers Leonard qui devraient se relayer sur le Serbe. Des adversaires qui semblent bien démunis face à la palette offensive de Jokic, qui laisse supposer que leur temps de jeu devrait être réduit ou que l’ensemble de l’effectif devra être mis à contribution.

Bien accompagné par Millsap et Plumlee, il faudra trouver des réponses pour les Trail Blazers, car le style de jeu des Nuggets pourrait nécessiter de nombreuses adaptations pour ne pas prendre l’eau en défense, ou ne se faire manger dans des compartiments clés comme le rebond.

La capacité d’ajustement

C’est ce qu’il ressort des deux premières parties  : les deux équipes ont des forces qui permettent d’exploiter les faiblesses adverses. Dans ce contexte, les solutions trouvées par les coaching staffs peuvent jouer un rôle majeur.

Or des capacités d’adaptation des deux head coach, nous pouvons douter. L’an passé, les Blazers mordait la poussière sans proposer de variation dans leur jeu, et cette année, s’ils ont brillament executé, toujours est-il que le Thunder n’a rien proposé de véritablement disruptif pour limiter la paire Lillard-McCollum. Si Terry Stotts a d’évidentes qualités qui expliquent la présence, tous les ans, de son équipe en Playoffs, reste que dans les joutes de printemps, il peine encore à imposer sa marque.

Mike Malone, en face, découvre enfin cette période de la saison, mais reste un coach très rigide, qui n’est pas nécessairement le meilleur profil à ce niveau. Il croit en ses joueurs, il croit encore plus en ses idées. Ainsi, s’il est capable de s’adapter, cela lui prend en général du temps avant d’accepter des réalités parfois pourtant visibles de tous. Aussi, si la décision de sortir Will Barton du 5 de départ fut salvatrice pour son équipe, il ne fut pas loin d’avoir trop attendu pour réagir. Coach à l’ancienne, meneur d’homme croyant très fort en l’importance de transmettre de l’envie et de l’intensité à ses joueurs, il faut espérer pour Denver qu’il saura être flexible tactiquement et envisager des plans de jeu qu’il n’a pas forcément longuement éprouvé.

A quoi s’attendre ?

S’affronter représente pour les deux équipes une occasion en or d’aller loin dans ces Playoffs. La présence des Rockets et des Warriors de l’autre côté du tableau est une aubaine qu’il ne faudra pas refuser, et on peut s’attendre à ce que les équipes mettent énormément d’énergie dans cet affrontement.

Les Blazers sont en pleine confiance et reposé après leur démonstration du premier tour. Si on ne peut gager que leur adversaire est meilleur, il devrait en revanche être plus discipliné, en atteste une saison régulière rondement menée dont ne pouvait se targuer le Thunder.

Pour tenter de contenir Damian Lillard, on peut s’attendre à une défense très agressive des Nuggets, avec des intérieurs qui attaquent le porteur de balle sur les séquences de Pick&Roll. Ce style de jeu qui a gêné le meneur en saison régulière, risque d’être utilisé dès le Game 1 pour tester les éventuels plans B des Blazers. Sur le terrain, le meneur devrait comme ce fut le cas en régulière, retrouver Torrey Craig comme chien de garde. Ceci permettant d’opposer Gary Harris à McCollum et de cacher Murray sur le dernier extérieur présent. L’avantage de ce plan étant que, même s’il y a mismatch, aucun ailier de Portland ne peut se créer facilement un tir en isolation (Evan Turner étant le plus capable). Tandis que s’ils utilisent un 3eme arrière, Murray peut alors garder le moins bon attaquant du lot et ainsi coûter moins de points.

De l’autre côté, les extérieurs de Portland qui ont souvent été taxés de mauvais défenseur devront suivre les nombreux mouvements de ceux des Nuggets. Les dribble hand-off vont pleuvoir, mais la défense de Portland semble prête à encaisser cet affrontement. Le duo Lillard-McCollum a réalisé des progrès trop peu cités en défense, tandis que les nombreux ailiers des Blazers sont à même d’apporter les aides nécessaires pour éviter les sanctions.

La difficulté en revanche, sera d’endiguer la faculté de Jokic à punir leurs intérieurs. Comme précédemment évoqué, l’affrontement entre les deux raquettes pourrait lourdement peser sur la série. Si Enes Kanter est un excellent attaquant, il reste un défenseur moyen au poste, et va devoir en plus suivre Jokic au poste haut, voire à l’extérieur de la raquette. Ce qui ressemble, dans l’idée, à une catastrophe pour Portland tant le QI Basket du Serbe va lui permettre de générer des opportunités pour ses coéquipiers et lui-même.

De fait, nous pourrions voir assez rapidement des options small-ball pour les Blazers. Un 5 Lillard – Curry – McCollum – Harkless – Aminu, par exemple, pourrait avoir pour objectif de changer le cours des rencontres. Si ce 5 ne peut dominer physiquement une paire Millsap-Jokic qui pourrait obtenir de nombreux points faciles, cela leur permettrait de faire payer Denver de l’autre côté du terrain. D’une part, car tout peu créateurs qu’ils soient, Aminu et Harkless pourraient profiter de leur avantage de mobilité pour multiplier les coupes et libérer la raquette pour leurs extérieurs, mais aussi pour emballer le rythme des rencontres.

