Le titre peut paraître bizarre, mais il provient des paroles de « Changement » d’Orelsan. Et vu qu’il semble que l’heure du changement arrive tranquillement pour Memphis, je me suis dit pourquoi pas. Parce qu’au terme d’une saison correcte et de Playoffs solides où ils ont arraché 2 matchs aux Spurs, les Grizzlies sont à nouveau tombés au premier tour de la post-saison. Parce que le groupe a dû se battre sans Chandler Parsons, absent l’essentiel de la saison, et que Tony Allen, Zach Randolph, Vince Carter et JaMychal Green arrivent en fin de contrat dans une équipe qui manque terriblement d’argent. La faute aux signatures que l’on peut qualifier d’excessives pour Parsons et Mike Conley, en dépit d’une saison de haut-vol pour le second.

Avec 73M de cap occupé pour le trio Conley-Parsons-Gasol qui par ailleurs pourrait être un parfait équilibre si l’ailier pouvait jouer, il va sans dire que cet été s’annonce très compliqué. En outre, une question se pose vraiment, est-ce que le Front-Office se contente d’une participation en Playoffs tous les ans, ou vont-ils décider à un moment donné de casser un groupe qui vieillit et qui ne progressera plus de manière significative. Alors qu’est-ce qu’on fait, on continue de bricoler ou on arrête les frais pour les Grizz’ ?

La situation financière

Ce tableau inquiète lorsqu’on soutient la franchise, ou qu’on l’apprécie. Alors que des noms importants (susmentionnés) en sont désormais absents et pourraient ne plus en être, alors que la franchise a déclaré par exemple qu’elle ne conserverait Tony Allen que pour le minimum vétéran, ce qui est problématique quand votre joueur vient d’être nommé 2nd All-défensive team. C’est également inquiétant parce que JaMychal Green, bien que free agent protégé, est devenu un maillon essentiel doit être prolongé, mais que Memphis n’est qu’à 2M du salary cap. Autrement dit il va falloir le dépasser, ou restructurer l’équipe, or le joueur qui a le plus de valeur, à savoir Marc Gasol est indispensable au fonctionnement du roster.

L’autre inquiétude, c’est le banc. S’il semble possible de resigner Zach Randolph pour pas trop cher, ce dernier ayant fait part de sa volonté ferme de rester chez Elvis, Vince Carter devrait à priori apporter ses services ailleurs. Or, lorsqu’on regarde les noms qui restent à disposition, il va y avoir un manque de talent offensif criant au relais du 5 de départ, le tout sachant que Chandler Parsons n’apporte aucune garantie du point de vue de son physique, et qu’il est possible que Green reçoive des offres qui mettent Memphis en difficulté pour le conserver.

En l’état, il semble absolument IMPOSSIBLE de rester au même niveau de compétitivité sans payer la luxury tax, et sans monter un échange miraculeux. Or le joueur qui pose le plus problème n’a absolument plus aucune valeur. Le rapport qualité prix de l’ex Rocket et Maverick étant désastreux après 3 saisons de blessures et un contrat complètement surréaliste.

L’impression générale

Lorsque l’on regarde la situation, on a peu cette impression de all-in raté sur la saison passée. En conservant tous leurs cadres, en prolongeant Mike Conley avec le plus gros contrat de l’histoire et en faisant l’acquisition très rapide de Chandler Parsons pourtant en difficulté à Dallas depuis 2 ans pour un contrat maximum, on avait la sensation que c’était maintenant ou jamais. Le problème, c’est que cela n’a pas fonctionné, et que la franchise n’a pas de renouvellement en arrivage. Leurs jeunes ont beau être solides, il n’y a pas de titulaire en puissance qui semble se cacher sur le banc, la franchise faisait parti des grandes absentes de la draft 2017 et a finalement réussi à récupérer 2 seconds tours de draft. Avec Ivan Rabb intérieur fuyant et fluet et Dillon Brooks, scoreur en isolation un peu lent, pas de révolution en marche, à priori.

On a l’impression également qu’on est à la croisée des chemins, et que plus on continue à s’y enfoncer, plus la paire Conley/Gasol doit ramer pour maintenir le niveau. Ils ont toujours été exemplaires et pourraient continuer à l’être. Toutefois, l’intérêt de la franchise à poursuivre dans cette voie apparaissait déjà discutable, mais l’échec actuel me laisse perplexe quant à l’avenir de celle-ci si elle ne fait pas peau neuve. D’autant que la conférence Ouest, qui s’était adoucie depuis 2 saisons, devrait reprendre sa marche en avant cette année ou à partir de l’an prochain. Gare à ne pas être l’un des grands perdants de la conférence à ne pas commencer un renouvellement qui semble pourtant indispensable.

L’ère du Grint&Grind est arrivée à son terme, et peut-être serait-t-il plus sage de reconstruire dès cet été…

Que faire… ?

Tout d’abord, il faut savoir que s’ils ont leur 1er TDD 2018, les Grizzlies perdront où celui de 2019 s’il n’est pas entre la 1ere et 8eme place, ou en 2020 s’il n’est pas entre la 1ere et 6eme, et s’ils arrivent à conserver leurs 2 picks hauts placés ces années là, alors ils le perdront en 2021. Mais si vous voulez reconstruire vite, perdre une année est compliqué, est-ce que l’option de ce point de vue n’est pas de tout faire pour retarder cette échéance ? Si vous avez votre choix 2018 mais le perdez en 2019, vous ralentissez cruellement le processus.

Problème, en l’état, le groupe est trop fort pour faire parti des cancres de la ligue. On a déjà dit que leur situation est compliquée, et qu’amener des talents de premier ordre est impossible. Néanmoins, même là, Memphis gagnera des matchs. On pourrait se dire que ce roster a au moins 1 an devant lui, et je crains que oui, le front-office cherchera encore à étendre l’expérience de l’ère Marc Gasol, mais honnêtement, il est vraiment temps de lancer une reconstruction dans le Tennessee.

L’information est passée complètement sous le radar, et l’absence de rumeur concernant au moins Marc Gasol a de quoi inquiéter, puisque c’est le seul joueur dont le rapport qualité-prix permettrait de récupérer des assets vraiment intéressants. Il a encore 2ans de contrat assuré, et une 3eme année en Player Option de 25M, qu’il choisira ou non d’activer. Le contrats de Parsons étant trop dur et dangereux à absorber pour une équipe, il sera quasiment impossible de le bouger dès cet été, surtout qu’il faudrait donner des choix de draft pour cela, ce qui n’est pas dans l’intérêt de la franchise. Quant à Conley même si c’est un énorme joueur, son contrat limite quand même grandement les possibilités de trade. Des signes qui confirment que le groupe pourrait voir l’expérience prolongée dans l’espoir d’un retour au premier plan de Parsons, mais la réalité est que le soleil s’est couché du côté de Memphis, qui pourrait petit à petit disparaître des radars.

Honnêtement, « plus j’grandis, plus j’comprends rien » au plan de Memphis.