Denver aime le jeu lent, car c’est ainsi que leur basketball s’exprime : sur demi-terrain. Au tour précédent, les Spurs pratiquaient le même style de jeu, ce qui a permis aux intérieurs de faire leur loi, ce qui n’est pas le meilleur scénario pour Portland. Car si ces derniers ont un PACE dans la moyenne NBA (18eme en saison régulière), ils se doivent de contrarier celui des Nuggets, qui privés de Nikola Jokic perdent en créativité offensive. Or s’ils n’arriveront pas à faire accepter aux Nuggets de jouer sans leur leader, autant créer des conditions qui seront défavorables à ce dernier. A condition, évidemment, que cela ne veuille pas dire abandonner la bataille des rebonds, qui est au coeur de la réussite offensive des Nuggets.

Elle sera d’autant plus importante, par ailleurs, que les Blazers auront un second facteur à surveiller : les pertes de balles. Ils font parti des équipes qui réalisent le moins de passes en NBA. Marquant beaucoup en isolation, ils est donc plus facile de savoir d’où provient la menace. Or si la pression était trop grande sur leurs extérieurs, le sang-froid sera de mise. Car s’il n’est pas facile de réaliser beaucoup d’interceptions en coupant leurs lignes de passes, toujours est-il que Portland prend moins bien soin du ballon que leurs adversaires, qui effectuent, eux, paradoxalement, énormément de mouvements de balles et de main à main.

Si les Nuggets prennent l’ascendant au rebond offensif, et prennent plus soin du ballon que Portland, alors les Blazers vont se retrouver dans une position compliquée où ils devront dominer dans leur efficacité au shoot, tout en travaillant énormément en défense. Une série qui deviendrait très éprouvant et leur laisserait peu de marge.

Enfin, dernier aspect à surveiller : la fatigue. Si Portland a bénéficié de quasiment une semaine de repos, les jeunes Nuggets découvrent cet univers, notamment Jokic, leur maître à jouer. Or la bataille avec les Spurs a pu laisser des traces. Auquel cas, c’est un aspect qu’il ne faudra pas ignorer, car si les Blazers sont capables de runs, jamais cette équipe de Denver n’est plus à son aise que quand elle entame les derniers quart temps devant. Une condition qui se construit en jouant dur toute la rencontre et qui peut peser dans les jambes au moment de finir les matchs. Et finir les matchs, c’est une spécialité qu’affectionne beaucoup un certains Damien Lillard.

Calendrier

Game 1 : Portland Trail Blazers @ Denver Nuggets  – Le lundi 29 avril à 4h30

Game 2 : Portland Trail Blazers @ Denver Nuggets – Le mercredi 1er mai à 3h00

Game 3 : Denver Nuggets @ Portland Trail Blazers – Le vendredi 3 mai à 4h30

Game 4 : Denver Nuggets @ Portland Trail Blazers – Le dimanche 5 mai à 1h00

Game 5 : Portland Trail Blazers @ Denver Nuggets – Le mardi 7 mai (heure à déterminer)

Game 6 : Denver Nuggets @ Portland Trail Blazers – Le jeudi 9 mai (heure à déterminer)

Game 7 : Portland Trail Blazers @ Denver Nuggets – Le dimanche 12 mai (heure à déterminer)

Pronostic

Denver Nuggets 4 – 2 Portland Trail Blazers

C’est une nouvelle série bien indécise entre deux franchises encore difficiles à évaluer qui se pointe. J’opterai néanmoins pour une victoire des Nuggets. Si ces derniers arrivent à proposer un véritable défi physique et tactique aux extérieurs de Portland, cette équipe reste encore trop limité dans le nombre de ses options offensives. Damian Lillard porte cette équipe comme jamais, mais le style de jeu et les forces de Denver devraient aussi exposer une franchise qui manque de talent.

Pour Denver, il faudra néanmoins surveiller les prestations de Jamal Murray, l’apport du banc qui sera important et espérer que la fatigue accumulée toute la saison et durant ce premier tour, ne porte pas préjudice aux joueurs clés. Murray et Jokic sont parfois apparus émoussés en fin de saison, et la série contre San Antonio s’est décidée dans les ultimes secondes. Portland va proposer un véritable défi, et les Nuggets ne pourront pas laisser passer trop d’opportunités. Parmi les deux équipes les plus maladroites sur leurs tirs grands ouverts durant ce premier tour, Denver va devoir convertir ses occasions.

Reste que le chantier qui risque de s’opérer à l’intérieur pourrait offrir plus d’options à Denver qu’à Portland. Si tout cela paraît bien indécis, on va opter pour l’équipe qui a l’avantage du terrain, malgré le premier tour expéditif et maîtrisé que nous ont offerts les Trail Blazers.